CIA

  • Afghanistan : Le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri tué à Kaboul

    Imprimer

    Zawahiri.jpgLe chef du groupe terroriste islamique al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a été tué en Afghanistan à la fin de la semaine dernière par les forces américaines. L'information a été confirmée par le président américain.

    Al-Zawahiri a été tué par deux missiles de précision tirés par un drone. L'opération de la CIA n'a porté préjudice à aucun citoyen non impliqué dans des activités terroristes.

    Un responsable de l'administration américaine a déclaré aux journalistes sous couvert d'anonymat qu'al-Zawahiri avait été tué à 21 h 48, heure de l'Est des États-Unis, le samedi 30 juillet, alors qu'il se trouvait dans une maison sécurisée à Kaboul, qui a été frappée par deux missiles RX9 "Ninja Missile". Ce missile, qui est né d'une version du missile Hellfire, est équipé de 6 énormes couteaux et pèse environ 100 livres, ce qui lui permet de toucher la cible avec précision sans blesser ceux qui l'entourent. L'absence d'explosifs permet au missile de limiter le nombre de victimes co-latérales. Un haut responsable des renseignements a également déclaré qu'une équipe au sol de la CIA et une reconnaissance aérienne menée après l'attaque ont confirmé la mort d'al-Zawahri. RX9 %22Ninja Missile%22.jpeg

    La maison (photo en titre) dans laquelle al-Zawahiri résidait avec sa famille se trouvait dans le district de Shirpur, dans le centre de Kaboul,  et appartenait à Sirajuddin Haqqani, le ministre de l'Intérieur du régime taliban.
    Shirpur district.jpeg

    Le président américain Joe Biden, s'exprimant à la Maison Blanche, a déclaré : "Il a laissé une traînée de meurtres et de violence contre des citoyens américains, des militaires américains, des diplomates américains et des intérêts américains. Maintenant, justice a été rendue et ce chef terroriste est parti... Lorsque j'ai mis fin à notre mission militaire en Afghanistan il y a près d'un an, j'ai pris la décision qu'après 20 ans de guerre, les États-Unis n'avaient plus besoin de milliers de soldats sur le sol afghan pour protéger les Américains des terroristes qui cherchent à nous nuire. Et j'ai fait la promesse au peuple américain que nous continuerions à mener des opérations antiterroristes efficaces en Afghanistan et au-delà. C'est ce que nous avons fait."

    Un haut responsable de l'administration américaine a souligné qu'Ayman al-Zawahiri représentait une menace immédiate pour les citoyens américains et pour la sécurité et les intérêts du pays.

    Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a commenté la notification officielle de l'élimination du chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri à Kaboul. Blinken a accusé les talibans d'abriter al-Zawahiri et de le loger dans une maison sécurisée dans la capitale afghane. "Ils ont accueilli et hébergé le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri à Kaboul, en violation flagrante de l'accord conclu à Doha", a déclaré M. Blinken dans un communiqué, notant que la promesse des talibans de ne pas permettre aux terroristes d'utiliser le territoire afghan avait été rompue. "Ils ont également trahi le peuple afghan et son désir de reconnaissance par la communauté internationale et de normalisation des relations avec elle", a souligné le chef du département d'État américain. Dans le même temps, M. Blinken a souligné que les États-Unis continueraient à fournir une aide humanitaire au peuple afghan.

    Les talibans ont confirmé les informations des autorités américaines selon lesquelles, dans la nuit du 30 au 31 juillet, les Américains ont effectué une frappe aérienne sur une maison du centre de Kaboul. Le porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid, a écrit sur Twitter : "Le deuxième jour du premier mois de l'actuelle année 1444 de l'Hégire, des drones américains ont mené un raid aérien sur un immeuble résidentiel à Kaboul." Mujahid a déclaré que les Talibans condamnaient ces actions des Américains. Dans le même temps, les talibans n'ont pas commenté la déclaration des autorités américaines selon laquelle la frappe aérienne sur la cible à Kaboul a permis de liquider le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zauahiri.

    L'adjoint d'Ayman al-Zawahiri, Abou al-Khair al-Masri, avait été liquidé à Edleb en Syrie en 2017 par une frappe de drone.

    Ayman al-Zawahiri
    Le Dr Ayman al-Zawahiri était le chef de l'organisation extrémiste égyptienne du Jihad islamique. Il était appelé par les membres du parti : "Docteur, Maître, Abu Muhammad, Abu Fatima, Muhammad Ibrahim, Abu Abdallah, Abu al-Muiz, Noor, Eustaz, Abu Mohammed Noor al-Din, Abdel Muaz. Il parlait couramment non seulement l'arabe mais aussi le français.

    Il est né le 19 juin 1951 en Égypte dans une famille de scientifiques et de travailleurs médicaux respectés. À 15 ans, il est arrêté pour la première fois pour son implication dans l'organisation islamiste radicale des Frères musulmans, alors interdite en Égypte. Libéré à 17 ans, il entre à l'école de médecine militaire de l'université du Caire. En 1973, il est devenu un chirurgien qualifié. Il écrit plusieurs livres. L'un d'entre eux critiquait les activités des Frères musulmans.

    La vie d'Al-Zawahiri a changé brusquement dans les années 1980. D'un vénérable médecin, il est devenu un combattant pour la libération nationale du peuple afghan. Pendant plusieurs années, il a combattu l'armée soviétique sur le territoire de ce pays.

    À la fin des années 80, après le retrait des troupes soviétiques d'Afghanistan, al-Zawahiri retourne en Égypte où il dirige l'organisation terroriste islamique "Jihad islamique" (il participe à l'organisation du "Jihad islamique" dans le territoire de  l'Autorité palestinienne). Al-Zawahiri a été condamné à mort par contumace par un tribunal égyptien pour avoir organisé des tentatives d'assassinat contre des personnalités politiques égyptiennes et une attaque terroriste contre l'ambassade égyptienne à Islamabad.

