Damas

  • Syrie : L'Etat islamique revendique l'attaque d'un gazoduc - l'électricité rationnée

    Imprimer

    L'Etat islamique (Daech) a revendiqué samedi 18 septembre 2021 une attaque contre un important gazoduc au sud-est de Damas qui a provoqué des coupures d'électricité et un rationnement du courant dans la capitale et ses faubourgs. Le système électrique en Syrie s'appuie sur la fourniture de gaz et de fioul.

    Selon un communiqué de l'Etat islamique, des membres de ce groupe "sont parvenus à poser et mettre à feu des explosifs visant un gazoduc alimentant les centrales de Tichrine et Deir Ali".

    La centrale de Deir Ali, toujours hors service samedi, produit la moitié des besoins en électricité du pays, a rappelé le ministre syrien de l'Electricité Ghassan al-Zamel, cité par l'agence officielle SANA. Selon lui, l'attaque à l'explosif, commise vendredi soir, a mis la centrale temporairement hors service, affectant plusieurs autres centrales, et provoquant des délestages à Damas et sa banlieue ainsi que dans d'autres secteurs. Le courant est revenu environ 30 minutes plus tard. Il a indiqué que des réparations avaient débuté dès samedi mais averti qu'un rationnement électrique strict durerait jusqu'à ce que les centrales tournent à nouveau normalement.

    Malgré sa défaite territoriale en mars 2019, le groupe jihadiste continue de perpétrer des attaques meurtrières dans les zones autrefois sous son contrôle, notamment contre les infrastructures gazières et pétrolières.

    Le conflit en Syrie, déclenché en 2011, a causé la mort de plus de 380.000 personnes et le déplacement de plus de la moitié de la population d'avant-guerre. Il a ravagé les réseaux d'électricité et les infrastructures gazières et pétrolières à travers le pays.

    Le régime de Bachar el-Assad a également perdu le contrôle des principaux champs pétroliers tandis que les sanctions occidentales empêchent les importations d'hydrocarbures de l'étranger. Les Syriens vivant en zone gouvernementale doivent s'arranger à la maison et au travail pour vivre avec des délestages durant jusqu'à 20 heures par jour.

  • Syrie : Des avions de combat israéliens ciblent plusieurs sites à proximité de Damas

    Imprimer

    Les médias syriens rapportent que les systèmes de défense aérienne ont été activés au-dessus de Damas.

    Des sources locales ont confirmé que des raids israéliens ont pris pour cible des zones au sud de la capitale syrienne et à proximité de l'aéroport international. Il s'agit de secteurs où sont présents la Force iranienne al-Quds et des milices soutenues par l'Iran comme le Hezbollah libanais.

    Deux impacts ont été signalés à proximité de la région de Qalamoun, à la frontière entre le Liban et la Syrie. Il n'est pas clair s'il s'agit de frappes directes, d'interceptions ou d'impact de missiles de la défense aérienne syrienne.

    Les médias d'État syriens ont confirmé qu'à 23h03, Israël a effectué des frappes aériennes en provenance de Beyrouth Selon des sources locales, les avions de combat israéliens ont visé le sud de la capitale syrienne, Damas, les environs de la ville de Homs, et un autre site dans le Qalamoun. C'est l'une des plus grandes attaques israéliennes depuis un certain temps.. Selon les médias syriens, la majorité des missiles ont été interceptés et les dégâts sont en cours d'évaluation. 

    Des sources locales affirment que les lumières qui ont traversé le ciel du Liban ne seraient pas des avions de combat israéliens mais pourraient être des missiles de croisière lancés depuis la mer. Des sources libanaises affirment cependant qu'un ou plusieurs avions israéliens ont survolé la capitale libanaise, Beyrouth. 

    Quatre combattants du Hezbollah libanais tués au cours du raid aérien israélien
    Le maire de la localité de Karra (région de Rif-Dimashq, au nord de Damas) a déclaré sur les ondes de la station de radio syrienne "Sham" que quatre habitants de cette ville avaient été tués et trois autre blessés par les frappes israéliennes.

    Pour l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), ce sont quatre militants du Hezbollah qui ont été tués.

