Cyrénaïque

  • L'Egypte prête à inaugurer la plus grande base militaire à la frontière avec la Libye

    Imprimer

    L'Egypte s'apprête à inaugurer une nouvelle base navale à la frontière avec la Libye. L'ouverture de cette base est un message à Ankara, l'avertissant de son opposition à toute implantation des Frères musulmans en Libye.

    La nouvelle base, intitulée "Trois juillet", sera inaugurée samedi 3 juillet par le président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi. Le chef du Conseil présidentiel intérimaire libyen, Mohamed al-Menfi, le président des représentants de la Libye, Aguila Saleh, et le chef de l'Armée nationale libyenne (ALN), Khalifa Haftar ont été invités à l'inauguration. Cependant, jusqu'à présent, leur présence n'a pas été confirmée par les canaux officiels.

    La base, à la fois aérienne et navale, sera la plus grande base militaire égyptienne sur la côte méditerranéenne. Elle est située dans la région de Gargoub, au nord-ouest de l'Egypte, à environ 250 kilomètres de la frontière avec la Libye, et jouera le rôle de "base de lancement". Le but ultime est de sauvegarder les territoires égyptiens et la souveraineté de la nation sur les « directions stratégiques nord et ouest ». Par ailleurs, cette base accueillera les exercices Qader 2021. Comme l'a précisé un porte-parole de l'armée égyptienne, la construction de la base du « Trois juillet » s'inscrit dans un plan de développement plus large, mené par la marine égyptienne. L'objectif est de fournir un soutien logistique aux forces opérant dans la région de la Méditerranée et de la mer Rouge, engagées face à divers défis et menaces. 

    Selon des experts militaires, cités le journal al-Monitor, la base fera partie de la flotte égyptienne du Nord, qui protège la côte méditerranéenne du pays. Comme l'a précisé un amiral de la marine égyptienne à la retraite Mohamed Mitwali, c'est une région pleine de menaces, surtout à la lumière des développements en Libye voisine, mais la flotte égyptienne est bien équipée pour y faire face. La nouvelle base, en plus d'être composée de structures qui permettront aux troupes égyptiennes de se déployer stratégiquement, devrait être équipée d'une large gamme d'équipements navals, dont l'un des deux porte-hélicoptères que l'Egypte a acheté à la France en 2016. comme un sous-marin, des frégates, des corvettes et des vedettes rapides.

    L'inauguration de la base du « Trois juillet » intervient à un moment où la Libye, malgré le cessez-le-feu signé le 23 octobre et les progrès politiques ultérieurs, continue d'être une source de préoccupation pour l'Égypte. Pendant le conflit libyen, le Caire a apporté son soutien au chef de l'Armée Nationale Libyenne, Khalifa Haftar, qui contrôle l'est de la Libye. Comme le rappelle al-Monitor, le président al-Sissi a déclaré, le 20 juin 2020, que son armée était prête à intervenir au cas où les troupes de Tripoli, soutenues par la Turquie, auraient franchi la "ligne rouge" et s'approcheraient des frontières égyptiennes. Après le cessez-le-feu et le début de la voie libyenne vers la transition démocratique, l'Égypte a pourtant effectué un rapprochement progressif de Tripoli. 

    Ces derniers mois, l'Egypte et la Turquie ont également effectués quelques pas vers un rapprochement, après une interruption des contacts pendant environ huit ans. Il reste que l'ouverture de la nouvelle base de Gargoub représente un moyen pour l'Egypte de contrer l'influence croissante de la Turquie  en Libye et au refus d'Ankara de retirer ses forces et ses mercenaires de Tripoli. L'ouverture de la nouvelle base intervient à l'occasion de l'anniversaire de la destitution officielle des Frères musulmans en Egypte, ce qui, en soi, est un autre message. Il signifie que l'Egypte s'opposera à toute tentative d'enraciner la présence des Frères musulmans en Libye. Il est clair que Le Caire reste concernée par tout ce qui se passe à sa frontière occidentale.

