Cessez-le-feu

  • Libye : 20.000 mercenaires et forces étrangères toujours dans le pays, selon l'ONU

    Imprimer

    Quelque 20.000 "forces étrangères et/ou mercenaires" sont toujours en Libye en dépit de l'accord de cessez-le-feu signé en octobre, a déploré mercredi l'émissaire de l'ONU par intérim, pointant une "violation choquante de la souveraineté libyenne".

    "Il y a aujourd'hui 10 bases militaires dans votre pays (...), totalement ou partiellement occupées par des forces étrangères", a dit l'Américaine Stephanie Williams, représentante spéciale de l'ONU par intérim, à l'adresse des participants au Forum politique libyen, qui vise sous l'égide des Nations unies à sortir la Libye d'une grave crise politique qui perdure.

    Ce nouveau round du Forum politique libyen, qui se déroule en format virtuel, intervient après une première session mi-novembre à Tunis qui a permis de trouver un accord sur des élections "nationales" le 24 décembre 2021, mais pas sur les noms des futurs dirigeants de la transition. La question divise profondément la classe politique libyenne.

    "Il y a maintenant 20.000 forces étrangères et/ou mercenaires dans votre pays. C'est une violation choquante de la souveraineté libyenne. Vous pouvez croire que ces étrangers sont vos invités, mais ils occupent maintenant votre maison", a alerté l'émissaire de l'ONU

    Il s'agit là d'une "violation flagrante de l'embargo sur les armes", a mis en garde l'émissaire onusienne. "Ils déversent des armes dans votre pays, un pays qui n'a pas besoin davantage d'armes. Ils ne sont pas en Libye pour vos intérêts, mais pour les leurs", selon Mme Williams.

    La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Deux autorités s'y disputent le pouvoir, sur fond d'implications étrangères: le Gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, reconnu par l'ONU et soutenu militairement par la Turquie, et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, homme fort de l'Est, appuyé par les Emirats arabes unis, la Russie et l'Egypte.

    Après l'échec de l'offensive lancée par le maréchal Haftar en avril 2019 pour s'emparer de Tripoli, les deux camps ont conclu un cessez-le-feu permanent en octobre, qui prévoit le départ des mercenaires étrangers et le démantèlement des milices dans un délai de 90 jours.

  • Libye: Les représentants des deux chambres adverses promettent de mettre fin à leurs divisions

    Imprimer

    Les 123 députés des deux chambres des représentants de la Libye, qui ont participé au sommet de Tanger, au Maroc, ont prêté serment de mettre fin aux divisions à l'intérieur du pays, en commençant par la convocation d'une seule session parlementaire, le 28 novembre, pour créer un organe législatif unique.

    Les 123 participants ont également convenu de tenir des élections législatives pour achever la transition dans les meilleurs délais et de convoquer une seule session en présence de la Chambre des représentants dès leur retour en Libye depuis le Maroc. La session aura lieu à Ghadames, une ville oasis située près de la frontière libyenne avec l'Algérie et la Tunisie, loin des centres de pouvoir en Libye, mais la date officielle n'a pas encore été décidée.

    Lors de la réunion de Tanger, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a déclaré que le fait d'avoir 123 députés libyens assis à la même table était déjà un succès en soi. Pour Bourita, la Libye a besoin d'une Chambre des représentants pour jouer son rôle et une prochaine réunion en Libye aura un impact important sur le dialogue politique entre les parties.

    À l'heure actuelle, en Libye, il y a deux organes parlementaires, l'un à Tobrouk et l'autre à Tripoli. À l'origine, une seule Chambre des représentants avait été formée à la suite des dernières élections législatives en Libye, qui ont eu lieu le 25 juin 2014, pour remplacer le Congrès général national. Cependant, la Cour suprême constitutionnelle de Libye avait invalidé les élections, notamment en raison de la faible participation des électeurs et ordonné la dissolution de la chambre. De nombreux élus n'ont pas accepté cette décision et ont décidé de transférer la Chambre des représentants de Tripoli à Tobrouk. Un Congrès Général National a cependant été établi dans la capitale, puis dissous en 2016. Le 17 décembre 2015, les deux institutions concurrentes avaient signé les accords de Skhirat, au Maroc, se mettant d’accord pour établir le Gouvernement d’Accord National (GNA) et le Conseil présidentiel. Cependant, malgré plusieurs négociations successives, aucune solution n'a été trouvée pour organiser de nouvelles élections législatives et, à l'expiration des accords de Skhirat, le 17 décembre 2017, les positions sont restées figées et le pays s’est retrouvé divisé entre deux pouvoirs, l’un à Tobrouk et l’autre à Tripoli. 

