Conférence de Montreux

  • Libye: les consultations se poursuivent, mais des "désaccords" éclatent

    Imprimer

    Les 75 représentants libyens, membres du Forum de dialogue politique, continuent de se consulter pour déterminer qui dirigera le pays dans la phase de transition. Cependant, les controverses et les désaccords ne manquent pas.

    Le cycle de négociations a commencé le 1er février et devrait durer jusqu'au 5 février. La réunion a lieu à Genève, sous les auspices des Nations Unies, et devrait conduire à la nomination d'un nouveau chef du Conseil présidentiel et d'un nouveau Premier ministre, en remplacement de celui qui occupe actuellement les deux bureaux, Fayez al-Sarraj . Cependant, comme le rapporte le journal al-Arabiya , il existe des "différends juridiques" impliquant certains candidats, dont le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, l'actuel ministre de l'Intérieur du Gouvernement d'accord national (GNA), Fathi Bashagha, et le ministre de la Défense, Salah al-Din al-Namroush, accusés par certains d'avoir violé certaines règles et réglementations.

    Comme l'explique le journal, parmi les 45 personnes qui ont présenté leur candidature au poste de Premier ministre ou parmi les dirigeants du Conseil présidentiel, 11 candidats occupent actuellement des postes politiques, judiciaires et militaires élevés et 5 candidats ont la double nationalité. À la lumière de cela, certains membres du Forum ont déclenché un débat, invoquant l'article 177 du règlement intérieur de la Chambre des représentants libyenne, qui établit qu'un membre de la Chambre, toujours en fonction, ne peut pas se porter candidat au poste de premier ministre ou de ministre. En outre, ceux qui possèdent la double nationalité, en vertu de la loi libyenne, ne peuvent pas occuper des postes  souverains, tout comme ceux qui travaillent dans l'armée ou dans la magistrature ne peuvent pas postuler à des postes similaires,

    À la lumière de cela, certains représentants du Forum ont demandé l'exclusion des candidats qui enfreignent ces règles, comme établi avec la feuille de route esquissée à Tunis. Cependant, certains juristes ont souligné que la candidature des personnalités dont l'exclusion est demandée, dont Saleh, al-Nimroush et Bashagha, s'inscrit dans le cadre d'un accord politique, qui n'est pas soumis aux règles précitées. Celles-ci, a-t-on précisé, s'appliquent en cas de candidature aux élections générales, tandis que les organes qui devraient être constitués avant le 5 février sont temporaires, en attendant ceux qui seront démocratiquement élus le 24 décembre 2021. En tout cas, il est demandé que les personnalités considérées responsables de "l'effusion de sang" provoquée par la crise libyenne soient exclues.

    De son côté, Aguila Saleh a déclaré, à l'ouverture du cycle, qu'il s'engagera à respecter les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et ce qui a été établi au cours des forums internationaux et du Forum de dialogue politique. Pour le président de la chambre de Tobrouk, les priorités sont l'unification des institutions et la réconciliation nationale. 

    L'Envoyée spéciale intérimaire de l'ONU, Stephanie Williams, a souligné à quel point les 75 représentants libyens ont beaucoup de travail à faire, mais en même temps ils ont une belle opportunité à saisir, ce qui pourrait permettre à la Libye d'avoir un gouvernement unitaire. Le but ultime est de mettre fin à la crise persistante qui caractérise le pays d'Afrique du Nord depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. L'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar, et le gouvernement de Tripoli (GNA), dirigé par le Premier ministre al-Sarraj, se sont affrontés sur les fronts de combat. L'accord de cessez-le-feu a été signé le 23 octobre 2020, lors d'une réunion du Comité militaire mixte 5 + 5, formé par des représentants des deux camps en guerre. Bien que des progrès aient été accomplis sur la voie politique, nous attendons le retrait des forces étrangères et des mercenaires, principalement turcs et russes, comme prévu par l'accord du 23 octobre.

  • Libye: les pourparlers au Maroc et en Suisse sont terminés - Quels sont les résultats ?

    Imprimer

    Les pourparlers entre les membres du Gouvernement d'Accord National (GNA) de Tripoli et les représentants de la Chambre des députés (HoR) réfugiés à Tobrouk, sont terminés. Les participants ont annoncé qu'ils étaient parvenus à un accord sur les critères et les mécanismes d'attribution de postes à des «positions souveraines». Parallèlement, la ville suisse de Montreux a également hébergé une réunion sur la crise libyenne.

