Deir ez-Zhor

  • Syrie : Frappes de Tsahal sur des cibles à Alep, Lattaquié et Deir ezZor

    Imprimer

    (image d'archive)

    Mardi 6 septembre, peu après 20h00, les médias syriens ont fait état de frappes aériennes contre des cibles sur la partie militaire de l'aéroport d'Alep (Nayrab) et dans la région de Lattaquié. Damas affirme que les attaques ont été menées par l'armée de l'air israélienne. Cinq missiles auraient été tirés depuis la mer Méditerranée.

    L'agence d'État syrienne SANA affirme que les défenses aériennes syriennes ont pu abattre plusieurs missiles israéliens visant des cibles à Alep.

    Les médias de l'opposition syrienne ont confirmé que des cibles à Alep et à Lattaquié avaient été touchées par les avions de Tsahal. La piste de l'aéroport international d'Alep a été endommagée. Tous les vols entrants et sortants de l'aéroport d'Alep ont été transférés vers l'aéroport international de Damas, ce qu'a confirmé Sana.

    Selon les informations préliminaires, des objectifs appartenant aux forces pro-iraniennes ont été touchés.

    Il convient de noter qu'à Deir ezZor, au cours du mois de juillet, les frappes ont généralement été menées par les forces de la coalition dirigée par les États-Unis, et non par Tsahal.

    Il s'agit de la deuxième attaque attribuée à l'armée de l'air israélienne contre l'aéroport d'Alep au cours des sept derniers jours.

    Le 31 août, une frappe aérienne à l'aéroport d'Alep avait détruit des dépôts d'armes et de munitions des forces pro-iraniennes. Selon l'OSDH, un total de trois missiles avaient été tirés, atteignant leurs cibles avec précision, causant des dégâts importants. Le même jour, des installations militaires iraniennes à Masyaf avaient été attaquées. La piste de l'aéroport d'Alep avait également été endommagée, ce qui a été confirmé par des images satellites. Les images fournies  par la société israélienne ImageSat International, l'opérateur du satellite d'observation Eros-B et fournit des solutions de renseignement, ont permis de conclure que la frappe de la piste de l'aéroport d'Alep (contrairement, par exemple, aux récentes frappes sur la piste de l'aéroport de Damas) n'avait pas pour but de le désactiver pendant un long moment, mais n'a été menée que pour empêcher un avion iranien d'atterrir. Il s'agissait également d'un avertissement qu'à l'avenir, si des tentatives sont faites pour restaurer les dépôts d'armes des forces pro-iraniennes à Alep et leur livrer de nouvelles armes, la piste de l'aéroport pourrait être détruite de manière plus importante.

    L'aéroport d'Alep est d'une grande importance pour le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) qui l'utilise pour transporter des armes et des experts militaires d'Iran vers le sud de la Syrie  et le Liban.

  • Syrie : L'Etat islamique menace près de 20 employés de l'administration autonome à Deir Ezzor

    Imprimer

    L'Etat islamique a menacé des employés de l'Assemblée populaire de « l'administration autonome » avec un message papier.

    Des membres de l'Etat islamique ont mis un papier avec la marque de l'Etat islamique sur la porte de l'Assemblée du peuple dans la ville d'Al-Hariji dans la province de Deir Ezzor.

    Le message contenait les noms et le poste de 18 employés et la phrase «prévenu est prévenu» dans une menace directe de les tuer.

    Il convient de noter que l'Etat islamique a mené une série d'attaques contre des positions des FDS et des postes militaires dans de nombreuses zones de la province de Deir Ezzor contrôlée par les FDS et le Conseil militaire de Deir Ezzor.

    Mardi soir 9 août 2022, l'Etat islamique a attaqué un véhicule militaire des FDS dans le village d'Al-Wahid, tuant des membres des FDS et en blessant d'autres.

