Densus 88

  • Indonésie : La police déjoue un attentat islamiste visant la communauté chinoise

    Imprimer

    On a appris que quatre membres du Front de défense islamique (FPI) planifiaient de d'organiser des attentats contre des entreprises appartenant à la communauté Chinoise ainsi que contre des magasins appartenant à des Indonésiens d'origine chinoise, tandis que d'autres avaient prévu d'attaquer la police et l'armée à l'aide de bombes à l'acide et des bombes artisanales.

    Les terroristes ont été arrêtés le 29 mars à Jakarta et à Java occidental par l'équipe spéciale de lutte contre le terrorisme de la police indonésienne  Densus 88 - Les arrestations ont eu lieu le lendemain de l'attentat à la bombe contre l'église de Makassar, en Sulawesi du Sud, avec lequel les membres du FPI n'ont pas été liés.

    Cinq bombes artisanales ont été saisies au domicile de l'un des suspects, ainsi que 5,5 kg de matières explosives, dont 1,5 kg de triperoxyde de triacétone (TATP). Selon la police. Il s'agissait d'assez d'explosifs pour fabriquer 70 bombes supplémentaires.

    L'une des personnes arrêtées, Ahmad Junaidi, a déclaré qu'il était un sympathisant du FPI qu'il avait assisté à des sessions hebdomadaires d'étude coranique dirigées par un autre des terroristes arrêtés,  Husein Hasni. Dans une vidéo publiée par le portail d'informations Detik.com, Ahmad a révélé qu'après chaque session, le groupe discutait des derniers problèmes auxquels le pays était confronté, et qu'ils avaient conclu que l'Indonésie était «contrôlée par la Chine». Husein Hasni, a déclaré qu'il était membre du FPI et a affirmé que son dernier poste dans l'organisation était le chef adjoint du jihad de Jakarta Est.

    «Ma maison était l'endroit où les bombes ont été fabriquées. Jje sais comment fabriquer des bombes à partir de TATP et de poudre flash », a-t-il déclaré dans la vidéo.

    Husein a affirmé avoir donné des leçons de fabrication de bombes aux membres du FPI, et le plan était qu'après la fabrication de centaines de bombes artisanales, elles seraient distribuées à la branche du FPI et aux conseils de direction régionaux dans toute l'Indonésie. «Les cibles de ces bombes sont l'armée et la police ainsi que les installations publiques», a-t-il déclaré.

    Un autre suspect, Bambang Setiono, a avoué être un sympathisant du FPI depuis décembre 2020. Il a reconnu avoir planifié des attaques, comme lancer des bombes artisanales, contre des Indonésiens d'origine chinoise et des magasins appartenant à des Chinois. Il voulait également attaquer les stations-service avec des cocktails Molotov pour exiger la libération du chef du FPI Habib Rizieq Shihab, arrêté en décembre 2020 pour avoir enfreint les règles de santé de la Covid-19. Bambang a également révélé les plans des membres du FPI d'attaquer les policiers avec des cocktails d'acide et Molotov.

    Tendance inquiétante
    La nouvelle de la planification d'attaques anti-chinoises est venue alors que la colère bouillonnait parmi les membres et sympathisants du FPI, qui se comptent par centaines de milliers, après l'arrestation de leur chef et l'interdiction de leur organisation par le gouvernement.

    Étant donné que les citoyens d'origine chinoise ont été victimes de discrimination par l'État dans le passé, certains analystes craignent que la communauté, qui représente environ 5% de la population indonésienne de 270 millions d'habitants, puisse à nouveau subir de violentes attaques.

    «Je suis personnellement inquiet pour la sécurité des Indonésiens d'origine chinoise et des Chinois de Chine », a déclaré Mohamad Adhe Bhakti, directeur exécutif du Center for Radicalism and Deradicalisation Studies (PAKAR).

    Adhe a déclaré que selon la base des informations qu'il avait reçues, il semblait que les complots des membres du FPI étaient motivés par leur colère et leur déception envers le gouvernement concernant les privilèges accordés aux investisseurs chinois et aux sino-indonésiens - un ressentiment alimenté par le ralentissement économique provoqué par le gouvernement. La pandémie de Covid-19, qui a entraîné la perte d'emplois de millions de personnes.

    "Les auteurs ont estimé que le gouvernement n'avait pas été équitable et cela les a amenés à devenir jaloux envers la Chine et les Indonésiens d'origine chinoise", a déclaré Adhe.

    Selon l'Office d'investissement indonésien, la Chine était le deuxième investisseur étranger de l'Indonésie en 2020, avec 4,8 milliards de dollars US d'investissements, derrière les 9,8 milliards de dollars US de Singapour.