    Al-Zawahiri a rencontré Oussama ben Laden, apparemment alors qu'il était encore en Afghanistan. Au début des années 1990, il a établi avec Ben Laden un lien permanent qui n'a jamais été rompu. En 1998, le Jihad islamique égyptien est effectivement devenu la branche égyptienne d'Al-Qaïda.

    Ayman al-Zawahiri et son proche associé Muhammad Ataef ont ensuite rejoint les unités de combat d'Al-Qaida en Afghanistan, à la tête des unités indépendantes de l'organisation. Ils étaient alors considérés comme les commandants les plus influents de Ben Laden. Al-Zawahiri est également soupçonné d'avoir été le médecin personnel de Ben Laden.

    Le gouvernement américain considèrait al-Zawahiri comme le cerveau des attaques de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie.

    Les attaques américaines de la fin 2001 (suite aux attentats du 11 septembre) ont provoqué la mort d'Ataef, ainsi que de la femme et les trois filles d'al-Zawahiri. 

    La capture ou l'élimination d'al-Zawahiri a été revendiquée plus d'une fois. Par exemple, le 3 octobre 2002, l'agence Afghan Islamic Press a rapporté qu'al-Zauahiri avait été tué lors d'une opération spéciale de l'armée américaine en Afghanistan. Le 28 juin 2003, la télévision Al-Arabiya a rapporté que les forces de sécurité iraniennes l'avaient arrêté en Iran. Le 18 mars 2004, des sources pakistanaises ont à nouveau rapporté qu'al-Zawahiri avait été capturé ou tué lors d'une opération au Waziristan, au Pakistan. Ces informations n'ont pas été confirmées par la suite, et al-Zawahiri est apparu vivant et en bonne santé sur les chaînes de télévision arabes.

    Comment al-Zawahiri a-t-il été repéré par la CIA ?
    Le chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, s'est sans doute senti en sécurité après que les talibans aient pris le contrôle de l'Afghanistan. Il « apparaissait régulièrement à découvert sur son balcon », estimant que le danger était passé. Erreur : Les États-Unis recherchaient toujours les planificateurs des attentats du 11 septembre 2001, et le nom d'Ayman al-Zawahiri était toujours en haut de la liste des personnes recherchées.

    Les Américains ont eu du mal à repérer al-Zawahiri jusqu'à ce qu'ils apprennent que le chef dal-Qaïda et sa famille avaient trouvé refuge à Kaboul, profitant du fait que l'Afghanistan était tombé entre les mains des talibans, son fidèle allié. 

    Ayman al-Zawahiri a été identifié à plusieurs reprises alors qu'il se tenait sur son balcon, la maison a été étudiée et le moment soigneusement choisi pour "minimiser les risques pour les civils". Les responsables de la défense et du renseignement ont finalisé le plan en juin, et il a été présenté à Biden. à la Maison Blanche le 1er juillet. La décision a été prise le 25 juillet.

    Un responsable américain a laissé entendre que les services de renseignement pakistanais auraient contribué à la dissimulation d'Ayman Al-Zawahiri, sans parler de complicité, tandis que des éléments du mouvement "Haqqani", dont leur chef avait fourni la maison, ont pris des mesures pour dissimuler sa présence et assurer sa protection.

     

     

     

     

  • Украина: Глава ЦРУ: нельзя относиться "легкомысленно" к угрозе применения Россией ядерного оружия

    Imprimer

    Bill Burns.jpegГлава ЦРУ Билл Бернс в четверг, 14 апреля, во время выступления в Технологическом институте Джорджии сказал, что нельзя "легкомысленно" относиться к угрозе применения Россией тактического ядерного оружия в Украине.

    Билл Бернс полагает, что к использованию ядерного оружия Россию могут подтолкнуть трудности, которые испытывает ее армия на поле боя. Он отметил, что ЦРУ внимательно наблюдает за развитием событий, но пока не видят признаков того, что Россия готова к такому шагу.

    Вместе с тем Билл Бернс сказал, что президент РФ Владимир Путин сталкивается все с большей изоляцией и это подталкивает его все к более рискованным решениям.

    "Круг его советников сузился, и в этом маленьком кругу никто и никогда не ставил под сомнения его слова и почти мистическую веру в то, что его призвание - восстановить сферу влияния России в Европе", - сказал глава ЦРУ.

  • Ukraine : La menace nucléaire russe ne doit pas être prise « à la légère », déclare le chef de la CIA

    Imprimer

    Bill Burns.jpegLe chef de la CIA, Bill Burns (photo), a déclaré jeudi 14 avril, lors d'un discours au Georgia Institute of Technology, que la menace de voir la Russie utiliser des armes nucléaires tactiques en Ukraine ne devrait pas être prise "à la légère".

    Bill Burns estime que les difficultés rencontrées par son armée sur le champ de bataille pourraient pousser la Russie à recourir à l'arme nucléaire. Il a noté que la CIA surveille de près l'évolution des événements, mais jusqu'à présent, elle ne voit aucun signe indiquant que la Russie est prête pour une telle étape.

    Dans le même temps, Bill Burns a déclaré que le président russe Vladimir Poutine faisait face à un isolement croissant et que cela le poussait à prendre des décisions plus risquées.

    "Le cercle de ses conseillers s'est rétréci, et dans ce petit cercle personne n'a jamais remis en cause ses paroles et sa croyance presque mystique que sa vocation est de restaurer la sphère d'influence de la Russie en Europe", a déclaré le chef de la CIA.

  • Afghanistan : Affrontements internes entre talibans et rumeurs sur la mort du mollah Baradar démenties par les talibans

    Imprimer

    Des rumeurs non confirmées ont circulé en Afghanistan sur la mort du mollah Abdul Ghani Baradar, vice-Premier ministre, à la suite d'un affrontement armé avec la faction qui soutient Sirajuddin Haqqani, ministre de l'Intérieur. Les talibans ont démenti la nouvelle. 

