Chenna (Etat d'Amhara)

  • Ethiopie : Les rebelles tigréens menacent de marcher sur la capitale - Washington envoie un émissaire

    Imprimer

    L'émissaire américain pour la Corne de l'Afrique va se rendre jeudi 4 et vendredi 5 novembre 2021 en Ethiopie pour appeler à une solution pacifique dans le pays, où des groupes rebelles menacent de marcher sur la capitale Addis Abeba.

    Les rebelles du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF), qui affrontent l'armée depuis an dans le nord du pays, ont affirmé ce week-end avoir pris les villes de Dessie et Kombolcha, situées à un carrefour routier stratégique à 400 kilomètres au nord d'Addis Abeba. Dans le même temps, l'Armée de libération oromo (OLA), groupe rebelle allié au TPLF, a annoncé s'être emparé de localités plus au sud, le long de l'autoroute menant à Addis Abeba. "Si les choses continuent dans la dynamique actuelle, alors (la prise d'Addis Abeba) est une question de mois, si ce n'est de semaines", a déclaré mercredi à l'AFP le porte-parole de l'OLA, Odaa Tarbii, assurant que la chute du Premier ministre Abiy Ahmed est "courue d'avance". Cette déclaration fait écho à celles d'un porte-parole du TPLF, Getachew Reda, qui avait affirmé en juillet à l'AFP: "S'il faut marcher sur Addis pour protéger le Tigray, nous le ferons".

    Le gouvernement dément toute progression rebelle mais a décrété mardi l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire, tandis que les autorités d'Addis Abeba demandaient aux habitants de s'organiser pour défendre la ville. Les communications sont coupées dans une grande partie du nord de l'Ethiopie et l'accès des journalistes est restreint, rendant difficile toute vérification indépendante des positions sur le terrain. 

    "Les Etats-Unis sont de plus en plus préoccupés par l'ampleur croissante des opérations de combat et des violences intercommunautaires", a déclaré mercredi 3 novembre un porte-parole de la diplomatie américaine en annonçant la visite jeudi et vendredi dans le pays de son émissaire pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman.

    Détentions 
    Mercredi, Abiy Ahmed a accusé l'alliance rebelle de "détruire le pays" et de transformer l'Éthiopie en Libye ou en Syrie. A Addis Abeba, des habitants inquiets affirmaient mercredi leur soutien au gouvernement. 

    Dans le cadre de l'état d'urgence, les autorités pourront enrôler "tout citoyen en âge de combattre et possédant une arme", ou suspendre des médias soupçonnés d'"apporter un soutien moral direct ou indirect" au TPLF, selon le média d'Etat Fana Broadcasting Corporate. Getachew Reda a qualifié ces mesures de "carte blanche pour emprisonner ou tuer des Tigréens". Deux avocats traquant les détentions arbitraires de Tigréens ont affirmé mercredi à l'AFP avoir reçu des informations faisant état de dizaines de personnes arrêtées par la police à Addis Abeba depuis l'annonce de l'état d'urgence.

    Débuté en novembre 2020, le conflit au Tigray connaît un spectaculaire revirement ces derniers mois. Abiy Ahmed avait proclamé la victoire le 28 novembre 2020, après avoir envoyé l'armée dans la région pour destituer les autorités dissidentes issues du TPLF qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires fédérales. Mais en juin 2021, les combattants pro-TPLF ont repris l'essentiel de la région. Le gouvernement avait alors retiré ses troupes et déclaré un cessez-le-feu unilatéral le 28 juin, mais les rebelles ont poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara.

     "Crimes contre l'humanité" 
    La période du 3 novembre 2020 au 28 juin 2021 a été marquée par de nombreuses exactions dont "certaines peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité", estiment le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme et la Commission éthiopienne des droits de l'homme dans une enquête conjointe rendue publique mercredi 3 novembre 2021. Ce rapport évoque notamment exécutions extra-judiciaires, torture, enlèvements, violences sexuelles -dont des viols collectifs sur des femmes et des hommes et pillages.

    Le Haut-Commissariat a indiqué avoir également recensé des abus commis après la période couverte par l'enquête, notamment la mort en septembre de 47 civils dans le village amhara de Chenna, tenu par le TPLF. Abiy Ahmed a souligné que ce rapport n'établissait aucune preuve d'un génocide au Tigray, mais la Haut-commissaire aux droits de l'homme Michelle Bachelet a répondu que l'enquête n'avait pas permis ni d'établir, ni d'écarter ces accusations qui nécessitent une enquête plus approfondie.

    Les douze mois de conflit ont également plongé le nord de l'Ethiopie dans une grave crise humanitaire, avec plusieurs centaines de milliers de personnes au bord de la famine.

    Dernières nouvelles (3 novembre 2021 - 15H (heure de Paris)
    Des avions de guerre de l'armée fédérale auraient effectué de nouvelles frappes aériennes dans le nord-ouest du Tigray, ciblant la ville d'Adi Hageray. On. ignore s'il y a des victimes.
    FDRgB5JWYAwXUKI.jpeg
    L'ambassade américaine à Addis-Abeba autorise le départ volontaire de certains membres du personne et se dit « gravement préoccupée » par l'escalade de la violence et l'expansion des hostilités en Ethiopie, réitérant son appel à des pourparlers de cessez-le-feu.

