Caricatures

  • Pays Bas : Un enseignant de Rotterdam menacé à cause d'une caricature accrochée dans la classe depuis cinq ans

    Imprimer

    Un enseignant du Collège Emmaüs de Rotterdam a été menacé pour une caricature accrochée dans l'une des salles de classe. Ceci est rapporté par la police néerlandaise. Selon NRC Handelsblad.

    Selon la police de Rotterdam, les menaces ont été proférées en ligne. "La police et le parquet prennent les menaces très au sérieux. Une enquête est actuellement en cours pour savoir qui est derrière elles."

    Le dessin animé en question est du dessinateur Joep Bertrams et concerne l'attaque de Charlie Hebdo. Le dessin, qui a remporté le prix Inktspot en 2015, montre un homme décapité dans une chemise portant l'inscription Charlie Hebdo et qui tire la langue au djihadiste qui vient de le décapiter. Le dessin animé aurait été accroché dans la salle de classe depuis cinq ans.

    La police en contact étroit avec l'école
    La police a aussitôt pris des mesures de sécurité. "Nous sommes en contact étroit avec l'école et prenons des mesures visibles et invisibles pour faire en sorte que les menaces cessent", a-t-elle déclaré.

    Dans une lettre aux parents, la direction de l'école a expliqué la situation. La veille, l'école a réfléchi sur le meurtre du professeur de français Samuel Paty. "Malheureusement, il y a eu une agitation au sujet d'un dessin animé accroché dans une salle de classe", indique la lettre.

    Des élèves avaient considéré la caricature comme une attaque contre l'islam
    Selon la direction de l'école, certains élèves avaient considéré comme une attaque contre l'islam, avaient pris une photo et l'avaient partagée sur les réseaux sociaux. Elle était ensuite devenu virale, provoquant de violentes réactions sur les réseaux sociaux.

    La direction de l'école a réagi, jugeant inacceptables les menaces proférées à l'encontre de collègues

    Dans une lettre, le Collège Emmaüs a indiqué qu'il était choqué par toute cette agitation et qu'il s'était coordonné avec la police et la School & Safety Foundation. «Nous mettons tout en œuvre pour créer un lieu sûr pour tous, afin que les élèves puissent aller à l'école en paix», a déclaré la direction de l'école.

  • Pays Bas : Le Premier ministre néerlandais s'en prend à Erdogan à travers les médias

    Imprimer

    Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a qualifié mardi d'"inacceptable" une plainte déposée par Recep Tayyip Erdogan contre un dirigeant d'extrême droite néerlandais qui avait partagé une caricature du président turc sur Twitter. M. Rutte s'est directement adressé à M. Erdogan, face caméra, devant plusieurs journalistes néerlandais.

    "J'ai un message pour le président Erdogan et il est très simple : aux Pays-Bas, nous considérons la liberté d'expression comme le plus grand bien et cela inclut des caricatures, dont des caricatures de politiciens", a-t-il déclaré dans une vidéo de la télévision publique néerlandaise NOS.

    Le député néerlandais et chef de file de l'opposition Geert Wilders a publié samedi sur Twitter une caricature du président turc, une bombe sur la tête, assortie du mot "terroriste". Selon l'agence étatique turc Anadolu, M. Erdogan a déposé plainte mardi à Ankara contre M. Wilders, l'accusant de "fascisme". "Une plainte contre un homme politique néerlandais, qui pourrait même conduire à une restriction de la liberté d'expression, est inacceptable", a affirmé le Premier ministre néerlandais, ajoutant que La Haye transmettrait également son point de vue aux autorités turques "par les voies diplomatiques normales".

    M. Rutte a été l'un des premiers dirigeants européens à apporter son soutien au président français Emmanuel Macron, cible d'attaques personnelles de la part de M. Erdogan, qui a appelé à boycotter les produits français.

    Le président turc accuse M. Macron de mener une "campagne de haine" contre les musulmans, après que celui-ci a défendu la liberté de caricaturer, à la suite de l'assassinat d'un enseignant qui avait montré des caricatures du prophète Mahomet en classe dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression. Toute représentation du prophète est taboue dans l'islam. La plainte contre M. Wilders "dépasse toutes les limites", a estimé M. Rutte.

    Les relations sont restées tendues entre les Pays-Bas et la Turquie depuis que La Haye a refoulé en 2017 deux ministres turcs venus s'exprimer en faveur du président Recep Tayyip Erdogan à Rotterdam, où avaient éclaté des émeutes.