    La nouvelle de la mort de Baradar, due à une escalade violente résultant de divisions internes au sein des talibans, a commencé à se répandre sur Twitter le 12 septembre , moins d'un mois après la prise de la capitale afghane le 15 août. En particulier, l'absence du vice-ministre a été constatée lors de la rencontre du 12 septembre avec le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed bin Abdulrahman al-Thani, à Kaboul. Les talibans ont nié qu'un de leurs plus hauts dirigeants, l'ancien chef du bureau politique du groupe, ait été tué dans une fusillade au cours de laquelle ses partisans se seraient heurtés à ceux d'un autre représentant éminent du groupe, chef du « Réseau Haqqani », considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis. 

    Sulail Shaheen, un porte-parole des talibans, a déclaré que le mollah Baradar a envoyé un message vocal dans lequel il a lui-même nié les nouvelles de sa mort ou de ses blessures lors d'affrontements armés. "Il dit que ce sont des mensonges et totalement infondés", a écrit Shaheen dans un post sur Twitter. Les talibans ont également diffusé des images montrant prétendument Baradar lors d'une série de réunions dans la ville méridionale de Kandahar. Cependant, l'agence de presse Reuters a précisé qu'elle ne pouvait pas vérifier la véracité de ces vidéos et que l'homme n'est pas encore apparu en public. Les spéculations sur l'état de santé de Baradar sont alimentées par les circonstances entourant la mort du fondateur du mouvement, le mollah Omar, qui n'a été rendue publique qu'en 2015, deux ans après sa mort actuelle. 

    Par ailleurs, la rivalité interne au sein des talibans s'est peut-être intensifiée ces dernières semaines, notamment entre ces deux factions qui représentent des âmes très différentes du groupe : d'une part, des commandants militaires comme Haqqani, et d'autre part les chefs diplomatiques du bureau à Doha, comme Baradar, qui a dirigé les efforts pour finaliser l'accord avec les États-Unis, signé le 29 février 2020. 

    Les talibans ont démenti à plusieurs reprises les informations concernant ces prétendues divisions internes. Enfin, il est important de préciser que Baradar était en lice comme éventuel chef du gouvernement taliban et sa nomination comme vice-premier ministre, officialisée le 7 septembre, pourrait avoir accru les tensions.

    En ce qui concerne toutefois la figure de  Sirajuddin Haqqani , il est indéniable que sa nomination au poste de ministre de l'Intérieur a suscité de nombreux doutes parmi les observateurs internationaux . L'homme est recherché par le FBI pour des liens présumés avec une attaque qui a visé un hôtel à Kaboul en janvier 2008, qui a entraîné la mort de six personnes, dont un citoyen américain. Le Federal Bureau of Investigation des États-Unis pense que Haqqani a coordonné et participé à des attaques transfrontalières contre les États-Unis et les forces de la coalition en Afghanistan. L'homme est également soupçonné d'être impliqué dans la planification d'un attentat contre le président afghan de l'époque, Hamid Karzaï, en 2008. 

    Le ministre afghan de l'Intérieur est également le chef du  "Réseau Haqqani"  et le fils de son fondateur. Dans les années 1980, Jalaluddin Haqqani était déjà un chef de guérilla dans la campagne "américaine" contre les forces soviétiques. Par la suite, il s'est allié aux talibans, commençant à attaquer les troupes américaines après l'intervention américaine de 2001. Le réseau Haqqani est devenu progressivement plus complexe et organisé, menant des attaques contre des soldats américains, l'armée afghane et des civils. . Avant sa mort, le leader avait laissé la direction du groupe à son fils, connu pour avoir été intégré à la direction des talibans. Les États-Unis et le gouvernement afghan ont longtemps soutenu que le groupe opérait avec le soutien des services de renseignement d'Islamabad. Ces rumeurs ont été démenties par le Pakistan qui a au contraire déclaré que l'organisation était liée à la CIA. Le réseau Haqqani a été ajouté à la  liste des organisations terroristes étrangères  par les États-Unis en septembre 2012. 

  • Afghanistan : L'armée américaine élimine un membre de haut rang de l'État islamique

    Imprimer

    Le commandement central américain (CENTCOM) a annoncé l'élimination de deux membres de l'État islamique-Khorasan, dont un membre important. Un autre aurait été blessé. Il s'agit d'"organisateurs" et "opérateurs" de l'organisation islamiste radicale.

    La frappe a été menée par un avion sans pilote dans la province afghane de Nangarhar. Les trois jihadistes se trouvaient dans un véhicule lorsqu'il a été atteint par le tir du drone.

    "Les premières indications sont que nous avons tué la cible", a déclaré l'armée américaine dans le communiqué. Selon l'armée, il n'y a eu aucune victime parmi la population civile.

    "Il n'y a à notre connaissance aucune victime civile", a indiqué le général américain Hank Taylor. "Je peux confirmer, maintenant que nous avons reçu plus d'informations, que deux cibles importantes de l'Etat islamique-Khorasan ont été tuées et une blessée" dans la frappe lancée samedi depuis l'extérieur de l'Afghanistan, a-t-il précisé.

    Le porte-parole du Pentagone John Kirby a refusé d'expliciter s'ils avaient été directement impliqués dans l'attentat de jeudi près de l'aéroport de Kaboul, qui a fait plus d'une centaine de morts dont 13 soldats américains.

    Cette attaque a été revendiquée par l'Etat islamique au Khorasan . "Il s'agit d'organisateurs et d'opérateurs de l'EI-K, c'est une raison déjà suffisante", a répondu le porte-parole lors d'une conférence de presse. Cette frappe a été conduite au cours "d'une seule mission", a précisé M. Kirby.

    Personne ne dit que parce que "nous les avons eus, nous n'avons plus à nous inquiéter face à l'EI-K", a souligné le porte-parole, en affirmant que l'armée américaine restait "concentrée" sur cette "menace encore active". "Le fait que ces deux individus ne soient plus sur la surface de la Terre est une bonne chose", a-t-il poursuivi.