    Adhe a déclaré que la religion et la géopolitique étaient sont les facteurs pour lesquels la Chine est ciblée par les extrémistes islamistes.

    Les ressortissants chinois et les sino-indonésiens sont considérés comme des «infidèles» car la plupart d'entre eux sont non musulmans, a déclaré Adhe, ajoutant que les extrémistes étaient également irrités par la répression des musulmans ouïgours en Chine et la crise des Rohingyas au Myanmar.

    Depuis 2017, plus de 700000 musulmans rohingyas ont été chassés de l'État de Rakhine par l'armée du Myanmar, un pays à majorité bouddhiste. Adhe a déclaré que même s'il s'agissait d'un problème du Myanmar, cela «met encore en quelque sorte l'ethnie indonésienne-chinoise à la portée du FPI, car la majorité d'entre eux sont bouddhistes».

    Iwa Maulana, chercheuse au Center for Detention Studies de Jakarta, a déclaré que les menaces du FPI contre les Chinois devaient être prises au sérieux car la perception que «la Chine contrôle l'Indonésie» n'était pas seulement le fait des suspects arrêtés mais également partagée par «des milliers de Indonésiens ».

    «Ces personnes en question ont des problèmes personnels, une vie difficile, pas de revenus… et maintenant elles ont une cible, les industries chinoises, qui sont présentées comme la source de leurs griefs», a-t-il dit. «Vous pouvez imaginer que si les gens pouvaient être mobilisés en si grand nombre pour commettre des actes de violence, ce serait une menace sérieuse.»

    Maulana a déclaré que la présence de travailleurs chinois du continent en Indonésie a enflammé les tensions, car ils sont perçus comme volant les emplois des habitants. 

    En mai 2020, il y avait 98 900 travailleurs étrangers en Indonésie, ce qui représente moins de 0,1 pour cent de la main-d'œuvre totale de l'Indonésie (124 millions). Les travailleurs chinois constituaient le groupe le plus important avec 35 781, suivis du Japon et de la Corée du Sud avec 12 823 et 9 097, respectivement.

    Adhe de PAKAR a déclaré que le centre avait enregistré au moins cinq complots terroristes contre des entreprises chinoises et des Indonésiens d'origine chinoise au fil des ans. Parmi eux, une alerte à la bombe en 2012 dans un temple de Glodok, un centre pour les entreprises chinoises à Jakarta, a-t-il déclaré.

    Jemaah Ansharut Daulah (JAD), la filiale indonésienne de l'État islamique (Daech), a également pris pour cible plusieurs entreprises gérées par Indonésiens d'origine chinoise, a déclaré Maulana du Center for Detention Studies.

    Le problème n'est pas de savoir si les Chinois seront la cible d'attaques terroristes en Indonésie,  mais quand?"

    COMMUNAUTÉ EN ALERTE
    Les aveux des membres du FPI inquiètent les membres de la communauté ethnique chinoise d'Indonésie, qui ont déjà été victimes d'attaques sporadiques.
    «Je suis assez inquiet. Tous les membres de ma famille essaient d'éviter les lieux publics », a déclaré un étudiant sino-indonésien de 21 ans à Jakarta
    .
    Vianka, une architecte de 22 ans, a déclaré qu'elle n'était pas inquiète mais les nouvelles récentes l'ont sensibilisée aux problèmes actuels. «Nous devons rester concentrés et élever notre niveau de sensibilisation», a-t-elle déclaré.

    Johanes Herlijanto, professeur à l'Université Pelita Harapan de Jakarta, a déclaré que la situation actuelle était loin des événements de 1998, lorsque la crise financière asiatique avait déclenché des émeutes à Jakarta et que des entreprises appartenant à des Indonésiens d'origine chinoise avaient été pillées et incendiées. Quelque 1 200 personnes sont mortes dans les violences et beaucoup de la communauté chinoise ont fui le pays.

    Herlijanto a noté que de nombreux Indonésiens autochtones, ou pribumis, ne faisaient pas la différence entre les Indonésiens d'origine chinoise et ceux qui venaient de Chine pour travailler ou créer des entreprises.

    «Tionghoa a été pendant trop longtemps perçu par une grande partie de la société indonésienne comme représentative de la classe riche», a-t-il dit, en utilisant un mot indonésien faisant référence au chinois ethnique.

