Coalition sunnite arabe anti-Houthis

  • Yémen : Cent-soixante rebelles tués dans leur progression vers Marib

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé samedi avoir tué 160 rebelles houthis dans de nouveaux raids au sud de la ville stratégique de Marib, où les combats ont fait des centaines de morts ces derniers jours.
    tMSpZFOl.jpeg

    "Nous avons mené 32 frappes à al-Abdiya (à quelque 100 km au sud de Marib) au cours des 24 dernières heures (...) 11 véhicules militaires ont été détruits et plus de 160 éléments terroristes éliminés", a indiqué la coalition, citée par l'agence officielle saoudienne SPA.

    Les rebelles progressent et sont désormais "au centre du secteur d'al-Abdiya après un siège qui a duré quatre semaines", a affirmé samedi 15 octobre 2021 à l'AFP une source loyaliste.

    Dernier bastion du gouvernement dans le nord du Yémen largement dominé par les houthis, Marib, chef-lieu de la province qui porte le même nom, est au coeur d'une violente bataille.

    Les houthis ont lancé en février une campagne pour prendre la ville et ont récemment intensifié leur offensive. La coalition a répondu depuis lundi par une salve de frappes aériennes qui ont tué selon elle plus de 700 insurgés. Ces chiffres n'ont pas pu être vérifiés de source indépendante. Et les houthis ne communiquent que très rarement sur les victimes dans leurs rangs.

    Selon la source pro-gouvernementale, les rebelles ont "kidnappé, emprisonné et maltraité" des membres de tribus ayant appuyé les forces loyalistes. Près de 20 membres des forces loyalistes et de ces tribus ont été tués ces dernières 24 heures et 47 ont été blessés, a-t-il déclaré. 

    Les deux camps se livrent une guerre dévastatrice depuis 2014, date à laquelle les houthis, proches de l'Iran, se sont emparés de la capitale Sanaa (nord). Depuis 2015, la coalition dirigée par les Saoudiens intervient pour appuyer les forces loyalistes. 

    La guerre au Yémen a plongé le pays le plus pauvre de la péninsule arabique dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU, poussant la population au bord de la famine. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées depuis le début du conflit. Près de 10.000 personnes ont été déplacées pour le seul mois de septembre dans la province de Ma'rib, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

    FBwz6hoWUAsSBj7.jpeg

  • Yémen : Plus de 180 rebelles tués dans de nouveaux raids au sud de Ma'rib

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé avoir tué, vendredi 15 octobre 2021, plus de 180 rebelles houthis dans de nouveaux raids au sud de la ville stratégique de Ma'rib, où les combats ont déjà fait des centaines de morts ces derniers jours.

    "L'opération a détruit 10 véhicules militaires et tué plus de 180 éléments terroristes" à al-Abdiya et aux alentours de cette localité, située au sud de la ville de Ma'rib, a indiqué la coalition, citée par l'agence de presse officielle saoudienne SPA, précisant que "40 opérations visant les rebelles ont été menées ces dernières 24 heures".

    Dernier bastion du gouvernement dans le nord du Yémen largement dominé par les houthis, Ma'rib, chef-lieu de la province qui porte le même nom, est au cœur d'une violente bataille. Les houthis ont lancé en février une campagne pour prendre Ma'rib où ils progressent, ayant intensifié leur offensive ces dernières semaines. La coalition a répondu depuis lundi par une salve de frappes aériennes qui ont tué selon elle des centaines d'insurgés. Ces chiffres n'ont pas pu être vérifiés de source indépendante. Et les houthis ne communiquent que très rarement sur les victimes dans leurs rangs.

    Les houthis ont capturé al-Abdiyah, malgré d'intenses bombardements de la coalition
    FBuxjrbWEAgEgcu-400x300.jpeg

    Vendredi 15 octobre, les rebelles chiites Houthis ont capturé le centre du district d'al-Abdiyah dans la province centrale yéménite de Marib.

    Les combattants houthis ont réussi à pénétrer dans le centre du district, situé au sud de la ville de Ma'rib, après avoir lancé une vaste attaque coordonnée de plusieurs directions. Les forces loyalistes soutenues par les Saoudiens n'ont pas réussi à conserver leurs positions.

