Corps des Gardiens de la Révolution Islamique

  • Attaque contre un navire du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) en mer Rouge

    Imprimer

    Le navire iranien Saviz, appartenant au Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI), a été attaqué au large de l'Erythrée en mer Rouge.

    Un responsable américain américain a confirmé qu'Israël avait notifié aux États-Unis que ses forces avaient frappé le Saviz vers 7 h 30, heure locale, qualifiant l'attaque de représailles pour les frappes iraniennes antérieures sur des navires israéliens.

    L'agence de presse iranienne Tasnim, affiliée au CGRI, a confirmé l'attaque, citant ses sources militaires selon lesquelles l'explosion du navire Saviz a été causée par des mines magnétiques.

    Une version contredite par d'autres sources selon lesquelles, le navire iranien aurait été frappé par des missiles anti-navires. Un sous-marin de la classe Navy Dolphin était à proximité de la zone au moment où les missiles ont touché le  bateau.

    Le Saviz a non seulement été pris pour cible en raison de son statut de navire-mère du CGRI pour les attaques des rebelles yéménites  houthis, mais aussi parce que les États-Unis ont sanctionné le Saviz en 2018 après son retrait de la liste par l'administration Obama dans le cadre du JCPOA. 

  • Etats-Unis : Une espionne du Hezbollah au sein du Pentagone

    Imprimer

    Le département américain de la Défense a révélé qu'une ancienne traductrice du Pentagone avait avoué son implication dans la transmission d'informations de défense top secrètes au Hezbollah libanais.

    Selon la justice américaine, l'ancienne traductrice de 63 ans, Maryam Taha Thompson, avait envoyé des informations dangereuses et confidentielles au Hezbollah après que le général du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI), Qassem Soleimani, ait été tué il y a plus d'un an par une frappe américaine près de l'aéroport de Bagdad.
    Thompson était autorisée à accéder à des informations top-secrètes car elle était accréditée pour cela, travaillant dans une unité des forces spéciales en Irak de la mi-décembre 2019 jusqu'à la date de son arrestation en 2020.

    Les enquêtes ont révélé que la traductrice était entrée en relation avec un citoyen libanais via Facebook par l'intermédiaire de sa famille, car elle avait initialement affirmé qu'un de ses proches travaillait au ministère libanais de l'Intérieur et qu'il avait des liens avec le Hezbollah.

    Le citoyen libanais lui avait proposer de l'épouser avant de lui demander des informations confidentielles sur les personnes impliquées dans la fourniture d'informations menant à l'assassinat de  Qassem Soleimani.

    La traductrice a confirmé qu'elle savait très bien que le Hezbollah voulait ces informations, mais elle craignait que si elle ne les fournissait pas, son correspondant pourrait renoncer à l'épouser..

    Maryam Taha Thompson a reconnu que les dirigeants du Hezbollah s'étaient déclarés satisfaits des informations fournies et que la personne qu'elle avait rencontrée via Facebook lui avait  promis de lui faire rencontrer un responsable militaire du parti chiite libanais.

    Selon le ministère américain de la Justice, l'ancienne traductrice a fourni des informations graves dangereuses pour la vie des Américains et de leurs collaborateurs en Irak. Mary Taha Thompson  aurait révélé " les identités d'au moins 10 agents actifs, et  des informations sur 20 installations des Etats-Unis en plus des tactiques et techniques et de multiples procédures " 

    L'ancienne traductrice encourt  la réclusion à perpétuité. Elle doit être jugée en juin 2021 pour avoir fourni des informations de défense nationale à un gouvernement étranger.

    Les États-Unis classent le Hezbollah comme une organisation terroriste et punissent tous les individus, institutions ou organes qui sont en relation avec lui..

    Le parti a été impliqué dans un certain nombre d'opérations de piratage et d'espionnage dans un certain nombre de pays, mais l'incident de pénétration du Pentagone par un employé y est considéré comme le plus dangereux.

  • Syrie : Un commandant du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) tué en Syrie

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme a révélé qu'un commandant du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) et les membres de son escorte, également iraniens, avaient été tués par l'explosion d'une mine posée par l'Etat islamique dans le désert d'al-Mayadin, à l'est de Deir ezZor.

    L'Agence iranienne Fars a confirmé que deux gardiens de la révolution avaient été tués par l'explosion d'une mine à Deir Ezzor.

  • Iran : Les Gardiens de la Révolution Islamique disent avoir déjoué un détournement d'avion

    Imprimer

    Les Gardiens de la révolution Islamique d'Iran (CGRI), l'armée idéologique d'Iran, ont annoncé vendredi 5 mars avoir déjoué la veille une tentative de détournement d'un vol intérieur vers un pays arabe du Golfe.

    "Le complot pour détourner un avion Fokker 100 de la compagnie Iran Air (...) a été neutralisé jeudi soir, avec la vigilance des Gardiens", est-il indiqué dans le communiqué.

