Cavusoglu Mevlüt

  • Turquie : Arrestation de trois autres Iraniens soupçonnés de planifier des attentats terroristes contre des Israéliens

    Imprimer

    Les médias turcs ont rapporté l'arrestation de trois nouveaux Iraniens soupçonnés de planifier des attentats terroristes contre les Israéliens. Tous trois ont été arrêtés le 14 juillet et une semaine plus tard, ils ont comparu devant le tribunal, qui a prolongé la durée de leur détention.

    Des armes (trois pistolets avec silencieux, ainsi que des cartouches) et des passeports ont été saisis sur les Iraniens. Selon des données préliminaires, les détenus ont affirmé être venus en Turquie pour étudier, faire du commerce et faire du tourisme.

    Rappelons que le 23 juin, les autorités turques ont dévoilé de nouveaux détails sur l'opération de prévention des attentats terroristes contre des citoyens israéliens, menée conjointement avec les services spéciaux israéliens. Les rapports officiels indiquent que les attaques contre les Israéliens ont été préparées par le service de renseignement iranien SAVAMA.

    Selon les informations obtenues par les services de renseignement turcs MİT et la police, les terroristes se préparaient à kidnapper et tuer des Israéliens vivant ou séjournant à Istanbul en tant que touristes. L'une des cibles des terroristes était l'ex-ambassadeur d'Israël et sa femme, qui séjournaient dans un hôtel de la "zone européenne" de Beyoglu.

    Le 17 juin, lors d'une opération conjointe du MİT et de la police, 10 suspects, dont des citoyens turcs, ont été détenus au Soul Hotel et dans trois appartements loués dans le quartier de Beyoglu. (Selon d'autres sources, 8 personnes ont été arrêtées, dont cinq étaient des citoyens iraniens).

    On rapporte que des agents du renseignement iranien et du "Corps des gardiens de la révolution islamique" se trouvaient en Turquie sous le couvert d'étudiants et d'hommes d'affaires. Les attaques ont été empêchées au stade de la planification.

    Les détails de l'opération ont été publiés par les autorités turques quelques heures avant l'arrivée à Ankara du ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid. Lors d'un briefing conjoint, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a qualifié la coopération entre les services de renseignement turcs et israéliens d'efficace. Il a déclaré que la Turquie ne permettrait pas aux terroristes d'opérer sur son territoire.

    Les médias turcs et israéliens affirment que la présence d'agents iraniens à Istanbul et les attaques terroristes à venir contre les Israéliens sont la raison pour laquelle Israël a exhorté ses citoyens à rentrer d'urgence chez eux.

    Malgré l'arrestation d'agents iraniens à Istanbul, le niveau de menace terroriste contre les Israéliens dans cette ville turque reste le plus élevé. La recommandation reste de s'abstenir de se rendre à Istanbul, et les Israéliens devraient quitter la ville.

  • Turkiet: I utbyte mot att Sverige och Finland tas med i Nato kräver Turkiet att USA:s sanktioner mot förvärv av ryska luftvärnssystem av typen S-400 upphävs.

    Imprimer

    I utbyte mot att Sverige och Finland accepterar medlemskap i Nato kräver de turkiska myndigheterna att de europeiska länderna ska häva restriktionerna på vapenexport och att USA:s sanktioner mot Turkiets förvärv av det ryska luftförsvarssystemet S-400 ska hävas, skriver Bloomberg och hänvisar till anonyma turkiska tjänstemän.

    Interfax skriver: Ankara insisterar på att Sverige och Finland också måste "erkänna sin oro över kurdiska militanter, både i Turkiet och i Syrien och Irak". De konstaterar att förutom att erkänna PKK som en terroristorganisation bör man också göra detsamma med alla organisationer som är associerade med PKK.

