COALITION ANTI DAECH

  • Irak : Raids de la Coalition internationale contre des repaires de Daech

    Imprimer

    Les avions de la coalition internationale contre Daech et de l'armée de l'air irakienne ont mené plusieurs frappes aériennes dans le secteur de Wadi al-Shai. Les raids ont permis d'éliminer spt terroristes et de détruire un certain nombre de grottes.

    Selon le journal al-Arabiya,  lundi 22 février, sur la base d'informations rapportées par la Cellule de sécurité des médias, 7 terroristes islamistes ont été tués au cours de 8 attaques perpétrées par les forces irakiennes et la coalition internationale anti-Daeech dans le gouvernorat de Kirkouk, dans le nord de l'Irak. Pour le moment, aucun autre détail n'a été révélé sur l'identité des jihadistes tués, car les vérifications sont toujours en cours. Par ailleurs, l'opération de la coalition anti-Daech n'est pas encore terminée.

    Les forces de sécurité irakiennes sont toujours à la recherche des caches de l'État islamique dans les zones inaccessibles de l'Iraq, et en particulier dans le soi-disant "Triangle de la mort", situé dans les régions de Kirkouk, Diyala et Salah al-Din. où, selon un rapport du Centre international de lutte contre le terrorisme (ICCT) basé à La Haye, les attaques de l'Etat islamique se sont particulièrement intensifiées au cours de 2020.

    Les opérations militaires se sont accélérées après l'attaque du 21 janvier à Bagdad, qui a fait 32 morts et 110 autres blessés. Cette attaque a mis en évidence la nécessité pour l'appareil de sécurité iraquien de faire davantage pour lutter contre les groupes terroristes islamistes qui continuent de constituer une menace pour la sécurité de l’Iraq. À cet égard, la dernière opération a été lancée le 1er février. Cette opération a été surnommée «les Lions de l'île» et se déroule principalement dans les zones occidentales de Salah al-Din et Ninive, sur neuf axes principaux. Par ailleurs, , les services de sécurité nationale irakiens ont affirmé le 2 février avoir déjoué une nouvelle attaque à Bagdad.

    La coalition anti-Daech dirigée par les États-Unis, dont les avions, selon des sources militaires irakiennes, jouent un rôle essentiel, en particulier dans les attaques de précision, aide les forces irakiennes à faire face à la menace islamiste actuelle. Depuis 2014, la coalition s'est engagée dans la lutte contre l'État islamique, dans le but de le vaincre sur tous les fronts, de détruire également ses réseaux et d'entraver ses objectifs expansionnistes. Outre les campagnes militaires menées en Irak et en Syrie, la coalition vise également à saper l'infrastructure financière et économique de l'Etat islamique, à freiner le flux de combattants étrangers à travers les frontières et à restaurer la stabilité et les services publics essentiels dans les zones libérées de l'emprise du groupe terroriste.

    L'Irak est un membre clé de la coalition internationale anti-Daech et participe aux différents groupes de travail qui lui sont liés, y compris la lutte contre les combattants terroristes étrangers, la lutte financière contre Daech, la stabilisation et les communications. Malgré cela, l'État islamique continue de représenter une menace sérieuse en Irak et en Syrie. L'Etat islamique poursuit toujours son objectif de rétablir le soi-disant califat, en mobilisant le soutien des populations sunnites de Ninive, Kirkouk, Diyala, Salah al-Din et Anbar, en particulier dans les zones encore disputées entre le gouvernement régional du Kurdistan et le gouvernement fédéral, où l'on ne sait pas qui doit veiller à la sécurité, ce qui provoque encore plus de chaos et de fragilité.

    La victoire sur l'État islamique remonte en Irak au 9 décembre 2017, lorsque, après trois ans de combats féroces, le gouvernement irakien a pu annoncer sa victoire sur Daech. Cependant, en 2020, il y a eu une ré-émergence croissante de l'organisation islamiste radicale. À cet égard, le  Global Terrorism Index 2020  place l'Irak en deuxième position, après l'Afghanistan, parmi les 163 pays les plus touchés par la menace terroriste, même si dans le pays, en 2019, une diminution de 46% du nombre de victimes causées par le terrorisme avait été enregistrée .