  • Сирия: Pоссийские военные укрепляются на севере Сирии

    Imprimer

    Российские военные провели воздушную разведку вокруг города Таль-Рифат и прилегающих районов на севере Сирии, чтобы укрепить свои позиции, сообщает турецкое агентство Anadolu.

    Сообщается также, что российские военные доставили на аэродром "Камышлы" ЗРК "Панцирь-С1".

    В публикации Anadolu говорится о том, что армия РФ пытается "помешать террористическим группировкам, поддерживаемым Ираном, усилить свое влияние в Таль-Рифате".

    В этом контексте турецкое агентство утверждает, что российские военные в конце мая не допустили встречи между представителями курдского командования и иранцами, применив для этого РСЗО "Град".

    Anadolu пишет об увеличении численности российских военнослужащих в сирийских районах Айн-Иса, Таль-Тамр, Манбидж, Айн эль-Араб и Камышлы.

    6 мая израильский сайт Debka сообщал, что российские подразделения, дислоцированные в Сирии, якобы собираются на авиабазах "Хмеймим", "Камышлы", "Дир аз-Зур" и Т4, "готовые к переброске некоторых из них на украинский фронт". Со ссылкой на неназванные военные источники Debka утверждал, что "русские передают ключевые базы иранской Революционной гвардии и "Хизбалле"". Данная публикация сайта Debka не была подтверждена никакими источниками в Израиле или в Сирии.

  • Syrie : L'armée russe se renforce dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée russe a effectué une reconnaissance aérienne autour de la ville de Tal Rifaat et des zones environnantes dans le nord de la Syrie pour renforcer sa position, selon l'agence de presse turque Anadolu.

    Il est également rapporté que l'armée russe a installé un système de défense aérienne Pantsir-S1 sur l'aérodrome de Qamishli.

    Selon l'agence turque Anadolu, l'armée russe essaie "d'empêcher les milices soutenus par l'Iran d'accroître leur influence à Tal Rifaat".

    L'agence turque affirme que l'armée russe a empêché fin mai une rencontre entre des représentants du commandement kurde et les Iraniens, en tirant des missiles Grad sur le secteur où devait se dérouler la rencontre.

    Anadolu a constaté une augmentation du nombre de soldats russes dans les régions syriennes d'Ain Isa, Tal Tamr, Manbij, Ain al-Arab (Kobane en Kurde) et Qamishli.

    Le 6 mai, le site Internet israélien Debka avait rapporté que des unités russes stationnées en Syrie auraient été rassemblées sur les bases aériennes de Hmeimim, Qamishli, Deir ezZor et T4, dans l'éventualité d'un transfert sur le front ukrainien ». Citant des sources militaires anonymes, Debka a affirmé que "les Russes remettraient les bases clés aux Gardiens de la révolution iraniens (CGRI) et au Hezbollah". Cette information, publiée sur le site Web de Debka, s'est révélée fausse.

  • Syrie : Des centaines de jihadistes ont fui la prison de Ghweyran, dont deux "émirs" de Daech

    Imprimer

    L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a publié de nouvelles informations sur le nombre des prisonniers de l'Etat islamique qui ont réussi à fuir la prison de Ghweyran lors de l'attaque de la prison par les jihadistes de Daech. Ce nombre est estimé à des centaines. Certains d'entre eux ont fui vers la Turquie et d'autres vers des zones contrôlées par les groupes rebelles syriens pro-turcs après l'opération de l'armée turque « Bouclier de l'Euphrate » dans l'est et le nord-est de la province d'Alep. D'autres encore sont cachés dans des zones contrôlées par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), c'est-à-dire dans les régions de Hasaké, Raqqa, Deir Ezzor et Manbij. Les FDS mènent toujours des opérations de ratissage dans les régions qu'elles contrôlent à la recherche des fugitifs.

    L'OSDH affirme que deux émirs de l'Etat islamique, qui étaient détenus à la prison de Ghweyran, auraient trouvé refuge à Jarablus, une localité sous le contrôle de factions syriennes pro-turques dans la province d'Alep. Cela soulève la question de savoir comment ils ont réussi à fuir Hasaké vers Raqqa puis Manbij pour arriver à Jarablus !