    Dessutom kräver Turkiet att Sverige och Finland, liksom ett antal andra europeiska länder, "upphäver de restriktioner för vapenexport som de införde för Turkiet efter landets invasion av Syrien 2019 för att driva tillbaka de kurdiska YPG-styrkorna från gränsen". 

    Enligt Bloomberg är ett av de andra kraven att återigen få delta i USA:s produktionsprogram för F-35-jaktplan, som Ankara uteslöts från efter förvärvet av ryska S-400-system.

    Tidigare i veckan meddelade Turkiets utrikesminister Mevlut Cavusoglu att Ankara var beredd att acceptera ett finskt och svenskt medlemskap i Nato på vissa villkor. Uttalandet gjordes i Berlin vid ett möte med alliansens utrikesministrar. Enligt politikern bör de två staterna sluta stödja Kurdistans arbetarparti (PKK), som erkänns som en terroristgrupp. Det andra villkoret gäller leverans av vissa typer av vapen till Turkiet (de berörda vapnen har inte identifierats).

    Turkiets president Recep Tayyip Erdogan sade att hans land inte skulle stödja Finlands och Sveriges medlemskap i Nordatlantiska alliansen. "Vi kommer inte att säga ja till dem som inför sanktioner mot Turkiet för att ansluta sig till Nato. För då kommer Nato att upphöra att vara en plats för säkerhet, utan kommer att bli en plats där företrädare för terroristorganisationer samlas", sade Erdogan. Den turkiska presidenten förklarade att Finland och Sverige tidigare har vägrat att tillmötesgå Ankaras begäran om att utlämna personer som misstänks vara inblandade i terroristorganisationer.

    I början av 2022 sade Natos generalsekreterare Jens Stoltenberg att Finland och Sverige snabbt skulle kunna ansluta sig till alliansen om de ansökte om medlemskap i Nato. Sverige och Finland ansökte officiellt den 18 maj 2022 om medlemskap i Nato.

  • Турция: Взамен на согласие на вступление Швеции и Финляндии в NATO Турция добивается отмены санкций США за приобретенные ЗРК С-400

    Imprimer

    Власти Турции взамен на согласие на членство Швеции и Финляндии в NATO требуют, в частности, отмены европейскими странами ограничений на экспорт оружия, а также отмены санкций США за приобретенные российские системы С-400, пишет Bloomberg со ссылкой на неназванных турецких официальных лиц.

    Агентство "Интерфакс" пишет: Анкара настаивает на том, что Швеция и Финляндия должны "признать ее обеспокоенности, связанные с курдскими военизированными образованиями, как находящимися в Турции, так и в Сирии и Ираке". Они отмечают, что, помимо признания "Рабочей партии Курдистана" террористической, необходимо сделать то же самое и со всеми связанными с ней организациями.

    Кроме того, Турция требует, чтобы Швеция и Финляндия вместе с рядом других европейских стран "положила конец ограничениям на экспорт оружия, которые они ввели против Турции после ее вторжения в Сирию в 2019 году для того, чтобы оттеснить от границы курдские "Отряды народной самообороны".

    Согласно данным Bloomberg, среди других требований – включение в программу по производству американских истребителей F-35, из которой Анкару исключили после приобретения российских систем С-400.

    Ранее на этой неделе министр иностранных дел Турции Мевлют Чавушоглу озвучил условия, на которых Анкара готова согласиться на вступление Финляндии и Швеции в NATO. Заявление было сделано в Берлине, на встрече министров иностранных дел альянса. По словам политика, оба государства должны прекратить поддерживать Рабочую партию Курдистана, признанную террористической группировкой. Тогда было названо еще одно условие: согласие на поставки Турции определенных видов вооружений (тип вооружений при этом не назывался).

    Кроме того, Турция требует, чтобы Швеция и Финляндия, а также ряд других европейских стран "отменили ограничения на экспорт оружия, которые они ввели против Турции после ее вторжения в Сирию в 2019 году, чтобы оттеснить курдские силы YPG от границы". 

