Deraa

  • Syrie : 7 soldats syriens tués et 3 autres blessés à Deraa

    Imprimer

    7 soldats syriens ont été tués et 3 autres blessés, jeudi 9 septembre 2021, lorsque leur véhicule a été visé par un engin explosif planté au bord de la route, dans la province de Deraa, dans le sud du pays.

    L'engin explosif avait été placé sur la route reliant les villages de Nafi'a et Ain Zikr et a explosé au passage d'un véhicule de ravitaillement de l'armée syrienne.

    Mercredi 8 septembre, l'armée syrienne était entrée dans le fief des combattants de l'opposition dans la ville de Deraa, suite à un accord parrainé par Moscou. L'accord devrait mettre un terme à des mois de violents affrontements

    L'accord prévoit le désarmement de tous les rebelles présents dans la région de Deraa al-Balad dont é le nombre est estimé à environ 900. Ceux qui refusent d'abandonner leurs armes seront évacués vers la province d'Edleb, fief de la rébellion dans le nord du pays.

    Depuis fin juillet, la ville de Deraa est le théâtre de violents affrontements entre l'armée syrienne et les groupes armés locaux. Avant cette date, la région avait bénéficié pendant trois ans d'un calme relatif grâce à un règlement exceptionnel parrainé par la Russie qui prévoyait le maintien de combattants de l'opposition dans plusieurs zones du gouvernorat du sud, notamment les quartiers sud de la ville de Deraa, connus sous le nom de Daraa al-Balad.

    Au cours du mois dernier, la Russie a mené des négociations pour parvenir à un nouvel accord entre les deux parties, au cours desquelles environ 70 combattants de l'opposition ont été évacués de la ville vers les zones contrôlées par les factions de l'opposition dans le nord du pays.

    L'agence de presse syrienne "SANA" a publié un clip vidéo documentant le moment du déploiement d'unités de l'armée syrienne et des autorités compétentes à l'intérieur de la ville.

    Le correspondant de guerre de SANA à Deraa a déclaré que les unités de l'armée ont commencé à installer un certain nombre de points en vue du début des recherches et des opérations de ratissage dans la zone à la recherche d'armes, de munitions et d'engins explosifs, ainsi que d'éventuels rebelles armés et la détection de tunnels, de fortifications et de caches. Une fois cette phase terminée, il sera possible de rétablir les servies et les infrastructures de Deraa al-Balad. 

    Dès les premières fouilles de la zone, des unités de l'armée ont découvert un tunnel sous des bâtiments résidentiels dans le quartier de Daraa al-Balad, que les hommes armés utilisaient pour infiltrer et attaquer les quartiers résidentiels et les postes de contrôle de l'armée dans la ville de Deraa.

  • Syrie : L'armée syrienne est entrée dans les quartiers rebelles de Deraa

    Imprimer

    Les forces du régime syrien sont entrées, mercredi 8 septembre 2021, dans les quartiers rebelles de la ville septentrionale de Deraa, en vertu d'un nouvel accord de trêve négocié par la Russie, selon des médias officiels et une ONG.

    La ville de Deraa est le chef-lieu de la province du même nom contrôlée en grande partie par le régime depuis 2018. Des groupes rebelles contrôlent toujours quelques secteurs dans le cadre d'un précédent accord de trêve. Selon un nouvel accord qui a mis fin à de violents affrontements en juillet et août derniers, les soldats sont entrés dans Deraa al-Balad, nom donné aux quartiers sud de la ville qui étaient soumis pendant des mois à un siège du régime. Ils "ont hissé le drapeau national, installé des positions (militaires) et ratissé la zone en vue de la déclarer exempte de terroristes", a indiqué l'agence de presse officielle Sana en référence aux rebelles.  D'autres étapes sont prévues par l'accord qui, à terme, permettra au régime de contrôler tous les quartiers sud et ainsi l'ensemble de la ville de Deraa.

