Darzab

  • Afghanistan : L'Etat islamique affirme que le kamikaze de l'aéroport de Kaboul avait été libéré de prison lors de la prise de contrôle des talibans

    Imprimer

    Abdul Rahman al-Logari, le kamikaze responsable de l' attaque de l'aéroport de Kaboul le 26 août 2021, avait été libéré d'une prison du gouvernement afghan lors de la prise de contrôle de l'Afghanistan par les talibans, a révélé le journal al-Naba, affilié à l'Etat islamique, dans son édition du 2 septembre.

    L' attentat suicide a coûté la vie à 13 militaires américains, dont la plupart étaient des Marines, et en a blessé 22 autres. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière contre les forces américaines en Afghanistan depuis une décennie. 170 personnes, dont deux citoyens britanniques et 28 talibans, ont également été tués dans l'attaque.

    Al-Naba a révélé qu'al-Logari a combattu lors de la bataille de Darzab en 2018 contre les talibans. La bataille, qui a eu lieu entre le 12 juillet et le 1er août, a vu les talibans expulser les jihadistes de l'Etat islamique-Khorasan (IS-K) du district de Darzab dans la province de Jowzjan, dans le nord de l'Afghanistan.

    Al-Logari, dont le nom suggère qu'il est originaire de la province orientale de Logar, faisait apparemment partie des dizaines de jihadistes de l'Etat islamique qui s'étaient rendus au gouvernement afghan et avaient été évacués de Darzab par hélicoptère.

    Dans son rapport trimestriel 2018 sur l'Afghanistan, le département américain de la Défense avait affirmé que la victoire des talibans sur l'Etat islamique-K à Jowzjan était la sienne. Dès le début, les gouvernements américain et afghan ont tenté de qualifier la reddition des combattants de l'IS-K à l'armée afghane d'« opération réussie » menée par l'armée afghane. Bien que l'IS-K se soit rendu à la suite d'une défaite aux mains des talibans.

    Le président Joe Biden a promis de « traquer » les auteurs de l'attentat à l'aéroport de Kaboul. Jusqu'à présent, les États-Unis ont mené deux frappes de drones sur des cellules présumées d'IS-K en Afghanistan.

    L'information révélée par al-Naba met en lumière l'échec total des États-Unis en Afghanistan. Cela soulève également de sérieux doutes sur la capacité des talibans à contrer la menace posée par des groupes terroristes comme l'Etat islamique.