Dhaleh

  • Yémen : 12 soldats gouvernementaux tués par les rebelles chiites houthis

    Imprimer

    L'armée yéménite a annoncé, vendredi soir 22 juillet 2022, que 12 soldats avaient été tués par les rebelles chiites houthis, en l'espace de 48 heures, malgré la trêve en vigueur entre les deux parties.

    C'est ce qui ressort d'un communiqué publié par le Centre des médias des forces armées yéménites.

    "La milice putschiste houthie soutenue par l'Iran a commis 277 violations de la trêve de l'ONU au cours des dernières 48 heures, à Hodeïda (ouest), Taez (sud-ouest), Al-Dhalea (sud), Hajjah, Saada (nord-ouest), Al-Jawf (nord) et Marib (centre)", indique le communiqué.

    Le même source a ajouté que "Ces violations ont fait 12 morts et 19 blessés dans les rangs de l'armée".

    "Les Houthis ont tenté de s'infiltrer dans les positions de l'armée sur l'axe d'Al-Dhalea", indique le Centre des médias des forces armées yéménites, précisant que "le groupe terroriste a ciblé les positions de l'armée avec l'artillerie, des snipers et des drones piégés".

    Il s'agit du bilan le plus élevé, enregistré en l'espace de deux jours, annoncé par l'armée yéménite depuis le début de la trêve le 2 avril 2022.

    Aucun commentaire immédiat n'a été émis par le groupe houthi à ce propos.

    Le gouvernement yéménite et le groupe houthi avaient convenu, début juin, de prolonger une trêve humanitaire dans le pays pour une période de deux mois.

    Parmi les dispositions les plus importantes de la trêve figuraient la reprise des vols commerciaux via l'aéroport de Sanaa et l'ouverture de routes vers la ville de Taez, assiégée par les Houthis depuis sept ans.

    Le Yémen est en proie à la violence et à l'instabilité depuis 2014, lorsque les rebelles Houthis, alliés de l'Iran, ont pris le contrôle de la majeure partie du pays, y compris la capitale Sanaa.

    Une coalition conduite par l'Arabie saoudite est entrée en guerre au début de 2015 pour ramener le gouvernement yéménite au pouvoir.

    Le conflit, qui dure depuis huit ans, a engendré l'une des pires crises humanitaires au monde.

  • Yémen : Neuf combattants séparatistes sudistes tués dans une attaque

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

     

    Neuf combattants séparatistes ont été tués dimanche dans une attaque à la roquette visant une parade militaire dans la ville de Dhale’e, dans le sud du Yémen, pays en proie à la guerre, selon un responsable militaire.
    Les combats entre forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi et rebelles houthis qui contrôlent de vastes pans du territoire y compris la capitale Sanaa, ont baissé d’intensité ces derniers mois.
    En août, des combats avaient néanmoins éclaté sur un autre front, entre séparatistes sudistes et forces pro-Hadi, pourtant alliés dans la lutte contre les houthis. Mais les deux camps ont signé en novembre un accord de partage du pouvoir dans le Sud qui a suscité l’espoir de contribuer plus largement à un règlement du conflit avec les rebelles déclenché en 2014.
    Dimanche, « neuf soldats ont été tués et 9 blessés dans une attaque à la roquette contre la tribune officielle durant une parade militaire à l’occasion de la remise de diplômes à de jeunes combattants », a déclaré à l’AFP Majed Chouaïbi, porte-parole des forces dites du « Ceinture de sécurité ». Il a accusé les houthis, qui ont des positions proches de Dhale’e, de la responsabilité de l’attaque. Les forces du « Ceinture de sécurité » sont favorables à l’indépendance du sud du Yémen, qui était un Etat à part avant la fusion avec le nord en 1990.
    Début août, les houthis ont revendiqué une attaque contre une parade militaire près d’Aden, capitale du Sud, pendant laquelle 49 combattants séparatistes ont péri.
    La guerre au Yémen, où une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite combat au côté du pouvoir, a tué, selon diverses organisations humanitaires, des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des civils.
    Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d’assistance, selon l’ONU qui évoque régulièrement la pire crise humanitaire au monde.

    العربية @AlArabiya
     

    ماجد الشعيبي مسؤول إعلام جبهة الضالع عن الهجوم على حفل تخريج عسكريين: الميليشيات تحاول الرد على هزائمها المتلاحقة بالصواريخ التي جلبتها من مؤخرا

    Vidéo intégrée
    Voir les autres Tweets de العربية