    L'accord a été négocié par la Russie, un allié du régime de Bachar al-Assad. Il offre aux rebelles qui remettent leurs armes et aux hommes n'ayant pas fait leur service militaire obligatoire la possibilité de rester à Deraa al-Balad. Ceux qui refusent de rendre les armes doivent être évacués vers d'autres régions rebelles dans le Nord. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les forces du régime vont fouiller toutes les maisons de Deraa al-Balad et prendre les noms de ceux qui ont décider d'y rester. Les combats meurtriers en juillet et août ont poussé près de 40.000 personnes, en majorité des enfants, à la fuite, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

    La ville de Deraa est le berceau du soulèvement antirégime de 2011 en Syrie, où la guerre a fait près de 380.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes. Bachar el-Assad avait pu inverser le cours de la guerre avec l'aide de ses alliés -Russie, Iran et Hezbollah-, enchaînant à partir de 2015 les victoires et reprenant les deux-tiers du territoire, au prix d'un bilan très lourd.

  • Syrie : Voiture piégée à Afrin et bombardements à Deraa malgré l'accord de cessez-le-feu

    Imprimer

    Une voiture piégée a explosé, dimanche 5 septembre 2021 dans la ville d'Afrin, dans le gouvernorat d'Alep, dans le nord de la Syrie, faisant trois morts.

    Par ailleurs, les forces gouvernementales ont bombardé Deraa al-Balad (sud) dans les premières heures de l'accord de cessez-le-feu.

    L'Etat turc de Hatay a indiqué dans un communiqué qu'une voiture garée dans le quartier d'Achrafieh au centre d'Afrin avait explosé dimanche après-midi, tuant 3 civils et en blessant 6 autres, dont 3 enfants.

    Il a ajouté que les blessés avaient été transportés à l'hôpital. Les forces de sécurité locales ont lancé une enquête sur l'attentat à la bombe en coordination avec la province de Hatay.

    Les forces turques avaient pris le contrôle de la ville d'Afrin dans le cadre de l'opération Rameau d'olivier, qu'elles ont menée en coopération avec l'armée nationale syrienne d'opposition en 2018.

    Bombardement de Deraa al Balad
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que 3 personnes avaient été tuées à Deraa Al-Balad à la suite de bombardements avec des missiles hautement explosifs des forces gouvernementales stationnées à proximité de la zone.

    L'observatoire a indiqué que le bombardement est intervenu dans les premières heures du cessez-le-feu temporaire négocié par la Russie entre les combattants de la ville et les forces gouvernementales.

    L'observatoire a indiqué qu'un calme prudent régnait sur les axes de Deraa al-Balad, le camp et la route d'Al-Sad dans le gouvernorat de Deraa, dimanche soir, les chars de l'armée syrienne tirant par intermittence sur plusieurs endroits de la zone. Les bombardements de l'armée syrienne se sont produits au moment même où la trêve temporaire à Deraa devait entrer en vigueur.

    Le dernier délai pour que les combattants rebelles se rendent ou acceptent d'être expulsés de la ville se termine lundi à dix heures du matin. L'armée russe soutiendra l'opération militaire que les forces gouvernementales menacent de lancer si les autorités locales et les combattants rebelles ne répondent pas à l'accord avec toutes ses clauses.

    Dans un contexte proche, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme a fait état de l'assassinat de deux membres du service de renseignement de l'armée de l'air dans la ville de Dael, dans la province de Deraa.

     

     

     

  • Syrie : L'armée syrienne intensifie son offensive contre un bastion rebelle à Deraa

    Imprimer

    Syrie : L'armée syrienne intensifie son offensive contre un bastion rebelle à Deraa - Nouvel accord sur un cessez-le-feu
    Les forces d'élite syriennes épaulées par des milices pro-iraniennes ont amplifié mardi 31 août 2021 leur offensive contre une enclave rebelle dans le sud-ouest du pays, près des frontières d'Israël et de la Jordanie, rapportent des habitants, des sources militaires et des représentants de l'opposition.

    Des habitants et des sources de l'opposition ont déclaré que la dernière offensive de l'armée « est survenue après une série d'attaques au cours des dernières 24 heures par des éléments affiliés à des groupes d'opposition armés contre des postes de contrôle et des points d'observation de l'armée à Dael, Jasim et d'autres villes du gouvernorat de Deraa ».

    Des témoins et des sources militaires ont indiqué que la quatrième division de l'armée syrienne avait tiré des dizaines de missiles sur ce berceau des manifestations pacifiques du printemps 2011 contre le régime syrien, réprimées dans le sang, avant que le pays ne plonge dans la guerre civile.

    D'après des sources militaires, les troupes qui encerclent le bastion rebelle depuis deux mois ont déployé lundi des renforts afin de lancer l'assaut dans le centre de Deraa.