    5 entrepôts d'armes sensibles du Hezbollah ont été détruits à 3 endroits différents :
     • Un entrepôt dans la zone montagneuse de Qalamoun.
    • Trois entrepôts à Qara.
    • Un entrepôt à Rif Damas, qui stocke des missiles anti-aériens.
    Il est à noter que la défense aérienne syrienne, agissant depuis Kasyone, Jebel al-Mane et depuis les positions de la 91e brigade, a tiré plusieurs missiles pour tenter d'intercepter des missiles israéliens. L'OSDH n'a pas donné d'informations sur l'efficacité des actions de la défense aérienne syrienne.

    E9LgpjFXIAcImjk.png

  • Syrie : Attentat d'al-Qaïda à Damas

    Imprimer

    Le groupe Horas ad Din, qui se considère comme la branche d'al-Qaïda en Syrie, a mené un attentat contre le bus transportant les forces du régime dans la capitale Damas.

    Mercredi 4 août au matin, un bus de l'armée arabe syrienne (AAS) a explosé à la porte des résidences de la Garde républicaine dans le nord de la capitale syrienne, Damas.

    Selon l'agence de presse arabe syrienne, le chauffeur de bus, un militaire, a été tué et trois soldats ont été blessés dans l'explosion

    L'agence de presse officielle a déclaré que l'explosion avait été causée par un "court-circuit" dans le moteur du bus, sans fournir plus de détails.

  • Syrie : Raid aérien israélien près de Damas

    Imprimer

    Une attaque aérienne israélienne a eu lieu dans la nuit de mercredi 7 au jeudi 8 avril 2021 au sud de Damas et la défense syrienne a riposté, a annoncé l'agence de presse officielle syrienne Sana. Cette attaque a causé "des dégâts matériels" et "quatre soldats ont été blessés", a déclaré l'agence, citant une source militaire.

    Selon Sana, "Vers 12H58, l'ennemi israélien a mené une agression venant de la direction du Liban contre des positions à proximité de Damas". "Nos défenses aériennes ont intercepté l'agression et abattu la plupart" des missiles, a affirmé l'agence syrienne. Elle n'a pas précisé la nature des cibles de l'attaque.
    2021:04:08-2.jpegL'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a déclaré que les frappes aériennes de cette nuit visaient "des positions militaires" près de Damas. L'OSDH a affirmé ultérieurement que les frappes avaient atteint plusieurs positions proches de la capitale syrienne et avaient "détruit un dépôt d'armes appartenant aux Iraniens".

    Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël effectue régulièrement des raids aériens en territoire syrien, visant principalement des positions des forces iraniennes et du Hezbollah. L'Iran et le Hezbollah soutiennent militairement le pouvoir du président syrien Bachar el-Assad. Israël confirme rarement ses frappes en Syrie. L'armée israélienne a déclaré qu'elle avait frappé environ 50 objectifs en Syrie l'année dernière, sans fournir de détails sur ces opérations.

    Vidéo

  • Syrie : Attentat terroriste déjoué à Damas

    Imprimer

    L'agence de presse syrienne "SANA" a affirmé que les forces de sécurité avaient réussi à "contrecarrer une opération terroriste impliquant des ceintures explosives qui visaient la capitale Damas". Trois terroristes ont été éliminés et trois autres arrêtés.

    Grâce à la vigilance de citoyens des villes de Zakia et Kanakar dans la province de Damas, l'opération terroriste contre la ville de Damas, qui était planifiée par des terroristes appartenant à des groupes islamistes radicaux, a été déjouée, a déclaré SANA.

    Cette annonce coïncide avec le dixième anniversaire du déclenchement de la révolution syrienne contre le régime de Bachar al-Assad, et au cours de ces dix années, Damas a été relativement épargnée par le conflit , en particulier après que l'armée syrienne ait repris le contrôle de la majeure partie du pays, y compris la région de la Ghouta orientale et après des "accords de réconciliation" avec des groupes rebelles. 

     

    Lien permanent Catégories : Damas, SYRIE 0 commentaire
  • Syrie : Attaque aérienne israélienne dans la région de Damas

    Imprimer

    Dans la nuit du 14 au  15 février, l'agence de presse syrienne SANA a rapporté que l'armée israélienne avait lancé une attaque de missiles contre des cibles dans la banlieue de Damas. Les médias syriens affirment que des missiles balistiques ont été utilisés.

