Camp palestinien de Balata

  • Cisjordanie : Un commandant du Fatah tué dans le camp de Balata par la police palestinienne

    Imprimer

    Un commandant de l'aile militaire du Fatah, les Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, Hatam Abu Rizk a été tué lors d'un affrontement avec la police palestinienne dans le camp de réfugiés de Balata près de Naplouse. Cinq autres personnes ont été blessées.

    Les circonstances de l'incident restent floues. On sait qu'Abu Rizk, 35 ans, était un partisan du chef disgracié du Fatah Muhammad Dahlan, qui a été expulsé du mouvement et a fui vers les Émirats arabes unis, mais compte toujours de nombreux partisans.

    Selon les médias, ces dernières semaines, les services de sécurité de l'Autorité palestinienne ont arrêté des partisans de Dahlan sur ordre du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Cela donne souvent lieu à des fusillades. Ainsi, il y a environ une semaine, des arrestations ont eu lieu dans le camp d'al-Amari près de Ramallah.

    Rappelons qu'en juillet 2020, lors des affrontements entre les habitants du camp de réfugiés de Balata et la police palestinienne, la police avait tué le secrétaire général de la branche locale du Fatah Imad al-Din Abu al-Amid. Il tentait d'empêcher la fermeture d'une entreprise qui violait les conditions des restrictions de la quarantaine dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de Covid 19.

  • Cisjordanie : Deux soldats israéliens blessés lors d'affrontements dans le nord de la Cisjordanie

    Imprimer

    Deux soldats israéliens ont été blessés, à l'aube du mercredi 14 octobre, lors d'une campagne d'arrestations qui a abouti à des affrontements en Cisjordanie.

    Des sources palestiniennes ont déclaré que les forces israéliennes étaient entrées dans le camp de Balata, à l'est de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie.

    Des affrontements ont éclaté entre les Palestiniens et les soldats israéliens qui ont tiré des bombes sonores et des grenades lacrymogènes, tandis que les Palestiniens répondaient en lançant des engins explosifs improvisés et des cocktails Molotov.

    L'armée israélienne a annoncé que deux soldats avaient été blessés par des engins explosifs "pipes". Ils ont été évacués vers un hôpital mais leurs blessures sont légères à modérées

    Les forces israéliennes ont arrêté un homme après avoir investi sa maison.

    Deux lanceurs de cocktail Molotov arrêtés suite à l'incident près de la colonie d'Enav
    La station de radio Kan Bet a rapporté que les soldats de la brigade Giv'ati ​​avaient arrêté deux suspects lors d'un incident survenu en Cisjordanie la semaine dernière.

    Le 5 octobre, près de la colonie d'Enav en Cisjordanie, un groupe de Palestiniens avait attaqué des membres de la brigade Giv'ati ​​avec des cocktails Molotov. Les militaires avaient riposté ouvrant le feu sur les assaillants. L'un d'eux avait été blessé à la poitrine et était décédé avant l'arrivée de l'ambulance. Ses complices avaient réussi à s'échapper.

  • Cisjordanie : Un haut fonctionnaire du Fatah abattu par la police palestinienne

    Imprimer

    Lors d'affrontements entre les résidents du camp de réfugiés de Balata (photo) et la police palestinienne, Imad al-Din Abu al-Amid, secrétaire général de la branche locale du mouvement Fatah a été abattu. Rappelons que le Fatah dirige l'Autorité Palestinienne (AP). L'information a été donnée par le gouverneur de Naplouse, Ibrahim Ramadan.
    Le responsable a qualifié l'incident de malheureux accident et a annoncé la formation d'une commission chargée d'enquêter sur la mort du fonctionnaire de 54 ans. Nous ajoutons que lors de l'incident, quatre personnes ont été blessées, dont deux policiers.
    Selon des témoins oculaires, Abu al-Amid et des résidents locaux ont tenté d'empêcher la police de fermer l'entreprise qui violait les conditions de quarantaine. Pendant l'escarmouche, la police a ouvert le feu. Imad a été blessé à la jambe, mais sa blessure était mortelle.
    La nouvelle de la mort de l'activiste a provoqué des émeutes dans le camp de réfugiés de Balata où ont été lancés des appels à venger de la mort d'Abu al-Amid.