    По данным Bloomberg, среди прочих требований - повторное включение в программу производства американских истребителей F-35, из которой Анкара была исключена после приобретения российских систем С-400.

    Ранее на этой неделе министр иностранных дел Турции Мевлют Чавушоглу объявил об условиях, на которых Анкара готова принять вступление Финляндии и Швеции в НАТО. Это заявление было сделано в Берлине на встрече министров иностранных дел стран альянса. По словам политика, два государства должны прекратить поддержку Рабочей партии Курдистана (РПК), которая признана террористической группировкой. Другое условие касается поставок определенных видов оружия в Турцию (виды оружия не определены).

    Президент Турции Реджеп Тайип Эрдоган заявил, что его страна не поддержит вступление Финляндии и Швеции в Североатлантический альянс. "Мы не скажем "да" тем, кто вводит санкции против Турции, чтобы вступить в НАТО. Потому что тогда НАТО перестанет быть местом безопасности, а станет местом сосредоточения представителей террористических организаций", - сказал Эрдоган. Президент Турции пояснил, что Финляндия и Швеция ранее отказались выполнить просьбу Анкары о выдаче людей, подозреваемых в причастности к террористическим организациям.

    В начале 2022 года генеральный секретарь НАТО Йенс Столтенберг заявил, что Финляндия и Швеция, если они подадут заявку на вступление в НАТО, могут быстро присоединиться к альянсу. 18 мая 2022 года Швеция и Финляндия официально подали заявку на вступление в НАТО.

  • Turquie : En échange de l'acceptation de l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN, la Turquie exige la levée des sanctions américaines pour l'acquisition des systèmes russes de défense aérienne S-400

    Imprimer

    Les autorités turques, en échange de l'acceptation de l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN, exigent notamment la levée par les pays européens des restrictions à l'exportation d'armes, ainsi que la levée des sanctions américaines suite à l'acquisition par la Turquie du système russe de défense aérienne S-400, écrit Bloomberg , citant des responsables turcs anonymes.

    Interfax écrit: Ankara insiste sur le fait que la Suède et la Finlande doivent également "reconnaître ses préoccupations concernant les militants kurdes, tant en Turquie qu'en Syrie et en Irak " . Ils notent qu'en plus de reconnaître le PKK comme une organisation terroriste, la même chose devrait être faite avec toutes les organisations qui lui sont associées.

    En outre, la Turquie exige que la Suède et la Finlande, ainsi qu'un certain nombre d'autres pays européens, "mettent fin aux restrictions à l'exportation d'armes qu'ils ont imposées à la Turquie après son invasion de la Syrie en 2019 afin de repousser les Forces kurdes YPG de la frontière". 

    Selon Bloomberg, entre autres demandes figure la ré-inclusion dans le programme de production de chasseurs F-35 américains, dont Ankara avait été exclu après l'acquisition de systèmes russes S-400.

    Plus tôt cette semaine, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, avait annoncé les conditions dans lesquelles Ankara était prêt à accepter l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN. La déclaration avait été faite à Berlin, lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'alliance. Selon l'homme politique, les deux États devraient cesser de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), reconnu comme groupe terroriste. L'autre condition concerne la fourniture de certains types d'armes à la Turquie (les armes concernées n'ont pas été identifiées).

    Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que son pays ne soutiendrait pas l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Alliance de l'Atlantique Nord. "Nous ne dirons pas oui à ceux qui imposent des sanctions contre la Turquie pour rejoindre l'OTAN. Parce qu'alors l'OTAN cessera d'être un lieu de sécurité, mais deviendra un lieu où se concentrent les représentants d'organisations terroristes", a déclaré Erdogan. Le président turc a expliqué qu'auparavant, la Finlande et la Suède avaient refusé de satisfaire à la demande d'Ankara d'extradition des personnes soupçonnées d'être impliquées dans des organisations terroristes.