    Une source militaire a déclaré à l'agence que la frappe avait eu lieu  à 01h18. Les missiles ont été lancés depuis les hauteurs du Golan.

    Selon ce rapport de l'agence SANA, la plupart des missiles ont été abattus par les systèmes de défense aérienne syriens. Des dégâts importants ont été causés. 

    Selon un dernier bilan, au moins neuf militants non syriens ont été tués. Des armes, y compris des dépôts de missiles, appartenant aux Iraniens, ont été détruits. 

    Le 13 février, les sites de l'opposition syrienne avaient publié des photos satellites qui montraient 25 conteneurs de DHL et de l'ONU sur l'aéroport international au sud de Damas. Les publications affirmaient que ces conteneurs étaient utilisés par des milices pro-iraniennes pour stocker des armes. On s'attendait à ce que ces soient bientôt pris pour cibles par l'armée de l'air israélienne.

    Rappelons que des cibles sur le territoire de l'aéroport de Damas ont été attaquées à plusieurs reprises ces dernières années. Les autorités syriennes imputent généralement ces attaques à l'armée israélienne.

  • Syrie : L'armée israélienne frappe des cibles près de l'aéroport international de Damas

    Imprimer

    Lundi 31 août, le correspondant de l'agence de presse syrienne (SANA) a rapporté que l'armée de l'air israélienne avait attaqué, à 22H40, plusieurs cibles au sud de Damas. L'agence, citant des sources militaires, affirme que plusieurs missiles ont été abattus par le système de défense aérienne.

    Selon cette source, la frappe a été lancée du côté israélien du plateau du Golan.

    Selon d'autres sources, les frappes provenaient d'avions de l'armée de l'air israélienne.

    EgzhE6GWkAA7kXs.jpegLes premières informations indiquent que ce sont des installations du Hezbollah qui ont été attaquées. L'attaque aurait fait au moins cinq tués, parmi eux, deux soldats syriens (photo ci-contre d'un des soldats décédés). Sept autres soldats syriens auraient été blessés.

    Selon l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH), l'armée de l'air israélienne a attaqué des cibles du Hezbollah libanais et de l'armée syrienne près de l'aéroport international de Damas et dans la région de Kiswah, au sud de Damas. Des frappes ont également été menées sur des cibles à Naamer, Karfa et Mhadja (au nord de Daraa), à proximité d’Israël. Selon SOHR, au moins cinq miliciens pro-iraniens, dont trois étrangers, ont été tués. Plus de dix autres ont été blessés. l'OSDH confirme que les défenses aériennes syriennes sont entrées en action pour repousser les attaques, mais ignore si des missiles israéliens ont été abattus.

    Le bureau de presse des Forces de défense israéliennes ne commente pas les informations provenant de sources étrangères. Mais on peut noter que les frappes israéliennes contre des infrastructures du Hezbollah en Syrie interviennent le lendemain du discours de Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, menaçant Israël de représailles pour la mort d'un de ses commandants.

    Dimanche, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait affirmé que son mouvement abattrait un soldat israélien pour chaque membre de sa formation tué par Israël, faisant comprendre qu'il n'avait pas encore vengé la victime d'un raid en Syrie. "Les Israéliens doivent comprendre: lorsqu'ils tuent l'un de nos combattants, nous tuerons l'un de leurs soldats. C'est l'équation", a affirmé M. Nasrallah lors d'un discours télévisé.

    Ismaïl Qaani.jpegLe successeur de Qassem Soleimani à la tête de l'unité al-Qods, l'unité spéciale du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran, aurait été blessé ?
    Le journaliste Ali Farhan a déclaré sur son compte Twitter que parmi les blessés lors d'une frappe aérienne israélienne sur des cibles au sud de Damas, figure le commandant de la division al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique iranien (CGRI), le général de division Ismail Qaani (photo). Ces informations sont publiées par d'autres blogueurs. Mais l'information n'a été officiellement confirmée ni par Damas ni par Téhéran. Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran a démenti l'information dans la matinée.

    Rappelons que le 1er avril de cette année, il avait déjà été signalé la mort possible de Qaani dans la région de Homs au cours d'une attaque de l'armée de l'air israélienne. Cependant, cette rumeur n'a jamais été confirmée.

    1628752.jpg