La nouvelle Chambre des représentants, résultat de l’accord de Tanger serait composée de 180 membres répartis en deux groupes, l'un basé à Tripoli, fief du et dirigé par le Premier ministre Fayez al-Sarraj, et l'autre basé à Tobrouk sous la direction d’Aguila Saleh.

    La rencontre de Tanger était l'une des initiatives en cours pour mettre fin au conflit et à la reconstruction de la Libye. 

Un cessez-le-feu est actuellement en cours. Il avait été annoncé le 21 août dernier par al-Sarraj et Saleh, puis officialisé par la signature d'un accord de cessez-le-feu permanent dans toute la Libye le 23 octobre. L'accord a été conclu à la suite d'une réunion entre les délégations libyennes rivales, à savoir l'Armée nationale libyenne (ANL) proche des institutions de Tobrouk et le GNA, qui se sont réunies à Genève dans le cadre du Comité militaire mixte 5 + 5 du 19 octobre précédent. Outre les négociations entre les parties pour une résolution politique du conflit en Libye, des dialogues sont également en cours pour donner au pays une nouvelle structure politique et c’est dans ce contexte que les parties sont parvenues à un accord pour organiser les prochaines élections dans le pays le 24 décembre 2021. L’accord a été conclu le 13 novembre 2020 à l'occasion du « Forum de dialogue politique», qui a débuté le 9 novembre précédent, à Tunis, entre 75 représentants des différentes composantes de la population libyenne, sous l'égide de l'ONU.

    Rappelons que la Libye est le théâtre d'une longue guerre civile qui a débuté le 15 février 2011, qui a été suivie, en octobre de la même année, par la chute du régime dictatorial de Mouammar Kadhafi. Depuis, le pays n'a jamais réussi à réaliser une transition démocratique et s’est retrouvé entre deux administrations rivales, celle de la Chambre des représentants de Tobrouk et celle du GNA de Tripoli et, au niveau militaire, un affrontement entre les milices liées au GNA et l’Armée Nationale Libyenne (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar.

    Le GNA d'al-Sarraj est le gouvernement libyen officiellement reconnu par l'ONU. Il est né le 17 décembre 2015 avec les accords de Skhirat et a été formellement soutenu par l'Italie, le Qatar et la Turquie. Les forces de l'ANL qui sont proches du gouvernement de Tobrouk, contrôlent l'est de la Libye. Au niveau international, elles sont soutenues par l'Égypte, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie, la France et la Russie.

  • Libye: Les pourparlers de paix en Tunisie confirment des élections dans 18 mois

    Imprimer

    Les participants au Forum de dialogue politique de Tunis sont parvenus à un accord sur une feuille de route pour l'avenir politique de la Libye, qui prévoit l'organisation d'élections dans un délai maximum de 18 mois.

    Selon ce qui a été rapporté par l'envoyée spéciale par intérim de l'ONU, Stephanie Williams , dans la soirée du 11 novembre, les 75 participants au Forum tunisien ont fait des progrès significatifs sur la voie tant politique que militaire, marquant un tournant vers une résolution de la crise libyenne. Les pourparlers organisés en Tunisie, dans le district de Gammarth, ont débuté le 9 novembre. L'objectif principal était de mettre fin à la situation instable en Libye, par la formation de nouveaux organes exécutifs et l'organisation d'élections présidentielles et parlementaires, sur la base de la résolution 2510 du Conseil de sécurité des Nations unies et des résultats de la conférence de Berlin. du 19 janvier.

    Pour Williams, la Libye a actuellement la meilleure opportunité de mettre un terme aux divisions internes. Selon ce qui a émergé des discussions du 11 novembre, les parties sont parvenues à un accord préliminaire sur un plan qui conduira à des élections parlementaires et présidentielles, ainsi qu'à des élections "libres, justes et inclusives", ce qui devrait faciliter l'unification des différentes institutions libyennes. Les discussions doivent maintenant porter sur la formation d'un gouvernement de transition, dont la tâche sera de surveiller le processus électoral. Les 75 participants sont appelés, en particulier, à définir les rôles et compétences exigés des membres qui formeront les nouveaux organes exécutifs, à savoir le gouvernement et le Conseil présidentiel.

