CRISE MIGRATOIRE

  • Pologne : des migrants massés du côté biélorusse de la frontière tentent d'entrer de force en Pologne

    Imprimer

    Des migrants massés du côté biélorusse de la frontière avec la Pologne, ont tenté d'entrer de force sur le territoire de l'Union européenne. Ils ont abattu une partie de la clôture frontalière (du côté biélorusse) faisant face aux soldats polonais se déployant du côté polonais de la frontière.

    Vidéo 1

    Vidéo 2

    Lien permanent Catégories : CRISE MIGRATOIRE, POLOGNE 0 commentaire
  • Espagne : Un avion atterrit d'urgence, 11 personnes détenues

    Imprimer

    La police de Palma de Majorque a interpellé samedi 11 personnes qui se s'étaient enfuis d'un avion ayant atterri la veille en urgence à l'aéroport de la ville, l'un des plus fréquentés d'Espagne dans l'archipel des Baléares, ce qui a engendré de nombreuses perturbations.

    L'avion, qui effectuait un vol entre le Maroc et la Turquie, a été dérouté à 19H00 vendredi vers Palma de Majorque en raison du malaise supposé d'un passager, a indiqué la Garde civile à l'AFP. Pendant l'évacuation du voyageur soi-disant malade, une vingtaine de passagers ont profité de l'occasion pour s'enfuir de l'avion en courant sur le tarmac.

    La police et la Garde civile ont immédiatement entamé les recherches dans l'aéroport, paralysant ses activités qui n'ont pu reprendre qu'aux alentours de minuit, après 4 heures d'interruption, selon les autorités aéroportuaires espagnoles. D'après le quotidien El Pais, les enquêteurs travaillent sur l'hypothèse d'un coup monté en vue d'entrer illégalement en Espagne. "Pour l'heure, 11 personnes ont été retrouvées par la police et la Guardia Civil", a confirmé un porte-parole du gouvernement local. Au moins neuf autres personnes étaient toujours en fuite, selon les autorités.

    Le passager qui s'était plaint d'un malaise a été transporté à l'hôpital, où il a été déclaré en parfaite santé et arrêté par la police pour "aide à l'immigration illégale et infraction à la loi sur les étrangers", selon le journal. "Il a semblé souffrir d'un coma diabétique et a été transporté en ambulance à l'hôpital avec un compagnon", a détaillé la police dans un communiqué. La personne l'accompagnant a pris la fuite dès son arrivée à l'hôpital.

    D'après l'application FlightRadar24, l'appareil dérouté était un Airbus A320 de la compagnie Air Arabia Maroc, qui effectuait un vol entre Casablanca et Istanbul. En raison de cet incident, 13 avions à destination de Palma ont été déroutés vers d'autres aéroports, et 16 vols au départ ont subi d'importants retards, selon les autorités aéroportuaires.

  • Libye : Près de 300 migrants en route vers l'Europe interceptés en un jour

    Imprimer

    Les garde-côtes libyens ont indiqué jeudi 4 novembre 2021 avoir intercepté 280 migrants au large de la côte ouest de la Libye, alors qu'ils tentaient de traverser la Méditerranée en direction de l'Europe à bord de cinq embarcations différentes.

    "Une patrouille des garde-côtes libyens a secouru 280 migrants de différentes nationalités africaines mardi 2 novembre alors qu'ils se dirigeaient vers les côtes européennes", a fait savoir jeudi la marine libyenne sur Facebook.

    Ces migrants, qui étaient "à bord de quatre embarcations en bois et un canot pneumatique", ont été ramenés sur la côte de Zouara, près de la frontière avec la Tunisie, avant d'être remis au Département de lutte contre la migration clandestine.

    Une vidéo de quelques secondes, mise en ligne par la marine libyenne, montre l'une des embarcations à l'arrêt en haute mer avec plus de cinquante personnes à bord.

    Plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est devenue une plaque tournante pour des dizaines de milliers de migrants cherchant à gagner l'Europe par la mer.

    Interceptés par la marine libyenne jusque dans les eaux internationales avant d'atteindre les côtes italiennes, les migrants sont ramenés de force en Libye puis placés en détention.

    Le département de lutte contre la migration clandestine du ministère de l'Intérieur devra assurer le "suivi de la prise en charge de ces migrants et des procédures nécessaires à leur rapatriement vers leurs pays", est-il précisé dans le communiqué officiel de jeudi.