    L'armée américaine prévoit d'effectuer des frappes aériennes supplémentaires dans les jours et les semaines à venir, selon des responsables américains.

    Les opérations d'évacuations d'Afghanistan se poursuivent. "De fait, il y a environ 1.400 personnes à l'aéroport de Kaboul qui ont été contrôlées et se sont enregistrées pour des vols aujourd'hui", a précisé le général Taylor.

    Au total, environ 111.900 personnes ont été évacuées depuis le 14 août, veille de la prise de pouvoir des talibans à Kaboul, selon les derniers chiffres du gouvernement américain.

    600 Américains restés dans le pays
    Le Pentagone a révélé qu'environ 600 citoyens américains étaient toujours en Afghanistan à la date limite fixée par Biden le 31 août. 

    La CIA a évacué des Afghans qu'elle avait formés
    Apparemment, la CIA a évacué des combattants entraînés par elle de l'aéroport de Kaboul avant que les talibans n'investissent la place. 

    La Turquie rouvre son ambassade à Kaboul
    la Turquie rouvre son ambassade à Kaboul| L'ambassadeur turc a été escorté de l'aéroport de Kaboul par les talibans. L'ambassadeur de Turquie et toute son équipe diplomatique, sont revenus de l'aéroport de Kaboul avec les membres du ministère des Affaires étrangères de l'Émirat islamique pour rouvrir l'ambassade de Turquie.

    Executions extrajudiciaires
    Malgré les assurances données par le porte-parole des talibans, des rapports continuent d'arriver révélant que les talibans exercent des exécutions extrajudiciaires dans les provinces. Un procureur du gouvernement a été traîné hors de sa maison vendredi par les talibans à Jalalabad pour être retrouvé mort plus tard. 
    Fawad Andarabi, un artiste afghan, a également été traîné hors de chez lui, vendredi 27 août, et tué par les talibans dans le village de Kishnabad à Andarab. Il était un chanteur folklorique célèbre dans la vallée. Son fils a confirmé l'incident. Vidéo.

    La mort du chanteur a été confirmée par l'ancien ministre afghan de l'Intérieur, Masood Andarabi. "Il ne faisait qu'apporter de la joie aux habitants de la vallée, en chantant à quel point la terre ancestrale est belle et qu'elle ne se soumettra pas à la brutalité des talibans", a-t-il écrit.

    La province de Baghlan est devenue l'un des rares centres de résistance au pouvoir des talibans. Les groupes militants d'autodéfense locaux avaient réussi à repousser les talibans. Toutefois, leurs gains ont été de courte durée, et les talibans ont rapidement annoncé qu'ils avaient repris le contrôle de la province.

    Rostamozi.jpegLes talibans nomment un terroriste à la tête de la Fédération afghane d'éducation physique
    Les talibans ont nommé Bashir Ahmad Rostamozi à la tête de la Fédération afghane d'éducation physique. M. Rostamozi est un expert sportif qui a été emprisonné il y a plusieurs années pour avoir fomenté un attentat suicide contre des athlètes du Comité national olympique afghan.

    Nouvelles instructions des talibans dans la province de Kandahar
    Tous les médias locaux de Kandahar (radios et télévisions) sont informés que la musique et les programmes qui impliquent des voix de femmes ou des femmes d'une manière ou d'une autre ne seront plus autorisés.
    E95AIUwVgAckin7.jpeg

     

     

  • Afghanistan : Evolution sécuritaire - mise à jour au fur et à mesure des évènements

    Imprimer

    Tout ça pour ça !
    En vingt ans de guerre entre les forces internationales et les talibans, les pertes sont les suivantes :
    Militaires américains  : 2 448
    Contractuels américains : 3 846
    Alliés des Etats-Unis : 1 144.
    Travailleurs humanitaires : 444
    Journalistes : 72
    Militaires et policiers afghans : 66 000
    Civils afghans : 47 245
    Talibans et autres insurgés :  51 191
    (Chiffres jusqu'en avril 2021 : projet Brown University Costs of War.)

    Parmi les alliés des Etats-Unis, on compte 90 Français tués, tandis que 400 autres ont été blessés :

    E88JrA9XEAgMKAI.jpegE82mkQtXIAQgboo.jpeg
    Le 18 août 2008, il y a presque 13 ans, 10 soldats français tombaient dans l'embuscade d'Uzbeen. Parmi les 10 soldats décédés, se trouvaient 8 soldats du 8è RPIMA. Les deux autres sont un légionnaire et un soldat du Régiment de marche du Tchad (RMT). Ils ont vendu chèrement leur peau, tuant une quarantaine de talibans.
    E86H8GcXEAcb8mA.jpeg

    Aujourd'hui, nous pensons à leurs familles…

    Chaos à l'aéroport de Kaboul - les vols commerciaux suspendus

    L'aéroport de Kaboul est plongé dans le chaos alors que des milliers de personnes tentent de fuir. La rumeurs s'était propagée selon laquelle les pays occidentaux n'imposaient plus de visas aux réfugiés afghans et beaucoup ont voulu saisir leur chance. Malheureusement, ils  se sont vite rendus compte que ces mêmes pays allaient les abandonner, n'évacuant pratiquement que les ressortissants occidentaux.

    En effet, Les vols civils au départ de l'aéroport de Kaboul ont été suspendus indéfiniment, l'espace aérien au-dessus de l'Afghanistan étant fermé.

    United Airlines, British Airways et Virgin Atlantic ont déclaré qu'elles n'utilisaient plus l'espace aérien du pays.

    Une porte-parole de United a déclaré que le changement affectait plusieurs des vols de la compagnie aérienne entre les États-Unis et l'Inde.

    Le site Web de suivi des vols FlightRadar24 a montré peu de vols commerciaux au-dessus de l'Afghanistan à 03h00 GMT le 16 août, mais de nombreux avions survolaient le Pakistan et l'Iran voisins.

