CGRI en syrie

  • Syrie : Bachar al-Assad a réussi à obtenir le limogeage du commandant en Syrie des forces al-Qods, l'unité d'élite du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran , impliqué dans des actions contre Israël et les États-Unis

    Imprimer

    La chaîne de télévision jordanienne Al-Hadat, détenue par la chaîne saoudienne Al-Arabiya, rapporte que le président syrien Bachar al-Assad a obtenu la destitution de Mustafa Javad Jafari du poste de commandant des forces al-Quds, l'unité spéciale des CGRI sur le territoire syrien.

    La raison de cette mesure demandée par Assad et son entourage était la corruption, la violation de la souveraineté de la Syrie et les actions non autorisées de Jafari contre Israël et les États-Unis, indique la publication.

    Selon la source, le commandant des unités al-Quds et des milices pro-iraniennes en Syrie, Mustafa Jafari, a facilité l'importation de marchandises de contrebande dans le pays et l'organisation d'un "marché noir" qui rivalisait avec le marché étatique et privé syrien. De plus, les Iraniens et leurs mercenaires utilisaient les ressources naturelles de la Syrie sans le consentement des autorités, se livraient en fait à des vols, et les structures commerciales qu'ils créaient échappaient à l'impôt syrien.

    Mustafa Jafari a non seulement déclaré ouvertement la présence de forces armées pro-iraniennes dans des zones où Damas avait interdit leur déploiement, mais a également agi arbitrairement contre les États-Unis et Israël, ce qui a fait que la Syrie était au bord d'une guerre régionale, selon le reportage de la chaîne de télévision Al-Hadat. En particulier, le 20 octobre 2021, sur son ordre, une attaque a été menée contre des installations américaines en Syrie.

    La source de la chaîne de télévision Al-Hadat estime que l'expulsion de Jafari est un coup dur pour le projet iranien de créer un "pont terrestre" entre l'Iran et le Liban.

    L'unité spéciale de al-Quds, du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI), est responsable du renseignement militaire ainsi que des opérations spéciales en dehors de l'Iran. Cette unité relève directement du guide suprême de l'Iran, Ali Khamenei. L'ancien chef de la Force al-Quds, Qassem Soleimani, a été tué le 3 janvier 2020 lors d'une frappe aérienne américaine près de l'aéroport de Bagdad. La frappe de missiles a été menée sur ordre personnel du président américain Donald Trump. Après l'élimination de Soleimani, le général de brigade Esmail Kaani lui a succédé en tant que commandant de la Force al-Quds.

    Plus tôt dans la journée, la chaîne de télévision Al-Arabiya a fait état d'une autre frappe aérienne contre des militants pro-iraniens dans la région de Boukamal, à la frontière de la Syrie et de l'Irak. Israël ou une coalition internationale dirigée par les États-Unis pourraient être à l'origine de l'attaque. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a confirmé que de très fortes explosions avaient été entendues dans la région de Boukamal dans la nuit du 10 novembre. Des dépôts d'armes ont été attaqués, selon l'OSDH, qui avait un moment émis la possibilité que les explosions étaient dues à l'élimination de munitions non explosées. L'OSDH a. rapporté qu'il y avait eu des morts et des blessés.
    L'OSDH a publié son rapport mensuel la semaine dernière, dans lequel il mentionne la présence de forces iraniennes en Syrie. Les auteurs du rapport notent que les forces iraniennes et pro-iraniennes continuent de renforcer leur présence dans les zones de la Syrie contrôlées par le régime de Bachar al-Assad, malgré la "guerre froide" avec l'armée russe et les frappes aériennes répétées d'Israël et de la coalition internationale contre les positions des forces pro-iraniennes. Les forces pro-iraniennes, avec le soutien du Hezbollah, continuent de contrôler des territoires importants à l'ouest de Damas, y compris près de la frontière avec le Liban. De plus, les protégés iraniens achètent des terres dans ces zones, par exemple à Al-Zidani et Al-Tofil. Elles ont non seulement acheté mais également confisqué des propriétés. Des saisies de terres et de maisons ont été signalées dans la région de Raqqa (dans le nord de la Syrie), ainsi qu'à Boukamal et Mayadin (dans l'est de la Syrie) ou encore dans la Ghouta (dans le sud-ouest de la Syrie). Des agents iraniens négocient également l'achat de terres dans la région de Palmyre, profitant de l'absence des personnes déplacées par les combats. Les auteurs du rapport écrivent qu'aux environs d'Alep (dans le nord de la Syrie), des milices pro-iraniennes terrorisent la population locale, la forçant à quitter leur domicile (Les militants afghans sont particulièrement dénoncés pour ces actions). Le rapport indique qu'à la périphérie de Maadan (à l'est de Raqqa) des militants du groupe pro-iranien Al-Nujabaa (qui fait pratiquement partie du Corps des gardiens de la révolution islamique d'iran)ont commencé à construire une usine de production de mortiers et de missiles et de lanceurs de missiles. Dans la zone de Mayadin (à l'est de la province de Deir ez-Zor, près de la frontière avec l'Irak), les pasdarans ont mis en place un camp d'entraînement pour les recrues pro-iraniennes. Entre autres choses, ils apprennent à piloter des aéronefs sans pilote. Il existe également des dépôts de missiles et des installations de stockage de carburant, qui sont régulièrement réapprovisionnés, écrit l'OSDH. Les Iraniens continuent de recruter de nouvelles milices dans l'est de la Syrie et sont également engagés dans des projets sociaux et idéologiques dans la région, recherchant la loyauté de la population vivant dans les zones frontalières de l'Irak. Mais la principale incitation est l'argent et les soi-disant « cartes de sécurité » qui vous permettent de vous déplacer librement entre les villages dans les zones qui sont en fait occupées par les forces iraniennes. 

    Selon l'OSDH, rien qu'en octobre 2021, six frappes aériennes ont été menées sur des cibles et des convois de forces pro-iraniennes en Syrie : quatre opérations ont été menées par l'armée de l'air israélienne, et dans deux cas des drones de la coalition internationale ont été impliqués.

  • Syrie : Les forces iraniennes camouflent leurs  positions et leurs mouvements près des frontières syro-irakiennes par crainte des raids israéliens

    Imprimer

    Les milices pro-iraniennes ont remplacé leurs drapeaux sur leurs positions et bases militaires situées dans de vastes zones de l'est de la Syrie, par les drapeaux du régime syrien par crainte d'une nouvelle attaque israélienne, selon des sources locales et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) .
     
    Des sources dans les villes de Mayadin et Bukamal, dans la partie orientale de la province de Deir Ezzor, ont déclaré que le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) avait transporté des munitions et des armes lourdes, y compris des missiles, cachés dans des réfrigérateurs à bord de camions portant des numéros de plaques syriennes, ceci dans le cadre d'un re-positionnement camouflé, quelques jours après que les raids israéliens les plus violents aient visé l'est de la Syrie.
     
    Selon des sources bien informées, les forces iraniennes et les milices pro-iraniennes continuent de changer de position dans la plus grande discrétion dans cette zone géographique le long des frontières irakiennes
     
    Selon le Jusoor Center for Studies and Development, les gardiens de la révolution islamique d'Iran sont déployés dans 125 localités à travers la Syrie, réparties dans 10 provinces, principalement Daraa dans le sud, où se trouvent 37 postes militaires iraniens, suivi de Damas et de sa province avec 22 sites et Alep au nord, avec 15 postes militaires et quartiers généraux.
     
    La province de Deir Ezzor compte 13 postes iraniens, dont les plus importants sont situés dans les villes de Mayadin et Bukamal.
     
    L'Iran a déployé en soutien du régime syrien l'une des plus puissantes forces militaires  après la Russie, depuis le déclenchement des manifestations anti-régime au printemps 2011.
     
    Selon les militants locaux, l'OSDH et le Jusoor Center, la plupart des combattants iraniens en Syrie sont membres du CGRI et sont déployés dans le sud de Damas, le sud de la province d'Alep, l'est de la province de Homs et la partie orientale de la province de Deir Ezzor.

  • Syrie : L'armée de l'air israélienne attaque les forces pro-iraniennes dans l'est de la Syrie, au moins 57 tués

    Imprimer
    L'agence d'État syrienne SANA , citant une source militaire, rapporte qu'à 1h10 du matin le 13 janvier, l'armée de l'air israélienne a lancé des frappes sur des cibles dans les régions de Deir ezZor et Bukamal, dans l'est de la Syrie. Les défenses aériennes syriennes ont tenté de repousser l'attaque.
     
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme ( OSDH ) rapporte que dans la nuit du du 12 au 13 janvier, l'armée de l'air israélienne a lancé une série d'attaques contre des cibles dans l'est de la Syrie, dans le gouvernorat de Deir ezZor, près de la frontière avec l'Irak.
     
    Au total, au moins 18 frappes aériennes auraient eu lieu. Les cibles attaquées sont :
    - Une position du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) dans la région d'Al-Thalath.
    - Le secteur de Beer Hammar où sont positionnés le CGRI et le 47e régiment de l'Armée Arabe Syrienne et d'où partent les camions citernes  pour livrer du pétrole à la base d'al-Imam
    - Une base du CGRI dans la zone Al-Seiba
    - Un dépôt d'armements à Ayiash (vidéo) utilisé par les combattants chiites afghans de la brigade Fatemiyoun.
    - Un site sur la route de l'aéroport de Hamdan, où sont positionnés les combattants chiites pakistanais de la brigade Zainabiyoun
    General Ahmed Ibrahim al-Khalil,.jpg- D'après ce que nous avons reçu de sources locales,  il y a en plus 16 morts au sein de la Branche de la branche 243 de la Direction du Renseignement Militaire (DRM) à Deir ezZor (photo ci-dessus). Il y a en outre 20 blessés dans un état grave, dont le général de brigade Ahmed Ibrahim al-Khalil (photo de gauche), directeur de la branche 243 de la DRM.  Il convient de noter que c'est la première fois que l'armée de l'air israélienne frappe la Branche de la sécurité militaire à Deir Ezzor.