    Selon Williams, la mission principale du futur gouvernement sera de lutter contre le phénomène de la corruption et de restaurer la détérioration continue des services publics. Ces deux questions ont été à l’origine des mouvements de protestation ces derniers mois. L'envoyé spécial de l’ONU a également déclaré que la feuille de route prévoyait les étapes à suivre pour lancer un processus de « réconciliation nationale et de justice transitionnelle» et pour mettre fin aux difficultés des personnes déplacées. Concernant l’aspect militaire, Stephanie Williams a indiqué que les participants au Forum avaient confirmé les résultats positifs en ce qui concerne la mise en œuvre de l'accord de cessez-le-feu signé à Genève le 23 octobre.

    Comme l'a précisé l'envoyé de l'ONU, cette question était au centre des discussions qui ont eu lieu, à partir du 10 novembre, à Syrte, et qui ont impliqué les délégations du Comité militaire mixte 5 + 5. Pour Williams, les résultats obtenus jusqu'à présent par le Comité doivent être préservés et, en parallèle, on espère que les pourparlers de Tunis seront également couronnés de succès, sachant que la Libye a devant elle une occasion historique de créer un système de gouvernement unifié et la tenue d'élections démocratiques.

    Selon ce qui a fui d'un projet d'accord final éventuel, la nouvelle autorité exécutive en Libye sera composée d'un conseil présidentiel, à son tour formé d'un président et de deux vice-présidents qui refléteront l'équilibre géographique entre les régions du pays, et par un gouvernement unifié composé d'un Premier ministre, qui devra alors prendre en charge la formation du gouvernement. Contrairement à ce qui s'est passé jusqu'à présent, le premier ministre de l'exécutif sera différent du chef du conseil présidentiel.

    Le plus grand défi pour les 75 représentants de Tunis semble être la nomination de ceux qui participeront au nouveau gouvernement, ainsi que de surmonter les divisions internes persistantes. Jusqu'à présent, le nom de la Présidente du Parlement, Aguila Saleh, a circulé en tant que chef du nouveau Conseil présidentiel et représentant de la région orientale de la Cyrénaïque. Un de ses adjoints devrait donc venir du Sud, de la région du Fezzan, et l'ambassadeur de Libye au Maroc, Abd al-Majid Saif al-Nasr, du gouvernorat de Sabha est l'un des candidats favoris à ce poste. Le troisième adjoint devra venir de la région ouest de Tripoli, où plusieurs personnalités semblent se disputer le rôle.

    Quant aux candidats potentiels au poste de Premier ministre, on pense au ministre de l'Intérieur Fathi Bashagha, soutenu par des alliés extérieurs tels que les États-Unis, la Turquie, la Grande-Bretagne et l'Égypte. Cependant, Bashagha fera face à un concurrent tout aussi puissant, l'homme d'affaires Ahmed Maitiq, ancien premier ministre et vice-président du Conseil présidentiel. Maitiq semble être particulièrement favorisé dans l'est de la Libye, surtout après avoir conclu un accord avec les représentants de l'ANL (Armée Nationale Libyenne – fidèle au maréchal Haftar) pour reprendre les activités pétrolières.

    La Libye connaît une crise continue depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. Après le cessez-le-feu annoncé le 21 août par le Premier ministre de Tripoli, Fayez al-Sarraj, et par le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, le 23 octobre, les délégations du GNA et de l'Armée nationale libyenne (ANL), participants au Comité militaire mixte 5 + 5, ont signé un accord avec lequel ils s'engagent officiellement à garantir une trêve permanente dans le pays, sous les auspices des Nations Unies.

  • Libye : Toutes les parties s'accordent sur un "cessez-le-feu permanent" : Mission de l'ONU en Libye

    Imprimer

    Des délégations libyennes rivales, réunies à Genève dans le cadre du Comité militaire mixte 5 + 5, ont officiellement signé un accord de cessez-le-feu permanent dans toute la Libye.

