Dapaong

  • Togo : "L'attaque terroriste de la nuit du 14 au 15 juillet au nord du Togo est une Tragédie"

    Imprimer

    Faure Gnassingbé, président de la République togolaise a qualifié ce jeudi 21 juillet 2022, de "tragédie", la série "d'attaques terroristes" intervenues quelques jours plus tôt dans le nord du pays (région des savanes).

    C'était précisément dans la nuit du 14 au 15 juillet. Plusieurs civils sont tombés pour la première fois lors de ces attaques selon un communiqué officiel du gouvernement en date du 17 juillet, sans précision sur le nombre réel de décès. Même si la presse locale a évoqué plus d'une vingtaine de morts.

    Faure Gnassingbé faisait, donc, sa déclaration lors d'une rencontre qu'il a tenue ce jeudi 21 juillet dans la matinée avec les populations de la région des savanes, où les attaques sont concentrées depuis huit mois.

    La rencontre a eu lieu à Dapaong, chef-lieu de la région, à plus de 600 km au nord de la capitale Lomé.

    "Je sais qu’aujourd’hui avec les réseaux sociaux, on tend à banaliser les morts en exposant leurs corps dans des photos sans aucun respect. C’est pour cela que j’ai voulu à travers cette rencontre vous dire, que même si l’actualité tant à présenter ces événements comme les faits divers, pour nous c’est un drame, une tragédie, des morts de trop", a soutenu le président togolais

    Il a de nouveau réaffirmé sa détermination à lutter contre cette incursion terroriste dans le nord du territoire togolais, proche de la frontière avec le Burkina Faso.

    "Nous ne devons pas permettre qu’aucun togolais, qu’aucune togolaise puisse mourir comme ça dans l’indifférence et dans la banalité", a-t-il martelé

    Le président togolais a, par ailleurs, appelé la population à la responsabilité et à la vigilance. Car disait-il, "le terrorisme n’est pas une guerre comme les autres, il n’y a pas de front. Parfois les ennemis sont autour de nous, parfois parmi nous et d’autres de l’extérieur. Parfois encore, c’est une forme de trahison, des informations qu’on lâche ici et là".

    Il a soutenu que le gouvernement togolais a sa stratégie de lutte qu'il ne peut pas encore dévoiler.

    "Elle doit être secrète parce que l’information est aussi une arme de guerre", a-t-il soutenu dans sa tentative de rassurer les Togolais face à ce qu'il appelle "une tragédie".

    Faure Gnassingbé était entouré pour la circonstance d'une dizaine de ministres et de la cheffe du gouvernement Victoire Tomégah-Dogbé.

  • Togo : 7 enfants tués et 2 blessés suite à une bavure de l'armée togolaise près du Burkina Faso

    Imprimer


    L'armée togolaise a reconnu avoir tué, dans la nuit du 09 au 10 juillet, 7 enfants dans le nord du pays et non des terroristes comme affirmé précédemment. Le drame s'est produit dans le village de Margba dans la commune de Tatigou. La localité est située dans la préfecture de Kpendjal près de la frontière avec le Burkina Faso, à quelques 580 km de la capitale Lomé.

    C'est ce qu'a révélé, jeudi 14 juillet 2022, le Général de Brigade Maganawe Dadja, chef d'état-major des Forces armées togolaises.

    Dans un communiqué rendu public ce 14 juillet à la suite d'une enquête, donc, le chef d'état-major des Forces armées togolaises affirme que ces enfants ont été tués par l'armée togolaise sur une erreur d'appréciation.

    "Un aéronef (de l'armée togolaise) en patrouille nocturne a pris malencontreusement pour cible un groupe de personnes qu'il a confondu à une colonne de djihadistes en mouvement" a indiqué le Général Maganawe Dadja.

    Il soutient que ce drame est survenu sur fond de renseignements concordants faisant état de "menaces d'infiltration de bandes armées sérieuses" qui ont pour objectif de "mener des attaques terroristes contre les localités de la zone au nord de la ville de Dapaong".

    C'est face à cette imminence du danger, et déterminé à parer à toute action hostile pouvant mettre en péril les populations, poursuit le général Maganawe, "que le commandement de l'opération koundjoaré a renforcé la surveillance et le contrôle terrestres et aériens de la zone indiquée". Notamment en déployant cet aéronef.

    "Les Forces armées togolaises expriment leur profond regret face à ce drame", dit-il, en réitérant leur engagement à "servir et protéger les populations togolaises et le territoire national".

    "Les Forces armées togolaises prendront toutes les dispositions nécessaires qu'appelle ce douloureux événement, et mettront tout en œuvre pour prévenir la survenance de ce genre de drame à l'avenir" a-t-il conclu

    Pour rappel, la plupart des médias locaux ont soutenu jusque-là que ces enfants ont été tués par une attaque terroriste consécutive à l'explosion d'une mine artisanale.

    Toute la zone du nord est secouée, depuis novembre 2021, par des tentatives d'incursions terroristes venant du Burkina Faso voisin.

    La dernière attaque terroriste meurtrière dans le nord du Togo, en date du 11 mai 2022, a fait 8 morts parmi le Forces armées togolaises.