  • Irak : Les Kurdes syriens ont remis 100 jihadistes à l'Irak

    Imprimer

    Les forces kurdes de Syrie ont remis une centaine de combattants irakiens de l'Etat islamique (Daech) à Bagdad, a indiqué dimanche une source sécuritaire irakienne haut placée. Ces combattants remis au cours de la semaine écoulée à Bagdad vont être traduits en justice, a précisé à l'AFP cette source qui a requis l'anonymat.

    Dans le nord-est de la Syrie, pays en guerre voisin de l'Irak, un responsable de l'administration autonome kurde, interrogé par l'AFP, a démenti ces informations, affirmant qu'"aucun" Irakien n'avait été livré aux autorités de Bagdad.

    L'administration kurde syrienne qui contrôle de vastes pans dans le nord-est du territoire syrien, se montre parfois réticente à communiquer sur certains dossiers en lien avec les combattants de l'Etat islamique ou leurs familles retenus par les forces kurdes dans des prisons ou dans des camps en Syrie.

    Début 2019, les Forces démocratiques syrienne (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes qui a mené la lutte contre l'Etat islamique avec le soutien de la coalition internationale menée par Washington, avaient remis à Bagdad environ 900 Irakiens, la plupart capturés alors qu'ils essayaient de fuir les derniers bastions de l'Etat islamique en Syrie, selon des sources judiciaires irakiennes.

    Après avoir occupé de 2014 à 2017 de vastes territoires en Syrie et en Irak, l'Etat islamique a enchaîné les revers. Fin 2017, l'Irak a annoncé la "victoire" après avoir chassé l'Etat islamique de tous les bastions urbains. En mars 2019, l'Etat islamique a perdu tous ses fiefs en Syrie.

    Quelque 1.600 Irakiens soupçonnés d'avoir combattu pour l'Etat islamique sont encore détenus par les FDS, selon un rapport de l'ONU publié début février. Des centaines de civils sont aussi retenus dans des camps de déplacés comme celui d'al-Hol, qui abrite plus de 60.000 personnes, dont la moitié seraient des Irakiens. L'Irak a déjà poursuivi en justice des milliers de ses ressortissants pour appartenance à l'Etat islamique, crime passible de la peine de mort selon une loi antiterroriste. Des centaines ont été condamnés à la peine capitale mais peu de ces sentences ont été appliquées, l'administration pénitentiaire devant obtenir un ordre ratifié par la présidence pour les exécuter.

  • Syrie : Mutinerie de prisonniers jihadistes dans une prison des Forces Démocratiques Syriennes

    Imprimer

    Samedi 30 janvier, une mutinerie de prisonniers jihadistes a éclaté dans une importante prison gérée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) dans la ville de Shadadi, dans le sud de Hassakeh.

    La prison, connue sous le nom de Cam al-Bulgar, est située à l'est de Shadadi. La prison accueille au moins 5 000 détenus, dont beaucoup sont des membres étrangers de l'Etat islamique.

    Un porte-parole du Conseil des tribus et des clans syriens, Cheikh Mudar al-Asaad, a déclaré au média pro-opposition Enab Baladi que les prisonniers avaient déclenché la mutinerie en réponse aux mauvaises conditions de vie dans la prison, notamment le manque de chauffage et une pénurie de nourriture. et d'eau.

    «Les prisonniers ressentent du ressentiment à cause des longues années de détention sans tribunaux et parce que plusieurs d'entre eux sont maintenus en prison malgré leur acquittement», a déclaré le cheikh.

    Al-Assad a poursuivi en affirmant que plusieurs prisonniers avaient été récemment exécutés par les FDS. Le groupe soutenu par les États-Unis a pourtant avoir affirmé qu'il avait aboli la peine capitale.

    Actuellement, les forces de sécurité des FDS, les Asayish, s'emploient à mater la mutinerie à Cam al-Bulgar avec le soutien de la coalition dirigée par les États-Unis. Des hélicoptères d'attaque de la coalition ont été repérés survolant la prison.

