Comité de défense de la cause arménienne (CDCA)

  • France : Le mouvement ultra-nationaliste turque "Loups Gris" va être dissous

    Imprimer

    Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé lundi 2 novembre que le gouvernement français prendrait, lors d'une session ministérielle mercredi 4 novembre, la décision de dissoudre le mouvement nationaliste turc "Loups gris", qui soutient le président turc Recep Tayyip Erdogan.

    Ce mouvement a été pointé du doigt après les récents affrontements entre les communautés turque et arménienne à Décines-Charpieu, près de Lyon.

    L'inscription «loups gris» a également été peinte sur un monument en l'honneur des victimes du génocide arménien, toujours à Décines-Charpieu samedi soir.

    Les "Loups Gris" sont également impliqués dans le saccage de l'église Saint Antoine de Padoue" à Wien-Favoriten, en Autriche.

    L'organisation nationaliste turque "Loup Gris"
    L'organisation nationaliste turque appelée "Loups gris" ou "Ogaklari" a été formée dans les années 1960 et est classée comme un groupe nationaliste.

    Le mouvement a été impliqué dans des opérations terroristes. Les Loups Gris ont concentré leurs opérations sur les Kurdes dans les années 1990, en participant à des batailles contre l'organisation PKK dans l'ouest-est de la Turquie. On a également observé des membres des Loups Gris dans les combats contre les Arméniens du Haut Karabakh, aux côté des soldats azerbaïdjanais.

    Le mouvement croit en la supériorité ethnique des Turcs et cherche à restaurer leurs gloires et leur histoire et à unifier les peuples turcs dans les pays de langue turque. Le mouvement est particulièrement hostile à d'autres nationalités, telles que les Kurdes, la Grèce et les Arméniens.

  • France : Le mémorial du génocide arménien tagué d'inscriptions pro-Turquie

    Imprimer

    Le mémorial du génocide et le centre national de la mémoire arménienne en France ont été tagués dans la nuit de samedi à dimanche d'inscriptions pro-Turquie et d'insultes, a dénoncé dimanche le Comité de défense de la cause arménienne (CDCA).

    A la bombe jaune fluo, les deux édifices séparés de quelques mètres seulement, situés à Décines-Charpieu (centre-est), ont été tagués des inscriptions "RTE" - acronyme des initiales du président turc Recep Tayyip Erdogan - "Loups Gris", un mouvement ultra-nationaliste turc, et "Nique l'Arménie".

    Le CDCA et la Maison de la Culture arménienne de Décines et de ses environs ont déposé plainte dimanche auprès du parquet de Lyon pour "profanation de monuments édifiés à la mémoire des morts" et "dégradation", a indiqué à l'AFP leur avocate, Me Naïri Zadourian.

    "C'est terrible ce qu'il se passe dans le Nagorny Karabakh et cette guerre se prolonge en France, il faut y mettre un terme", a ajouté Me Zadourian.

    "Ces profanations insupportables (...) s'inscrivent dans une série d'événements visant à terroriser et intimider les citoyens français d'origine arménienne", a estimé le CDCA.

    Et de citer une "première descente" des Loups Gris à Décines le 24 juillet. Puis, le 28 octobre dernier une nouvelle descente, qui faisait suite à une rixe sur une autoroute à l'occasion d'une manifestation d'Arméniens pour la défense du Nagorny Karabakh, qui avait fait 4 blessés.

    Le CDCA "dénonce la très grave passivité de l'Etat" et rappelle sa demande de dissolution des Loups Gris.

    La maire de Décines, Laurence Fautra, a annoncé que des militaires allaient arriver sur les lieux à la mi-journée pour participer à la sécurité.

    "On espère une communication de soutien du consul de Turquie à Lyon et qu'il prône un message de paix", a ajouté Mme Fautra.

    Ville phare de la diaspora, Décines-Charpieu (30.000 habitants) abrite deux églises arméniennes, une radio arménienne, une maison de la culture. Le mémorial du génocide arménien de 1915 est le premier à avoir été érigé en Europe en 1972.

    La Turquie nie toujours le "génocide arménien"
    La Turquie nie toujours la réalité du "génocide arménien, comme le confirme une nouvelle fois la lettre envoyée à l'ONU niant l'existence du génocide arménien de 1915 et affirmant que c'est "un sujet de débat". (http://undocs.org/en/A/75/525). La Turquie exploite le fait que le génocide a débuté en 1915, alors que la Convention sur le génocide est entrée en vigueur en 1948.