Camps palestiniens au Liban

  • Liban : Un mort et deux blessés dans des affrontements armés dans le camp de réfugiés palestiniens de Beddaoui

    Imprimer

    Des accrochages armés ont éclaté dimanche matin 26 septembre 2021 à l'entrée du camp de réfugiés palestiniens de Beddaoui au Liban-Nord, faisant un mort et deux blessés. 

    Ces affrontements font suite à une dispute entre des individus et les forces de sécurité postées à l'un des barrages marquant l'entrée du camp. Trois personnes ont été grièvement blessées dans ces heurts et l'une d'entre elles a succombé à ses blessures. Les deux autres blessés sont dans un état critique : l'un a été touché au niveau de la poitrine et l'autre à la tête.

    Un calme précaire régnait dimanche matin dans le camp après que les forces armées soient intervenues pour apaiser les tensions. Des habitants du camp ont coupé la route principale de Beddaoui (photo ci-dessus) pour dénoncer les affrontements qui ont eu lieu.

    La région de Beddaoui connaît souvent des heurts qui dégénèrent en accrochages armés, au vu d'un faible déploiement de l'armée libanaise dans la région.

  • Israël/Emirats Arabes Unis : Journée de grève dans les camps palestiniens

    Imprimer

    Tous les camps de réfugiés palestiniens au Liban ont observé vendredi 14 août une journée de grève et de deuil, afin de condamner l'accord de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis, annoncé jeudi. Le secrétaire général du mouvement Fateh au Liban, Fathi Abou Ardat, a appelé les Emirats à revenir sur leur décision.
    "La grève est totale, et observée dans tous les camps", a souligné le responsable palestinien. Il a appelé les Emiratis à revenir sur leur décision, qualifiée "d'agression sinistre contre le peuple palestinien". Et de demander aux pays membres de la Ligue arabe et de l'Organisation de la coopération islamique de rejeter cet accord. Ce dernier a constitué, selon lui, "un choc pour toutes les personnes libres et nobles" du monde entier et pour les peuples des pays arabes et islamiques.
    Les Emirats arabes unis et Israël doivent signer d'ici trois semaines à Washington un accord historique destiné à normaliser leurs relations, ce qui ferait d'Abou Dhabi la troisième capitale arabe seulement à suivre ce chemin depuis la création de l'Etat hébreu, même si les lectures divergent sur le projet israélien d'annexion de territoires palestiniens. En effet, aux yeux des Emirats, Israël a accepté en échange de cet accord de "mettre fin à la poursuite de l'annexion des territoires palestiniens". Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a toutefois assuré que l'annexion de pans de ce territoire palestinien occupé était "reportée" mais qu'Israël n'y avait "pas renoncé".