DAGHESTAN

  • Россия: Напряженность в Дагестане и Кабардино-Балкарии растет - население выступает против мобилизации

    Imprimer

    В Махачкале, Хасавюрте, Нальчике проходят новые акции протеста против мобилизации.

    В Махачкале на улицы вышли несколько сотен человек, сообщается о стычка с полицией. По предварительным данным, задержаны не менее 20 человек. Согласно сообщениям в телеграм-каналах, полиция применяет к протестующим слезоточивый газ. Однако люди не расходятся и пытаются отбивать задержанных у полиции. Отметим, что телеграм-канал Baza написал, что в Махачкале сотрудники полиции и Росгвардии оцепили площадь, на которой должен был состояться митинг и за полчаса разогнали собравшихся. При этом отмечается, что "без драк не обошлось".

    Около сотни людей участвовали в протесте в Хасавюрте, где силовики разогнали протестующих.

    В Нальчике в протесте участвуют в основном женщины. К протестующим вышли городские чиновники. Движение "Весна" сообщает, что женщины кричали им: "Я мама, мама! Куда вы их забираете?!" Чиновники на это отвечали, что "Надо исполнять федеральный закон".

    Риск восстания в Дагестане
    Противники в Дагестане поставили властям ультиматум освободить всех задержанных сегодня участников акции протеста. В противном случае они угрожают перекрыть все федеральные дороги через Дагестан. Ситуация в Дагестане может быстро стать мятежной. В понедельник утром, 26 сентября 2022 года, жители собрались, чтобы выразить протест против мобилизации на трассе Хасавюрт-Махачкала возле села Эндирей. По сообщениям, была слышна стрельба из автоматического оружия

    В целом по России, по данным российского СМИ Meduza, с момента объявления мобилизации в России было сожжено не менее 11 военкоматов и 6 административных зданий.

  • Russie : La tension monte au Daghestan et en Kabardino-Balkarie - La population s'oppose à la mobilisation

    Imprimer

    De nouvelles manifestations contre la mobilisation ont eu lieu à Makhachkala, Khasavyurt et Nalchik.

    Plusieurs centaines de personnes sont descendues dans les rues de Makhachkala et des échauffourées avec la police ont été signalées. Selon les rapports préliminaires, au moins 20 personnes ont été arrêtées. Selon les rapports des chaînes de télévision, la police a utilisé des gaz lacrymogènes sur les manifestants. Cependant, les gens ne se sont pas dispersés et ont tenté d'arracher les détenus à la police. La chaîne Baza TVgram a écrit qu'à Makhachkala, la police et les agents de Rosgvardia ont bouclé la place où devait avoir lieu le rassemblement et ont dispersé les manifestants en une demi-heure. Il y a eu, toutefois, quelques affrontements.

    Une centaine de personnes ont participé à une manifestation à Khasavyurt, où les manifestants ont été dispersés par les forces de sécurité.

    À Nalchik, la manifestation était principalement suivie par des femmes. Les fonctionnaires de la ville ont approché les manifestants. Le mouvement Vesna rapporte que les femmes leur ont crié : "Je suis maman, maman ! Où les emmenez-vous ? !" Les fonctionnaires ont répondu en disant : "Nous devons obéir à la loi fédérale".

    Kabardino-Balkarie
    La Kabardino-Balkarie est une république"autonome"située dans la région du Caucase. C’est l'une des sept républiques caucasiennes de la fédération de Russie (avec la Tchétchénie, le 
    Daghestan, l'Ossétie-du-Nord-Alanie, l'Ingouchie, la Karatchaïévo-Tcherkessie et l'Adyguée)

    Un risque d'insurrection au Daghestan
    Les opposants du Daghestan ont lancé un ultimatum aux autorités pour libérer tous les manifestants détenus aujourd'hui. Sinon, ils menacent de bloquer toutes les routes fédérales à travers le Daghestan. La situation au Daghestan pourrait devenir vite insurrectionnelle. Lundi matin 26 septembre 2022, des habitants se sont rassemblés pour protester contre la mobilisation sur l'autoroute Khasavyurt-Makhachkala près du village d'Endirei. Des tirs d'armes automatiques auraient entendus

    Le média russe Meduza a rapporté qu'au total, au moins 11 bureaux d'enrôlement militaire et 6 bâtiments administratifs ont été incendiés en Russie depuis l'annonce de la mobilisation.

  • Россия: В Дагестане начались столкновения полицейских с протестующими против мобилизации

    Imprimer

    25 сентября в столице российской Республики Дагестан Махачкале проходит стихийная акция протеста против мобилизации мужчин для войны против Украины. протест переходит в фазу столкновений с полицией. Об этом сообщает проект "Кавказ.Реалии".

    Участники митинга, среди которых много женщин, кричат: "Нет войне!" и "Наши дети – не удобрение!".

    Журналисты отмечают, что начались задержания протестующих. Некоторых из них удалось отбить от силовиков.

    В Telegrаm публикуют видео из Махачкалы. На роликах, в частности, зафиксировано, как полицейский бьет мужчину, которого держат другие полицейские, и тот головой дает сдачи.

    Якутск
    Масштабные акции протеста проходят и в Якутске. Женщины окружили силы безопасности. Видео.

    Lien permanent Catégories : DAGHESTAN, Makhachkala, RUSSIE 0 commentaire
  • Russie : la police affronte des manifestants anti-mobilisation au Daghestan

    Imprimer

    Une manifestation spontanée contre la mobilisation des hommes pour la guerre contre l'Ukraine a lieu à Makhachkala, la capitale de la République russe du Daghestan, le 25 septembre. La manifestation s'est transformée en affrontements avec la police. Cela a été rapporté par le projet Kavkaz.Realii.