    «Cette perception est loin d'être la vérité mais elle est ancrée [dans la psyché indonésienne] depuis bien trop longtemps. Beaucoup de Tionghoa appartiennent à la catégorie des classes moyennes et inférieures. Mais ceux qui se sentent opprimés auront le sentiment qu'en ciblant les Chinois de souche, ils visent les riches. »

     

  • Indonésie : 18 arrestations dans l'affaire de l'attentat suicide contre la cathédrale de Makassar

    Imprimer


    Le Détachement spécial (Densus) 88 de la police antiterroriste a arrêté 18 membres du groupe Vila Mutiara. Ils sont soupçonnés d'être directement liés à l'attentat suicide exécuté par un couple de jeunes mariés radicalisés à la cathédrale de Makassar , dans le sud de Sulawesi.

    Les 18 personnes arrêtées sont soupçonnées d'être impliquées dans l'attentat anti-chrétien de la cathédrale de Makassar.Elles sont toutes membres du groupe Mutiara Vila", a déclaré Karo Penmas, brigadier général de la Division des relations publiques de la police, lors d'une conférence de presse jeudi 1er avril 2021.

    L'une des 18 personnes arrêtées est accusée d'être le cerveau de l'attentat. C'est lui qui a fabriqué les bombes qui ont été amenées par le couple à la cathédrale.  

    Rusdi a promis que Densus 88 allait poursuivre l'enquête et procéder à d'autres arrestations de terroristes présumés soupçonnés d'avoir joué un rôle dans l'attentat suicide.

    Le groupe de Vila Mutiara est connu pour être un groupe d'étude et un lieu de rencontre pour les membres du réseau Jamaah Ansharut Daulah (JAD).

     

     

     

  • Indonésie/Malaisie : Les partisans de l'Etat islamique appellent à plus de violence contre les Chrétiens pendant la semaine sainte

    Imprimer

    L'attentat suicide commis par un couple de jeunes mariés radicalisés dans la ville de Makassar a eu lieu le dimanche des Rameaux, une semaine avant Pâques, et à l'approche du mois de Ramadan.

    La police a arrêté huit suspects ayant des liens avec le couple et a trouvé une cache d'explosifs et de matériel de fabrication de bombes à Jakarta.

    Les partisans indonésiens de État islamique ont appelé à de nouvelles attaques contre les Chrétiens après qu'un couple de jeunes mariés radicalisés a commis dimanche un attentat-suicide dans une cathédrale du sud de Sulawesi, pendant ce qui est considéré comme une période sacrée pour les chrétiens et les musulmans - tandis que la police antiterroriste a découvert lundi cinq bombes artisanales pendant des raids à Jakarta et à l'ouest de Java.

    Le couple indonésien - qui s'est marié il y a six mois - a été les seules victimes de l'attentat à la bombe de la ville de Makassar qui a fait 20 blessés et a été attribué à Jamaah Ansharut Daulah (JAD), le plus grand groupe lié à l'Etat islamique dans le pays.

    La police a déclaré que le couple, qui étaient tous les deux membres du groupe, avait été tué sur le coup après avoir tenté de conduire une moto dans l'enceinte de l'église et ont fait exploser leur  bombe remplie de clous après au moment où ils étaient interpellé par les gardes de sécurité. Les autorités ont ajouté que le mari avait laissé une note de suicide pour dire qu'il était prêt à mourir en martyr, tandis que les médias locaux ont rapporté mardi que la femme était enceinte de quatre mois.

    Cette attaque kamikaze, qui a eu lieu le dimanche des Rameaux, une semaine avant la fête chrétienne de Pâques, et pendant le mois sacré musulman de Sya'aban qui précède le mois de jeûne du Ramadan - a placé les forces de sécurité et les analystes en état d'alerte maximum.

    L'Indonésie, la nation musulmane la plus peuplée du monde, souffre périodiquement d'attaques terroristes. Il existe une tradition de telles attaques à l'approche du Ramadan, qui commencera à la mi-avril 2021.  il y a eu plusieurs attentats en 2000, des attentats à la bombe contre l'église de Surabaya en 2018 et d'une tentative d'attentat suicide dans un poste de police de Jakarta en 2019.
    Le JAD, qui compte des milliers de sympathisants dans le pays, a été à l'origine de toutes les attaques terroristes majeures en Indonésie au cours des cinq dernières années - la police et les non-musulmans étant les principales cibles.

    «La police est ciblée car elle est considérée comme un obstacle [à la cause], tandis que les non-musulmans sont visés parce que les militants sont convaincus que c'est un ordre de Dieu», a déclaré Nasir Abas, l'ancien chef de la branche Asie du Sud-Est d'al-Qaïda , Jemaah Islamiah (JI).

    Ces attaques devraient se poursuivre, selon Nasir, car elles sont enracinées dans un appel lancé en 2015 par feu le dirigeant de l'Etat islamique, Abu Bakr al-Baghdadi, qui a exhorté ses partisans à mener des attaques où qu'ils soient dans le monde. Al-Baghdadi est mort en 2019 en faisant exploser son gilet-suicide lors d'un raid des forces spéciales américaines dans le nord de la Syrie.