     
  • Éthiopie : Les cadavres de plus de 120 personnes retrouvés dans la région d'Amhara

    Imprimer

    Des médecins et des responsables locaux ont déclaré que plus de 120 civils avaient été massacrés dans la région d'Amhara en Éthiopie au début du mois de septembre. Les forces du Tigray, engagées dans un conflit civil contre les troupes du gouvernement central depuis novembre dernier, ont nié les accusations de responsabilité portées contre elles.

    Les meurtres auraient eu lieu début septembre dans le village de Chenna. Sewnet Wubalem, l'administrateur local de la ville voisine de Dabat, et Chalachew Dagnew, porte-parole de la ville de Gondar, ont déclaré à l'agence de presse Reuters. « Jusqu'à présent, nous avons récupéré 120 corps. C'étaient tous des paysans innocents. Mais nous pensons que le nombre pourrait être plus élevé. Il y a des gens qui manquent », a précisé Sewnet. Mulugeta Melesa, chef de l'hôpital de Dabat, a confirmé un bilan similaire à l'agence de presse Agence France Presse : "Il y a eu 125 morts dans le village de Chenna, j'ai vu moi-même le charnier". Melesa a ajouté que les habitants recherchaient toujours des cadavres dans la région et que le décompte était toujours en cours ajoute, Dagnew, porte-parole de Gondar,

    Les tueries, selon des sources, auraient eu lieu lors de la "brève présence" des forces du Tigray dans la région, désormais de nouveau sous le contrôle de l'armée fédérale éthiopienne. Les rebelles Tigréens, pour leur part, ont publié une déclaration rejetant une "accusation fabriquée" par le gouvernement régional d'Amhara et niant toute implication dans le meurtre de civils. "Nous rejetons catégoriquement les allégations selon lesquelles nos forces auraient été impliquées dans le meurtre de civils", lit-on dans la déclaration publiée sur Twitter par le porte-parole du groupe, Getachew Reda. Ce dernier a également appelé à "une enquête indépendante sur toutes les atrocités" commises dans la région.

    Le Front populaire de libération du Tigray (TPLF) avait progressé au-delà des frontières de la région vers la fin juillet. Au cours des premières semaines d'août, les combats s'étaient étendus aux États régionaux voisins d'Amhara et d'Afar, déplaçant quelque 170 000 personnes. Des informations récentes ont rapporté que les forces du Tigray continuaient de se battre avec les forces des régions voisines, malgré les appels de la communauté internationale à ne pas étendre le conflit au reste du pays. Selon le gouvernement d'Addis-Abeba, le TPLF avait également tenté une expansion plus au nord, lançant une opération militaire dans le nord-ouest du pays, pour tenter d'accéder au Soudan. Dans les régions proches du Tigray, les rebelles du TPLF ont été accusés d'exécutions sommaires et de bombardements aveugles, crimes que le groupe nie avoir commis.

    Les habitants de Chenna ont rapporté que les forces du TPLF étaient arrivées pour contrôler tout le village fin août, avant que des combats contre les troupes pro-gouvernementales n'éclatent dans la région début septembre. Les forces Tigréennes, selon les administrateurs locaux, ont tiré aveuglément sur des civils avant de battre en retraite. Certains des blessés ont été transportés à l'hôpital universitaire de la ville de Gondar. "Il y a plusieurs civils blessés ici", a déclaré Ashenafi Tazebew, vice-président de l'hôpital de Gondar. « Nous avons reçu environ 35 à 36 patients, mais je ne sais pas s'ils viennent tous du massacre de Chenna. La plupart d'entre eux ont des blessures par balle », a-t-il ajouté.

    Les Nations Unies, les États-Unis et d'autres acteurs internationaux font pression pour un cessez-le-feu immédiat et pour l'ouverture de pourparlers pour mettre fin à la guerre. Le conflit, qui dure depuis près de 10 mois maintenant, a fait des milliers de morts et une aggravation de la situation humanitaire. Environ 400 000 personnes vivent dans des conditions de famine et le conflit a créé un afflux de plus de 53 000 réfugiés depuis la fin de 2020. 

    L'opération de l'armée fédérale éthiopienne dans la région du Tigray a débuté le 4 novembre 2020, après que le TPLF a été reconnu responsable de l'attaque d'une base militaire des forces gouvernementales à Dansha, dans le but de voler du matériel militaire. Abiy avait accusé le TPLF de trahison et de terrorisme et avait lancé une campagne militaire pour rétablir l'ordre dans la région. L'offensive avait été déclarée terminée le  29 novembre  2020, avec la conquête de la capitale régionale, Mekele. Cependant, les combats se sont poursuivis dans le centre et le sud du Tigray. L'Érythrée avait également participé aux combats et envoyé des troupes pour soutenir les forces d'Abiy. 

    Les combattants du Tigray n'ont pas cessé le combat et, quelques mois plus tard, ils ont repris le  contrôle d'une grande partie du territoire  de la région nord du Tigray, après avoir repris le contrôle de la capitale régionale, Mekele. L'opération militaire du gouvernement fédéral a subi un coup sévère en raison de la contre-offensive de Tigray et, dans la soirée du 28 juin, l'exécutif d'Addis-Abeba a été contraint d'annoncer un  cessez-le-feu unilatéral et immédiat . Cette décision a marqué une accalmie dans le conflit civil, qui durait depuis près de huit mois. Le TPLF a cependant qualifié la trêve de « blague » et les combats n'ont pas encore cessé.