cathédrale Notre-Dame du Secours perpétuel

  • Irak : Le pape atterrit à Bagdad pour une visite historique

    Imprimer

    Le pape François a atterri vendredi à 10H55 GMT à Bagdad, entamant la première visite d'un souverain pontife en Irak et son tout premier déplacement à l'étranger depuis le début de la pandémie de Covid-19, a rapporté une journaliste de l'AFP.

    Le président Barham Saleh accueille le pape "en hôte apprécié" des Irakiens
    Le président irakien Barham Saleh a accueilli vendredi 5 mars 2021 le pape François en "invité apprécié", tandis que le souverain pontife argentin disait avoir "attendu longtemps" sa visite, la première de l'histoire d'un pape en Irak.
    722067-01-08-1614950381_978284.jpegAu cours d'un programme chargé de trois jours aux quatre coins du pays, le pape argentin de 84 ans pourra exprimer son soutien à une communauté chrétienne éprouvée par la guerre et les exactions, mais aussi s'entretenir en tête-à-tête avec le plus haut dignitaire chiite du pays.

    "Je suis content de reprendre les voyages" après 15 mois sans déplacement, a déclaré le pape argentin à bord de l'avion. "Et ce voyage emblématique est un devoir envers une terre martyre depuis tant d'années", a-t-il ajouté au premier de ces trois jours de visite à travers l'Irak.

    Le pape dans la cathédrale ur Secours perpétuel de Bagdad visée en 2010 par le pire attentat anti-chrétiens
    Le pape François s'est adressé vendredi aux chrétiens d'Irak en la cathédrale Notre-Dame du Secours perpétuel à Bagdad, visée à la veille de la Toussaint 2010 par la prise d'otages la plus sanglante contre des chrétiens d'Irak qui avait fait 53 morts. Dès e début de son adresse, il a évoqué "nos frères et sœurs morts lors de l'attentat terroriste dans cette cathédrale il y a dix ans et dont la cause de béatification est en cours". Il s'agissait de sa première apparition publique dans une église catholique dont le nombre de places avait été limité en raison du Covid-19.

    Le pape "remercie évêques et prêtres" d'être restés "proches du peuple" d'Irak
    "Je vous remercie, frères Evêques et Prêtres, d'être demeurés proches de votre peuple, en le soutenant", a lancé le pape François vendredi dans la cathédrale de Bagdad visée en 2010 par un attentat meurtrier, au premier jour de sa visite dans un pays ravagé depuis quarante ans par les guerres.

    La communauté chrétienne d'Irak est passée de près d'un million et demi de membres en 2003 à moins de 400.000 aujourd'hui mais, a poursuivi le pape, "la communauté catholique en Irak, bien que petite comme une graine de moutarde, (doit continuer) à enrichir la marche du pays dans son ensemble".

    Le pape dénonce les barbaries insensées" de l'Etat islamique contre les Yazidis
    Le pape a dénoncé les "barbaries insensées" de l'Etat islamique (Daech) en 2014 contre la minorité yazidie, dont des milliers de femmes ont été réduites à l'esclavage sexuel.

    "Je ne peux pas ne pas rappeler les Yazidis, victimes innocentes de barbaries insensées et inhumaines, persécutés en raison de leur appartenance religieuse dont l'identité même et la survie ont été menacées", a-t-il dit dans un discours aux autorités irakiennes.

    Le pape appelle l'Irak à "lutter contre la corruption", "édifier la justice"
    Le pape François a appelé à "lutter contre la plaie de la corruption, les abus de pouvoir et l'illégalité", dans un des pays les plus corrompus au monde.

    "Il faut en même temps édifier la justice, faire grandir l'honnêteté, la transparence et renforcer les institutions", a ajouté le chef des 1,3 milliard de catholiques du monde, qui avait plaidé en faveur des manifestants irakiens lors d'une révolte, dénonçant notamment la corruption, fin 2019 réprimée dans le sang.

    Prière oecuménique à Ur dimanche 7 mars
    Dimanche 7 mars, le pape participera à une prière oecuménique à Ur (sud), berceau du patriarche Abraham présenté par la tradition comme le père des monothéismes, avec des dignitaires yazidis, chiites, sunnites et sabéens.

    Un message d'union, de paix et de coexistence entre communautés en Irak 
    Le chef des enquêteurs de l'ONU favorable à de possibles poursuites pour "génocide", Karim Khan, a estimé vendredi que la visite papale délivrait "un message d'union, de paix et de coexistence entre communautés en Irak". "La visite du Saint-père à Mossoul et à Qaraqosh", des villes "ravagées par les crimes de l'Etat islamique, seront des instants profonds et personnels pour les chrétiens d'Irak", a-t-il ajouté. Et cela soulignera que "chaque vie compte", a poursuivi le chef d'une mission qui a déjà entamé l'examen de dizaines de fosses communes, notamment yazidies, en Irak. "Notre détermination commune à promouvoir la justice, la tolérance et la réconciliation est la meilleure façon de combattre l'héritage de l'Etat islamique", a conclu le responsable, présent au moment de l'adresse papale aux hommes politiques et diplomates à Bagdad.