    «Le JAD, affilié à l'Etat islamique depuis ses débuts, s'est engagé à mener à bien l'appel [de Baghdadi] jusqu'à aujourd'hui», a déclaré Nasir. «[Les militants] ne s'arrêteront pas tant qu'un califat ne sera pas établi [en Indonésie].»

    Nasir, qui était autrefois connu comme le terroriste le plus recherché d'Asie du Sud-Est, a déclaré que le chef d'Al-Qaïda, Oussama ben Laden, avait lancé un appel similaire en 1998-99 lorsqu'il a exhorté ses partisans à tuer des civils des États-Unis et de ses pays alliés.

    «Certains membres du JI ont accepté d'exécuter cet appel tandis que d'autres ne l'ont pas fait, y compris moi-même», a déclaré Nasir, qui a quitté le groupe en 2003 car il n'était pas d'accord avec son passage au djihad violent. Il a été arrêté cette année-là et libéré en 2004, et a depuis aidé le gouvernement indonésien dans ses efforts de dé-radicalisation.

    JI était à l'origine de l'attaque la plus meurtrière de l'Indonésie, les attentats de Bali de 2002, qui ont tué 202 personnes. Nasir n'a pas été impliqué dans l'attaque.

    Les partisans de l'Etat islamique ont utilisé lundi les médias sociaux pour appeler à davantage d'attaques en Indonésie, en continuation de l'attaque de Makassar, selon des analystes, dont Muh Taufiqurrohman, chercheur principal au Center for Radicalism and Deradicalisation Studies (PAKAR) basé à Jakarta.

    Sur la base de la surveillance par PAKAR des groupes radicaux sur les médias sociaux, Taufiqurrohman a indiqué que es appels provenaient de groupes en ligne en Indonésie et en Malaisie. «Ils ont également appelé à l'utilisation de bombes plus puissantes», a-t-il déclaré.

    Après l'attentat suicide de dimanche, l'unité de police antiterroriste indonésienne Densus88, ou détachement 88, a fait une descente dans plusieurs endroits à Java occidental, à Jakarta et au domicile des kamikazes à Makassar.

    Quatre hommes ont été arrêtés à Jakarta, bien que les autorités aient confirmé par la suite qu'ils n'étaient pas liés à l'attentat de dimanche. Les raids dans la capitale ont également permis de saisir 5,5 kg d'explosifs puissants - y compris le triperoxyde de triacétone, qui est souvent utilisé par l'Etat islamique - ainsi que cinq bombes artisanales actives, selon le chef de la police nationale Listyo Sigit Prabowo.

    «Lorsque la police a arrêté les suspects, des bombes ont été trouvées dans leurs maisons qui avaient déjà été assemblées. Cela signifie qu'ils avaient l'intention de mener de nouvelles attaques », a déclaré l'ancien chef du JI Nasir.

    Des uniformes avec les initiales «FPI», qui signifie le Front des défenseurs islamiques, un groupe extrémiste interdit en janvier, ont également été saisis lors des raids de Jakarta. 

    Mardi, la police a arrêté trois femmes liées à l'attaque de Makassar. L'une des femmes avait «motivé» les kamikazes à mener le djihad, a déclaré le porte-parole de la police nationale Ahmad Ramadhan aux journalistes, tandis qu'une autre suspecte était la belle-sœur de l'un des kamikazes.

    L'unité Densus88 a arrêté 94 suspects terroristes depuis le début de l'année, a déclaré Ahmad, ajoutant que cela montrait que les militants planifiaient toujours des attaques en Indonésie.

    Cinq autres suspects soupçonnés d'avoir des liens avec les assaillants ont été arrêtés dimanche et lundi dans la ville de Bima, dans la province de Nusa Tenggara Ouest.

    Avec les dernières arrestations, le PAKAR estime qu'il y a actuellement 70 membres du JAD à Makassar, ce qui a conduit le chercheur principal Taufiqurrohman à dire que les attaques terroristes vont probablement se poursuivre dans la ville.

    «Leur méthode d'attaque préférées sont les bombes, plutôt que les coups de couteau, comme on peut le voir avec ce qui s'est passé dans le passé», a-t-il dit, ajoutant que les membres du groupe étaient susceptibles de choisir les bombes car elles causaient «plus de victimes et faisaient la une des journaux».

    Le porte-parole de la police nationale, Ahmad, a déclaré que la police avait reçu pour instruction de cartographier les zones «vulnérables à la violence et à l'intolérance» afin que les autorités puissent renforcer le réseau de renseignement dans ces zones et prendre les mesures de sécurité appropriées.