    Plusieurs milliers de familles ont fui vers des zones plus sûres près de la frontière jordanienne gardée par l'armée du pays, selon une source du renseignement occidental.

    L'armée syrienne a quant à elle déclaré qu'au moins quatre soldats avaient été tués dans des embuscades à Sanamein et Nawa, et que les bombardements des rebelles avaient fait plusieurs victimes dans des zones résidentielles.

    Les forces du gouvernement, aidées par la puissance aérienne russe et les milices iraniennes, avaient repris la province de Deraa en 2018, Moscou assurant à l'époque à Israël et aux États-Unis qu'il empêcherait les milices soutenues par l'Iran d'empiéter sur la région frontalière.

    Si cet accord a forcé des milliers de rebelles soutenus par l'Occident à remettre des armes lourdes, il a également empêché les forces de Bachar el-Assad d'entrer dans Deraa al-Balad, resté entre les mains de l'opposition.

    Les ex-rebelles auraient refusé auprès des médiateurs russes de céder leurs armes légères et de permettre aux troupes de l'armée syrienne d'installer des points de contrôle à l'intérieur de Deraa al-Balad, d'après des habitants.

    Des responsables et des habitants de la province ont déclaré que les forces pro-Assad avaient bloqué l'approvisionnement en nourriture, médicaments et carburant du quartier, mais avaient néanmoins ouvert un couloir pour que les civils puissent en sortir.

    forward_2.gifNouvel accord sur un cessez-le-feu
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a indiqué qu'un accord de cessez-le-feu avait été conclu mardi, entre le gouvernement et des dignitaires de Deraa selon une feuille de route proposée par la Russie afin de parvenir à une solution pacifique mettant fin au regain de violence dans la province. 

    L'OSDH a déclaré qu'"il a été convenu avec le comité de sécurité (du gouvernement syrien) et la délégation russe de mettre en œuvre" l'accord dès mercredi 1er septembre.

    Les termes de l'accord, selon l'observatoire, incluent "un cessez-le-feu, des colonies pour ceux qui sont recherchés, la remise des armes et le déplacement de ceux qui ne souhaitent pas mener de règlement".

    Il stipule également « l'entrée de la police militaire russe à Daraa al-Balad et le hissage des drapeaux russe et syrien. Trois points communs ont été établis entre la sécurité militaire et la huitième brigade du cinquième corps ».

    L'OSDH a cité des sources disant que « des notables de diverses régions de Deraa sont entrés dans la ligne de négociations avec le Comité central de Deraa al-Balad, à la demande de la Russie, pour persuader un certain nombre de militants de remettre leurs armes complètes et les expulser vers le nord de la Syrie.

    Résumé de l'ccord de cessez-le-feu
    1-Cessez-le-feu
    2-Levée des drapeaux syrien et russe
    3-Établir trois points de contrôle dotés de la sécurité militaire et de la huitième brigade de la 5e division (pro-russe)
    4-Remise des armes, conciliant le statut des individus recherchés et le déplacement de ceux qui refusent l'accord

     

  • Syrie: quatre soldats tués dans les combats à Deraa

    Imprimer

    Quatre soldats syriens ont été tués, lundi 30 août 2021, dans une attaque des rebelles contre des postes de contrôle de l'armée dans la province méridionale de Deraa, ont rapporté les médias officiels, alors que l'escalade des violences menace un accord de trêve.

    Au moins un civil et un combattant de l'opposition ont été tués, a déclaré de son côté à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Les rebelles attaqué des points de contrôle et des positions militaires des forces du régime dans la ville d'al-Sanamayn dans la campagne nord de Deraa, en plus d'une attaque menée par d'autres, visant un point de contrôle de la quatrième division à la périphérie de la ville de Sahem al-Golan dans la parite occidentale de la province de Deraa. 

    Berceau du soulèvement anti-régime de 2011, la région de Deraa a été reconquise par le gouvernement en 2018 mais certains rebelles, autorisés à y rester dans le cadre d'un précédent accord de cessez-le-feu, en contrôlent encore certaines parties.

    Fin juillet, de violents affrontements ont éclaté entre les deux camps alors que le régime tente de reconquérir la région. Il a imposé un siège paralysant Deraa al-Balad, grand quartier du sud de la ville éponyme.

