Damaturu

  • Nigeria : Des islamistes de l'Etat islamique (ISWAP) enlèvent un prêtre catholique dans l'Etat du Borno

    Imprimer

    Des éléments armés, soupçonnés d'être des membres de l'Etat islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), ont kidnappé un prêtre catholique des diocèses de Maiduguri, le révérend Fr. Élie Juma Wada.

    Wada avait été enlevé sur la route Damboa-Maiduguri mercredi 30 juin 2021. Il voyageait de la paroisse de Buma à Shani à Damaturu pour la messe d'action de grâces du 10e anniversaire de son ami, le révérend père Yakubu Inda Philibus à l'église catholique St. Mary, Damaturu.

    Un utilisateur de Facebook, Manasseh Comfort Dooshima a également confirmé l'incident.

    « S'il vous plaît, mes chers amis de Facebook, prions pour la libération de cet homme de Dieu du nom de Rev.Fr Elijah Juma Wada qui a été kidnappé par Boko Haram (en fait ISWAP) dans l'État de Borno. Il est prêtre catholique du diocèse de Maiduguri. Que Dieu ait pitié de votre serviteur », a-t-elle dit.

    Ce n'est pas la première fois que des djihadistes kidnappent un religieux. En décembre 2020, Bulus Yakura, un pasteur d'Ekklesiyar Yan'uwa avait été kidnappé après que les insurgés aient attaqué le village de Pemi, Chibok.

    En janvier 2020, Lawan Andimi, président de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN), à Michika LGA d'Adamawa avait été kidnappé et tué par les islamistes.

    E5i9letX0AIIhev.jpegInsécurité grandissante dans l'Etat de Kaduna (nord-ouest du Nigeria)
    Des bandits armés ont envahi un pensionnat de l'Etat nigérian de Kaduna et kidnappé 140 lycéens, vraisemblablement pour les échanger contre une rançon, dernière attaque de ce genre qui frappe depuis plusieurs mois le nord-ouest du pays.

    Au total, 165 lycéens dormaient dans le pensionnat du lycée Bethel Secondary School, dans la localité de Chikun, dans la nuit de lundi à mardi lorsque des "hommes armés ont escaladé le grillage pour pénétrer dans l'école", a rapporté à l'AFP Emmanuel Paul, un professeur. Ils ont emmené avec eux 140 élèves, mais 25 ont réussi à s'échapper, a-t-il indiqué, soulignant que "tout indique que les assaillants sont arrivés à pied".

    Il s'agit de la troisième attaque importante commise à Kaduna ces trois derniers jours. Dimanche au moins huit employés d'un hôpital de cet Etat ont été kidnappés, selon la police; Des sources locales affirment de leur côté que quinze personnes du "Centre national de lutte contre la tuberculose et la lèpre de Kaduna" ont été enlevées, dont deux infirmières et leurs deux bébés. Sept personnes ont également été tuées dimanche soir dans des attaques sporadiques dans des localités voisines, a indiqué Samuel Aruwan, chargé de la sécurité au sein du gouvernement de Kaduna.

    L'insécurité grandissante est devenu un véritable fléau ces derniers mois dans le nord du Nigeria. Des groupes criminels, communément appelés "bandits" par les autorités, terrorisent les populations du nord-ouest et du centre du Nigeria. Ils attaquent des villages, volent du bétail et enlèvent sur les routes des personnalités locales ou des voyageurs contre rançon. Ils opèrent à partir de camps situés dans la forêt de Rugu qui s'étend sur les Etats nigérians de Zamfara, Katsina, Kaduna et du Niger.

    Récemment, ces groupes criminels se sont lancés dans des attaques visant des écoles et des universités, pratiquant des enlèvements de masse d'élèves contre rançon. Plus de 1.000 enfants, adolescents ou étudiants ont été enlevés depuis le mois de décembre, et certains sont toujours aux mains de leurs ravisseurs.