    Au cours des derniers jours, les Houthis ont pris le contrôle de plusieurs zones autour du centre du district d'al-Abdiyah, notamment Lahjla, Bilad al-Thabati, al-Balghaith, al-Harqan, al-Shaddadi, al-Madhd, Thamdah et al-Arwal al -Shib.

    Avec al-Abdiyah entre leurs mains, les Houthis avanceront probablement plus rapidement vers la ville de Ma'rib depuis la direction sud. Les combattants du groupe sont déjà à la périphérie ouest de la ville.

    Jeudi, l'ONU avait appelé à la cessation des combats autour de Ma'rib, ainsi que dans les provinces de Chabwa (sud) et d'Al-Baïda (centre), afin de fournir de l'aide humanitaire aux populations civiles. Une trêve permettrait "le passage en toute sécurité des civils et des travailleurs humanitaires, ainsi que l'évacuation de blessés", avait indiqué dans un communiqué David Gressly, coordinateur humanitaire de l'ONU pour le Yémen.

    Les deux camps se livrent une guerre dévastatrice depuis 2014, date à laquelle les houthis, proches de l'Iran, se sont emparés de la capitale Sanaa (nord). Depuis 2015, la coalition dirigée par les Saoudiens intervient pour appuyer les forces loyalistes en peine face aux rebelles. La guerre au Yémen a plongé le pays, le plus pauvre de la péninsule arabique, dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU, poussant la population au bord de la famine. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées depuis le début du conflit. 

  • Yémen : Plus de 150 rebelles tués dans de nouveaux raids au sud de Ma'rib

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé, jeudi 14 octobre 2021, avoir tué plus de 150 rebelles houthis dans de nouveaux raids au sud de la ville stratégique de Ma'rib, où la bataille a fait des centaines de morts ces derniers jours.

    "L'opération a détruit 11 véhicules militaires et tué plus de 150 éléments terroristes" à Al-Abdiya, au sud de la ville de Ma'rib, a indiqué la coalition citée par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

    Dernier bastion du gouvernement dans le nord du Yémen largement dominé par les houthis, Ma'rib, chef-lieu de la province qui porte le même nom, est au cœur d'une violente bataille. Les houthis ont lancé en février une campagne pour prendre Ma'rib où ils progressent, ayant intensifié leur offensive ces dernières semaines. La coalition a répondu au cours des quatre derniers jours par une salve de frappes aériennes qui ont tué selon elle plus de 500 insurgés. Ces chiffres n'ont pas pu être vérifiés de source indépendante. Et les houthis ne communiquent que très rarement sur les victimes dans leurs rangs. Les deux camps se livrent une guerre dévastatrice depuis 2014, date à laquelle les houthis, proches de l'Iran, se sont emparés de la capitale Sanaa (nord). Depuis 2015, la coalition dirigée par les Saoudiens intervient pour appuyer les forces loyalistes en peine face aux rebelles.

  • Yémen : Plus de 100 rebelles tués dans de nouveaux raids de la coalition sunnite

    Imprimer

    Une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite et intervenant dans la guerre au Yémen a affirmé, mercredi 13 octobre 2021, avoir tué plus de 100 rebelles houthis dans des frappes ces dernières 24 heures au sud de la ville stratégique de Ma'rib. Les avions de la coalition soutiennent les forces gouvernementales au sol dans la bataille de Ma'rib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays, dont les houthis cherchent à s'emparer depuis février.

    "Nous avons mené 19 frappes qui ont détruit 12 véhicules militaires appartenant à la milice (des houthis) et tué 108 éléments terroristes dans le secteur d'Al-Abdiya au cours des dernières 24 heures", a annoncé la coalition, citée par la chaîne d'Etat El-Ekhbariya. Ces chiffres n'ont pas pu être confirmés dans l'immédiat de sources indépendantes. Les houthis communiquent rarement sur le nombre de morts dans leur camp.

