Dagne

  • Niger : 11 soldats tués et neuf portés disparus après une attaque

    Imprimer

    Onze soldats ont été tués et neuf autres portés disparus à la suite d'une attaque djihadiste, vendredi 4 novembre 2021, contre une position de l'armée à Dagne, dans l'ouest du Niger, quelques jours après la mort de 69 civils dans une embuscade.

    L'attaque par "une colonne de terroristes lourdement armés à bord de plusieurs véhicules et des dizaines de motos" a fait 11 morts et un blessé, selon un communiqué du ministère de la Défense lu à la télévision publique.

    "Après des combats acharnés, la colonne ennemie a été contrainte de battre en retraite avec ses morts et ses blessés", ajoute le communiqué, qui précise que "des renforts aériens et terrestres dépêchés dans la zone continuent de balayer" la localité.

    Les soldats ciblés avaient été déployés pour assurer la sécurité des milliers de villageois qui étaient retournés dans leurs communautés après les tueries précédentes.

    Au moins 69 personnes, dont un maire local, étaient mortes plus tôt cette semaine dans une attaque dans la zone instable des trois frontières du pays avec le Burkina Faso et le Mali.

    Pays le plus pauvre du monde selon l'indice de développement humain (IDH) de l'ONU, le Niger est confronté à des insurrections djihadistes sur sa frontière occidentale avec le Mali et le Burkina Faso et sur sa frontière sud-est avec le Nigeria.

    L'insurrection occidentale a commencé par des incursions en 2015. Le bain de sang s'est intensifié en 2017, avec des massacres perpétrés par des groupes affiliés à al-Qaida et à l'État islamique.

    Human Rights Watch a estimé en août que plus de 420 civils avaient été tués depuis le début de l'année dans l'ouest du Niger. 

    Lien permanent Catégories : Dagne, NIGER 0 commentaire