    En juillet, la Federal Aviation Administration des États-Unis a imposé des restrictions de vol au-dessus de l'Afghanistan pour les compagnies aériennes américaines et d'autres opérateurs américains.

    Dès que la nouvelle de la présence des talibans à la périphérie de Kaboul a éclaté, la question de la mise en sécurité du personnel des ambassades étrangères a commencé à se poser. La rapidité avec laquelle Kaboul est tombée a pris tout le monde de court, et notamment les services de renseignement occidentaux. Du coup, les plans d'évacuation n'étaient pas prêts pour une intervention aussi urgente.

    Il a fallu à la va-vite s'organiser pour transférer les diplomates et le personnel des ambassades à l'aéroport international de Kaboul.

    Le personnel des missions diplomatiques américaine, française, allemande, saoudienne et d'autres missions diplomatiques a pu être transféré à l'aéroport et quitter définitivement l'Afghanistan, sans être inquiété par les talibans. Mais de nombreux étrangers n'ont pu atteindre l'aéroport, la plupart de ses accès étant bloqués par les talibans ou des bandits se faisant passer pour des talibans.
    E83Vd9HXsAc3J_o.jpeg

    Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a approuvé  l'envoi de 1 000 soldats américains supplémentaires en Afghanistan, pour un total de 6 000 soldats américains qui seront bientôt dans le pays. Actuellement, il y a environ 3 000 soldats américains en Afghanistan.

    Leur mission principale est la sécurité de l'aéroport international de Kaboul, qui est le point d'entrée pour les troupes et le point de sortie pour le personnel de l'ambassade américaine et les Afghans qui quittent le pays.

    Selon des sources talibanes, un accord a été conclu avec les États-Unis  selon lequel les forces américaines prendraient en charge la sécurité de l'aéroport de Kaboul tandis que les talibans resteront à l'extérieur de l'aéroport et ce, jusqu'à la date fixée.

    L'armée américaine aura la capacité maximale de déplacer environ 5 000 personnes par jour hors de l'aéroport international de Kaboul, bien qu'elle ne soit pas encore en mesure de déplacer ce nombre, a déclaré le responsable. Ils atteindront cette capacité « en quelques jours ».

    A l'aéroport même, la situation est vite devenue chaotique, des centaines de personnes ont envahi le tarmac de l'unique piste et tentaient de prendre d'assaut les avions, même lorsque ceux-ci faisaient mouvement pour décoller. Pour garantir l'évacuation en toute sécurité de leurs citoyens, les forces américaines ont du tirer en l'air pour repousser la foule. Vidéo. - Autre vidéo.

    Des vidéos ont montré la chute de personnes ayant tenté de s'accrocher à différentes parties d'un avion au moment où celui)ci décollait. 

    "La foule était hors de contrôle", a déclaré le responsable à Reuters par téléphone. "Le tir n'a été fait que pour désamorcer le chaos." Selon l'armée américaine, sept personnes ont trouvé la mort dans le chaos qui régnait à l'aéroport.

    Plusieurs incidents à l'aéroport
    Il y a eu des incidents de sécurité à l'aéroport ou à proximité, a déclaré le responsable. Dans la journée du lundi 16 août, des Marines ont du ouvrir le feu et tuer deux hommes armés à l'aéroport international de Kaboul. Ces hommes armés, au nombre d'au moins deux, s'étaient approchés des troupes américaines de manière menaçante.
    E87bQMqWEAIvXkL.jpeg

    Les Marines ont également du intervenir pour protéger des femmes afghanes menacées par les Afghans près de l'aéroport.
    Les forces turques sont également sur place et participent aux efforts de sécurisation de l'aéroport. Le responsable n'a pas pu dire si les forces turques avaient été engagées dans des échanges de tirs.
    6D_eRS_K.jpegE86x4guX0AoSxgB.jpegIncident à la frontière ouzbèke : un avion militaire afghan abattu par la défense aérienne ouzbeke
    Un avion militaire afghan a été abattu par la défense- aérienne ouzbeke et s'est écrasé à Surkhandarya après avoir traversé la frontière avec l'Ouzbékistan, a déclaré lundi le ministère ouzbek de la Défense. L'avion abattu est un A-29 "Super Tucano" livré par les Etats-Unis à l'armée afghane. Apparemment, les pilotes tentaient de fuir vers l'Ouzbekistan, mais ils ne se sont pas identifiés correctement. Au moins un des membres de l'équipage a survécu et est soigné par des médecins militaires ouzbeks.
    E86m17zWQAMVk9W.jpeg

    Lendemain de la chute de Kaboul
    Les talibans sont partout. On les voit à bord des chars et des HumVees de fabrication américaine et autres véhicules militaires dans les rues de Kaboul relativement désertes. Les  talibans semblent vouloir que la vie revienne à la normale au plus tôt. 
    E848N_gWYAArcc-.jpeg

    Les talibans se dépêchent de mettre en place une nouvelle administration. A Kaboul, le mollah Shirin, un ancien proche collaborateur du mollah Omar, a été nommé gouverneur de Kaboul. Shirin a été chef de la commission militaire des talibans et garde du mollah Omar.

    Les talibans semblent avoir mis en place leur propre service 911 à Kaboul.
    Ils ont publié des numéros de téléphone que les habitants de Kaboul peuvent appeler en cas de menace ou d'urgence.
    E82u5L1WUAYXNM9.jpegDes chefs talibans locaux à Kaboul ont rencontré des sikhs et des hindous afghans dans le district de Gurdwara à Kaboul .
    Les talibans les ont assurés qu'ils seront en sécurité et leur ont demandé de ne pas quitter l'Afghanistan.