    Position ferme du gouverneur de l'Etat de Kaduna
    Le gouverneur de l'Etat de Kaduna, Nasir Ahmad El-Rufai, contrairement à certains de ces homologues des Etats voisins, refuse catégoriquement de négocier avec ces groupes armés et de payer des rançons.

    Il avait également menacé de pénaliser toute personne payant des rançons pour retrouver leurs proches, pour ne pas encourager les kidnappings. "La position ferme adoptée par El-Rufai de ne pas payer commence à faire des émules dans la région, et d'autres gouverneurs adoptent cette stratégie", a commenté auprès de l'AFP Idayat Hassan, directrice du Centre for Democracy and Development, basé à Abuja. "El-Rufai est considéré comme un ennemi et doit être puni", poursuit-elle pour expliquer le nombre croissant d'attaques de grande ampleur dans cet Etat.

    Ne pouvant assurer la sécurité dans les écoles et les lycées, de nombreux Etats de du nord-ouest du Nigeria, région considérée comme l'une des plus pauvres au monde, ont déjà fermé la plupart des pensionnats des écoles publiques, renvoyant des milliers d'enfants à la maison. "Dans un pays qui compte environ 13,2 millions d'enfants déscolarisés, le chiffre le plus élevé au monde, ces kidnappings ne font qu'empirer la situation", poursuit la chercheuse.



  • Nigeria : les factions de Boko Haram étendent la terreur dans Maiduguri, capitale de l'Etat du Borno

    Imprimer

    Maiduguri, la capitale de l'État de Borno au nord-est du Nigéria, a connu des vagues d'attaques de Boko Haram, signalant un retour de l'activité des islamistes armés dans la ville.

    Les  djihadistes de Boko Haram ont adapté leur tactique pour étendre leurs campagnes de terreur à la ville densément peuplée de Maiduguri, la ville principale de Borno au nord-est du Nigéria. 

    Depuis l'éviction du groupe d'insurrection de Maiduguri après le soulèvement de 2009, suivi d'une vague d'assassinats et de batailles dans la ville, Boko Haram et ses dissidents du groupe " Province de l'État islamique en Afrique de l'Ouest" (ISWAP) ont adopté au fil des ans de nouvelles tactiques pour terroriser les habitants.

    La ville métropolitaine, qui accueille une population diversifiée comprenant des résidents et des personnes déplacées de tout l'État, est entourée de tranchées et d'avant-postes militaires conçus pour la protéger des infiltrations et des attaques. 

    Les groupes terroristes utilisent diverses tactiques pour harceler la ville de garnison, allant de la mise en place de points de contrôle pour interrompre les approvisionnements, à l'enlèvement et au meurtre de voyageurs et à la pose d'engins explosifs improvisés (EEI) sur les routes menant à Maiduguri.

    Les jihadistes n'hésitent pas à s'affronter avec les militaires à la périphérie de la ville tout en ciblant également les tours électriques et en menant des attaques de saturation à l'aide de roquettes et d'obus de mortiers.

    Le 23 février, l'Abubakar Shekau, le leader de Boko Haram, a mené l'attaque la plus audacieuse et la plus meurtrière de ces dernières années contre Maiduguri en tirant une salve de mortiers et des roquettes artisanales qui ont entraîné la mort d'au moins 15 personnes et blessé des dizaines d'autres. Parmi les personnes décédées se trouvent neuf garçons qui jouaient au football sur un terrain dans le quartier de Gwange

    Une vidéo de cinq minutes et trente-deux secondes diffusée par Boko Haram, a montré une équipe tirant au mortier et des roquettes artisanales sans discernement sur Maiduguri. Le bombardement a été suivi par le lancement d'un assaut par un groupe de combattants arrivés à motos et au moins un camion chargé d'armes qui ont réussi à franchir la tranchée de protection.

    Cette attaque a causé plus de dégâts que celle lancée  le 23 février 2019 par l'Etat Islamique (ISWAP) qui avait tiré des roquettes Grad de qualité militaire contre des cibles militaires et gouvernementales.

