Ceinture de sécurité (force sudiste)

  • Yémen : Les forces gouvernementales acheminent des renforts 

    Imprimer

    Combats entre forces pro-gouvernementales et rebelles chiites houthis dans la province de Marib
    Les forces pro-gouvernementales sur le front de Marib ont acheminé  de gros renforts vers «Hailan». L'objectif est de regagner les positions conquises par les rebelles chiites houthis dans la montagne après des attaques intenses et continues pendant deux jours.

    L'armée gouvernementale affirme avoir mis hors de combat environ 65 rebelles chiites Houthis et détruit 3 véhicules blindés des Houthis,  il y a deux jours sur le front de Kasarah, au nord-ouest de Marib. 

    Attaque d'al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA)
    Par ailleurs, les jihadistes d'al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) ont attaqué un poste de contrôle des forces sudistes " Ceinture de sécurité" dans la province d'Abyane. Un soldat a été tué et 3 autres blessés. Les jihadistes d'AQAP ont réussi à contrôler le point de contrôle pendant plusieurs heures avant d'être repris par les forces sudistes. On a remarqué depuis quelque temps, une activité accrue des jihadistes d'AQAP dans les provinces de Shabwah et Al-Bayda.

  • Yémen, une explosion à Aden fait des victimes parmi les troupes indépendantistes du Sud

    Imprimer

    Des sources yéménites à Aden , la capitale provisoire située dans le sud du Yémen, ont rapporté jeudi 4 mars qu'une explosion avait frappé un convoi transportant deux dirigeants de premier plan de la formation para-militaire «ceinture de sécurité», les forces affiliées au Conseil de la transition du sud (CTS). , soutenu par les Émirats arabes unis (EAU).

    L'explosion, qui s'est produite dans le district d'al-Buraiqa, près d'un emplacement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, a été suivie de tirs. La nouvelle a également été confirmée par les forces sécessionnistes du sud, qui ont précisé qu'une voiture piégée avait explosé, causant des morts et des blessés parmi les membres de la ceinture de sécurité, dont le nombre, cependant , n'a pas été précisé. On parle d'environ 8 victimes. Les deux commandants qui voyageaient dans le convoi, Mohsen Al-Wali et Nabil al-Mashouchi, ont survécu à l'explosion. Selon le STC, on suppose qu'al-Wali et al-Mashouchi étaient la cible. L'attaque n'a pas encore été revendiquée,

    La "ceinture de sécurité" fait partie d'une force militaire et de sécurité qui opère principalement dans le sud du Yémen. Ses rangs comprennent plusieurs officiers et soldats yéménites, militants du  «mouvement sudiste» et du courant salafiste. Ceux-ci sont connus pour être affiliés aux Émirats arabes unis (EAU), qui leur fournissent une aide financière et militaire, vraisemblablement pour mener à bien leurs projets sécessionnistes.

    La ville d'Aden a été le théâtre de plusieurs explosions et assassinats d'officiers et de membres des forces de sécurité et de l'armée, ainsi que de civils. La capitale provisoire semble toujours être sous le contrôle des forces liées au Conseil de transition du sud (STC), bien qu'elles aient été invitées à se redéployer sur d'autres fronts yéménites, conformément à l'accord de Riyad du 5 novembre 2019. Toutefois, la sécurité a été autorisée à rester à Aden pour protéger la ville.

    L'accord de Riyad, conclu par le gouvernement légitime yéménite, lié au président Rabbo Mansour Hadi, et par les groupes sécessionnistes, représentés par le STC, a mis fin aux violentes tensions qui, depuis le 7 août 2019, régnaient dans la ville d'Aden, s'étendant progressivement à d'autres districts et villes du sud. Le but de l'accord était d'éviter un nouveau «conflit dans un Yémen ravagé par la guerre avec les rebelles chiites houthis et d'éviter une rupture au sein du front anti-Houthi, en particulier entre Riyad et Abu Dhabi. Parmi les différentes clauses convenues, il y a la formation d'un nouveau gouvernement unitaire yéménite, également divisé entre le Nord et le Sud, officiellement annoncé le 18 décembre 2020. L'accord repésentait une source d'espoir de la part de ceux qui pensaient que cela pouvait conduire à la résolution du conflit yéménite au sens large,

    Cependant,  l'aéroport d'Aden était frappé, le 30 décembre 2020, par une attaque survenue alors que la nouvelle équipe gouvernementale débarquait dans la capitale provisoire yéménite. L'attaque, qui a fait environ 26 morts et au moins 100 blessés, n'a pas été revendiquée. Les milices rebelles ont nié leur implication, tandis que le gouvernement yéménite a pointé du doigt les houthis soutenus par l'Iran.

    Les premières tensions à Aden remontent à avril 2017, lorsque le président yéménite Hadi a accusé le gouverneur de la ville, Aidarous al-Zubaidi, de manque de loyauté, le démettant de ses fonctions. Par la suite, le 11 mai de la même année, à la suite des manifestations de masse contre l'éviction d'al-Zubaidi, le Conseil de transition du sud est né, dirigé par l'ancien gouverneur d'Aden, choisi pour présider un conseil de 26 sièges. L'organisme a immédiatement déclaré son intention de «restaurer l'État du sud» en se référant à l'ancienne république du sud du Yémen, qui existait de 1967 à 1990. Hadi a immédiatement défini le STC comme illégitime. Après la création du STC, en janvier 2018, Aden a été témoin d'affrontements provoqués par les forces de la ceinture de sécurité qui, dans un premier temps, ont pris le contrôle du palais présidentiel et des environs. Les tensions, qui ont duré trois jours, ont fait 38 morts, mais se sont apaisées après l'intervention de la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite.

  • Yémen : 5 morts dans une attaque d'Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) à Abyane

    Imprimer

    Selon des rapports des services de sécurité, au moins 5 membres des forces de la «ceinture de sécurité» (sudistes) ont été tués dans une attaque menée par Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) dans la province d'Abyane à l'aube du lundi 7 décembre 2020.


    Les médias de la "ceinture de sécurité" ont rapporté que l'attaque, qui a eu lieu à cinq heures du matin, avait visé la centrale électrique dans la ville de Loudar dans le gouvernorat d'Abyane, ajoutant qu'elle avait également endommagé un véhicule militaire de ses forces.

  • Yémen : Affrontements entre les forces soutenues par les EAU et les salafistes à Aden

    Imprimer

    Aux premières heures du lundi matin 24 août, des affrontements ont éclaté entre les forces du Conseil de Transition du Sud (CTS) soutenues par les Émirats arabes unis et les salafistes dans la province d'Aden, dans le sud du Yémen, selon une source de sécurité gouvernementale.

    La source a déclaré que "les forces du Conseil de transition du Sud ont tenté d'investir la maison du chef salafiste Badr Al-Mohseni (un officier des forces de la "ceinture de sécurité" du CTS de la côte ouest ), dans le quartier hachid de Mansoura, dans le gouvernorat d'Aden.

    Il a ajouté que "pour protéger la maison, certains habitants du quartier et des groupes salafistes se sont rassemblés et se sont affrontés avec les forces du CTS. Les deux parties ont fait usage de divers types d'armes légères et semi-lourdes".

    Les résidents locaux ont déclaré que les affrontements avaient provoqué la panique parmi les habitants du quartier.

    Selon les témoignages d'habitants, les affrontements ont causé des dégâts à plusieurs maisons, mais on ignore encore si les affrontements ont fait des victimes.

    Les autorités locales n’ont fait aucun commentaire sur ces affrontements.

    Aden, la capitale intérimaire yéménite, est le théâtre de nombreux incidents sécuritaires et d'assassinats depuis que le Conseil de transition du Sud (CTS) a proclamé en avril dernier l'administration autonome des gouvernorats du sud, avant d'y renoncer, après que la coalition arabe ait annoncé l'accélération de l'application de l'accord de Riyad à la fin du mois de juillet dernier.

  • Yémen : Neuf combattants séparatistes sudistes tués dans une attaque

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

     

    Neuf combattants séparatistes ont été tués dimanche dans une attaque à la roquette visant une parade militaire dans la ville de Dhale’e, dans le sud du Yémen, pays en proie à la guerre, selon un responsable militaire.
    Les combats entre forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi et rebelles houthis qui contrôlent de vastes pans du territoire y compris la capitale Sanaa, ont baissé d’intensité ces derniers mois.
    En août, des combats avaient néanmoins éclaté sur un autre front, entre séparatistes sudistes et forces pro-Hadi, pourtant alliés dans la lutte contre les houthis. Mais les deux camps ont signé en novembre un accord de partage du pouvoir dans le Sud qui a suscité l’espoir de contribuer plus largement à un règlement du conflit avec les rebelles déclenché en 2014.
    Dimanche, « neuf soldats ont été tués et 9 blessés dans une attaque à la roquette contre la tribune officielle durant une parade militaire à l’occasion de la remise de diplômes à de jeunes combattants », a déclaré à l’AFP Majed Chouaïbi, porte-parole des forces dites du « Ceinture de sécurité ». Il a accusé les houthis, qui ont des positions proches de Dhale’e, de la responsabilité de l’attaque. Les forces du « Ceinture de sécurité » sont favorables à l’indépendance du sud du Yémen, qui était un Etat à part avant la fusion avec le nord en 1990.
    Début août, les houthis ont revendiqué une attaque contre une parade militaire près d’Aden, capitale du Sud, pendant laquelle 49 combattants séparatistes ont péri.
    La guerre au Yémen, où une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite combat au côté du pouvoir, a tué, selon diverses organisations humanitaires, des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des civils.
    Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d’assistance, selon l’ONU qui évoque régulièrement la pire crise humanitaire au monde.

    العربية @AlArabiya
     

    ماجد الشعيبي مسؤول إعلام جبهة الضالع عن الهجوم على حفل تخريج عسكريين: الميليشيات تحاول الرد على هزائمها المتلاحقة بالصواريخ التي جلبتها من مؤخرا

    Vidéo intégrée
    Voir les autres Tweets de العربية