    On signale cependant quelques incidents. A Kaboul, les talibans ont envahi les maisons d'au moins deux femmes journalistes, ce lundi 16 août. L'une a réussi à s'échapper, l'autre est inaccessible pour l'instant.
    A Jalalabad, des talibans ont attaqué le bureau du Hizb-e-Islami et dégradé des affiches d'Hekmatyar. Ils ont également pris les armes des gardes du bureau, selon un dirigeant du Hizb-e-Islami. On ne sait pas si ces talibans ont agi sur ordre de leur organisation ou s'ils étaient tout simplement hors de contrôle de leurs dirigeants.
    Malgré les déclarations apaisantes des dirigeants talibans, il faut s'attendre à une répression dans les prochains jours. En effet, les talibans auront bientôt accès aux fichiers du QG des services de renseignement afghans, le NDS, s'ils ne l'ont pas déjà fait. Cela signifie que de nombreux informateurs pourraient être compromis, traqués et exécutés.  Les talibans n'aiment pas les espions.

    Polémique aux Etats-Unis 
    Mis en question, le renseignement américain a déclaré avoir prédit avec précision la prise de contrôle rapide de l'Afghanistan par les talibans, mais regrette que l'administration Biden ait ignoré ses rapports.
    « L'évaluation de la communauté du renseignement a toujours été précise ; ils l'ont simplement ignorée", a déclaré un responsable à ABC News, parlant de l'administration Biden.

    Fils Massoud.jpegLe fils du commandant Massoud appelle à la résistance
    Ahmad Massoud (photo ci-contre), fils du commandant Ahmed Shah Massoud assassiné en 2001 par al-Qaïda, a appelé, lundi 16 août 2021, ses compatriotes à le rejoindre pour résister aux talibans qui sont en train de prendre le pouvoir en Afghanistan, tout en pressant les "amis de la liberté" étrangers d'aider son pays.

    Le fils du héros de la résistance anti-soviétique qui lutta ensuite contre les talibans, affirme vouloir faire "sien" le combat de son père pour la liberté, alors que "la tyrannie triomphe en Afghanistan".

    "Mes compagnons d'armes et moi allons donner notre sang, avec tous les Afghans libres qui refusent la servitude et que j'appelle à me rejoindre dans notre bastion du Panjshir, qui est la dernière région libre de notre pays à l'agonie", lance-t-il à l'adresse des Afghans "de toutes régions et de toutes tribus".

    Il estime que "malgré la débâcle totale", "tout n'est pas perdu". "Nous sommes, Afghans, dans la situation de l'Europe en 1940", écrit-il, dans ce texte citant Winston Churchill et le général Charles de Gaulle, pour plaider la cause de la résistance auprès des occidentaux notamment : "Je m'adresse à vous tous, en France, en Europe, en Amérique, dans le monde arabe, ailleurs, qui nous avez tant aidés dans notre combat pour la liberté, contre les Soviétiques jadis, contre les Talibans il y a vingt ans : allez-vous, chers amis de la liberté, nous aider une nouvelle fois comme par le passé ? Notre confiance en vous, malgré la trahison de certains, est grande".

    "Soyez, amis de la liberté, le plus nombreux possible à nos côtés.", déclare-t-il dans cet appel à soutenir la résistance adressé aux Afghans restés dans le pays, comme à ceux de l'étranger et aux occidentaux. 

    Il a été rejoint au Panjshir par Amrullah Saleh, vice-président d'Afghanistan avant la prise de pouvoir des talibans. Sur la photo Ahmad Massoud, Amrullah Saleh et quelques autres commandants discutant des moyens d'organiser la résistance aux talibans.
    E86OhoJWUAAMMPo.jpeg

    Mulawi Faqir Muhammad.jpegBaitullah Mehsud.jpegDes islamistes pakistanais libérés par les talibans
    780 combattants talibans pakistanais - TTP -, y compris des commandants clés, ont été libérés des prison afghanes par les talibans, en particulier de la prison de Bagram et de celle de Pul-e-Charkhi.
    Des membres du "Tehrek-e-Taliban Pakistan" (TTP) pakistanais et les membres de la tribu Mamund se sont rendus dans la province afghane de Kunar pour acclamer le chef adjoint et fondateur du TTP, Muhammad (photo de gauche), libéré de Kaboul par les talibans afghans avec un autre dirigeant du TTP, Emir Baitullah Mehsud (photo de droite).
    Mulawi Faqir Muhammad est un aîné tribal influent en dehors du fait d'être un haut dirigeant du TTP. Il a affirmé Faqir publiquement avoir des liens étroits avec le chef d'Al-Qaïda Ayman al Zawahiri
    Rappelons que "Tehrek-e-Taliban Pakistan" (TTP ) a annoncé le 7 août 2021 avoir fusionné avec un groupe affilié à al-Qaeda, autrefois dirigé par Ustad Aslam. C'est le neuvième groupe djihadiste à rejoindre le TTP depuis juillet 2020".
    "La fusion du groupe Ustad Aslam avec le TTP a permis à ce dernier de bénéficier des experts les plus qualifiés en matière de terrorisme urbain. Ils sont maintenant sous les ordres du TTP". 

    Les islamistes à travers le monde crient "victoire"
    Les nombreux groupes affiliés ou proches d'al-Qaïda ont crié "victoire" dès qu'a été connue la nouvelle de la chute de Kaboul aux mains des talibans.
    Le provocateur islamiste Idriss Sihamedi a explosé de joie en apprenant la victoire des Talibans.
    Shamedi.jpeg

    ikx_F3Ct.jpegLe fondateur de l'association BarakaCity (photo ci-contre), dissoute en France,  se réjouit du retour des talibans. 

    A Gaza, le groupe djihadiste Jaysh al-Ummah, pro-al-Qaida, a distribué des bonbons pour célébrer la conquête de Kaboul par les talibans.

    A noter que le Hamas et les talibans entretiennent également des liens étroits.
    Ci-dessous, une photo de la réunion qui a eu lieu en mai 2021 entre le Hamas et les dirigeants talibans.
    Taliban-Hamas.jpeg

    En Syrie, le groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham, anciennement affilié à al-Qaïda mais qui s'en était officiellement écarté pour acquérir une respectabilité internationale, a félicité les talibans pour leur victoire en Afghanistan.
    E81gKy3XMAIOxM5.png

    Le Mufti général du Sultanat d'Oman a également fait une déclaration pour féliciter le peuple frère musulman afghan pour la nette conquête et la chère victoire sur les Américains. 

