Cellules dormantes de l'Etat islamique

  • Irak : nouvelle opération antiterroriste à Kirkouk

    Imprimer

    L'armée irakienne a indiqué avoir éliminé un "détachement entier" de militants de l'Etat islamique dans la province de Kirkouk, au nord-ouest de l'Irak, à la suite d'une tentative d'embuscade contre une patrouille du service antiterroriste. 

    Le général de division Yahya Rasool, porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes, a déclaré que des tireurs embusqués de l'unité antiterroriste avaient tué certains des militants le 7 septembre. L'armée irakienne a indiqué qu'« un certain nombre » de militants de l'État islamique avaient été tués dans l'opération, mais n'a pas précisé combien. L'opération fait suite à une attaque mortelle du groupe contre un avant-poste de la police fédérale au sud de Kirkouk, qui a entraîné la mort de 13 membres des forces de sécurité. 

    Cette attaque montre à quel point les cellules de l'organisation islamique radicale sont toujours actives en Irak, planifiant des opérations au bon moment et au bon endroit. 

    Dans les jours qui ont suivi, les forces de sécurité irakiennes ont lancé des opérations de grande envergure dans le nord du pays visant à empêcher l'Etat islamique de mener de nouvelles attaques. En une semaine seulement, une trentaine de civils et de membres des forces de sécurité auraient été tués ou blessés à la suite d'attaques de l'Etat islamique. Face à cette situation dramatique,  les autorités irakiennes ont lancé, le 6 septembre, une opération conjointe entre l'armée, la police fédérale et les Forces de mobilisation populaire (FMP), visant à poursuivre les combattants de l'État islamique dans les provinces de Diyala et Salah al-Din. 

    Kirkouk est l'une des régions incluses dans ce qu'on appelle désormais "Triangle de la mort", qui comprend également les provinces de Diyala et Salah al-Din, où les cellules de l'État islamique sont très actives. 

    Bien que le gouvernement irakien ait annoncé sa victoire sur l'État islamique le 9 décembre 2017, le pays n'est toujours pas débarrassé  de la menace terroriste. Comme l'a déclaré le Premier ministre irakien al-Kazimi le 26 janvier, le terrorisme est revenu menacer le pays, probablement dans le but de saper le chemin de la démocratie, en vue des élections prévues le 10 octobre.

    L'un des épisodes les plus violents de 2021 a eu lieu le  19 juillet, lorsque l'État islamique a mené une attaque contre un marché à Bagdad, dans la banlieue à majorité chiite de Sadr City, faisant environ 30 morts et 60 blessés, dont des femmes et des enfants.  Un responsable du commandement des opérations conjointes avait rapporté que des informations des services de renseignement avaient révélé que l'État islamique avait l'intention d'intensifier ses opérations lors de la célébration musulmane de l'Aïd al-Adha à Bagdad  comme dans d'autres régions. Selon la source, l'attaque de Sadr City n'aurait représenté que la première d'une série d'attaques "isolées" visant à déstabiliser la sécurité du pays. 

  • Irak: Elimination d'un kamikaze qui tentait de pénétrer dans la direction de la sécurité à Kirkouk 

    Imprimer

    La cellule des médias de la sécurité irakienne a annoncé l'élimination d'un kamikaze portant une ceinture d'explosifs, qui tentait d'entrer dans la direction de la sécurité nationale dans la province de Kirkouk, dans le nord du pays. 2 membres du personnel de sécurité ont été blessés par l'explosion de la ceinture d'explosifs au moment de l'échange de coups de feu avec le kamikaze

    Il est à noter que Kirkouk est l'un des repaires de "l'Etat islamique", selon l'agence de renseignement irakienne. Dans un communiqué, l'agence a annoncé que  "les services de sécurité avaient arrêté 5 membres de l'Etat islamique, dont une femme, dans des zones distinctes de la province". 

    Les forces de sécurité irakiennes continuent de rechercher, nettoyer et poursuivre les restes de l'Etat islamique dans tout le pays, pour s'assurer que l'organisation et ses éléments en fuite ne réapparaissent pas.

    En décembre 2017, l'Irak a annoncé la libération de toutes ses terres de l'emprise de l'organisation «Daech» après près de trois ans et demi d'affrontements avec l'organisation islamiste radicale, qui occupait environ un tiers du pays.

     

  • Irak : Un commandant de terrain de l'Etat islamique arrêté à Kirkouk

    Imprimer

    Les forces de sécurité irakiennes ont arrêté un chef de l'État islamique à Kirkouk. Selon le ministère de l'Intérieur, il coordonnait les actions des jihadistes non seulement dans cette province, mais aussi dans la province voisine de Ninive.
     
    Une grande partie de la province avait été capturée par l'Etat islamique lors de l'offensive des jihadistes en 2014, prenant le contrôle d'un tiers du territoire irakien. La contre-offensive soutenue par la coalition internationale dirigée par les  États-Unis avait mis fin au califat islamique.
     
    Mais depuis, l'Etat islamique a réussi à maintenir des cellules dans le pays qui mènent des actions de guerilla.

  • Irak: la lutte contre le terrorisme n'est pas encore terminée

    Imprimer

    EnQvE1zW8AIX-SZ.jpeg

    Alors que les forces irakiennes continuent de mener des opérations de ratissage pour venir à bout des cellules de l'Etat islamique toujours actives dans le pays, le président irakien Barham Salih a déclaré que la guerre contre le terrorisme se poursuivait.

    Salih a fait cette déclaration jeudi 19 novembre lors d'une réunion avec le conseiller principal britannique en matière de défense pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, le lieutenant-général Sir John Lorimer, et l'ambassadeur britannique en Irak, Stephen Hickey. Au cours de la réunion, les participants ont souligné la nécessité d'une coordination internationale pour faire face aux organisations terroristes qui continuent de représenter une menace trans-frontière pour tous.

    Dans ce contexte, le président irakien Salih a déclaré que les forces de son pays, d'ordres et de types différents, ont réussi à vaincre l'État islamique, mais il existe encore des cellules actives dans le pays qui tentent de saper la sécurité et la stabilité de la population, en particulier dans certaines régions et villes. Pour cette raison, les services de sécurité nationale, en coordination avec la coalition internationale anti-État islamique dirigée par les États-Unis, continuent de poursuivre les membres de l'organisation terroriste pour les empêcher d'atteindre leurs objectifs. Dans le même temps, le président irakien a souligné la nécessité de mettre fin aux tensions internes dans la région, pour empêcher le terrorisme de trouver un terrain fertile pour se renforcer, profitant des situations de crise.

    Dans le même temps, le porte-parole du commandant en chef des forces armées, Yahya Rasoul, a déclaré que les forces des services antiterroristes irakiens avaient mené une campagne pour poursuivre les membres de Daech toujours actives dans les gouvernorats de Diyala, Kirkouk, Ninive et Anbar. Les dernières opérations, a-t-on précisé, ont conduit à l'arrestation de plusieurs terroristes, dont un dans la ville de Mossoul et d'autres entre Falloujah et Kirkouk. Dans ce contexte, le 16 novembre, 21 personnes accusées de terrorisme ont été condamnées à mort à la prison de Nassiriya, après l'approbation de la présidence irakienne, conformément à l'article 4 de la loi antiterroriste. Les détenus venaient des gouvernorats de Mossoul, Anbar, Bagdad et Bassorah, ainsi que Dhi Qar.

    Le début de la présence de l'Etat islamique en Irak remonte à 2014. Après avoir occupé une grande partie du territoire irakien, le 10 juin de la même année, l'organisation a également pris le contrôle de Mossoul, la deuxième ville du pays et le principal noyau urbain tombée aux mains des jihadistes, puis reprises le 10 juillet 2017. Le 9 décembre 2017, le gouvernement irakien a annoncé sa victoire sur Daech, après trois ans de combats. L'armée a annoncé avoir repris le contrôle total du pays, après la reconquête de Rawa, une ville à la frontière ouest d'Anbar avec la Syrie. , dernier bastion du groupe en Irak. Cependant, depuis lors, les attaques de guérilla sur le territoire du nord de l'Irak se sont poursuivies, dans le but est de saper l'autorité du gouvernement de Bagdad.

    Face à ce scénario, les forces irakiennes ont lancé plusieurs opérations au cours de l'année 2020. Parmi elles, « Les héros de l'Irak », dont la troisième phase a débuté le 22 juin dernier. Il s'agissait d'une opération terrestre qui a vu l'armée irakienne et les forces conjointes patrouiller sur une zone d'environ 5 km2, s'étendant entre les provinces de Salah al-Din et Diyala, jusqu'au lac Tharthar au sud. de Samarra. Auparavant, le 17 mai, l'appareil de sécurité irakien avait lancé une nouvelle opération, intitulée "Island Lions", dont l'objectif était de s'occuper des cellules dormantes de l'Etat islamique toujours actives à l'ouest de Salah al- Din, au sud de Ninive, au nord d'Anbar et dans certaines zones de la frontière syro-irakienne, sur un total de onze axes.