    La coalition intervient au Yémen depuis 2015 pour appuyer les forces du gouvernement yéménite face aux rebelles houthis proches de l'Iran. 

    Le bilan de mercredi s'ajoute aux près de 300 morts annoncés depuis lundi. 

    Les insurgés affirment eux avoir progressé en direction de la capitale de la province de Ma'rib, malgré l'intensification des frappes aériennes de la coalition.

    Al-Abdiya est située dans le sud de la province de Ma'rib, à environ 100 kilomètres au sud de la ville éponyme. Cette région est riche en pétrole et géographiquement stratégique entre le nord et le sud du pays. Les rebelles contrôlent la majorité du nord du Yémen, y compris la capitale Sanaa. La bataille pour Ma'rib a accentué la pire crise humanitaire au monde qui sévit actuellement au Yémen, selon l'ONU. En sept ans de guerre, des dizaines de milliers de personnes ont été tuées, en majorité des civils et des millions déplacées, d'après les organisations internationales. 

  • Yémen : Les Houthis sont à la "périphérie" de la ville de Marib et la coalition intensifie ses frappes pour stopper leur avancée

    Imprimer

    Les rebelles chiites houthis ont annoncé mardi 12 octobre 2021 qu'ils avaient réalisé des progrès significatifs sur le front de bataille dans le gouvernorat stratégique de Marib, au nord-est de la capitale yéménite, Sanaa. Ils se trouvent à la "périphérie" de la ville, malgré l'intensification des frappes aériennes de la coalition dirigée par les Saoudiens qui tente d'arrêter leur avance.

    Selon le porte-parole des houthis, Yahya Sari, "les forces houthies ont réussi à libérer une superficie totale de 600 kilomètres carrés lors de l'opération "L'aube de la victoire" qui a été lancée pour "libérer Marib". 

    Sari a déclaré lors d'une conférence de presse que les houthis ont atteint la périphérie de la ville de Marib de plusieurs côtés lors de l'opération Dawn of Victory".

    "Les opérations de défense aérienne ont contribué à semer la confusion chez l'ennemi et à frustrer bon nombre de ses opérations aériennes", a-t-il ajouté, notant qu'"elle a pu abattre 11 avions espions des forces ennemies, y compris de fabrication américaine."

    Il a souligné que "les forces de défense aérienne ont enregistré d'autres succès, notamment la mise en œuvre de plus de 518 opérations de riposte pour les forcer (les avions) à partir".

    Il a poursuivi : « Les opérations de la Drone Air Force se sont réparties entre 170 opérations externes et 75 opérations internes », expliquant que « la Drone Air Force a mené 245 opérations visant l'ennemi dans sa géographie et dans les zones occupées ».

    Un porte-parole des Houthis a déclaré : « La force de missiles a mené 49 opérations sur nos terres occupées et 19 opérations sur les terres ennemies.

    Et il a poursuivi: "Les directives imposent de ne pas tirer sur tout mercenaire et traître après qu'il ait pris l'initiative de quitter les combats et de fuir, en quittant sa position."
    15.jpeg


    Deux bateaux chargés d'explosifs détruits dans le sud de la mer Rouge

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a détruit deux bateaux chargés d'explosifs utilisés lors d'une tentative d'attaque par les rebelles chiites houthis soutenus par l'Iran dans le sud de la mer Rouge. L'information a été donnée, mercredi 13 octobre par la télévision publique saoudienne.

  • Yémen : Au moins 100 morts dans des combats autour de Ma'rib

    Imprimer

    Au moins 100 combattants, dont 68 rebelles houthis et 32 membres des forces pro-gouvernementales, ont été tués ces dernières 48 heures dans des affrontements autour de la ville de Ma'rib, dernier bastion loyaliste dans le nord du Yémen, ont déclaré mercredi des sources militaires gouvernementales.

    Des centaines de combattants de tribus locales ont rejoint les rangs des forces gouvernementales pour repousser l'avancée des houthis, selon les mêmes sources, qui précisent que la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a mené plusieurs frappes aériennes pour appuyer les loyalistes.