     
    La zone de Bukamal, où les Iraniens ont construit un nouveau poste frontière entre l'Irak et la Syrie, ainsi que de nombreuses installations militaires, ont été soumises à plusieurs reprises à des frappes aériennes. Les médias arabes affirment que les attaques ont été menées non seulement par l'armée de l'air israélienne mais également par des avions de la coalition occidentale ou tout au moins sur des renseignements fournis par l'armée américaine. A noter que depuis l'été 2020, il existe une base russe dans cette zone, qui n'a pas été prise pour cible par les attaques aériennes.
     
    Selon des rapports préliminaires, au moins 14 militaires syriens et 43 combattants étrangers pro-iraniens ont été tués, sans compter les morts au sein de la Sécurité militaire. Les informations sur les victimes et les dommages occasionnés par les raids sont en cours de confirmation.

    Parmi les personnes décédées, on trouve Saleh Abdul Amir Nassif, également connu sous le nom d'Abou Yatem al-Katrani - le commandant de la 4ème brigade des unités de mobilisation irakienne populaire (Hashed al-Chaabi) . Le Hashed al-Chaabi a confirmé la mort d'al-Katrani dans un communiqué officiel, mais n'a pas précisé où ni quand le commandant avait été tué.

    On a observé que les forces du régime de Bachar al-Assad s'étaient mobilisées dans plusieurs quartiers de la ville de Deir Ezzor, près de: (Dallah - Medalji - rondpoint Globe) après les violentes frappes aériennes qui ont frappé les régions de Deir Ezzor, Mayadin et Bukamal.

    1743692.jpg

     
  • Syrie : Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) utilisent des projectiles à guidage laser "Krasnopol" de fabrication russe

    Imprimer

    Des sources iraniennes ont publié une vidéo montrant le travail des unités d'artillerie du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran en Syrie. La vidéo montre les troupes du CGRI avec le canon d'artillerie D-20 de 152 mm pour tirer des projectiles à guidage laser Krasnopol de 152 mm de fabrication russe.

     
    Vidéo descriptive en anglais

  • Syrie : 7 membres des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran tués à Boukamal

    Imprimer

    Un officier iranien a été tué, ainsi que 6 membres du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI), dans une embuscade tendue par des inconnus à la périphérie de la ville de Boukamal, au sud-est de Deir Ezzor.

    Information en cours d'investigation.

  • Syrie : Les forces syriennes et iraniennes arrêtent une cellule de Daech

    Imprimer

    Samedi 5 septembre, les forces syriennes et iraniennes ont arrêté une cellule de l'Etat islamique au sud de la province de Deir Ezzor, révèle l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Les membres de la cellule portaient des uniformes militaires iraniens et conduisaient un véhicule avec des slogans pro-iraniens dans la ville d'al-Mayadin lorsqu'ils ont été arrêtés par une force conjointe de la Direction des renseignements militaires syriens, des forces de défense nationale et du Corps des Gardiens de la Révolution Eslamique iranien (CGRI).

    La force conjointe a arrêté les cinq membres de la cellule après les avoir coincés sur le marché de Mayadin. Les jihadistes n'ont montré aucune résistance.

    "Il y avait une cellule de l'Etat islamique qui venait d'al-Badiya [le désert de la province de Homs] déguisée avec les uniformes du CGRI iranien pour acheter de la nourriture et quelques fournitures sur le marché", peut-on lire dans le rapport de l'OSDH.

    Selon l'OSDH, les terroristes étaient entrés dans Mayadin auparavant pour acheter des fournitures pour leurs camarades dans le désert de Homs.

    Le désert de Homs, qui se trouve entre Deir Ezzor et Homs, est devenu un bastion pour les cellules de Daech en Syrie centrale ces dernières années. Des centaines de terroristes y auraient trouvé refuge.

    Au cours des derniers mois, les terroristes de Daech ont lancé des dizaines d'attaques contre les forces gouvernementales dans les provinces de Homs, Deir Ezzor, Hama et Raqqa depuis leurs caches dans le désert de Homs. L'armée arabe syrienne et les forces aérospatiales russes ont unis leurs efforts pour tenter de contenir la menace du groupe islamiste.