    Les participants au rassemblement, dont beaucoup de femmes, criaient : "Non à la guerre !" et "Nos enfants ne sont pas des engrais !".

    Les journalistes soulignent que des manifestants ont été interpellés. Certains d'entre eux ont réussi à se défendre contre les forces de l'ordre et à s'échapper
    .

    Yakutsk
    Des protestations à grande échelle ont également lieu à Yakutsk. Les femmes ont encerclé les forces de sécurité. Vidéo.

    Lien permanent Catégories : DAGHESTAN, Makhachkala, Yakutsk 0 commentaire
  • Russie : Deux membres de Daech tués par le FSB

    Imprimer

    Des officiers du FSB ont tué deux militants de l'Etat islamique - Pprovince du Caucase (Wilayah al-Qawqaz) à Buynaksk, près du village de Talgi, au Dagestan. Les deux jihadsites, qui ont refusé de déposer les armes, ont été abattus. Selon les résidents locaux, l'entrée et la sortie du village sont bloquées. Il y a beaucoup de soldats à l'intérieur.

    Un fusil AK-47 de type 3, un fusil AK-74 sans munitions, 2 PG-7VL, 1 roquette PG-7VM, 2 RGD-5, 1 grenade à main RGN, des munitions et du matériel divers ont été récupérés.
    E-6yHnFWQAQwmC8.jpegC'est la deuxième opération antiterroriste menée par le FSB dans le district de Buynaksk depuis le début de l'année 2021. La précédente opération antiterroriste a eu lieu le 11 mars à Makhatchkala. Un homme armé a été tué après avoir ouvert le feu depuis sa maison. Il planifiait un acte terroriste car une "ceinture suicide" a été retrouvée sur le lieu de la fusillade.

  • Russie : Une attaque terroriste de l'Etat islamique déjouée à Moscou

    Imprimer

    Les autorités russes ont annoncé, jeudi 1er juillet 2021, avoir tué un membre présumé de l'Etat islamique (Daech) et en avoir arrêté un autre. Ils étaient accusés de préparer des attaques à Moscou et dans le sud du pays.

    "Agissant sous les ordres des dirigeants du groupe terroriste, deux citoyens russes planifiaient des attaques simultanées à Moscou et dans la région d'Astrakhan, avec l'utilisation d'armes à feu et de couteaux dans des lieux particulièrement fréquentés", ont indiqué les services de sécurité russes (FSB) dans un communiqué. Selon les autorités, le jihadiste présumé à Astrakhan a "opposé une résistance armée" à son arrestation et a été éliminé, tandis que le deuxième a été arrêté à Moscou. Aucun membre des forces de sécurité n'a été blessé. Le FSB a indiqué avoir trouvé des "armes automatiques et des munitions, une grenade et de la littérature religieuse extrémiste" dans les domiciles des suspects.

    Les autorités annoncent régulièrement avoir déjoué des projets d'attentats de l'Etat islamique, dont l'influence reste limitée en Russie même si des attaques se produisent périodiquement, en particulier dans les républiques du Caucase à majorité musulmane de Tchétchénie, d'Ingouchie et du Daguestan.

    En avril 2017, l'Etat islamique avait revendiqué une attaque dans laquelle deux policiers avaient été tués à Astrakhan, une ville située à quelques centaines de kilomètres des républiques du Caucase russe.

  • Russie : Les autorités disent avoir déjoué un projet d'attentat de l'EI au Daguestan

    Imprimer
    Les services de sécurité russes (FSB) ont affirmé samedi 26 décembre avoir déjoué un projet d'attentat fomenté par une cellule de l'Etat Islamique au Daguestan, instable république russe du Caucase, et arrêté quatre personnes.
     
    "Les membres du groupe prévoyaient de faire exploser un engin près de l'un des bâtiments administratifs des forces de l'ordre, suivi d'une attaque armée contre des employés du ministère de l'Intérieur" à Makhatchkala, la capitale du Daguestan, a indiqué le FSB dans un communiqué. "Des armes à feu et des armes blanches, une grande quantité de munitions et un engin explosif ont été retrouvés dans une cache", a ajouté le FSB, disant avoir aussi saisi des téléphones portables contenant une "correspondance avec des coordinateurs se trouvant à l'étranger". "Quatre membres de la cellule du groupe terroriste international État islamique ont été arrêtés", a-t-il encore indiqué.
     
    Ces arrestations font suite à une attaque le 17 décembre visant les forces de l'ordre dans la république russe voisine de Tchétchénie, lors de laquelle deux assaillants avaient été tués. En octobre, une fusillade avait également fait au moins six morts, dont deux membres des forces de l'ordre, lors d'une opération de "contre-terrorisme" à Grozny, la capitale tchétchène.
     
    Le Caucase russe a été secoué par deux conflits meurtriers dans les années 1990 et 2000 entre forces fédérales et rébellion séparatiste tchétchène, qui s'est progressivement islamisée et s'est étendue aux autres républiques de la région, jusqu'à prêter allégeance à l'Etat islamique en juin 2015. Même si l'influence du groupe jihadiste reste limitée, des attaques visant les autorités se produisent encore périodiquement en Tchétchénie, au Daguestan, et parfois en Ingouchie voisine.

    Carte.png