Colonie Shavei Shomron

  • Cisjordanie : 127 Palestiniens blessés lors d'une attaque menée par des centaines de manifestants israéliens contre le village de Burqa près de Naplouse

    Imprimer

    Des dizaines de Palestiniens ont été blessés, jeudi 23 décembre 2021, lors d'attaques menées par des centaines de civils israéliens qui ont pris d'assaut des terres appartenant à des Palestiniens entre les villes de Silat Al-Daher et Burqa, au nord de Naplouse en Cisjordanie.

    Les incursions des civils israéliens ont eu lieu lors d'une manifestation pour exiger la restitution des logements dans la colonie évacuée de "Homesh", et une semaine après une fusillade dans la colonie qui a tué un Israélien.

    Les médias israéliens ont estimé le nombre de manifestants israéliens entre 5 000 et 10 000.

    À la suite d'affrontements avec les Israéliens, puis les soldats israéliens, 127 Palestiniens ont été blessés dans le village de Burqa.

    La colonie de Homesh a été évacuée unilatéralement en 2005 dans le cadre du plan de « désengagement » initié par le Premier ministre israélien de l'époque Ariel Sharon et approuvé par la Knesset sous forme de loi.

    Plus tôt jeudi, l'armée israélienne avait fermé les trois routes reliant le village de Burqa et la route entre les villes de Jénine et Naplouse avec des monticules de terre, et renforcé leurs mesures militaires. La route entre les villes de Silat Al Dhaher et Deir Sharaf a été déclarée zone militaire et fermée.

    Le maire de Sebastia, Muhammad Azem, a déclaré à "Wafa" que des groupes d'Israéliens avaient pris d'assaut le site de la colonie évacuée de "Homesh", partant de la colonie de "Shafel Shomron" établie sur les terres palestiniennes au nord-ouest de Naplouse. Il a ajouté que des groupes nombreux étaient toujours en face de la colonie.نابلس.jpeg

    Devant Burqa même, jeudi soir, des colons ont attaqué une maison et un lave-auto à l'entrée du village. Le responsable du dossier des colonies dans le nord de la Cisjordanie, Ghassan Daghlas, a déclaré à "Wafa" qu'un groupe d'Israéliens avait attaqué la maison de Jamal Seif, et un lave-auto à l'entrée du village, provoquant des affrontements avec les habitants palestiniens.

    Vendredi dernier déjà, des dizaines de civils israéliens avaient attaqué des maisons dans la zone ouest de la localité de Burqa. Il a ajouté que les colons avaient tiré à balles réelles sur les habitants de Burqa, et avaient brûlé une école communale (braksa).

    L'armée israélienne s'est déployée en masse dans la rue principale adjacente à la colonie évacuée de Homesh, l'interdisant aux véhicules palestiniens, tandis que les Israéliens scandaient des slogans anti-arabes. .

    Vendredi, des civils israéliens ont également détruit plusieurs véhicules palestiniens près de l'entrée de la ville de Sebastia, au nord de Naplouse.

    Le maire, Muhammad Azim, a déclaré que les colons avaient attaqué un garage de réparation de véhicules et détruit des voitures garées à proximité.

    Il a ajouté que les soldats israéliens avaient fait une descente dans plusieurs maisons à l'entrée de la ville, qui est proche de la colonie de "Shafel Shomron" construite sur des terres palestiniennes.

     

     

     

  • Cisjordanie : Un Israélien tué et deux autres blessés dans une attaque 

    Imprimer

    Un Israélien d'une vingtaine d'années est décédé des suites de ses blessures et deux autres ont été blessés, jeudi 16 décembre 2021 en Cisjordanie, lors d'une attaque contre leur voiture, a indiqué un médecin. Vidéo.

    L'armée israélienne a annoncé qu'elle était à la recherche de l'assaillant. Un médecin travaillant pour le service d'urgence Magen David Adom a expliqué avoir tenté de réanimer une personne qui était inconsciente à l'arrière d'une voiture après avoir été blessée par balles, ajoutant: "on a été obligé de la déclarer morte". "Le conducteur du véhicule et un autre passager étaient conscients (...) et souffrent de blessures légères dues aux bris de verre" des fenêtres, a-t-il ajouté.

    Selon des médecins, l'attaque a eu lieu près de la colonie Shavei Shomron et du village de Homesh, dans le nord de la Cisjordanie. Le ministre de la Défense Benny Gantz a présenté ses condoléances "à la famille de la victime du terrorisme, tué en Judée Samarie", nom donné par Israël à la Cisjordanie. "Nous allons redoubler de vigilance et nous nous tenons prêts à mettre en échec le terrorisme en Judée Samarie. Nous continuerons à prendre toutes les mesures nécessaires face aux groupes terroristes dans le secteur", a-t-il ajouté.

    Le nom de la victime, un étudiant de yeshiva a été approuvé pour publication. Il s'agit de Yehuda Dimentman, un habitant de Shavei-Shomron. Il laisse dans le deuil une femme et un enfant.

    Un suspect arrêté
    Depuis les premières heures du vendredi matin, les forces de sécurité israéliennes ont fermé un certain nombre de routes à proximité de la localité de Homesh à la recherche des suspects. De sources palestiniennes, on rapporte qu'une campagne d'arrestation massive est en cours en Cisjordanie. Des caméras de vidéosurveillance ont été confisquées dans de nombreuses rues et magasins palestiniens par les forces israéliennes. Des centaines de combattants du 890e bataillon de parachutistes, la brigade de reconnaissance Golani, le "Dafdofan", et un certain nombre de réservistes ont été transférés en Cisjordanie. 

    Au dernières nouvelles, un suspect aurait été arrêté.

    Cette attaque fait suite à plusieurs autres perpétrées en Cisjordanie ou à Jérusalem. La semaine dernière, une adolescente palestinienne, dont la famille est menacée d'éviction, avait été arrêtée à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville occupé, après une attaque présumée au couteau visant une Israélienne vivant dans une colonie de son quartier. Le 22 novembre, un Israélien avait été tué et trois autres personnes blessées lors d'une attaque à l'arme à feu menée par un Palestinien membre du mouvement islamiste Hamas dans la Vieille Ville de Jérusalem.

    Jérusalem, la Cisjordanie occupée et Israël ont été le théâtre à partir d'octobre 2015 et pendant des mois d'attaques anti-israéliennes commises le plus souvent par de jeunes palestiniens isolés. Ces violences ont depuis diminué d'intensité, mais persistent de manière sporadique.