    L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a récemment relancé un programme de retour volontaire de migrants, demandeurs d'asile et réfugiés, bloqués en Libye, à travers des vols humanitaires après une suspension de près de deux ans.

    Des ressortissant gambiens et nigériens ont ainsi été rapatriés à bord de deux vols, l'un en partance de Tripoli en octobre, et l'autre de Misrata mercredi.

    Lien permanent Catégories : CRISE MIGRATOIRE, LIBYE, Zuwara 0 commentaire
  • Espagne: démantèlement d'un réseau international de trafic de migrants

    Imprimer

    Les autorités espagnoles ont annoncé qu'une opération de sécurité multinationale avait été menée contre une organisation criminelle internationale qui déplace des migrants clandestins du Pakistan vers l'Europe dans des camions. Quinze personnes, dont le chef de l'organisation, ont été arrêtées.

    Des responsables de la police espagnole ont déclaré, lors d'une conférence de presse tenue jeudi 4 novembre 2021, que l'opération avait été menée en collaboration avec la police de Bosnie-Herzégovine, de Croatie, de Slovénie, de France, d'Italie, de Grèce et de Roumanie, ainsi que de celle de l'Union européenne (Europol) contre une organisation criminelle qui déplace des migrants du Pakistan vers les pays européens.

    Les responsables ont ajouté que l'organisation criminelle avait envoyé au moins 400 migrants illégaux pakistanais dans divers pays d'Europe, notamment en Espagne et en Allemagne et ce, en les transportant dans des conditions inhumaines à l'intérieur de petites caisses étouffantes dans des camions.

    Les autorités ont indiqué que quinze personnes, dont douze en Espagne, une en Slovénie, une en Roumanie et une autre en Croatie, avaient été arrêtées au cours de cette opération.

    La même source a expliqué que les personnes appréhendées, y compris le chef de l'organisation qui a été arrêté en Roumanie, avaient été transférées en Espagne. Et de préciser que le ministère public avait décidé d'emprisonner sept d'entre eux, en attendant leur procès.

  • Crise migratoire : Evolution du nombre de migrants morts en Méditerranée entre 2020 et 2021

    Imprimer

    Selon les estimations de l'ONU, le nombre de migrants décédés en tentant de traverser la Méditerranée au premier semestre 2021 a plus que doublé par rapport à celui de la même période en 2020.
    E6qyeoZWYAQ7cap.jpeg

    Lien permanent Catégories : CRISE MIGRATOIRE 0 commentaire
  • Maroc : Le roi  veut "régler définitivement" la question des mineurs marocains

    Imprimer

    Le roi du Maroc Mohammed VI veut que la question des mineurs marocains en situation irrégulière en Europe, soit "définitivement réglée", a annoncé un communiqué officiel publié mardi à Rabat.

    "Le Maroc est disposé à collaborer, comme il l'a toujours fait, avec les pays européens et l'Union européenne pour le règlement de cette question", affirme le communiqué conjoint des ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères. Cette annonce intervient alors que l'Espagne peine à gérer l'afflux des mineurs dans l'enclave espagnole de Ceuta, après la vague migratoire déclenchée par un relâchement des contrôles frontaliers côté marocain, en représailles à la décision de Madrid d'accueillir le chef du Front Polisario, Brahim Ghali pour lui permettre de se soigner. Entre le 17 et le 20 mai, environ 10.000 migrants ont rallié illégalement Ceuta sans être empêchés par les autorités marocaines. Il y aurait 1.500 mineurs parmi eux, selon les autorités espagnoles

    Le texte marocain répète "l'engagement clair et ferme" du royaume à "accepter le retour des mineurs non accompagnés dûment identifiés" et attribue les "lenteurs" du processus "à des blocages dus aux procédures complexes dans certains pays européens".

    Madrid a vécu cet épisode "inadmissible" comme un "chantage" : "une chose est claire : lorsque des mineurs sont utilisés comme instrument pour violer les frontières territoriales de l'Espagne, c'est inacceptable", a déclaré samedi la ministre espagnole de la Défense Margarita Robles.