    Selon l'OSDH, les forces de sécurité des FDS ont réussi à arrêter, le 3 février,  un passeur et trois évadés de l'Etat islamique dans le village de Hiesha à Ain Issa, au nord de Raqqa. Les trois fugitifs se trouvaient chez le passeur qui devait les emmener en Turquie pour 4000 USD par personne. Ces trois fugitifs de l'Etat islamique avaient été en contact avec les deux émirs arrivés à Jarablus dans la province d'Alep.

    Les forces de sécurité ont également arrêté deux femmes alors qu'elles tentaient de fuir vers la Turquie pour rejoindre leurs maris évadés de la prison de Ghweyran.

    La détention des deux femmes a duré moins de 24 heures. Elles ont été libérées grâce à une médiation d'anciens et de dignitaires tribaux du nord-est de la Syrie.

  • Syrie : Quatre soldats syriens tués par l'explosion d'une voiture chargée de mines à Deir ezZor

    Imprimer

    Lundi 22 novembre 2021, une explosion a secoué la ville de Deir Ezzor dans l'est de la Syrie. L'explosion d'une voiture chargée de mines que des démineurs évacuaient  a provoqué la mort de quatre soldats de l'armée arabe syrienne (AAS).

    Le véhicule appartenait aux unités d'ingénierie de l'AAS. Il aurait explosé lors du transport de mines posées par des membres de l'Etat islamique dans la région d'Al-Qusur à Deir Ezzor.

    La tragédie est le résultat d'une violation des règles de sécurité lors du transport d'explosifs, ont affirmé des responsables syriens.

    Trois soldats de l'AAS ont été tués par l'explosion qui s'est produite près du bâtiment du département de sécurité local, un autre soldat est décédé plus tard de ses blessures. Tous les morts appartenaient à la 4e division blindée de l'AAS. Certains rapports ont affirmé qu'un général de brigade pourrait être parmi les morts.

    Les opérations de déminage dans et autour de la ville de Deir Ezzor se poursuivent depuis que les militants de l'Etat islamique en aient été chassés. Un grand nombre d'engins explosifs ont été installés dans des implantations civiles, des maisons, le long des routes, etc.

  • Syrie : L'armée syrienne lance une vaste opération de ratissage contre Daech avec le soutien de l'armée russe dans la province de Deir ezZor

    Imprimer

    Jeudi 1er avril 2021, les forces gouvernementales syriennes ont lancé une opération de ratissage à grande échelle dans le sud et  l'ouest de la province de Deir ezZor .

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les Forces de défense nationale et la Brigade palestinienne al-Qods ont été engagées sur le terrain avec les Forces aérospatiales russes (VKS).

    Les forces gouvernementales ratissent la périphérie de la ville de Mayadin, la zone d'al-Banja jusqu'à la zone de Fayda Ibn Moin'a.

    "L'opération de ratissage a été lancée avec le soutien aérien russe. Les avions de combat russes effectuent des frappes aériennes intensives sur la région de Deir Ezzor, le long de la frontière administrative avec la province de Raqqa", a déclaré l'OSDH.  

    La veille, les forces gouvernementales avaient acheminé d'importants renforts à Deir Ezzor pour lutter contre les cellules de l'Etat islamique dans le gouvernorat, principalement près de la frontière avec l'Irak.

    Les cellules de l'Etat islamique se faufilent dans la campagne de Deir Ezzor depuis leur principal bastion du centre de la Syrie, le désert de Homs. Les islamistes radicaux lancent régulièrement des attaques dans la région.

    Le soutien du VKS (armée de l'air russe) a été essentiel au succès des récentes opérations anti-Daech dans le centre de la Syrie. Le mois dernier, environ 1 400 raids aériens russes ont frappé les cellules du groupe islamiste, tuant ou blessant plus de 80 terroristes.