    La semaine dernière, les rebelles ont commencé à évacuer la zone dans le cadre d'un nouvel accord de trêve négocié par la Russie. Les récents affrontements ont toutefois considérablement compromis l'accord, des batailles faisant rage lundi dans plusieurs parties de la province.

    Selon l'agence de presse officielle Sana, l'attaque contre des postes de contrôle de l'armée à Deraa a tué quatre soldats et en a blessé 15 autres.

    L'OSDH a indiqué que les forces du régime, soutenues par des miliciens pro-iraniens, avaient intensifié les tirs d'artillerie contre Deraa al-Balad plus tôt dans la journée. Elles ont tiré 20 missiles sol-sol sur des quartiers résidentiels des zones assiégées de Deraa al-Balad, après minuit dimanche et lundi. 3 civils ont été tués dimanche par les bombardements du régime.  Deux hommes qui ont été tués à Deraa Al-Balad et une femme par une attaque de missile visant la ville de Jalin, à l'ouest de Deraa.

    La reprise des affrontements  coïncide avec les tentatives de la quatrième division, soutenue par les milices qui sont fidèles au régime, d'avancer vers les quartiers assiégés de Daraa al-Balad. La région résonne des tirs quasi ininterrompus des mitrailleuses lourdes et des grenades propulsées par fusée (RPG) sur le axes de la combat. Les rebelles affirment avoir déjoué les attaques de la quatrième division. Vidéo. A noter que la 16e brigade de l'Armée syrienne a également gagné le front de Deraa le 24 août et a participé aux combats du 29 août. L'unité était principalement stationnée dans le nord d'Alep. La 16e division est une ramification des Tiger Forces, dirigées par le brigadier général Salah Sabaa et entièrement soutenues par la Russie.daraa-7.jpeg

    Un comité de Deraa, affilié à l'opposition, a déclaré dimanche que l'accord de trêve "s'était effondré" en raison des violations du régime syrien et de l'insistance du gouvernement à appliquer des mesures non reconnues dans l'accord initial.

    Les « Comités centraux de Houran » ont publié un communiqué dans lequel ils annonçaient la mobilisation générale dans tous les quartiers du gouvernorat de Deraa après l'escalade importante dans les quartiers de Deraa al-Balad.

    Le communiqué explique « malgré toutes ses tentatives pacifiques et négociées pour parvenir à des solutions satisfaisantes pour tous afin d'arrêter les meurtres, la famine et la destruction, les forces du régime insistent pour entraîner la région dans une guerre brutale menée par des officiers iraniens et des milices sectaires multinationales. ." 

    La déclaration a conclu en déclarant "la mobilisation générale dans chaque Houran en réponse à l'appel de notre peuple à Deraa al-Balad et en déclarant la guerre dans chaque Houran à moins que le régime n'arrête immédiatement la campagne militaire et commence à lever le siège."

    De son côté, le gouvernement syrien accuse les rebelles d'être responsables de l'échec de cessez-le-feu.

    L'accord de trêve initial prévoyait le départ d'une centaine de combattants rebelles de Deraa al-Balad pour le nord de la Syrie et la remise des armes des combattants restants.

    En échange, le gouvernement mettrait fin aux attaques et lèverait son siège affectant 40.000 résidents, notamment avec des coupures d'eau et d'électricité et un manque de nourriture et de services.

    Plus de 50 rebelles ont déjà quitté la zone, selon l'OSDH, mais il n'y avait aucun signe lundi que les évacuations se poursuivraient.

    Les combats ont fait plus de 38.000 déplacés en l'espace d'un mois, a indiqué l'ONU la semaine dernière.

  • Syrie : 5 soldats syriens tués dans l'explosion de leur véhicule à Deraa (Sud)

    Imprimer

    Cinq soldats syriens, dont un officier, ont été tués et deux autres ont été blessés jeudi 19 août 2021, lorsqu'un engin explosif a explosé dans une voiture dans laquelle ils circulaient dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie, au moment où des négociations se poursuivent sous médiation russe entre le la population et le gouvernement pour désamorcer les tensions dans la province.

    Les médias locaux ont rapporté que la voiture se trouvait sur la route entre les villes de Nafaa et Ain Dhikr (Al-Shubruk) dans la partie occidentale de la province de Deraa lorsque des assaillants inconnus l'ont prise pour cible.