    La coalition dirigée par les États-Unis maintient une base au sud de Shadadi, à quelques kilomètres à l'ouest de la prison de Cam al-Bulgar. Plusieurs hélicoptères d'attaque y sont déployés.

     

  • Irak : L'armée américaine annonce avoir liquidé le chef de l'Etat islamique en Irak

    Imprimer

    Le porte-parole de la coalition internationale anti-Daech» en Irak et en Syrie, le colonel Wayne Maruto, a annoncé avoir liquidé le leader de l'organisation jihadiste en Irak, Abou Yasser Al-Issawi (photo), natif de Fallujah. Abu Yasser al-Issawi était la deuxième personne dans la hiérarchie de l'État islamique. Il dirigeait la conduite des opérations en Irak. Il a été éliminé une semaine après l'attaque terroriste qui a tué 32 personnes sur un marché de Bagdad fréquenté par la population chiite.

    Maruto a déclaré  sur "Twitter" que "le chef de l'Etat islamique en Irak, Abou Yasser, avait été tué lors d'une frappe aérienne près de Kirkouk, le 27 janvier. " l'opération conjointe des forces irakiennes et de la coalition internationale a conduit à la mort de 10 terroristes de l'Etat islamique ". Outre Abou Yasser, un autre jihadiste de haut rang a été tué. Il s'agit d'Abou Sadik, le Wali (gouverneur) du Kurdistan de l'Etat islamique.

    Il a ajouté: "La mort d'Abou Yasser représente un autre coup dur pour les efforts de Daech de faire son retour en Irak", soulignant que "la coalition continuera son travail pour éliminer les principaux dirigeants du champ de bataille et saper l'organisation terroriste.

    Jeudi 28 janvier, le Premier ministre irakien Mustafa Al-Kazimi avait annoncé l'élimination du "vice-calife de l'organisation "Daech" en Irak. "Nous avons tenu notre promesse ... Nos forces armées héroïques ont liquidé le commandant de l'Etat islamique Abu Yasir al-Issawi, lors d'une opération de renseignement", a écrit le Premier ministre.


    Au cours de la même opération conjointe, 

  • Irak : Affrontements entre la coalition de milices chiites (Hashd al-Chaabi)  et Daech dans le désert d'Anbar

    Imprimer

    Mercredi 27 janvier 2021, le commandement de la coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi a annoncé que ses forces (photo) s'étaient affrontées avec des éléments de l'Etat islamique lors d'une opération sécuritaire dans le désert de la province sunnite d'Anbar, à l'ouest du pays.

    "Les forces de mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi) ont mené une opération dans le désert occidental d'Anbar et se sont affrontées avec des gangs terroristes de l'Etat islamique pendant l'opération", a déclaré le commandant des opérations d'Anbar du Hashd al-Chaabi Qassem Musleh.

    Il a ajouté: "La force a découvert lors de l'opération de ratissage des repaires de l'Etat islamique. Les affrontements se poursuivent toujours, et l'opération sécuritaire se poursuit afin d'éliminer les poches terroristes dans le désert".

    Al-Hashd al-Shaabi fait officiellement partie des forces armées irakiennes, mais est en fait subordonné au Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI).

    Par ailleurs, le commandement de l'armée a rapporté qu'une unité de renseignement militaire de la 14e division d'infanterie, avec la participation de combattants de la 51e brigade d'infanterie, avait arrêté l'instructeur en chef des groupes al-Kahuasir, al-Qaad et al-Jammah collaborant avec l'Etat islamique. L'opération a été montée sur la base d'informations.

    4 combattants de Daech tués par une frappe aérienne de la Coalition dans le nord
    Le ministère irakien de la Défense a annoncé, mercredi, la mort de 4 membres de l'Etat islamique, lors d'une frappe aérienne menée par la Coalition internationale, au nord du pays.

    Selon la déclaration de la cellule des médias de sécurité affiliée du ministère de la Défense, "la Coalition internationale (dirigée par les États-Unis) a bombardé des fiefs de l'organisation à l'aide d'armes avancées dans la province de Kirkouk (nord)".

