Di

  • Burkina Faso : trois civils tués par l'explosion d'une mine artisanale

    Imprimer

    Deux femmes et un enfant ont été tués, dimanche 31 octobre 2021, au passage de leur charrette sur une mine à Ouindigui dans la province du Loroum dans le Nord du Burkina Faso, a-t-on appris lundi, de sources médiatiques et locales.

    "Une charrette transportant trois femmes et un enfant a sauté dans la matinée du dimanche 31 octobre 2021, sur une mine artisanale à Tollo, localité située dans la commune de Ouindigui à une douzaine de kilomètres à l'est de Titao" , a annoncé l'agence d'information du Burkina (AIB).

    Selon un élu local, l'exposition a fait trois morts dont deux femmes, un enfant et une personne blessée.

    Le même jour dans la matinée, des hommes armés non identifiés ont attaqué un détachement du Groupement des Compagnies Républicaines de Sécurité (GCRS) et le Poste de Police Frontière (PPF) basés à Di, dans la province du Sourou, région de la Boucle du Mouhoun.

    "Le bilan provisoire fait état de cinq Policiers tués et un blessé léger. Côté ennemi une quinzaine de terroristes ont été neutralisés", selon un communiqué de la police.

    Depuis 2015 le Burkina Faso est confronté à une montée des attaques terroristes qui ont fait de nombreuses victimes et plus de 1,4 million de déplacés internes, selon le gouvernement.

    Ces attaques ont également occasionné la fermeture de 2 244 établissements scolaires affectant 304 564 élèves dans plusieurs régions du pays, à la date du 28 mai 2021, selon les autorités.

    En outre, les violences ont poussé quelque 17 500 personnes à quitter le pays depuis le début de l'année en cours selon l'ONU.

    A ce jour, l'état d'urgence est décrété dans 14 des 45 provinces que compte le pays, afin de faciliter la lutte contre le terrorisme.

    Depuis 2019 le couvre-feu est instauré dans ces régions et régulièrement prolongé pour faciliter la lutte contre le terrorisme, selon les autorités.