Cheikh Yassine (collectif islamiste radical)

  • France : Le collectif pro-palestinien Cheikh Yassine dissous

    Imprimer

    Le conseil des ministres français a prononcé mercredi 21 octobre la dissolution du collectif pro-palestinien Cheikh Yassine, "impliqué" dans l'assassinat d'un enseignant vendredi, en région parisienne, a indiqué le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal.

    "Nous avons ce matin prononcé la dissolution du collectif Cheikh Yassine, impliqué, lié à l'attentat de vendredi dernier et depuis bien longtemps, le faux nez d'une idéologie antirépublicaine qui diffuse la haine", a-t-il indiqué lors du compte-rendu du conseil.

    Le président Emmanuel Macron, qui avait annoncé cette dissolution mardi soir, a souligné lors du conseil des ministres que "le mal a été nommé: c'est l'islamisme politique, qui entretient méthodiquement une déconstruction de la République", a rapporté M. Attal. C'est une "bataille sécuritaire, éducative, culturelle, et une bataille qui va durer", a aussi dit le chef de l'Etat, selon M. Attal.

    Le collectif Cheikh Yassine - du nom du fondateur du mouvement islamiste palestinien Hamas tué par l'armée israélienne en 2004 - avait été créé par Abdelhakim Sefrioui, un militant islamiste radical actuellement en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat de vendredi. M. Sefrioui avait notamment diffusé il y a quelques jours sur Youtube une vidéo dans laquelle il dénonçait le professeur assassiné, qualifié de "voyou".

    Cette mesure s'ajoute à la fermeture prévue mercredi soir de la mosquée de Pantin, en banlieue nord de Paris, pour avoir notamment relayé une vidéo dénonçant le cours de Samuel Paty, ainsi qu'aux "expulsions des personnes radicalisées en situation irrégulière".

    Soulignant le "renforcement massif" de l'action du gouvernement avec les orientations posées par le chef de l'Etat lors de son discours du 2 octobre sur les séparatismes, Gabriel Attal a précisé que depuis février 2018, "356 lieux de radicalisation - débits de boisson, associations, mosquées, clubs de sport - ont été fermés", et que "rien que le mois dernier, nous en avons fermé un tous les trois jours". Plus de 1.200 personnels ont aussi été recrutés depuis 2017 dans le renseignement.

    Le gouvernement entend aussi apporter un "soutien" à l'école, a souligné M. Attal en évoquant la volonté de "renforcer l'enseignement moral et civique" et la nécessité de placer la rentrée des vacances scolaires le 2 novembre "sous le signe des valeurs républicaines et de liberté selon des modalités que le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer détaillera dans les prochains jours".