    Début 2022, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que la Finlande et la Suède, si elles postulaient à l'adhésion à l'OTAN, pourraient rejoindre rapidement l'alliance. La Suède et la Finlande ont officiellement postulé, le 18 mai 2022, pour rejoindre l'OTAN.

  • Syrie : Attaques à la frontière syrienne: Ankara accuse les Etats-Unis et la Russie

    Imprimer

    Cavusoglu Mevlut (ministre des AE).jpegLa Turquie a accusé, mercredi 13 octobre 2021, les Etats-Unis et la Russie d'avoir une part de "responsabilité" dans les récentes attaques conduites contre ses forces en Syrie et à la frontière, se réservant le droit de riposter.

    "La Russie et les Etats-Unis ont une responsabilité dans les dernières attaques visant des civils et des policiers" lancées depuis la Syrie, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu lors d'une conférence de presse. "Nous ferons ce qui est nécessaire pour nettoyer ces régions des terroristes", a ajouté M. Cavusoglu.

    Selon lui, les Etats-Unis ont "failli à leurs promesses" en formant et armant les combattants kurdes de Syrie. "Qui fournit des armes à ces terroristes? Qui les forme? C'est vous", a-t-il dit en dénonçant "l'insincérité" américaine. "Puisqu'ils ne tiennent pas leurs promesses, nous ferons le nécessaire pour [garantir] notre sécurité", a-t-il ajouté.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'était dit prêt lundi à "prendre les mesures nécessaires" pour éliminer rapidement les menaces contre ses forces. "Les récentes attaques et le harcèlement visant nos forces de police ont atteint leur limite", a déclaré le président Erdogan.

    Ankara a rapporté depuis le week-end dernier plusieurs attaques visant ses forces, dont trois tirs de missiles tirés lundi dans la province de Gaziantep (sud-est), depuis une zone du nord de la Syrie contrôlée par les combattants des Unités kurdes de protection du peuple (YPG).

    Les YPG, principale milice kurde en Syrie, sont considérés par Ankara comme une émanation du Parti des travailleurs kurdes (PKK), classé comme une organisation terroriste par les États-Unis et l'Union européenne.

    Cette attaque n'a fait aucun mort, selon le bureau du gouverneur local. L'agence de presse turque officielle, Anadolu, a par ailleurs fait état d'une autre attaque dimanche, attribuée aux YPG dans le nord de la Syrie, qui avait fait deux morts et deux blessés dans les rangs des forces spéciales turques.

    L'ambassade américaine en Turquie a présenté mardi via Twitter ses condoléances à Ankara pour cette attaque.

    Depuis le début de la semaine, les craintes d'une opération militaire turque en Syrie font plonger la monnaie nationale face au dollar à des niveaux inédits.

  • Turquie : "Le monde turc" est en première ligne face aux conséquences des développements en Afghanistan," a déclaré Cavusoglu, ministre turc des AE

    Imprimer

    Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré que le monde turc, voisin de l'Afghanistan, ressentait davantage l'impact des développements dans ce pays.

    La réunion extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères du Conseil de coopération des pays de langue turque (Conseil turc), où seront discutés les développements actuels en Afghanistan, a débuté au Bureau du travail de la présidence turque au Palais de Dolmabahçe à Istanbul.

    Dans son allocution d'ouverture de la réunion, Cavusoglu a souligné que la réunion coïncidait avec l'anniversaire du début de la guerre de 44 jours au cours de laquelle l'Azerbaïdjan a libéré les terres occupées du Karabagh.

    Déclarant que le Conseil turc va discuter de la question de l'Afghanistan pour la première fois, Cavusoglu a poursuivi: "Les développements en Afghanistan ont des effets mondiaux. Cependant, le monde turc, en tant que voisin de l'Afghanistan, ressent et ressentira davantage l'impact de ces développements. En outre, le fait que des millions de personnes de groupes ethniques turcs vivent en Afghanistan nous concerne au plus haut point. J'ai proposé cette réunion en raison de l'importance que l'Afghanistan porte pour nous tous. 