    La Mission d'appui des Nations Unies (MANUL) et son envoyé spécial par intérim, Stephanie Williams, qui a suivi l'ensemble du cycle de pourparlers, qui a débuté le 19 octobre, a donné la nouvelle le vendredi 23 octobre . La mission a défini le résultat comme "historique", ainsi que comme un tournant "décisif et courageux" vers la réalisation de la paix et de la stabilité en Libye. Le Comité militaire mixte est composé de cinq représentants de l'Armée nationale libyenne (ANL) et de cinq membres du gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de Gouvernement d'accord national (GNA). C'est l'un des résultats de la conférence de Berlin du 19 janvier au cours de laquelle divers acteurs internationaux ont discuté des moyens possibles de résoudre le conflit et la crise en Libye. L'objectif principal était précisément de parvenir à un cessez-le-feu permanent et de retirer tous les combattants non libyens du pays d'Afrique du Nord. Le quatrième tour s'est terminé le 23 octobre à Genève. Le précédent round avait eu lieu les 28 et 29 septembre en Egypte.

    Pour Stephanie Williams, l'accord de cessez-le-feu signé le 23 octobre ouvre la voie à une paix globale pour le conflit libyen en cours. En plus de féliciter les deux délégations pour l'important résultat obtenu et pour le professionnalisme dont ils ont fait preuve, l'envoyé des Nations Unies, dans son discours prononcé lors de la cérémonie de clôture, a exhorté les parties concernées à respecter les obligations et engagements pris, soulignant le la nécessité de travailler le plus tôt possible pour alléger les nombreuses souffrances causées par le conflit et pour donner «une lueur d'espoir» à la population libyenne, qui attend un avenir meilleur, plus sûr et plus pacifique. «J'espère que cet accord permettra aux personnes déplacées et aux réfugiés à l'intérieur et à l'extérieur du pays de rentrer chez eux et de vivre dans la paix et la sécurité»,

    La nouvelle de l'accord a également été confirmée par le chef de la délégation du commandement général du Comité militaire mixte, Imhamed al-Amami , qui a déclaré qu'il travaillerait pour que l'accord soit respecté. «Le Comité a été en mesure de répondre aux aspirations de la population libyenne et de répandre un esprit de paix et de sécurité», a déclaré al-Amami, se félicitant de ce qui a été réalisé et remerciant la Mission de la MANUL pour ses efforts. De son côté, le chef de la délégation gouvernementale de Tripoli, Ali Abu Shahma, a appelé les officiers de l'armée libyenne à faire des efforts pour reconstruire les institutions militaires et contrer ceux qui souhaitent déstabiliser la sécurité et la stabilité en Libye. Les forces politiques ont, à leur tour, été invitées à s'unir et à s'engager à assurer la stabilité politique et militaire. "Le peuple libyen attend que le changement se concrétise et que les souffrances dans tous les territoires libyens prennent fin, en particulier dans le sud", a ajouté Shahma.

    Dès le début des entretiens le 19 octobre, Stephanie Williams a souligné l'atmosphère optimiste et productive qui a conduit à l'obtention de résultats remarquables. Parmi les accords convenus lors des réunions, il y a le retrait des forces étrangères et des mercenaires des territoires libyens dans les 90 jours, l'ouverture de voies de communication entre les différentes régions libyennes, telles que les routes Shwayrif-Sabha-Murzuq, Abu Qurayn -Jufra et Misurata-Syrte-Agedabia, la reprise du trafic aérien à Sebha, l'engagement de continuer à favoriser une désescalade sur les fronts de combat, la nécessité de mettre fin aux campagnes médiatiques d'incitation à la haine, également menées à travers les médias sociaux, l'échange de prisonniers et la «restructuration» d'une «garde pétrolière» placée aux commandes des infrastructures et des champs.

    Selon Williams, les pourparlers de Genève pourraient avoir un impact positif significatif sur les "voies" restantes en matière politique, économique et de sécurité. En outre, le cycle entrepris le 19 octobre sera suivi d'un forum politique qui se tiendra vraisemblablement en Tunisie en novembre. Son objectif sera de trouver un accord sur un cadre politique, puis de conduire à des élections nationales.

    Depuis le 21 août, date à laquelle le Premier ministre de Tripoli, Fayez al-Sarraj et le président du Parlement de Tobrouk, Aguila Saleh, ont annoncé un cessez-le-feu sur les fronts de combat, la crise libyenne est au centre d'un large mobilisation diplomatique impliquant les acteurs nationaux, régionaux et internationaux. Le but ultime est de mettre fin à la situation de grave instabilité qui caractérise la Libye depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile.