Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS)

  • Burkina Faso : Au moins 79 civils tués dans une attaque dimanche 12 juin dans le Sahel

    Imprimer

    Au moins 79 civils ont été tués dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juin 2022, au cours d'une attaque perpétrée par des individus armés dans la commune de Seytenga, province du Seno, dans la Sahel burkinabè, a annoncé, lundi 13 juin, le porte-parole du gouvernement Lionel Bilgo, lors d’une conférence de presse.

    "Hier (Dimanche) encore des hommes armés ont commis l’irréparable dans la zone de Seytenga. Ils sont arrivés et ils ont fauché des vies des innocentes populations. L’armée, ayant été sur le terrain dès hier, a commencé des recherches de victimes ou de corps. Jusqu’à cet après-midi, 50 corps ont été retrouvés et les recherches se poursuivent", a déclaré Lionel Bilgo. 29 corps ont été retrouvés ultérieurement

    Les terroristes ont fait du porte à porte et exécuté les hommes qu'ils trouvaient.

    En réponse à une question sur la lenteur des autorités dans la communication sur l’attaque, Bilgo a expliqué : "Pourquoi autant de temps, parce que par expérience, l’armée sait que lorsque les terroristes passent dans les localités de cette façon ils piègent les localités et donc causent d’autres victimes lorsqu’on arrive sur le terrain".

    "L’armée demande à toutes les populations de collaborer et de faciliter le comptage afin de livrer un bilan définitif de cette attaque ignoble", a soutenu le porte-parole qui a indiqué que les populations déplacées de la commune de Seytenga sont prises en charge dans la ville de Dori. Selon le Conseil national de secours d'urgence (CONASUR), suite à cette attaque, 3 490 personnes ont fui la commune pour se réfugier à Dori, chef-lieu de la région. Ces personnes déplacées viennent de 16 villages voisines de la commune et parmi elles, 15, 67% d'hommes, 21,15% de femmes et 63,18% d'enfants, dont 24,79% ont moins de 5 ans.

    Jeudi dernier, 11 gendarmes avaient été tués dans cette même commune de Seytenga.
    Carte.jpegFU34kcZXoAIbMmK.jpeg

    La situation sécuritaire s’est fortement dégradée au cours de ce week-end au Burkina Faso, notamment dans le Sahel et le Centre-Nord du pays.

    Au moins six civils ont été tués samedi et dimanche, dans une attaque perpétrée par des individus armés non identifiés contre les villages d'Alga et de Boulounga, dans la commune de Bourzanga, dans le Centre-nord.

    Par ailleurs, quatre policiers burkinabè ont été tués, deux blessés et deux autres portés disparus, dimanche 12 juin, dans une attaque armée perpétrée également par des individus armés non identifiés contre la Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS) de Yakouta, située dans la province du Seno, région du Sahel burkinabè, a annoncé lundi, la Police nationale dans un communiqué.

    Depuis 2015, de nombreuses localités du Burkina Faso sont en proie à des attaques terroristes ayant fait plus de 2000 morts, civils et militaires, et plus de 1,9 million de déplacés internes, selon les autorités.