    Le cycle des réunions au Maroc a commencé le 6 septembre dans la ville marocaine de Bouznika. Il avait pour but de "stabiliser le cessez-le-feu et d'ouvrir des négociations pour résoudre les différends entre les factions libyennes". Les participants sont des membres du Haut Conseil d'État du gouvernement de Tripoli (G, et des membres de la Chambre des Députés (HoR) installée à Tobrouk et liée à l'Armée nationale libyenne (ANL) et à son chef Khalifa Haftar.

    En marge de la dernière journée de pourparlers, le 10 septembre, une déclaration officielle commune a été publiée , dans laquelle les participants ont indiqué qu'ils étaient parvenus à un accord sur l'attribution des postes souverains, conformément à l'article 15 de l'accord de Skhirat, et a confirmé son soutien aux résultats obtenus lors de la conférence de Berlin du 19 janvier 2020 et, en particulier, à une solution politique à la crise libyenne, selon les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies. En outre, il a été déclaré que les entretiens de Bouznika étaient caractérisés par une atmosphère "fraternelle et amicale", ainsi que par le consentement et la compréhension mutuels. «Ce cycle sera le début du processus vers une solution politique qui doit mettre fin au statut actuel et garantir une vie meilleure aux générations futures », a déclaré un membre du parlement de Tobrouk.

    Enfin, les membres des deux délégations ont appelé l’ONU et la communauté internationale à soutenir les efforts du Royaume du Maroc visant à créer les conditions nécessaires pour parvenir à une solution politique en Libye. Rabat a été félicité pour le soutien offert au peuple libyen dans la réalisation de ses aspirations et la construction d'un État démocratique civilisé, bénéficiant de la paix, de la sécurité et de la stabilité. À cet égard, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a félicité les parties libyennes pour leurs efforts au cours des pourparlers, soulignant comment les deux institutions participantes, considérées comme la base de toute autre forme de consensus, ont obtenu des résultats tangibles.

    Le point central des pourparlers de Bouznika était représenté par l'article 15 de l'Accord de Skhirat et la nomination de nouvelles personnalités à des «positions souveraines». Parmi ceux-ci, le gouverneur de la Banque centrale de Libye, le président de la Cour des comptes, le chef de l'Autorité de contrôle administratif, le chef de l'Autorité anti-corruption, les présidents et membres de la Haute Commission électorale, le président de la Cour suprême et le procureur général. Selon les dispositions de l'article 15, la Chambre des Députés (HoR) devrait consulter le Haut Conseil d'État pendant 30 jours, afin de parvenir à un consensus sur la nomination des postes susmentionnés, ce qui nécessite l'approbation des deux tiers des membres du Parlement.

    Parallèlement à la réunion au Maroc, la ville suisse de Montreux a accueilli, du 7 au 9 septembre, une réunion, en présence de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL). La réunion se tenait sous l'égide du Centre pour le dialogue humanitaire. La réunion s'est conclue par un accord sur une feuille de route à suivre pour parvenir à une solution politique en Libye.

    Selon les rapports de la chef par intérim de la Mission de la MANUL, Stephanie Williams , les participants ont convenu de tenir des élections présidentielles et parlementaires dans une période ne dépassant pas 18 mois, de modifier le Conseil présidentiel et d'établir un gouvernement représentatif, capable de fournir des services aux citoyens et de mettre en œuvre des décisions, comme la loi d'amnistie générale adoptée par le Parlement de Tobrouk en 2015. Williams a ensuite accueilli favorablement la proposition des participants de déplacer le siège de l'Autorité exécutive et de la Chambre des députés (HoR) de Tobrouk à Syrte , après avoir pris les mesures de sécurité nécessaires. Selon ce qui a été déclaré par les participants à la réunion, les propositions susmentionnées constituent la phase préliminaire d'une solution à la crise libyenne. Pour sa part, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye a salué les << bonnes intentions et le dévouement >> des participants libyens, qui en ont profité pour mettre de côté leurs divergences, dans le but de préparer les bases. pour une solution intra-libyenne, et accélérer la reprise du dialogue politique libyen dirigé par l'ONU.

    La situation de grave instabilité en Libye a commencé le 15 février 2011, date qui a marqué le début de la révolution et de la guerre civile. Il y a deux côtés opposés. D'une part, le gouvernement de Tripoli, né des accords de Skhirat du 17 décembre 2015, dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par l'ONU. De l'autre, la Chambre des Députés (HoR) siégeant à Tobrouk, et soutenue par le général Khalifa Haftar. Le gouvernement de Tobrouk reçoit le soutien de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l'Égypte, de la Russie et de la France. Le Caire, Riyad et Abu Dhabi soutiennent militairement et économiquement les forces de l'Armée Nationale Libyenne de Haftar. Le Qatar, l'Italie et la Turquie soutiennent en revanche le gouvernement de Tripoli.