Captagon

  • Frontlive-Chrono du mercredi 1er juillet 2020

    Imprimer

    Italie : Saisie record de 14 tonnes d’amphétamines produites en Syrie par l’Etat islamique

    Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) Svenska (Suédois) 简体中文 (Chinois simplifié)

    La police italienne a annoncé mercredi la saisie record de 14 tonnes d’amphétamines, sous la forme de 84 millions de comprimés de captagon produits en Syrie par le groupe Etat islamique (Daech).
    Cette prise réalisée dans le port de Salerne (au sud de Naples) a une valeur d’un milliard d’euros sur le marché, précise un communiqué de la police italienne, évoquant « la plus grande saisie d’amphétamines au niveau mondial ».
    L’amphétamine a été découverte dans trois conteneurs. L’amphétamine était sous forme de comprimés. Ils étaient dissimulés dans des rouleaux de papier industriels et des équipements mécaniques pour éviter qu’ils ne soient détectés par le scanner. Ces rouleaux, de plusieurs couches, d’environ deux mètres de hauteur et 1,40 mètre de diamètre (probablement fabriquées en Allemagne), étaient censés cacher environ 350 kg de comprimés dans chacune d’entre eux. Les comprimés étaient placés entre les couches internes pour ne pas être détectés.

     

    « Nous savons que l’Etat islamique finance ses activités terroristes principalement par la contrebande de drogues fabriquées en Syrie », selon le communiqué de la police.
    Le communiqué ajoute que la Syrie est devenue le plus grand producteur mondial d’amphétamines ces dernières années. Des comprimés de Captagon en provenance de Syrie ont été saisis à de nombreux endroits ces derniers temps.
    Le captagon est en fait un médicament qui a été développé dans les années 1960 pour aider les enfants hyperactifs. Bientôt, le médicament a été interdit car il s’est révélé très addictif.
    Le médicament est endémique et améliore les performances et a été utilisé comme une sorte de médicament dopant par les combattants de l’Etat islamique, mais aussi par d’autres combattants en Syrie pendant la guerre civile. La police italienne appelle Captagon la « drogue djihadiste ».

     

    D'autres articles sur notre site web : https://www.frontlive-chrono.com/