Dikwa

  • Nigeria : Trois soldats tués dans une embuscade jihadiste

    Imprimer

    Au moins trois soldats ont été tués dans l'embuscade de leur convoi militaire, tendue par des jihadistes dans l'État de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué samedi deux sources de sécurité.

    Les convois militaires sont de plus en plus la cible d'attaques du groupe État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), dans le nord-est du Nigeria où les soldats luttent pour mettre fin à une insurrection de 12 ans qui a tué plus de 40.000 civils.

    Les assaillants ont arrosé le convoi à l'arme lourde lors de l'embuscade vendredi, dans le village de Tamsu Kawu, le long de l'autoroute de 120 kilomètres reliant Maiduguri et Damaturu, la capitale de l'État de Yobe, ont indiqué deux sources militaires à l'AFP. "Nous avons perdu trois soldats dans l'embuscade des terroristes de l'ISWAP", a déclaré l'un de ces deux officiers, selon lequel les jihadistes ont saisi un véhicule militaire. Un second officier militaire a confirmé le bilan. L'attaque s'est produite alors que l'armée revendique une série de succès contre les djihadistes, notamment des raids sur leurs camps.

    Le 17 septembre, au moins 16 soldats nigérians ont été tués dans une embuscade de l'ISWAP le long de l'autoroute reliant Maiduguri et la ville de garnison de Monguno, dans la région du lac Tchad. Une semaine plus tard, huit soldats sont morts lorsque d'une attaque par le groupe djihadiste près de la ville de Dikwa, dans la même région.

    L'ISWAP a consolidé son territoire ces derniers mois dans la région du lac Tchad après la mort d'Abubakar Shekau, le commandant du groupe rival Boko Haram, dans des combats entre les deux forces djihadistes. Reconnu par le groupe État islamique, l'ISWAP est né en 2016 d'une scission avec Boko Haram, auquel il reproche notamment des meurtres de civils musulmans.

    Depuis 2019, l'armée a fermé ses plus petites bases pour s'installer dans des garnisons plus grandes et fortifiées, appelées "super camps", pour tenter de mieux résister aux attaques. Une stratégie qui a laissé davantage de liberté de mouvement aux jihadistes dans les zones rurales, estiment les critiques de ces "super camps". Le conflit qui a provoqué le déplacement d'environ deux millions de personnes dans le nord-est du pays, s'est étendu aux pays voisins, ce qui a conduit à la mise en place d'une coalition militaire régionale contre les groupes islamistes.

  • Nigeria : 8 soldats nigérians tués dans une attaque de djihadistes

    Imprimer

    Au moins huit soldats nigérians ont été tués et plusieurs autres sont portés disparus vendredi 24 septembre 2021 après avoir été pris en embuscade par des djihadistes affiliés à l'Etat islamique dans l'État de Borno, ont indiqué à l'AFP deux sources militaires.

    Un convoi militaire a essuyé des tirs de roquettes des militants de l'État islamique d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) alors qu'il se dirigeait entre les villes de Dikwa et Marte dans la région du lac Tchad, ont indiqué les sources.

    Huit autres soldats et un milicien anti-jihadiste ont été blessés dans l'attaque, a déclaré un officier militaire.

    Les jihadistes ont emporté deux véhicules militaires et incendié trois autres.

    Il s'agissait de la deuxième attaque en moins de deux semaines par les djihadistes de l'ISWAP, qui mènent une insurrection islamiste depuis 12 ans dans le nord-est du Nigeria.

    Plus tôt ce mois-ci, 16 soldats nigérians et deux milices anti-jihadistes ont été tués dans une autre embuscade tendue par des combattants alliés à l'Etat islamique alors qu'ils patrouillaient sur une autoroute dans le nord-est de l'État de Borno.

    L'ISWAP a récemment intensifié les attaques contre les civils le long de l'autoroute Maiduguri-Monguno longue de 135 kilomètres où ils ont installé des points de contrôle, volant et tuant des automobilistes, selon les récits de résidents locaux.

