Chrétiens d'Irak

  • Irak : A Qaraqosh, une statue de Notre-Dame placée au sommet d'une église détruite par l'État islamique

    Imprimer

    La statue a été sculptée par un artiste chrétien local. L'église, la plus grande de la plaine de Ninive (nord de l'Irak),, avait été dévastée, a rappelé un prêtre chaldéen local. L'évangélisation dans ce pays «se fait aussi avec l'art».
     
    Les chrétiens de Qaraqosh, la ville chrétienne la plus importante de la plaine de Ninive  se sont réunis pour assister à l'installation de la  statue de Notre-Dame au sommet du clocher de l'église catholique syrienne de la Vierge Marie.
     
    Ce lieu de culte est cher aux chrétiens locaux. Il a été incendié par le groupe État islamique pendant leur occupation, qui a commencé en août 2014, détruisant tous les symboles chrétiens qu'il contenait. Mais grâce aux efforts et à l'engagement de toute la communauté locale, le lieu de culte a été reconstruit au cours des dernières années.
     
    «Le clocher de cette église avait été rasé au moment de la libération, par un missile ou une bombe, on ne sait pas exactement», a déclaré le père Paul Thabit Mekko, chef de la communauté locale.
     
    «Seule une partie du vieux clocher est restée», a-t-il expliqué. «Nous avons décidé de placer une statue de Notre-Dame dessus, comme nous l'avons fait il y a deux ans à Karamles.
     
    L'église de la ville de Qaraqosh, un nom utilisé sous l'Empire ottoman que les chrétiens préfèrent appeler par son nom araméen, Bakhdida, est dédiée «à l'Immaculée Conception», et pour cette raison «nous avons également décidé de mettre une statue lorsque nous avons commencé la reconstruction.
     
    «Un artiste chrétien local, un sculpteur appelé Thabit Michael, a réalisé le travail. Il a également réalisé la statue de Notre-Dame pour l'église Notre-Dame du Perpétuel Secours à Bagdad, «lieu d'un massacre par al-Qaïda en 2010.
     
    À l'été 2014, l'État islamique  avait envahi Qaraqosh, détruisant et dévastant les maisons, les églises, la bibliothèque et d'autres lieux d'intérêt de la ville.
     
    Des dizaines de milliers de personnes avaient fui à la hâte, abandonnant la ville chrétienne la plus importante de la plaine de Ninive. La ville a été libérée du joug jihadiste deux ans plus tard, en 2016, mais des signes de pillage et de dévastation étaient omniprésents lorsque la population, en majorité chrétienne, a commencé à revenir.
     
    Beaucoup ne sont pas encore revenus. Le «califat» a brûlé et pillé la majeure partie du patrimoine culturel et littéraire de la ville; mais grâce à des œuvres caritatives chrétiennes et à d'autres organisations, dont l'Église syro-catholique, la bibliothèque a rouvert en septembre dernier et est devenue en peu de temps un lieu de référence pour la région.
     
    Alors que les chrétiens locaux attendent la visite papale annoncée malgré des doutes et des incertitudes, le père Paul explique que "l'évangélisation sur notre terre se fait aussi avec l'art qui est fondamental pour maintenir son identité".
     
    «Thabit Michael n'est pas seulement un véritable artiste, mais aussi un chrétien dévoué à sa terre, qui veut la faire revivre aussi à travers ses œuvres. Il est également responsable de la statue de Notre-Dame dans l'église la plus ancienne et la plus importante de Mossoul, que nous espérons tous reconstruire après avoir été dévastée par l'État islamique.
     
    Le P. Paul note que la situation dans l'ancien bastion du califat et dans la plaine de Ninive est «actuellement calme. Certaines activités ont été signalées mais rien d'inquiétant ».
     
    Même la pandémie n'a pas perturbé la vie locale. Karamles n'a signalé aucun cas depuis deux mois. Dans la région, les gens sont plus préoccupés par la crise économique et les difficultés liées à la reconstruction.
     
    «Pour nous, le principal problème est l'inflation, la hausse des prix et le taux de change entre le dollar et notre monnaie. Tout cela rend la tâche de reconstruction beaucoup plus difficile et représente une incitation supplémentaire pour les jeunes à fuir, car ils ne voient pas de nouvelles perspectives.

  • Frontlive-Chrono du 24 janvier 2020 - Dernières nouvelles du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel

    Imprimer

    forward_2.gifIrak: Quatre collaborateurs d’une ONG française, trois Français et un Irakien, disparus lundi à Bagdad

    Quatre collaborateurs d’une ONG française, trois Français et un Irakien, sont portés disparus depuis lundi à Bagdad, a annoncé vendredi l’organisation française concernée, SOS Chrétiens d’Orient. Les quatre hommes ont « disparu aux alentours de l’ambassade de France », a déclaré à Paris Benjamin Blanchard, le directeur général de l’ONG, qui vient en aide aux chrétiens orientaux….

    Irak : six manifestants antigouvernementaux tués à Bagdad

    Vendredi soir, des sources médicales irakiennes ont annoncé que le bilan des morts à Bagdad était de 6 morts et 54 blessés, dont 2 personnes tuées sur la place al-Kilani au centre de la capitale irakienne. Des affrontements intermittents ont également eu lieu entre les forces de sécurité et les manifestants sur la « route Muhammad…

    Mali: 2 soldats français blessés dans une explosion revendiquée par un groupe djihadiste

    Deux soldats français de l’opération Barkhane ont été blessés par l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) au Mali jeudi 23 janvier. L’explosion s’est produite au passage de leur camion ravitailleur dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, a annoncé jeudi soir l’état-major français. L’attaque a rapidement été revendiquée par par le Groupe…

    Turquie: Deux « conspirateurs » de l’état-major général condamnés à la prison à vie

    Vendredi 24 janvier, deux anciens hauts fonctionnaires militaires – l’ancien chef adjoint de l’état-major général de la Turquie Muharrem Köse et l’ancien officier d’état-major général Hayrettin Kaldırimçı – ont été condamnés à la prison à vie en Turquie. Selon la chaîne de télévision Haberturk et l’agence RIA Novosti, ils ont été reconnus coupables d’avoir participé…