    Le communiqué a déclaré que "les forces de l'armée irakienne ont ratissé la zone ciblée et trouvé les corps déchiquetés des 4 éléments terroristes.

    "L'opération intervient dans le cadre des opérations préventives supervisées par le Commandement des opérations conjointes (de l'armée irakienne) pour éliminer ces groupes terroristes dans les régions montagneuses et reculées du pays", explique le communiqué.

    Les Etats-Unis dirigent une coalition internationale composée de plus de 60 pays, pour lutter contre l’organisation terroriste Daech en Irak. Elles fournissent une formation et des conseils tactiques aux forces armées locales.

    L'Irak a intensifié ses campagnes de traque des forces restantes de l'Etat islamique au cours des derniers jours, à la suite d'un double attentat-suicide, survenu jeudi 21 janvier, et qui a visé des civils sur un marché populaire bondé du centre de Bagdad. L'attentat, revendiqué par l'Etat islamique avait fait 32 morts et 110 blessés.

    Ces derniers mois, les attaques, d'éléments présumés de Daech, se sont multipliées, en particulier dans la zone située entre Kirkouk et Salah al-Din (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort".

     

     

  • Irak : Deux convois de ravitaillement des forces américaines attaqués 

    Imprimer

    Mercredi 20 janvier, vers midi, deux convois de ravitaillement de la coalition dirigée par les États-Unis ont été attaqués dans la périphérie de la capitale irakienne, Bagdad.
     
    Le premier convoi a été frappé par un engin explosif improvisé (IED) alors qu'il passait sur la route de Yusufiya, au sud de Bagdad. Le deuxième convoi a été pris pour cible par un engin piégé près de la ville d'Abou Ghraib, à l'ouest de Bagdad. Les attaques n'ont fait que des dégâts matériels..
     
    Selon le Saberin News, une chaîne Telegram liée aux groupes armés chiites en Irak, une nouvelle faction se faisant appeler «Saraya Qassim al-Jabbarin» a revendiqué la responsabilité des deux attaques.
     
    Les groupes pro-iraniens ont mené des dizaines d'attaques contre les forces américaines et la mission diplomatique en Irak depuis l'assassinat du commandant de la force iranienne al-Qods, le général Qassem Souleimani, et Abu Mahdi al-Muhandis, commandant adjoint des unités de mobilisation populaire (Hashed al-Chaabi)  il y a plus d'un an.
     
    Il y a deux jours, trois convois transportant des fournitures et du matériel pour la coalition dirigée par les États-Unis avaient déjà été visés par des engins piégés dans les villes de Samawah, Nasiriyah et al-Diwaniyah.
     
    Ces attaques pourraient conduire à une escalade militaire entre la coalition dirigée par les États-Unis et les groupes armés soutenus par l'Iran en Irak. Washington s'est engagé à répondre à toute attaque qui entraînerait des pertes parmi ses troupes.

  • Irak : Des raids américains tuent sept membres de l'Etat islamique

    Imprimer

    Mardi 12 janvier 2021, la Cellule gouvernementale des médias de sécurité en Irak a annoncé que la Coalition internationale avait mené deux frappes aériennes contre des caches de l'Etat islamique dans le nord du pays.
     
    La cellule a déclaré dans un communiqué de presse: "Sur ordre du Commandement des opérations conjointes, l'avion de la coalition internationale a effectué deux frappes aériennes, à l'aube aujourd'hui, contre des gangs terroristes de l'Etat islamique dans Wadi Al-Shay dans le gouvernorat de Kirkouk."
     
    Elle a ajouté: "Les deux frappes ont abouti à la découverte de sept restes épars des éléments terroristes, ainsi qu'à la découverte d'un tunnel à 10 mètres du lieu de la frappe."
     
    Il a souligné que le site de l'attaque avait été complètement détruit et qu'une cache terroriste contenant des ceintures explosives, des appareils mobiles détruits et des vêtements pour femmes avait été découverte.