  • Frontlive-Chrono du samedi 22 au lundi 24 février 2020

    Imprimer

    Ces articles ont été aussi publiés en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

    Les articles de Frontlive-Chrono sont accessibles aux seuls abonnés
    – Se connecter en utilisant le mot de passe et cliquer sur « rester connecté ».
    – Pour les lecteurs qui ne seraient pas encore abonnés,  cliquer sur « s’abonner » dans la barre d’outils, choisir le type d’abonnement en cliquant sur une des durées proposées et suivre les instructions.
    – Trois types d’abonnements: 12€/mois – 60€ pour six mois ou 100€ pour un an.
    Les abonnés bénéficient d’un accès à tous les articles protégés listés dans « catégories ».


    L’Arabie saoudite affirme avoir déjoué une attaque des houthis en mer Rouge

    Les forces navales de la coalition conduite par l’Arabie saoudite au Yémen ont déjoué dimanche une « attaque terroriste imminente » planifiée par les rebelles chiites houthis dans le sud de la mer Rouge, annonce la coalition. Dans un communiqué relayé par l’agence saoudienne de presse SPA, le colonel Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition, précise que…CONTINUER LA LECTURE


    Egypte .. Exécution du terroriste Hisham Ashmawi

    Lundi 24 février 2020, le terroriste égyptien Hisham Ashmawi a été exécuté dans la prison d’appel du Caire, en présence d’un certain nombre de dirigeants de l’administration pénitentiaire, d’un membre du ministère public, d’un médecin légiste et d’un membre de Dar Al Ifta. Le pouvoir judiciaire égyptien avait rendu deux verdicts définitifs condamnant à mort…CONTINUER LA LECTURE


     

    Israël/Cisjordanie/Gaza : Plusieurs incidents sécuritaires

    Un Palestinien armé d’un couteau tué à JérusalemLes forces israéliennes ont tué samedi 22 février par balles un Palestinien armé d’un couteau qui courait en direction de policiers dans la Vieille ville de Jérusalem, ont indiqué la police et des sources palestiniennes. Samedi matin, « un terroriste s’est approché d’un groupe de gardes-frontières (Magav) à la…CONTINUER LA LECTURE


    Gaza/Israël: Nouveaux tirs de roquettes du Jihad Islamique depuis Gaza vers Israël, lundi 24 février

    Le Jihad islamique a tiré lundi au moins six roquettes depuis la bande de Gaza en direction d’Israël après des frappes nocturnes meurtrières de l’armée israélienne contre ses positions à Gaza et en Syrie, selon des sources concordantes. « Six projectiles ont été tirés de Gaza vers le territoire israélien. Cinq d’entre eux ont été interceptésCONTINUER LA LECTURE


    Niger : 120 terroristes ont été tués lors d’une opération spéciale dans le sud-ouest du pays

    Au moins 120 terroristes ont été neutralisés suite à une opération conjointe entre les Forces armées nigériennes (FAN) et la force française Barkhane, dans le nord de la région de Tillabéri, le long de la frontière avec le Mali. C’est qu’a annoncé le ministre de la Défense nationale dans un communiqué lu le jeudi soir…CONTINUER LA LECTURE


    Syrie : six morts dans des frappes israéliennes dans la nuit près de Damas (OSDH)

    Six combattants pro-régime, dont deux membres du mouvement Jihad islamique, ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans des frappes israéliennes près de Damas, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Le « Jihad islamique » a confirmé que deux militants avaient été tués par les frappes israéliennes : Salim Salim et…CONTINUER LA LECTURE


    Syrie : L’armée de l’air russe a attaqué les soldats turcs en Syrie, il y a des morts.

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme rapporte que les forces aériennes russes et syriennes ont attaqué un poste de l’armée turque à Kansafra, dans le sud de la province d’Idlib. Il y aurait au moins dix morts et blessés. Des véhicules turcs ont été endommagés et plusieurs d’entre eux ont brûlés. Cette frappe aérienne est…CONTINUER LA LECTURE


    Yémen : Les Houthis affirment avoir capturé des pilotes saoudiens…

    Les Houthis yéménites affirment avoir capturé l’équipage de l’avion Tornado de l’armée de l’air saoudienne abattu il y a quelques jours . Les deux pilotes seraient blessés. Selon le rapport, une décision sera prise sur leur sort en temps utile. Les Houthis affirment que l’avion a été abattu par le nouveau système de défense aérienne,…CONTINUER LA LECTURE

    Yémen : Les Houthis affirment avoir capturé des pilotes saoudiens…

    Les Houthis yéménites affirment avoir capturé l’équipage de l’avion Tornado de l’armée de l’air saoudienne abattu il y a quelques jours . Les deux pilotes seraient blessés. Selon le rapport, une décision sera prise sur leur sort en temps utile. Les Houthis affirment que l’avion a été abattu par le nouveau système de défense aérienne,…CONTINUER LA LECTURE