    Publié sur Sepahnews, le site officiel des Gardiens de la révolution, le texte évoque un "complot" dont "l'auteur" avait "l'intention de faire atterrir l'avion dans un aéroport de l'un des pays de la rive sud du golfe Persique". Selon les Gardiens de la révolution, l'appareil en question avait quitté l'aéroport d'Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran, à destination de Machhad, dans le nord-ouest, à 22h10 (18h40 GMT). "L'auteur du complot" a été arrêté après "un atterrissage urgent de l'avion à l'aéroport d'Ispahan" (centre), indique le communiqué, sans plus de détails sur l'incident et la façon dont il a été déjoué. "Les passagers de l'avion, qui sont en parfaite santé, se sont envolés vers leur destination (finale) via un autre vol", ajoute le texte, précisant qu'une enquête est en cours.

    Les Gardiens de la révolution sont chargés de la sécurité des aéroports et de l'espace aérien en Iran. La République islamique d'Iran entretient des relations tendues avec plusieurs de ses voisins de la péninsule arabique, en particulier l'Arabie saoudite, son grand rival régional, mais aussi Bahreïn et les Emirats arabes unis. L'Iran et ces trois pays s'accusent régulièrement et mutuellement de mener des opérations de déstabilisation sur leurs territoires.

  • Iran : Affrontements dans la ville de Saravan (province de Sistan-Balouchestan)

    Imprimer

    Au moins une personne a été tuée lors d'un affrontement entre les forces de sécurité et des manifestants à Saravan, dans la province iranienne du Sistan-Balouchistan.

    Les manifestants voulaient protester contre la fusillade qui avait eu lieu deux jours auparavant à la frontière entre l'Iran et le Pakistan. plusieurs personnes avaient été tuées lorsque les membres du Corps des gardiens de la révolution islamique ont ouvert le feu contre des marchands qui s'étaient attroupés à la.frontière

    L'Iran affirme que les forces du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) voulaient empêcher la contrebande de pétrole à travers la frontière irano-pakistanaise..

  • Iran : Conséquences des tensions avec l'UE, l'Iran arrête des citoyens européens, révèle Le Figaro

    Imprimer

    Une personne ayant la double nationalité française et iranienne et un ressortissant allemand ont été arrêtés en Iran il y a plus de deux semaines, a rapporté vendredi le quotidien français Le Figaro.

    Sans citer ses sources, le journal a déclaré que les deux personnes avaient été arrêtées et détenues avant le 4 février comme levier en prévision de la condamnation du diplomate iranien Assadolah Assadi en Belgique ce même jour.

    Le diplomate iranien a été condamné à 20 ans de prison pour avoir projeté de commettre un attentat lors d'un rassemblement de l'opposition iranienne en France en 2018.

    Le Figaro a déclaré que le Franco-iranien avait été arrêté dans le désert aux commandes d'un drone.

    Le ministère français des Affaires étrangères n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Ni les responsables allemands ni iraniens n'étaient immédiatement joignables.

    Les arrestations, si elles sont confirmées, interviennent à un moment sensible. Les États-Unis ont indiqué jeudi qu'ils étaient prêts à discuter avec l'Iran de la manière dont les deux pays pourraient revenir à l'accord de 2015 visant à empêcher Téhéran d'acquérir des armes nucléaires.

    Dans une déclaration commune, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont également appelé l'Iran à libérer tous leurs ressortissants détenus arbitrairement.

    Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI)  a arrêté des dizaines de binationaux ces dernières années, principalement pour espionnage.

    Des militants des droits de l'homme ont accusé l'Iran d'avoir arrêté des binationaux pour tenter de gagner des concessions d'autres pays. Téhéran nie détenir des personnes pour des raisons politiques et a accusé de nombreux étrangers détenus dans ses prisons d'espionnage.

  • Syrie : Un avion détruit un convoi d'armes à la frontière irako-syrienne

    Imprimer

    Un avion non identifié a détruit un convoi de camions chargés d'armes et de missiles à la frontière entre l'Irak et la Syrie. 

    Une source de sécurité irakienne a rapporté que le raid a eu lieu à l'intérieur du territoire syrien, près de la ville irakienne de Qaim. La source a ajouté que le convoi militaire avait quitté l'Irak dans la matinée et était entré en dyrie, et quelques minutes plus tard, il était pris pour cible.

    On pense que le convoi était affrété par le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) vers la Syrie. Les autorités syriennes ont accusé Israël d'être derrière le bombardement.

    L'attaque a été menée en plein jour, ce qui est plutôt rare pour ce genre d'opération. Il souligne, de la part de la partie responsable, sa volonté de contrecarrer sans délai le transfert d'armes iraniennes en Syrie. Le fait que l'attaque ait eu lieu en plein jour peut s'expliquer par le souci d'exploiter une opportunité immédiate dans le but de contrecarrer le transfert d'une cargaison d'armes qu'il aurait été difficile de détruire plus tard. 

    Et8dsDUWQA0jVzX.jpeg