    L'attaque de Boko Haram soulève également des inquiétudes quant à la capacité du groupe jihadiste à fabriquer des roquettes.

    L'incident de février s'est produit alors que les résidents faisaient déjà face à des  difficultés sociales et économiques après que l'ISWAP ait utilisé des explosifs pour détruire l'un des pylônes électriques alimentant Maiduguri. 

    D'autres pylônes ont par la suite été endommagés dans la région de Mainok le long de la route Maiduguri - Damaturu. 

    Au moins cinq électriciens ont été blessés par une mine posée par l'ISWAP et qui a frappé leur véhicule alors qu'il se rendait sur un chantier pour reconnecter la ligne de électrique. 

    Les routes principales telles que Damaturu-Maiduguri, Maiduguri-Monguno et Maiduguri-Damboa sont extrêmement dangereuses en raison de la fréquence des faux barrages sécuritaires installées par les jihadistes de l'ISWAP..

    Il y a quelques jours, le commandement du théâtre de l'opération de contre-insurrection du Nigéria avec son quartier général à Maiduguri a été attaqué dans le village de Garin Kuturu, entre les villes d'Auno et Jakana le long de la route Maiduguri-Damaturu. Deux soldats sont morts lors de la fusillade entre les troupes du convoi et les terroristes.

    Les attaques, en particulier sur la route Maiduguri-Damaturu, ont eu un impact sur les déplacements entre les deux capitales de Borno et de Yobe. La route relie également Maiduguri à d'autres régions du pays. 

    Ces faux barrages permettent aux factions islamistes radicales d'instaurer une campagne de terreur aen dépit des mesures de sécurité mises en place pour protéger Maiduguri.

  • Nigeria : L'Etat islamique (ISWAP) enlève des automobilistes voyageant entre Yobe, Borno

    Imprimer

    Des dizaines d'automobilistes et leurs passagers voyageant entre les États de Yobe et de Borno, dans le nord-est du Nigéria, ont été enlevés jeudi par les djihadistes de l' État islamique d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), une faction dissidente du groupe islamiste radical Boko Haram.

    Les djihadistes ont intercepté les voyageurs à un point de contrôle qu'ils avaient installé sur la route principale menant à Maiduguri, la capitale de l'État de Borno.

    Le tronçon Jakana-Auno de la route est considéré comme dangereux en raison des fréquentes attaques des djihadistes de l'ISWAP.

    Les enlèvements ont eu lieu jeudi et vendredi. On ignore encore le nombre exact des personnes enlevées.

    Un témoin oculaire , qui a échappé de peu à l'attaque, a déclaré qu'ils étaient proches du barrage  lorsqu'ils ont soudainement entendu des sons forts. Leur chauffeur a fait demi-tour vers la ville de Benisheik.

    Les enlèvements, suivis parfois d'assassinats, sont fréquents le long des 130 kilomètres de l'autoroute Damaturu-Maiduguri.

     

  • Nigeria : Les jihadistes de Boko Haram tuent 5 soldats et enlèvent 10 ouvriers

    Imprimer

    Boko Haram a tué mardi 9 février 5 soldats et enlevé environ 10 électriciens travaillant le long de la route Maiduguri-Damaturu dans l'État de Borno. 

    L'attaque intervient quelques jours après que les insurgés aient tendu une embuscade aux troupes nigérianes protégeant les travaux de construction de routes en cours sur la route Goniri-Kafa dans l'État de Borno.  

  • https://www.frontlive-chrono.com - Mercredi 26 décembre 2018

    Imprimer

    Iran: mort de l’influent ayatollah Shahroudi

     

    Libye: L’Etat islamique revendique l’attaque meurtrière contre le ministère des Affaires Etrangères

     

    Nigeria : au moins 13 soldats tués dans une attaque de Boko Haram

     

    Syrie : les rebelles arabes pro-Ankara consolident leurs positions près de Manbij

     

    Syrie : Détails sur la frappe aérienne israélienne en Syrie du 25 décembre 2018