    Les attaques quasi-quotidiennes ont incité des patrouilles militaires le long de l'autoroute, ont indiqué des sources militaires.

    Depuis 2019, les soldats ont fermé des bases militaires plus petites et se sont installés dans des garnisons fortifiées plus grandes, connues sous le nom de « super camps », afin de mieux résister aux attaques des militants.

    Mais les critiques disent que la stratégie du « super camp » a également permis aux militants de se déplacer librement dans les zones rurales et a rendu les voyageurs plus vulnérables aux enlèvements.

    Le conflit s'est propagé au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins.

     

  • Nigeria : Des membres de l'Etat Islamique (ISWAP) attaquent un centre de secours de l'ONU au Nigéria. 25 employés encerclés dans un abri

    Imprimer

    Lundi 1er mars, des djihadistes de l'Etat islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont attaqué un centre de secours de l'ONU dans la ville de Dikwa, dans le nord-est du Nigéria, et ont encerclé un abri où 25 travailleurs humanitaires s'étaient réfugiés, selon des sources de sécurité et de secours.

    Une source militaire a déclaré à l'AFP que des dizaines de militants de l'ISWAP ont pris d'assaut la ville de Dikwa et occupé une base militaire après que les soldats se soient enfuis. Ils ont incendié un centre de secours des Nations Unies, le réduisant en cendres.

    Deux attaques ont été lancées simultanément contre la base militaire et contre le centre humanitaire des Nations Unies".

    Support aérien
    L'armée a envoyé des renforts depuis la ville de Marte, à 40 kilomètres de là, pour aider à dégager l'abri où se sont réfugiés les travailleurs humanitaires.

    Deux avions de guerre et un hélicoptère de combat ont fourni un soutien aérien pour chasser les terroristes du centre humanitaire en feu.

    Cette attaque intervient exactement trois ans après une attaque, le 1er mars 2018, par des militants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest contre un centre humanitaire des Nations Unies dans la ville de Rann (nord-est), qui s'était soldé par la mort de trois travailleurs humanitaires et l'enlèvement d'un quatrième, en plus de la mort de huit soldats nigérians.

    Le nord-est du Nigéria est en proie à la violence djihadiste depuis que le groupe extrémiste islamiste Boko Haram a lancé une rébellion armée en 2009.

    En 2016, l'État islamique en Afrique de l'Ouest s'est séparé de Boko Haram et est devenu la plus grande menace djihadiste au Nigéria.

    Depuis son déclenchement en 2009, le conflit a tué plus de 36 000 personnes et en a déplacé deux millions d'autres.

    Vendredi 28 février déjà, des combattants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest, arrivés à bord de camions équipés de mitrailleuses, aaient attaqué la ville de Dikwa, provoquant la fuite de ses habitants.

    La ville est située à 90 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, et abrite plus de 130.000 personnes, dont 75.000 personnes déplacées (IDP) qui ont fui d'autres parties de la région et vivent dans des camps où ils  dépendent de l'aide alimentaire fournie par les organisations humanitaires.
    EveOnMcXYAEsBWM.jpegL'armée a mis une semaine pour reprendre la base militaire de Marte à l'Etat islamique
    Le 15 février, des combattants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest ont capturé Marte la ville stratégique à partir de laquelle, lundi soir, les renforts militaires envoyés à Dikwa ont été lancés. L'armée a repris le contrôle de la ville au bout d'une semaine.

    La même semaine, l'autre organisation djihadiste "Boko Haram" a lancé une attaque au mortier sur Maiduguri, tuant au moins 16 personnes, dont 9 enfants sur un terrain de foot, et en blessant des dizaines.

    Depuis fin 2020, les deux organisations djihadistes ont intensifié leurs attaques dans la région, ce qui a poussé le président Muhammad Bukhari, qui fait face à de vives critiques sur sa gestion de la situation sécuritaire dans le pays, à licencier. à la fin de janvier,  les quatre principaux commandants de l'armée et à nommer leurs remplaçants.