    Qui reconnaîtra le régime des talibans ?
    La Chine a été le premier pays à faire part de sa décision. Elle s'est dit prête à développer des "relations amicales" avec les talibans afghans

     
  • Arabie saoudite : L'assassinat de Khashoggi approuvé par le prince héritier Mohammad Ben Salmane, selon les renseignements américains

    Imprimer

    salman-mhamad-salman-sodyah-elrttjrkejt655 (1).jpgLe prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (photo) est responsable du meurtre de Jamal Khashoggi, a révélé l'administration américaine dans un rapport très attendu détaillant les conclusions de la communauté du renseignement américain sur le meurtre.

    Le rapport modifiera probablement les liens des décideurs politiques américains avec l'Arabie saoudite et le prince héritier, connu sous les initiales de MBS, en particulier. 

    "Nous estimons que le prince héritier d'Arabie saoudite Muhammad bin Salman a approuvé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi", indique le rapport, publié vendredi.

    Le président Joe Biden a déjà suggéré qu'il renoncerait à avoir des relations avec le prince héritier et traiterait directement avec le vieillissant roi Salman. Cette décision risque d'entraîner des difficultés de relations entre les deux alliés car le prince Ben Salmane est  le dirigeant de facto du royaume.

    Le rapport indique que les responsables du renseignement américain ont conclu que MBS avait ordonné l'assassinat, sur la base de son contrôle des décisions majeures dans le royaume.

    "Nous basons cette évaluation sur le contrôle du prince héritier sur la prise de décision dans le Royaume depuis 2017, l'implication directe d'un conseiller clé et des membres du service de protection de Muhammad bin Salman dans l'opération, et le soutien du prince héritier à l'utilisation de mesures violentes pour faire taire les dissidents à l'étranger , y compris Khashoggi", indique le document du renseignement américain.

    Biden s'est entretenu au téléphone avec le roi Salman moins de 24 heures avant de publier le rapport, mais une déclaration de la Maison Blanche décrivant leur conversation ne mentionnait pas Khashoggi.

    "Le président a dit au roi Salman qu'il travaillerait pour rendre la relation bilatérale aussi solide et transparente que possible", a-t-il déclaré." Les deux dirigeants ont affirmé la nature historique de la relation et ont convenu de travailler ensemble sur des questions d'intérêt et de préoccupation mutuels.

    Khashoggi, un ancien initié du gouvernement saoudien, était devenu un défenseur de la démocratie et un critique influent du prince héritier avant son assassinat en octobre 2018. 

    Des agents du gouvernement saoudien l'ont tué et démembré au consulat du royaume à Istanbul. Les responsables saoudiens ont insisté pendant 17 jours après le meurtre sur le fait que Khashoggi avait laissé le bâtiment vivant avant de finalement reconnaître qu'il avait été tué. Cependant, Riyad affirme toujours que l'assassinat était une opération non autorisée qui s'est déroulée sans l'approbation des hauts dirigeants.

    Khashoggi était un résident américain qui écrivait pour le Washington Post et Middle East Eye. Son assassinat a provoqué une réaction massive de la part des législateurs des deux principaux partis, qui ont exigé des comptes pour le meurtre.

    Mais l'ancien président Donald Trump a tenté de protéger les dirigeants saoudiens de la colère qui se préparait à Washington, citant souvent le rôle géopolitique de Riyad dans la lutte contre l'Iran et les accords d'armement avec les fabricants d'armes américains. 

    À la fin de 2019, le Congrès a adopté une loi ordonnant au chef du renseignement américain de soumettre aux législateurs dans les 30 jours un rapport non classifié décrivant «les connaissances et le rôle avancés» de tout responsable saoudien dans «la direction, l'ordre ou la falsification des preuves dans le meurtre de Khashoggi ". 

    L'administration Trump a tout simplement ignoré la demande juridiquement contraignante. Il a publié une déclaration au Congrès affirmant que la publication d'un tel rapport compromettrait les sources et les méthodes de la communauté du renseignement américain.

    On a longtemps supposé qu'une opération de l'ampleur de l'assassinat de Khashoggi - où l'équipe de frappe a utilisé les ressources de l'État saoudien et de la diplomatie - n'aurait pas pu avoir lieu sans l'approbation de MBS. 

    Les médias américains ont indiqué à la fin de 2018 que la CIA avait conclu que MBS était responsable du meurtre. Les législateurs qui ont reçu des séances d'information confidentielles sur la question sont également arrivés à la même conclusion.

    "Si le prince héritier se présentait devant un jury, il serait condamné en 30 minutes", a déclaré à la presse le sénateur républicain Bob Corker en décembre 2018, après une réunion avec des responsables du renseignement à huis clos.

    Les défenseurs de la justice pour le journaliste assassiné soutiennent depuis longtemps que la publication du rapport des services de renseignement américains au public est une étape importante pour garantir la responsabilité du meurtre.
     
    Agnes Callamard, la rapporteure de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires qui a découvert dans une enquête de 2019 que le meurtre était un crime sanctionné par l'État, a appelé Washington à partager ses conclusions sur le meurtre.

    "D'un point de vue juridique international et d'un point de vue politique international, la publication publique d'un document avec l'évaluation de la CIA - un document qui pourrait être sondé par d'autres - rendra beaucoup plus difficile pour le reste du monde, en particulier les gouvernements, d'ignorer L'implication personnelle de Mohammad ben Salmane dans l'opération qui a conduit au meurtre et au démembrement de Jamal Khashoggi », a déclaré Callamard  l'année dernière. 

    Le prince héritier a personnellement nié toute implication dans l'assassinat. Lorsqu'on lui a demandé s'il avait ordonné l'opération, bin Salman a déclaré à CBS News en 2019: "Absolument pas".

