Contingent égyptien

  • Mali : Un soldat égyptien tué et 4 autres grièvement blessés 

    Imprimer

    Un soldat égyptien a été tué et 4 autres grièvement blessés, samedi 2 octobre 2021 dans le nord du Mali. Ils appartenaient au contingent égyptien de maintien de la paix.

    Le porte-parole du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a fermement condamné ces attaques, qui ont eu lieu près de Tessalit, à la frontière avec l'Algérie.

    Guterres a noté que "les attaques pourraient constituer des crimes de guerre", et a appelé les autorités maliennes à "n'épargner aucun effort" pour trouver les responsables.

    La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est déployée depuis 2013 et est actuellement la mission de paix des Nations Unies la plus vulnérable au monde, avec 145 personnes tuées au 31 août, selon les statistiques de l'ONU.

    La force actuelle comprend plus de 12 000 soldats.

  • Mali : un casque bleu égyptien tué dans une attaque armée à Kidal

    Imprimer

    Trois militaires égyptiens de la force de maintien de la paix au Mali, MINUSMA, ont été blessés, par l'explosion d'une mine au passage d'un véhicule de la MINUSMA sur l'axe reliant Kidal à Tessalit, dans l'après-midi du 15 janvier . L’un d’eux a malheureusement succombé à ses blessures durant son évacuation médicale, précise la MINUSMA ajoutant que les deux autres reçoivent actuellement les soins appropriés..
     
    « Le Représentant spécial du Secrétaire-général (RSSG) et Chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, a appris avec consternation l’attaque à l’engin explosif (IED/mine) perpétrée contre un camion-citerne de la MINUSMA qui fait partie d’un convoi logistique, vendredi vers 15h aux environs de Tessalit, dans la région de Kidal », indique le communiqué.
     
    Lors de la sécurisation du site, un autre engin explosif a été détecté puis neutralisé à proximité du site de l’explosion, souligne la même source.
     
    Cette attaque survient deux jours après celle qui a visé mercredi un autre convoi onusien dans la région de Tombouctou faisant quatre morts parmi les casques bleus ivoiriens.