    - "Nous avons des relations privilégiées avec l'Afghanistan"
    Notant que cette réunion à elle seule est un indicateur de la visibilité croissante du Conseil turc sur la scène internationale, Cavusoglu a déclaré :

    "Aujourd'hui, nous enverrons un message fort sur l'unité du monde turc et notre coopération sur les questions internationales. Je pense que nous pouvons aborder les questions suivantes aujourd'hui : Comment pouvons-nous soutenir la stabilité économique et les efforts d'aide humanitaire en Afghanistan ? Comment pouvons-nous promouvoir un gouvernement inclusif ? Comment empêcher une nouvelle vague de migration ? Comment pouvons-nous contribuer à empêcher les groupes terroristes de s'implanter à nouveau dans le pays ?".

    Déclarant qu'ils discuteront également du rapport du secrétaire général du Conseil turc Baghdad Amreyev sur les préparatifs du sommet des dirigeants qui se tiendra prochainement, Cavusoglu a terminé ainsi: « Nous avons des relations spéciales avec l'Afghanistan. Par conséquent, il est important que nous envoyions un message fort au monde avec la déclaration commune que nous ferons à la fin de la réunion."

    Fondé le 3 octobre 2009 et basé à Istanbul, le Conseil turc (ou Conseil Turcique) regroupe la Turquie, l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan et l'Ouzbékistan, outre la Hongrie en tant qu'observateur.

    Il vise à développer la coopération entre les États turcophones dans plusieurs domaines, dont l'éducation et le commerce.

  • Iran : "L'Azerbaïdjan est à nous": les Iraniens offensés par le rappel par Erdogan d'une "paix honteuse" avec la Russie

    Imprimer

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a suscité l'indignation en Iran après avoir lu un poème sur l'unité du peuple azerbaïdjanais lors de sa visite à Bakou. À Téhéran, la déclaration du dirigeant turc a été perçue comme une tentative de saper l'unité nationale et l'intégrité territoriale du pays.

    Erdogan est arrivé dans la capitale de l'Azerbaïdjan pour participer aux célébrations en l'honneur de sa victoire dans la guerre du Karabakh. Le poème qu'il a cité affirme que la rivière Araks ne pourra pas diviser les Azerbaïdjanais, qui ont été privés de force de leur patrie unie.

    La frontière de l'Azerbaïdjan et de l'Iran longe l'Araks. Selon diverses estimations, 12 à 18 millions d'Azerbaïdjanais vivent sur le territoire iranien. C'est une partie importante de la population de la République islamique. Les autorités iraniennes ont entendu dans les paroles d'Erdogan un appel à la restauration d'un Azerbaïdjan uni sous l'hégémonie turque.

    «Le président Erdogan n'a pas été informé que les territoires au nord des Araks ont été arrachés de force à la patrie iranienne. Ne comprend-il pas qu'il porte atteinte à la souveraineté de l'Azerbaïdjan ? PERSONNE n'a le droit de parler de NOTRE précieux Azerbaïdjan», a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères sur Twitter. Mohammad Javad Zarif.

    L'ambassadeur de Turquie à Téhéran a reçu une note de protestation. Le ministre a également appelé son homologue turc Mevlut Cavusoglu, qui a déclaré que le chef de l'Etat n'était pas au courant des sentiments que le poème évoque en Iran. Les responsables turcs disent qu'ils pensaient que les poèmes déploraient «l'occupation arménienne» des terres azerbaïdjanaises.

    La frontière le long de la rivière Araks a été établie conformément au traité de paix turkmène de 1828 signé par la Perse et l'Empire russe. L'accord est toujours perçu en Iran comme une honte nationale, une défaite stratégique, dont l'Iran ne s'est pas remis à ce jour.