    Le bilan a été confirmé par des sources médicales. Les rebelles houthis, qui communiquent rarement sur leurs pertes, ont confirmé que 59 raids aériens avaient frappé Ma'rib au cours des dernières 48 heures, selon la chaîne pro-rebelles Al-Massirah.

    Les rebelles proches de l'Iran tentent depuis février d'arracher Marib. La prise de la ville leur donnerait le pouvoir sur tout le nord du Yémen, qu'ils contrôlent déjà largement. Ces dernières semaines, les houthis ont intensifié leur campagne, les combats ayant fait des centaines de morts.

    Selon les observateurs, les rebelles houthis seraient en passe de changer le cours de la guerre au Yémen en se rapprochant progressivement de Ma'rib, chef-lieu de la région éponyme, riche en pétrole et géographiquement stratégique, entre le nord et le sud.

    La guerre au Yémen a éclaté en 2014 avec la prise de la capitale Sanaa (nord) par les rebelles. Depuis, le conflit a provoqué la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU, avec des millions de déplacés et une population au bord de la famine.

  • Yémen: 67 morts dans des combats autour de la ville de Marib

    Imprimer

    Des affrontements au Yémen ont fait 67 morts au cours des 24 dernières heures parmi les rebelles Houthis et les soldats pro-gouvernementaux dans la bataille pour Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays en guerre, selon des sources militaires et médicales.

    "Cinquante-huit rebelles et neuf soldats gouvernementaux ont été tués dans des combats et par des frappes aériennes dans les provinces de Marib et Shabwa", ont indiqué les sources militaires à l'AFP, un bilan confirmé par des sources médicales.

    L'objectif des Houthis est de conquérir le gouvernorat de Ma'rib, riche en ressources pétrolières. La conquête de la province de Marib donnerait aux houthis un avantage avant d'entamer toute négociation de paix. À ce jour, les rebelles n'ont obtenu aucun résultat significatif, mais ils continuent de faire preuve de détermination. 

    Selon le ministre yéménite des Affaires étrangères, Ahmed Awad bin Moubarak, lors d'un entretien avec al-Arabiya, Téhéran aurait demandé aux houthis de ne pas s'asseoir à la table des négociations avec le gouvernement yéménite tant qu'il n'aurait pas pris le contrôle total de Marib. 

    Concernant le rôle des acteurs internationaux, Ahmed Awad bin Moubarak s'est dit surpris par le comportement des États-Unis, qui ont retiré les Houthis de la liste des organisations terroristes, mais sans rien obtenir en retour, tandis que le nouvel envoyé de l'ONU, Hans Grundberg, a été invité à travailler sur la base de ce qui a été réalisé jusqu'à présent, sans recommencer. Enfin, le ministre a souligné l'importance des initiatives de paix promues à la fois par l'ONU et l'Arabie saoudite, considérées comme une feuille de route à suivre pour résoudre la crise yéménite.

    Par ailleurs, on a appris qu'au moins 12 civils avient perdu la vie, tandis que 22 autres étaient blessés au cours d'une attaque des milices rebelles Houthis contre le gouvernorat nord-ouest de Hajjah le 26 septembre.

    Selon les rapports du ministre yéménite de l'Information, Moammar al-Eryani, le 26 septembre, un missile balistique, vraisemblablement de fabrication iranienne, a visé le district de Midi, dans le gouvernorat de Hajjah, alors qu'une célébration commémorait le 59e anniversaire de la révolution du 26 septembre 1962. Pour le ministre al-Eryani, l'attaque du 26 septembre est assimilable à un crime de guerre, et représente une violation flagrante des normes et accords internationaux, en premier lieu du droit international humanitaire.

    Le conflit civil au Yémen a commencé à la suite du coup d'État des Houthis le 21 septembre 2014. Le conflit oppose les rebelles chiites houthis, soutenus par Téhéran aux  forces liées au gouvernement yéménite internationalement reconnu  du président Rabbo Mansour Hadi.. Depuis le 26 mars 2015, l'armée pro-gouvernementale est assistée d'une coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite, qui comprend également les Émirats arabes unis, l'Égypte, le Soudan, la Jordanie, le Koweït et Bahreïn.