    Bukhari, un ancien général, avait juré lors de son élection à la présidence en 2015 d'écraser la rébellion djihadiste dans le nord-est, mais ses forces armées luttent sans succès  contre les djihadistes.

    Six ans après l'arrivée au pouvoir de Buhari, les deux organisations djihadistes contrôlent toujours de vastes zones rurales, en plus des nombreuses positions stratégiques qu'elles utilisent pour mener des attaques et mettre en place de faux points de contrôle dans le but d'enlever des militaires, des civils et des employés d'organisations non-gouvernementales.

  • Nigéria : L'armée s'apprête à reprendre la base militaire de Marte à l'Etat islamique

    Imprimer

    Major General Ibrahim Attahiru.jpegLe Major General Ibrahim Attahiru (photo), chef d'état-major de l'armée, a ordonné aux troupes, qui viennent de reprendre le contrôle de Camp Dikwa et de la ville de Dikwa aux jihadistes de l'Etat islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), de poursuivre leur offensive pour reprendre Marte, quelques jours après que l'ISWAP ait envahi la base de l'armée de New Marte.
     
    Vidéo

    L'opération devrait s'étendre à l'ancienne Marte et aux zones adjacentes, y compris Kirenowa, où se trouve la station de pompage du projet d'irrigation du sud du Tchad.
    EuxNOo7WgAQMijP.jpegEuxNPaVXUAAzewW.jpeg

  • Nigeria : L'armée reprend le contrôle de la ville de Dikwa, dans l'Etat de Borno

    Imprimer

    Les habitants et les personnes déplacées de la ville de Dikwa, dans l'Etat du Borno, vont pouvoir retourner dans leurs foyers après que les unités de la division 7 du GOC aient délogé les combattants de l'Etat islamique et repris le contrôle de la ville. Les habitants qui avaient fui ont commencé à revenir. Le Général de division AK Ibrahim, a visité la ville hier pour superviser la situation.

  • Nigeria : L'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) chasse  une brigade de l'armée à Borno

    Imprimer

    Vendredi 19 févrieri, des combattants de l'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont chassé les militaires de leur base et de la ville de Dikwa, dans l'État de Borno, au nord-est du Nigéria.

    Dikwa, l'ancienne capitale du royaume de Borno, se trouve à environ 90 kilomètres de Maiduguri et offre un lien avec les gouvernements locaux comme Bama, Mafa et Marte.

    Dikwa est également une zone tampon entre la forêt de Sambisa et la région du lac Tchad.

    L'ISWAP a informé les habitants qu'ils ne se trouvaient pas dans la ville mais à la base militaire. Le camp de la 22e Brigade de l'armée nigériane se trouve à Dikwa.

    Les insurgés ont également dit aux habitants qu'ils reviendraient à Dikwa dans quelques jours. Si on en croit les informations locales, les militaires et les civils se seraient retirés à Ajiri, à environ 15 km de Dikwa.

    Selon de précédentes informations, on pensait que les troupes ratissaient la ville à la recherche d’éventuels islamistes infiltrés. Les troupes se seraient donc retirées à Ajiri.

    D'après ce que l'on sait, les bases militaires de Dikwa et de Marte où est stationnée le 153e bataillon de la force opérationnelle, sont attaquées par les combattants de l'Etat islamique. La situation à Marte n'est toujours pas claire en raison d'un manque d''information. On ne sait pas, par exemple, ce qui est advenu du 153e bataillon. On pensait qu'il s'était replié sur Dikwa. On ne sait même pas si le 153e bataillon a été attaqué à Marte ou après son repli à Dikwa. 

    Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, la population du gouvernement local de Dikwa est estimée à 113 9021, dont 75 470 personnes déplacées à l'intérieur du pays.

    L'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) a attaqué à plusieurs reprises les troupes à Dikwa et ses environs, y compris les itinéraires de patrouille et la situation y est très précaire.