    Pour Rabat, il s'agit surtout d'"une histoire de confiance et de respect mutuel rompus", avec l'arrivée du chef des indépendantistes sahraouis : un "test pour le partenariat bilatéral" fondé sur la lutte contre la migration illégale et le terrorisme, selon Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères. Visé par deux plaintes pour "tortures" et "génocide", le responsable sahraoui âgé de 71 ans a été entendu mardi par un juge espagnol qui n'a pris aucune mesure coercitive à son encontre, estimant qu'il n'existe "pas de risque de fuite avéré". Rabat, qui considère M. Ghali comme un "criminel de guerre", réclame depuis des jours une enquête "transparente" sur les conditions de son arrivée en Espagne et redoute plus que tout qu'il puisse repartir en toute impunité.

  • L'Etat islamique s'étend en Afrique - La guerre entre Islamisme et Occident prend une dimension mondiale

    Imprimer

    L'Etat islamique fait le forcing  sur l'Afrique australe et en particulier sur le Mozambique. Il étend ses activités avec des unités structurées presque militaires,, grâce auxquelles il parvient à prendre le contrôle de zones entières voire de villes.

    Cette progression de l'organisation islamiste radicale échappe encore à l'attention de l'Europe car la partie sud du continent africain est plutôt «déconnectée» de l'espace médiatique européen. 

    Depuis 2016, nous avons souvent écrit sur a propagation du mouvement jihadiste dans les zones d'Afrique et d'Asie où les interventions du monde occidental sont plus rares et où les capacité sécuritaires des pays concernés par la menace islamique plus réduites.

    L'apparition de groupes affiliés ou se revendiquant de l'Etat islamique  a été facilitée en Afrique pour les raisons suivantes:
    - Absence de contrôle et de mesures de sécurité
    - Présence minimale des forces occidentales
    - De multiples possibilités de financement des groupes terroristes grâce aux ressources naturelles et urbaines
    - Géographie favorable (montagnes, jungle, grottes, etc.) par rapport au Moyen-Orient
    - Accès à l'océan Indien et au golfe Persique (Afrique de l'Est et du Sud-Est).
    - Eloignement des forces occidentales conventionnelles
    - Énorme bassin de recrutement pour les seigneurs de guerre et les mercenaires à des coûts minimes

    Ce qui précède, qui ne sont que quelques-uns des paramètres qui ont favorisé le développement de l'Etat islamique, montre que l'Etat islamique a pu trouver un terrain fertile et très peu d'obstacles, pour son développement.

    Ces groupes qui se réfèrent de l'Etat islamique adhèrent ils vraiment à  l'idéologie djihadiste ? 
    De nombreuses informations disponibles suggèrent que les groupes terroristes africains sont constitués de personnes différentes, issues de races, d'idéologies et de croyances religieuses diverses. La plupart sont probablement des mercenaires, qui sont seulement attirés par un bon salaire et la possibilité de butins. Ils cherchent ainsi à échapper à  la pauvreté à laquelle ils étaient confrontés. Le recrutement de ces groupes islamistes est en cela très différent de celui de l'Etat islamique au Moyen-Orient. Par exemple, il n'y a pas de personnage religieux central (Imam), seulement une référence vague à l'idéologie djihadiste, ce qui donne l'impression qu'elle n'est utilisée que comme excuse pour leurs attaques. En outre, ils ne visent pas spécifiquement les chrétiens ou d'autres groupes idéologiques religieux, sauf dans les zones et les centres urbains qui possèdent une richesse suffisante.
    Mozambique-671x1024.jpeg

    *Par exemple, la saisie du port de Mocimboa da Praia (Mozambique / Tanzanie) n'est pas considérée comme importante sur le plan symbolique à caractère islamique. Mais c'est une voie extrêmement importante pour la contrebande qui rapporte des bénéfices, ce qui permet de financer leurs organisations. Dans le même temps, aucune tentative n'a été faite pour imposer la charia. La seule conséquence a été la saisie du port  par des moyens militaires. La même chose s'est également produite lors d'affrontements avec l'armée mozambicaine pour le contrôle des ressources en gaz et des mines de rubis dans la province de Cabo Delgado. Pour le moment, ils sont incapables de s'imposer dans la région, mais le contrôle des ressources spécifiques rapportent environ 50 milliards de dollars par an.
    2-768x865.jpeg

    *La question qui se pose maintenant est de savoir ce qui va se passer à l'avenir, car les terroristes prétendument liés à l'Etat islamique évoluent d'une manière complètement différente de ce que l'Etat islamique nous a habitués jusqu'ici. 
     Par exemple, ces islamistes africains ont tendance à occuper un centre urbain d'un pays, à piller tout ce qu'ils peuvent, puis à changer de zone et de ville. Une tactique classique des seigneurs de guerre et leurs mercenaires. Ils n'ont pas l'intention non plus de convertir la région à l'islam ou de vouloir établir un califat, comme ce fut le cas dans la région du Levant entre la mi-2010 et 2017.