    EnQ_xtJXUAEKvyF.jpeg

  • Irak : Un kamikaze se fait exploser à Kirkouk, dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé mardi que deux membres du personnel de sécurité avaient été blessés, après qu'un kamikaze se soit fait exploser dans le gouvernorat de Kirkouk, dans le nord du pays.

    Selon un communiqué de la "Cellule des médias de sécurité" de l'armée, "les forces de sécurité ont encerclé un kamikaze, ce qui l'a incité à se faire exploser à Wadi (Abu Shaha) dans le gouvernorat de Kirkouk (nord)".

    Le communiqué a souligné que "l'attentat suicide a blessé deux membres de la police fédérale", sans expliquer la gravité de leurs blessures.

    Et lundi, l'armée a annoncé dans un communiqué que les forces du Service antiterroriste avaient tué deux dirigeants de l'organisation terroriste «Daech» lors d'une opération militaire au sud du gouvernorat de Kirkouk, en plus d'arrêter 4 militants de l'organisation dans les gouvernorats de Kirkouk (nord) et d'Anbar (ouest).

    Depuis le début de cette année, les forces irakiennes ont intensifié leurs opérations de combats et de raids pour poursuivre les restes de l'Etat islamique, tandis que les attaques de jihadistes ne cessent de croître, en particulier dans la zone entre Kirkouk et Salaheddine (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort".

  • Irak : 5000 éléments de Daech se regroupent en Irak avertissent les Kurdes

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARD / LE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand)

    Des responsables kurdes ont averti que 5 000 combattants jihadistes de l’Etat islamique se regroupaient dans une zone qui n’est pas sous le contrôle des autorités irakiennes, en utilisant des méthodes d’intimidation et en se cachant dans des grottes et tunnels.
    Selon des responsables kurdes, ces hommes armés se cachent dans des grottes difficiles d’accès et des réseaux de tunnels de contrebande près de la ville de Makhmour, une zone autrefois occupée par l’organisation en 2014, utilisant des tactiques de terreur pour contraindre les villageois locaux à les aider, exploitant les mauvais traitements des factions soutenues par l’Iran à leur encontre.
    Lahore Talabani, directeur de la sécurité de l’information, l’une des agences de renseignement du Kurdistan irakien, a déclaré : « Nous estimons entre 4.000 et 5.000 le nombre de jihadistes actuellement dans ce no-man’s land. Cela n’inclut pas les cellules dormantes dans les villes, où leur nombre est élevé. » .
    Selon les autorités, les combattants sont équipés de kalachnikovs, de vestes explosives, de fusils de sniper et de mitrailleuses lourdes DShK à l’arrière des camions, ce qui les aide à prendre le contrôle des villages et à mener des attaques surprises.

    Lire l'article sur Frontlive-Chrono

    Lire la suite

  • France: Attaque de Lyon du 24 mai 2019 - Mise à jour des informations

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Dernières informations
    Rappelons les faits: Le 24 mai, à Lyon, à l’angle de la rue Victor Hugo et de la rue Sala, près de la boulangerie « La Brioche dorée », une explosion a retenti.
    Elle a été provoquée par un engin explosif qui se trouvait dans une boîte qui, deux minutes avant, avait été projetée sur le bord de la route par un cycliste. Le moment a été enregistré par des caméras de vidéosurveillance.
    Actuellement, la police recherche un suspect. Son identité est établie, mais non révélée. Il s’agit d’un homme de 30 à 35 ans. Il portait un pull noir, un bermuda clair et des lunettes noires au moment des faits.
    Du TATP, un explosif artisanal instable aurait été utilisé parle terroriste, selon l’enquête. Le dispositif contenait des billes et des clous et était télécommandé. La police aurait trouvé la trace d’ADN d’une personne sans qu’on sache si elle pourra faire avancer l’enquête.
    Les personnes qui achèteraient les composants chimiques pour fabriquer du TATP sont systématiquement (en théorie ) fichés. Mais il est plus difficile de repérer les individus dans le cas de très petites quantités de produits, ce qui peut expliquer la faible puissance de l’engin.

    Nouvelles photos du terroriste (pas vraiment de meilleure qualité):

    Lire la suite