    Parmi les bases militaires égyptiennes les plus récentes figure celle de Bérénice, une ville située sur la mer Rouge, à l'est de la ville méridionale d'Assouan, à la frontière avec le Soudan, inaugurée le 15 janvier 2020. Cette base comprend à la fois des zones navales et aériennes, une série d'unités de combat et administratives, un aéroport, ainsi que des bunkers et hangars pour les avions militaires et leur maintenance, et un hôpital militaire. La section navale est capable d'accueillir des navires de grande capacité, notamment des frégates, des porte-avions et des sous-marins. Avec la construction de la base de Bérénice, l'objectif fondamental du Caire est de protéger les côtes sud égyptiennes et d'assurer la navigation dans la mer Rouge, face au détroit de Bab el-Mandeb.

  • Libye: Les pourparlers de paix en Tunisie confirment des élections dans 18 mois

    Imprimer

    Les participants au Forum de dialogue politique de Tunis sont parvenus à un accord sur une feuille de route pour l'avenir politique de la Libye, qui prévoit l'organisation d'élections dans un délai maximum de 18 mois.

    Selon ce qui a été rapporté par l'envoyée spéciale par intérim de l'ONU, Stephanie Williams , dans la soirée du 11 novembre, les 75 participants au Forum tunisien ont fait des progrès significatifs sur la voie tant politique que militaire, marquant un tournant vers une résolution de la crise libyenne. Les pourparlers organisés en Tunisie, dans le district de Gammarth, ont débuté le 9 novembre. L'objectif principal était de mettre fin à la situation instable en Libye, par la formation de nouveaux organes exécutifs et l'organisation d'élections présidentielles et parlementaires, sur la base de la résolution 2510 du Conseil de sécurité des Nations unies et des résultats de la conférence de Berlin. du 19 janvier.

    Pour Williams, la Libye a actuellement la meilleure opportunité de mettre un terme aux divisions internes. Selon ce qui a émergé des discussions du 11 novembre, les parties sont parvenues à un accord préliminaire sur un plan qui conduira à des élections parlementaires et présidentielles, ainsi qu'à des élections "libres, justes et inclusives", ce qui devrait faciliter l'unification des différentes institutions libyennes. Les discussions doivent maintenant porter sur la formation d'un gouvernement de transition, dont la tâche sera de surveiller le processus électoral. Les 75 participants sont appelés, en particulier, à définir les rôles et compétences exigés des membres qui formeront les nouveaux organes exécutifs, à savoir le gouvernement et le Conseil présidentiel.

    Selon Williams, la mission principale du futur gouvernement sera de lutter contre le phénomène de la corruption et de restaurer la détérioration continue des services publics. Ces deux questions ont été à l’origine des mouvements de protestation ces derniers mois. L'envoyé spécial de l’ONU a également déclaré que la feuille de route prévoyait les étapes à suivre pour lancer un processus de « réconciliation nationale et de justice transitionnelle» et pour mettre fin aux difficultés des personnes déplacées. Concernant l’aspect militaire, Stephanie Williams a indiqué que les participants au Forum avaient confirmé les résultats positifs en ce qui concerne la mise en œuvre de l'accord de cessez-le-feu signé à Genève le 23 octobre.

    Comme l'a précisé l'envoyé de l'ONU, cette question était au centre des discussions qui ont eu lieu, à partir du 10 novembre, à Syrte, et qui ont impliqué les délégations du Comité militaire mixte 5 + 5. Pour Williams, les résultats obtenus jusqu'à présent par le Comité doivent être préservés et, en parallèle, on espère que les pourparlers de Tunis seront également couronnés de succès, sachant que la Libye a devant elle une occasion historique de créer un système de gouvernement unifié et la tenue d'élections démocratiques.

    Selon ce qui a fui d'un projet d'accord final éventuel, la nouvelle autorité exécutive en Libye sera composée d'un conseil présidentiel, à son tour formé d'un président et de deux vice-présidents qui refléteront l'équilibre géographique entre les régions du pays, et par un gouvernement unifié composé d'un Premier ministre, qui devra alors prendre en charge la formation du gouvernement. Contrairement à ce qui s'est passé jusqu'à présent, le premier ministre de l'exécutif sera différent du chef du conseil présidentiel.

    Le plus grand défi pour les 75 représentants de Tunis semble être la nomination de ceux qui participeront au nouveau gouvernement, ainsi que de surmonter les divisions internes persistantes. Jusqu'à présent, le nom de la Présidente du Parlement, Aguila Saleh, a circulé en tant que chef du nouveau Conseil présidentiel et représentant de la région orientale de la Cyrénaïque. Un de ses adjoints devrait donc venir du Sud, de la région du Fezzan, et l'ambassadeur de Libye au Maroc, Abd al-Majid Saif al-Nasr, du gouvernorat de Sabha est l'un des candidats favoris à ce poste. Le troisième adjoint devra venir de la région ouest de Tripoli, où plusieurs personnalités semblent se disputer le rôle.

    Quant aux candidats potentiels au poste de Premier ministre, on pense au ministre de l'Intérieur Fathi Bashagha, soutenu par des alliés extérieurs tels que les États-Unis, la Turquie, la Grande-Bretagne et l'Égypte. Cependant, Bashagha fera face à un concurrent tout aussi puissant, l'homme d'affaires Ahmed Maitiq, ancien premier ministre et vice-président du Conseil présidentiel. Maitiq semble être particulièrement favorisé dans l'est de la Libye, surtout après avoir conclu un accord avec les représentants de l'ANL (Armée Nationale Libyenne – fidèle au maréchal Haftar) pour reprendre les activités pétrolières.

    La Libye connaît une crise continue depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. Après le cessez-le-feu annoncé le 21 août par le Premier ministre de Tripoli, Fayez al-Sarraj, et par le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, le 23 octobre, les délégations du GNA et de l'Armée nationale libyenne (ANL), participants au Comité militaire mixte 5 + 5, ont signé un accord avec lequel ils s'engagent officiellement à garantir une trêve permanente dans le pays, sous les auspices des Nations Unies.

  • Libye : Le Gouvernement de Tripoli (GNA) ordonne le démantèlement des milices irrégulières dans la capitale libyenne