    Dans un avenir proche, il faut s'attendre à :
    - Une propagation immédiate à d'autres pays d'Afrique subsaharienne mais aussi aux pays situés en dessous de l'équateur sur le continent africain.
    - L'absence d'une force capable de placer des points de contrôle contre l'apparition de cellules islamistes. L'idéal serait qu'un pays ou une combinaison de pays africains dispose d'une armée suffisamment forte et entraînée pour avoir la capacité d'agir sur le plan sécuritaire régional.
    - L'arrêt de l'immigration clandestine. On estime que les terroristes gagnent entre 10 et 20 000 dollars par immigrant grâce à cette seule activité.
    - Le contrôle des routes maritimes à proximité de l'Afrique de l'Est.

    Il convient de noter qu'il existe déjà des indices d'une concentration de groupes terroristes se réclamant de l'islamisme dans l'ouest de l'Ouganda, ainsi que des affrontements à la frontière sud-africaine avec le Mozambique. Ces derniers sont extrêmement préoccupants, car une présence terroriste pourrait devenir très vite préoccupante dans une Afrique du Sud déjà en proie à l'instabilité politique et à la criminalité. L'Afrique du Sud est un point de référence pour le continent. Si Daech parvient à s'y implanter, le problème prendrait une dimension mondiale.
    25april2021_Boko_Haram_area-768x581.jpeg

    Création d'une force de sécurité : Seuls le Nigeria et l'Afrique du sud ont des forces suffisamment puissantes
    Des pays comme le Nigéria et l’Afrique du Sud peuvent jouer un rôle majeur dans la création d’une force de sécurité africaine. Mais cela pourrait créer un changement des équilibres géopolitiques qui affecterait de nombreux intérêts, à la fois sur et hors du continent africain. Pourtant il est clair que pour lutter contre la montée en puissance de l’islamisme radical dans cette région, aucune force traditionnelle ne peut intervenir, pas même les forces montantes (comme  la Chine). Le coût serait énorme étant donné la distance et la nécessité de maintenir constamment des forces dans la région. Le seul moyen serait de soutenir une force locale suffisamment puissante.

    Régler le problème de l'immigration illégale pour tarir les sources de financement du terrorisme islamiste
    C'est un problème gigantesque qui doit être maîtrisé malgré les «cris des humanitaires», même  au sein de l'ONU. Et tant qu’on ne résoudra pas ce problème, les comptes bancaires des organisations terroristes à consonance islamiste augmentent de jour. Le moyen pour garder les populations dans leur pays d’origine est de garantir une stabilité politique et économique durable dans ce pays.
    26april2021_Somalia-768x896.jpeg

    Routes maritimes menacées
    Les routes maritimes sont une préoccupation majeure pour les gouvernements et les organisations ces dernières années, car la piraterie et la prise d'otages d'équipages rapportent des milliards de dollars de revenus aux pirates. Dans le même temps, il facilite également tous les types de contrebande et, bien entendu, donne les ressources financières nécessaires au développement de groupes terroristes. En théorie, la mise en place d'une force de sécurité dans la région contrecarrerait la tentative des islamistes de domination maritime, mais cela prendra du temps. C'est probablement le problème le plus difficile à résoudre mais il est nécessaire de le régler avant qu’il ne prenne des proportions incontrôlables. Nous avons déjà  eu une expérience des difficultés et de l'énorme quantité de ressources nécessaires pour lutter contre le piratage au début des années 2010 et en 2020.

    De toute évidence, la propagation de l'Etat islamique en tant qu'idéologie (ou excuse) pour certains groupes de terroristes, a révélé les graves problèmes sécuritaires qui commencent à peine à émerger. Le continent africain est éloigné géographiquement des continents d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord, mais cela n'implique pas que les évènements qui s’y déroulent ne vont pas avoir de conséquences sécuritaires graves pour d’autres régions du monde.

    Et pour l'instant, seule la France semble avoir pris la mesure du danger que l'expansion des groupes revendiquant leur affiliation à l'islamisme radical en Afrique représente pour l'Europe.