    Lors de son audition de confirmation en janvier, la directrice du renseignement national Avril Haines s'est engagée à publier le rapport. 

    Le document non classé intervient alors que l'administration Biden dit qu'elle réévalue les relations américano-saoudiennes. Mercredi, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a réaffirmé que le président américain contournera MBS lorsqu'il traitera avec l'Arabie saoudite, et correspondra plutôt avec le roi Salman - "homologue à homologue".

    Début février, Biden a mis fin au soutien américain aux «opérations offensives» saoudiennes au Yémen, mais a réaffirmé l'engagement de Washington en faveur de la sécurité du royaume.

    "Cette confirmation du rôle de ben Salmane souligne le besoin urgent d'une nouvelle approche de la relation américano-saoudienne", a déclaré William Hartung, directeur du projet Arms and Security au Center for International Policy, dans un communiqué. 

    "Le régime saoudien doit être tenu pour responsable de ses crimes au pays et à l'étranger, y compris non seulement le meurtre de Khashoggi, mais aussi dans son rôle central dans la création de la pire catastrophe humanitaire au monde au Yémen."

    Ryad "rejette totalement" le rapport américain
    L'Arabie saoudite a "totalement rejeté" vendredi le rapport des services de renseignement américains qui ont accusé le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane d'avoir "validé" l'assassinat du journaliste et critique saoudien Jamal Khashoggi en 2018.

    "Le gouvernement d'Arabie saoudite rejette totalement les conclusions fausses et préjudiciables contenues dans le rapport concernant la direction du royaume et ne peut les accepter en aucun cas (...)", a affirmé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

    Sanctions contre 76 personnalités saoudiennes considérées comme des menaces pour les dissidents
    Dans la soirée du vendredi 26 février, on apprenait que le secrétaire d'État américain Tony Blinken avait imposé des restrictions de voyage à 76 individus saoudiens représentant des menaces envers les dissidents. Parmi les personnalités saoudiennes sanctionnées, on trouve le chef adjoint des renseignements généraux #d'Arabie saoudite pour son rôle dans l'assassinat de Khashoggi.
    sanctions américaines.jpeg

    Les Etats-Unis ne veulent pas de "rupture" avec l'Arabie saoudite (Blinken)
    Le gouvernement américain de Joe Biden veut "recalibrer" les relations avec l'Arabie saoudite mais ne veut pas de "rupture", a déclaré vendredi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken pour justifier l'absence de sanctions contre le prince héritier saoudien.

    Texte de l'accusation des services de renseignement américains :
    - Nous sommes parvenus à la conclusion que le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a donné son aval à une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

    - Nous basons cette conclusion [sur le fait] que le prince héritier contrôle la prise de décision dans le royaume, l'implication directe d'un conseiller clé [du prince] et des membres de l'équipe de protection de Mohammed ben Salmane dans l'opération, ainsi que sur [le fait que] le prince héritier appuie l'utilisation de mesures violentes pour réduire au silence les dissidents à l'étranger, dont Khashoggi.

    - Mohammed ben Salmane disposait depuis l'année 2017 d'un contrôle absolu des services de renseignement et de sécurité du royaume, rendant très improbable l'hypothèse que des responsables saoudiens aient pu conduire une telle opération sans son feu vert.

    - A l'époque de l'assassinat de Jamal Khashoggi, Mohammed ben Salmane faisait régner un climat tel que ses collaborateurs n'osaient vraisemblablement pas remettre en question les ordres reçus ou prendre des décisions critiques sans son autorisation par crainte d'être renvoyés ou arrêtés.

    - L'équipe saoudienne qui a commis l'assassinat est arrivée à Istanbul le 2 octobre 2018. Elle comprenait des responsables travaillant ou qui étaient en relation avec le Centre d'études et des affaires médiatiques de la Cour royale saoudienne (CSMARC) .

    - Lors de l'assassinat de Khashoggi, le "CSMARC" était sous la direction de Saoud Al-Qahtani, le proche conseiller de Ben Salmane, qui a déclaré publiquement, à la mi-2018, qu'il n'avait pris aucune décision sans l'autorisation du prince héritier.

    - Cette équipe comprenait également 7 membres des meilleurs gardes du corps de Ben Salmane, connue sous le nom de «Force d'intervention rapide» qui relève de la Garde royale saoudienne. Elle a pour mission de protéger le prince héritier, et de ne recevoir d'ordres que de lui, et a participé auparavant à des opérations de répression des dissidents à l'intérieur du Royaume et à l'étranger, sur ordre du prince héritier.

    - Le prince héritier considérait Khashoggi comme une menace pour le royaume et plus largement soutenait le recours à des mesures violentes si nécessaire pour le faire taire.

    * 21 complices du crime:

    Nous concluons avec "une grande certitude" que les personnes suivantes ont participé, ordonné ou étaient complices ou responsables de l'assassinat de Khashoggi au nom de Ben Salmane. Sans avoir une confirmation que ces individus étaient au courant
    que l'opération conduirait ou pas l'assassinat de Khashoggi :

    1- Saoud Al-Qahtani

    2 - Maher Motreb

    3- Nayef Al-Arifi

    4 - Mohammad Al-Zahrani

    5 - Mansour Aba Hussain

    6- Bader Al-Otaiba

    7- Abdulaziz Al-Hassawi

    8- Walid Abdallah Al-Chehri

    9- Khaled Al-Otaiba

    10- Zaar Al-Harbi

    11- Fahd Shihab Al-Balawi

    12- Mechaal Al-Bostani

    13 - Turki Al-Chehri

    14- Mustapha Al-Madani

    15- Saif Saad

    16- Ahmed Asiri

    17- Abdallah Mohammad Al-Huwairini

    18- Yasser Khaled Al-Salem

    19- Ibrahim Al-Salem

    20- Salah al-Tabiqi

    21- Mohammad Al-Otaibi