    Le « Parti Baas socialiste arabe » au pouvoir en Syrie ont indiqué que parmi les victimes se trouvait un officier ayant le grade de capitaine, et ont indiqué que le véhicule appartenait à la 112e brigade.

    La ville de Deraa est engagée dans des négociations pour trouver une solution pacifique à la situation locale, et un centre de coordination a été formé pour organiser et conduire les négociations, après avoir conclu un accord de cessez-le-feu de deux semaines, selon Adnan al-Masalma, un porte-parole du Comité central de négociation de Deraa.

    Dans des déclarations faites lundi à la chaîne de télévision Al-Hadath, Rami Abdel Rahman, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), a déclaré que le conflit à Deraa oppose en fait la Russie et l'Iran.

    Abdul Rahman a ajouté : "Le renseignement de l'armée de l'air et la quatrième division, qui est proche de l'Iran, empêchent de parvenir à un accord permanent à Deraa, tandis que la Russie et le renseignement militaire ne veulent pas que les tensions se poursuivent dans la province".

    Pour le gouvernement syrien la responsabilité du retard dans les négociations incombe aux comités centraux de Deraa, qu'il affirme être responsables d'entraves aux négociations, après avoir rejeté toutes ses conditions.

    Parmi les conditions figurent la remise des personnes recherchées par la sécurité à Daraa al-Balad, et la remise de toutes les armes légères et moyennes entre les mains de la population. En contrepartie,  des points militaires et de sécurité seront déployés ultérieurement.

    Les familles des quartiers de Deraa al-Balad, au nombre de 11 000, vivent dans des conditions de vie difficiles, selon ce que l'ONU a indiqué dans un rapport publié le 30 juillet, dans lequel il est dit que ce qui se passe actuellement dans le sud de la Syrie a conduit à la mort de civils et au déplacement de milliers de personnes de la région.

    Les familles ont du mal à se ravitailler en raison du siège qui leur a été imposé pendant près de 45 jours, et elles sont soumises de temps à autre à des bombardements de chars et des tirs de mitrailleuses lourdes provenant des forces de la Quatrième division, selon des militants et des journalistes du sud de la Syrie.

     

  • Syrie : La Russie arrête l'offensive des forces d'Assad et des milices iraniennes sur Deraa

    Imprimer

    Des sources médiatiques russes ont annoncé la décision du commandement militaire syrien de la ville de Deraa d'arrêter son attaque contre la ville de Deraa et la partie occidentale de la province, dans ce qu'il a décrit comme "en réponse à une initiative présentée par l'allié russe".

    Assad et des mercenaires iraniens cessent leur attaque contre Deraa
    Selon ce qui a été rapporté par l'agence de presse russe « Spoutnik », « le commandement des opérations de l'armée arabe syrienne à Deraa a approuvé un cessez-le-feu complet et immédiat, après que la proposition russe ait été reçue hier après-midi, mercredi 11 août, comme une dernière tentative d'une solution pacifique pour empêcher le lancement d'une opération militaire potentiellement coûteuse.

    Détails de la proposition russe
    Selon les détails fournis par la source russe, Moscou a suggéré que ce qu'elle a décrit comme des "groupes armés" dans (quartier de Daraa Al-Balad) s'engagent à remettre leurs armes à l'État syrien conformément aux termes de l'accord de réconciliation qui a été conclu sous les auspices russes en 2018, et l'extraction des rebelles qui rejettent l'accord vers la région du Grand Edleb contrôlée par les jihadistes de Hayat Tahrir ash-Sham.

    Ceci est la dernière solution pacifique 
    Les sources ont confirmé que la proposition de l'allié russe est la dernière solution pacifique pouvant être mise en œuvre afin d'éviter une action militaire qui pourrait s'imposer au cas où des "groupes armés" ne respecteraient pas ses termes.

    Les forces du régime, en particulier la quatrième division, dirigée par le général de division Maher, frère du chef du régime syrien, appuyées par des milliers de milices iraniennes, ont lancé une attaque contre Daraa al-Balad, faisant des dizaines de morts et de prisonniers avant de reculer face à la résistance des défenseurs de la ville assiégée et affamée depuis près de deux mois.

    Cette  médiation n'est pas la première de la Russie pour arrêter les combats mais les milices iraniennes ont souvent violé les accords appuyant les tentatives de la quatrième division de s'emparer de la région rebelle.