    Imprimer

    Le centre de commandement conjoint des forces du gouvernement d'accord national (GNA) à Tripoli a demandé aux milices d'évacuer dans les 24 heures leurs quartiers généraux de 12 localités autour de la capitale. Ces zones, telles que Al-Hadba, Salah al-Din, rue Sidra et rue Al-Shawk, ont été occupées par des groupes armés peu après le début de l'offensive du général Khalifa Haftar contre le gouvernement de Tripoli, le 4 avril 2019. Le centre de commandement conjoint a été créé début juillet par la GNA pour unifier et coordonner les opérations militaires.
    L'objectif de l'évacuation des lieux occupés par les milices est de permettre aux autorités responsables de mener à bien leurs tâches et de faire respecter l'État de droit. Le mercredi 15 juillet, le centre de commandement conjoint a lancé un dernier avertissement aux milices, leur donnant 48 heures pour évacuer leur quartier général et se rendre au camp de la deuxième brigade, rue Salah al-Din, les menaçant de prendre des mesures contre celles qui refuseraient de suivre l'ordre d'évacuation. L'appel a ensuite été renouvelé le jeudi 16 juillet, lorsque la mission a envoyé une nouvelle lettre aux miliciens leur demandant de quitter leurs postes civils dès que possible.
    Cette demande fait suite à des informations selon lesquelles des affrontements ont été provoqués par des éléments de milices alliées au GNA dans la banlieue de Tripoli, à Janzur. La mission des Nations unies en Libye, UNSMIL, avait condamné ces violences et soulevé la question des milices lors d'une réunion virtuelle le 11 juillet avec le gouvernement de Tripoli sur la réforme du secteur de la sécurité et le désarmement, la démobilisation et la réintégration des milices. Le chef de l'UNSMIL, Stephanie Williams, et le ministre de l'Intérieur de l'Assemblée nationale du Ghana, Fathi Bashagha, ont participé à cette réunion. La mission a ensuite rapporté que les deux parties avaient convenu de reprendre les activités concernant les projets de soutien, laissés en suspens après le déclenchement des hostilités en avril 2019, et de lier les changements de l'appareil de sécurité aux réformes du système économique. Dans sa déclaration finale, l'UNSMIL a déclaré que les affrontements ont souligné la nécessité pour le GNA d'agir rapidement, avec des efforts efficaces et coordonnés, pour réformer le secteur de la sécurité et achever la démobilisation, le désarmement et la réintégration des groupes armés.
    Les milices ont combattu côte à côte, jusqu'à il y a quelques semaines, contre les forces du Haftar sur les fronts au sud de Tripoli. Pour l'instant, le centre de la tension semble s'être déplacé vers la ville côtière de Syrte et la base de Joufra, deux positions que le GNA, appuyé militairement par la Turquie, semble vouloir conquérir à tout prix. A cet égard, un membre de l'ANL, Khaled al-Mahjoub, chef du département d'orientation morale de l'armée, a déclaré au journal al-Arabiya que la bataille de Syrte sera cruciale, car elle déterminera qui est le plus fort sur le terrain, ce qui pourrait entraîner des changements substantiels dans la voie politique. Entre-temps, des sources libyennes ont révélé à Asharq al-Awsat que des négociations secrètes sont actuellement en cours entre plusieurs acteurs régionaux et internationaux, visant à convaincre Haftar et ses alliés russes de se retirer de Syrte et de se diriger vers Ajdabiya, une ville de Cyrénaïque située à environ 154 km de Benghazi. En retour, les Tripolitains et les forces turques mettraient fin à leur avancée vers la ville de Syrte et la base de Joufra.
    Un autre signe de négociations entre la GNA et l'ANL est l'échange de prisonniers, qui a eu lieu le 16 juillet dans la ville de Misrata. Huit prisonniers ont été renvoyés des deux côtés et, selon le journal Al Jazeera, d'autres pourraient être libérés dans les prochains jours. L'un des principaux chefs militaires du GNA à Misrata, Mohamed Eldarat, a souligné que l'échange de prisonniers entre les deux factions est le premier depuis le début des combats. Ce processus d'échange de prisonniers pourrait faciliter une éventuelle réconciliation entre les deux fronts.

    (Sicurezza internazionale)

  • La guerre des installations #pétrolières en #Libye

    Imprimer

    La guerre des #installations #pétrolières #libyennes risque de s’étendre à l’ensemble de la #Libye et provoquer une hausse des #prix du #pétrole.

    Lire la suite

  • La Libye peut-elle éclater ? - 5 avril 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 5 avril   2016
    Jean René Belliard a publié, lundi 4 avril sa nouvelle newsletter accessible aux abonnés. Ci-dessous, la liste des thèmes abordés dans la newsletter :

    - Irak : Série d'attentats en Irak - De nombreux morts
    - Israël - Cisjordanie - Gaza : Derniers incidents
    - Liban : Situation tendue dans le camp palestinien d'Aïn el-Héloué
    - Liban : Le Hezbollah attaque une base de l'EI dans le jurd de Ras Baalbeck
    - Libye : Le gouvernement d'unité nationale ordonne le gel des comptes bancaires de tous les ministères
    - Libye : La Libye peut-elle éclater ?
    - Syrie : Le porte-parole du Front al- Nosra et vingt jihadistes tués dans une frappe aérienne
    - Syrie : Les forces spéciales iraniennes opèrent en Syrie
    - Syrie : Combats entre l'armée syrienne et les Jihadistes de l'EI dans la province de Homs
    - Syrie : Contre-offensive du régime au sud d'Alep
    - Turquie : Huit rebelles kurdes tués dimanche 3 avril dans le sud est de la Turquie
    - Yémen : Le président Hadi se sépare de son premier ministre
    - L'Afrique menacée : Nouvelle tuerie de Boko Haram au nord du Cameroun
    - L'Afrique menacée : Togo : L'Union Musulmane du Togo entame une campagne contre la radicalisation

    Pour vous abonner, demander des informations à
    ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite