CAMEROUN

  • Cameroun : Deux civils tués et huit femmes enlevées par le groupe jihadiste Boko Haram dans l'Extrême-Nord

    Imprimer

    Deux civils ont été tués et huit femmes enlevées, lundi, par des présumés terroristes de Boko Haram dans l'Extrême-Nord du Cameroun, a-t-on appris mardi de sources sécuritaires.
    « Lundi vers 13h (heure locale), des éléments de Boko Haram ont attaqué des cultivateurs qui effectuaient des travaux champêtres à Guichiri, localité située à 2 kilomètres de de la frontière avec le Nigeria », a indiqué le commandant du secteur 1 de la Force Mixte Multinationale, le Général Bouba Dobekréo.
    La même source a précisé que deux personnes ont été retrouvées égorgées après cette attaque et « huit femmes kidnappées dans leur champs ».
    « Des recherches ont été engagées pour retrouver les huit otages », a-t-il encore précisé.
    Le groupe terroriste nigérian a récemment multiplié les attaques dans l'Extrême-Nord du Cameroun, certaines zones étant devenues inaccessibles à cause des fortes pluies qui s’abattent dans la région.
    Le 2 août dernier, au moins 19 personnes ont été tuées et 16 autres blessées au cours d’un assaut de Boko Haram contre un camp de déplacés dans la localité de Nguetchewe, un village frontalier avec le Nigeria dans l’Extrême-Nord du Cameroun.
    Boko Haram, dont l’insurrection a débuté en 2009 au Nord-est du Nigeria, a étendu ses attaques au Niger, au Tchad et au Cameroun. Bien qu’affaibli, il reste très actif dans l’Extrême-Nord du Cameroun, où vivent quatre millions de personnes.

  • Russie : Un "Africom russe" pour rivaliser avec l'Africom américain

    Imprimer

    Alors que le paysage libyen reste caractérisé par l'instabilité, certaines sources suggèrent que la Russie vise à étendre sa sphère d'influence à l'ensemble du continent africain, en créant une force qui pourrait concurrencer le commandement africain de l'armée américaine (AFRICOM).
    La révélation a été faite par le journal al-Arab du 5 août, à un moment où les forces positionnées sur les fronts de bataille libyens semblent attendre de nouveaux renforts et des ordres pour lancer la bataille de la ville occidentale de Syrte et celle de la base de Joufra.
    Dans ce contexte, Moscou a été accusée à plusieurs reprises, principalement par les États-Unis, d'envoyer des armes et des munitions pour soutenir l'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar, ainsi que des mercenaires appartenant à la société militaire privée Wagner.
    Déjà en 2015, selon les diplomates occidentaux, Moscou avait déjà établi une base en Egypte occidentale pour fournir un soutien technique et réparer plus facilement les équipements. En 2018, des conseillers militaires ont été envoyés pour soutenir les forces de l'armée du Haftar à Benghazi. Cependant, selon les informations d'al-Arab, se basant un rapport allemand, le rôle de la Russie dépasserait les frontières libyennes. L'objectif du pays serait notamment de créer des bases militaires dans le reste de l'Afrique et, selon les experts militaires, cela pourrait conduire à la formation d'un "Africom russe" capable de rivaliser avec les forces américaines déjà présentes sur le continent.
    À cet égard, le rapport allemand indique que la Russie a obtenu des permis pour établir des bases militaires dans six pays africains, dont l'Égypte et le Soudan, ce qui montre la volonté de Moscou de protéger son rôle en Libye. La Russie, en particulier, créerait ainsi une "ceinture de bases" qui la préserverait de toute offensive, car attaquer un pays avec une telle présence serait risqué pour quiconque. Une telle stratégie, souligne le journal, est la même que celle employée en Syrie et démontre la validité de l'idée de la Turquie, selon laquelle la présence russe en Libye vise, en réalité, à obtenir davantage de concessions de Damas.
    Selon un rapport secret du ministère allemand des affaires étrangères, la Russie a conclu des accords de coopération militaire avec 21 pays africains depuis 2015, dont l'Égypte, la République centrafricaine, l'Érythrée, Madagascar, le Mozambique et le Soudan. Avant cette année-là, Moscou entretenait des relations similaires avec seulement quatre États sur le continent africain. Dans ce cadre, la Russie a ensuite secrètement et parfois formellement formé les forces de ces pays, dont 180 soldats en République centrafricaine et une vingtaine de soldats par an au Mali. En parallèle, le Nigeria a signé un accord pour l'achat de 12 hélicoptères militaires, tandis que le Cameroun, l'Afrique du Sud et l'Erythrée font partie des pays qui ont exprimé le souhait d'acheter des avions, des chars et des armes lourdes à la Russie.
    En outre, la République centrafricaine, en proie à des années de guerre civile, a signé un accord de coopération militaire avec la Russie, en vertu duquel des conseillers militaires russes seront officiellement présents dans la capitale pour former leurs unités de sécurité à faire face aux menaces des groupes armés et des extrémistes. Cependant, selon certains analystes, l'objectif de Moscou est non seulement d'agir militairement de manière directe, mais aussi de renforcer sa présence économique, à un moment où l'Afrique est devenue un terrain de jeu vital pour plusieurs pays tels que la Chine, la Turquie, l'Iran, les États-Unis et la France.
    Pour sa part, Washington, par le biais du commandement de l'AFRICOM, n'a pas caché son inquiétude quant au rôle croissant de Moscou en Libye, ce qui laisse supposer que ce qui s'est passé en Syrie se reproduira également dans ce pays d'Afrique du Nord. C'est la raison pour laquelle les forces américaines ont étroitement surveillé les mouvements de la compagnie Wagner et ont signalé l'envoi d'avions russes à la base de Joufra, dont des MiG-29 et des Su-24. Enfin, le 25 juillet, Washington a déclaré que, grâce aux images satellites, il était possible de constater la présence d'équipements de défense aérienne russes en Libye, dont le SA-22, qui est exploité par le groupe Wagner ou des forces affiliées. Pour les États-Unis, le type et la taille de ces armements montrent l'intention de développer des "capacités de combat offensif". La Russie, cependant, a toujours nié les déclarations de l'armée américaine.
    Face à ce scénario, comme le souligne al-Arab, le conflit libyen mettra à l'épreuve l'efficacité des stratégies des grandes puissances, en particulier les États-Unis et la Russie, et l'issue du conflit entraînera un renforcement ou une limitation de l'expansion russe en Afrique.

    Lien permanent Catégories : AFRICOM, AFRIQUE DU SUD, CAMEROUN, ÉGYPTE, ERYTHREE, Haftar Khalifa, Jufra, LIBYE, MADAGASCAR, MALI, MOZAMBIQUE, NIGERIA, Politique de la Russie en Libye, Relations Egypte-Russie, Relations Erythrée-Russie, Relations Madagascar-Russie, Relations Mali-Russie, Relations Mozambique-Russie, Relations Nigeria-russie, Relations République Centre Africaine - Russie, Relations Russie-Egypte, Relations Russie-Erythrée, Relations Russie-Libye, Relations Russie-Madagascar, Relations Russie-Mali, Relations Russie-Mozambique, Relations Russie-Nigeria, Relations Russie-République Centre Africaine, Relations Russie-Soudan, Relations Soudan-Russie, REPUBLIQUE CENTRE AFRICAINE, RUSSIE, SOUDAN, Syrte, Wagner (groupe de mercenaires russes), Wagner (groupe) en Libye 0 commentaire
  • Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 18 morts parmi la population civile

    Imprimer

    (photo en titre : la population de Nguetchewe enterre ses morts)

    Au moins 18 civils ont été tués au Cameroun dans une attaque attribuée au groupe Boko Haram, ont rapporté les médias locaux dimanche 2 août.
    L'attaque qui a eu lieu, samedi soir, dans le village de Nguetchewe a également fait 11 blessés graves dans la région, selon le journal local L'Oeil du Sahel.
    Boko Haram a lancé une insurrection sanglante dans le nord-est du Nigeria en 2009, mais a ensuite étendu ses atrocités aux pays voisins, le Niger, le Tchad et le Cameroun, ce qui a entraîné une réponse militaire.
    Plus de 30 000 personnes ont été tuées et près de 3 millions ont été déplacées au cours des dix années d'activités terroristes de Boko Haram au Nigeria, selon le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies.

  • Sahel/Bassin du lac Tchad : près de 300 civils tués par les mines et les engins explosifs

    Imprimer

    L’Agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a alerté mardi sur le nombre croissant d’incidents mortels causés par les mines et impliquant des populations déracinées au Sahel et dans la région du lac Tchad.
    Une tendance constatée depuis le début de l'année 2020, a précisé l'ONU sur son site.
    « Bien que les cibles visées par de nombreux groupes armés antigouvernementaux et non étatiques semblent être les forces de sécurité, de plus en plus de civils sont aveuglément tués et mutilés », a déclaré mardi le porte-parole du HCR Babar Baloch, lors d’un point de presse virtuel depuis Genève.
    Au Sahel et dans la région du lac Tchad, ce sont au moins 286 civils dont 9 réfugiés qui ont été tués par les mines et les engins explosifs depuis 2019, précise l'ONU, soulignant que le Nigéria et le Tchad sont les pays les plus touchés dans le bassin du lac Tchad.
    Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) constate également une tendance à la hausse dans le Sahel, rapporte encore l'ONU.
    Au Mali, la population civile représente près de la moitié des victimes des mines terrestres et des explosions d’engins improvisés dans tout le pays, indique la même source. Au moins 42 civils ont, ainsi, été tués dans 82 incidents entre janvier et mai de cette année principalement dans les régions de Mopti, Gao et Kidal.
    Le Sahel est confronté à l’une des crises de déplacement les plus importantes au monde. Des millions de personnes ont fui les attaques des groupes armés contre les civils, avec notamment des exécutions sommaires, le recours généralisé au viol des femmes et des attaques contre les institutions de l’État, y compris les écoles et les établissements de santé, rappelle l'ONU.
    Les mines représentent également un danger supplémentaire pour les réfugiés et les personnes déplacées qui fuient la violence et la persécution et constituent une entrave à leur droit de rentrer chez eux. Le HCR considère d’ailleurs les mines et les munitions non explosées comme des obstacles majeurs au retour dans la sécurité et la dignité. Elles représentent pour les réfugiés et les personnes déplacées qui rentrent chez eux un danger mortel pendant de nombreuses années après la fin du conflit.
    Le HCR appelle, à cet effet, à renforcer les efforts visant à atténuer les risques que les mines terrestres et les engins explosifs improvisés font peser sur les réfugiés et les personnes déplacées dans les régions du Sahel et du bassin du lac Tchad.
    Outre le nombre élevé de morts, de blessés et les séquelles infligées, y compris les dommages psychologiques, la présence d’engins explosifs entrave également l’accès aux moyens d’existence des populations locales tels que les pâturages, les champs, les fermes, le bois de chauffage ainsi que les infrastructures communautaires. Ils affectent également l’acheminement de l’aide humanitaire et les activités de développement, souligne l'ONU.

    Lien permanent Catégories : CAMEROUN, Lac Tchad, MALI, NIGERIA, TCHAD 0 commentaire
  • Cameroun : six combattants de Boko Haram neutralisés dans l’Extrême-Nord

    Imprimer

    Des combattants de l'organisation extrémiste islamiste Boko Haram ont mené quatre incursions, samedi 25 juillet, dans l’Extrême-Nord du Cameroun au niveau des frontières avec le Nord-est du Nigéria, fief du mouvement terroriste.
    Au cours de la première attaque menée samedi contre le village de Gouzda Vreket situé dans le canton Mayo Moskota, cinq combattants de Boko Haram ont été neutralisés par l’armée camerounaise, selon le chef de division de la communication au ministère camerounais de la Défense, le capitaine de Frégate Cyrille Serge Atonfack Guemo.
    « Le 25 juillet, une équipe commando de nos forces de Défense, des éléments du bataillon d’intervention rapide (Bir) détachés pour l’Opération Alpha a eu un accrochage particulièrement violent avec les terroristes de Boko Haram au pied des Monts Mandara, non loin de la localité de Gouzda Vreket », at-il affirmé sur le compte officiel Twitter du ministère de la Défense.
    « Côté Boko haram, on enregistre cinq terroristes neutralisés, quatre fusils d’assaut récupérés dont 3 kalachnikov AK 47 et 1 fusil Fal », a précisé le porte-parole de l’armée camerounaise.
    Boko Haram a mené une autre attaque vers 2 heures dans la nuit de samedi à dimanche dans le village de Malia situé près de Waza.
    « La population de Malia s’est mobilisée et a repoussé ces terroristes avant l’arrivée de l’armée. Un combattant de Boko Haram a été neutralisé par la population et une fillette a été blessé lors de l’attaque », a relevé le chef du village Malia, Lawan Ousseni.
    Toujours dans la nuit de samedi à dimanche, des membres de Boko Haram lourdement armés ont attaqué le poste militaire de la Force Mixte Multinationale situé à Wambasché dans le département du Mayo Sava.
    « Un véhicule de l’armée qui pourchassait les terroriste, a sauté sur une mine posée par Boko Haram sans faire de victimes », a souligné le commandant du secteur 1 de la Force Mixte, le général de brigade Bouba Dobkréo.
    D’après cet officier camerounais, des membres de Boko Haram ont mené une autre attaque samedi vers 23 heures contre le village Krawa Mafa situé dans le canton Moskota. « Un vieillard d’environs 60 ans a été tué », a-t-il indiqué.
    La région où se sont déroulées ces attaques est régulièrement secouée par des violences perpétrées par les terroristes islamistes dont les civils sont les premières victimes.
    Boko Haram a déjà mené de nombreux raids contre l’Extreme-Nord du Cameroun, proche du Nigeria, cible depuis 2015 des jihadistes, dont des combattants se sont également retranchés dans le lit du lac Tchad partagé par le Niger, le Cameroun, le Nigeria et le Tchad.

  • Cameroun : un militaire tué dans une attaque attribuée aux terroristes islamistes de Boko Haram

    Imprimer

    Un militaire camerounais a été tué dans la nuit de dimanche à lundi dans une attaque attribuée à Boko Haram contre un poste de la Force mixte multinationale situé dans la région de l'Extrême-nord du pays.
    « Dimanche vers 22h 30 (heure locale) des terroristes de Boko Haram lourdement armés ont attaqué le poste de la Force Mixte Multinationale à Touski situé dans le canton Bonderi dans l’arrondissement de Mora. Nous déplorons la mort d’un militaire » a déclaré le commandant du secteur 1 de la Force Mixte, le général de brigade Bouba Dobekréo.
    Ce bilan a été confirmé par le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Bakari Midjiyawa ajoutant que l’armée camerounaise mène depuis dimanche soir, un ratissage dans la zone de l’attaque.
    Depuis 2015, les pays de la région luttent contre le groupe terroriste islamiste Boko Haram au sein de la Force Mixte Multinationale (FMM), une coalition régionale engagée autour du lac Tchad avec l'aide de comités de vigilance composés d'habitants.
    « Le fait de n’avoir pas réussi à pérenniser les opérations de 2015 et 2016 a probablement favorisé le retour des terroristes, mais ces derniers sont également parvenus à rebondir après la longue campagne de 2019 », a souligné l’ONG Crisis Group dans un rapport publié le 7 juillet courant.
    L’organisation a estimé qu’une réponse efficace contre la menace terroriste islamiste dans la zone du Lac Tchad, impliquera « des efforts civils pour fournir des services publics, améliorer les conditions de vie des habitants des zones durement touchées, et ramener – ou simplement inspirer – la confiance populaire dans l’autorité publique ».

  • Cameroun : Les djihadistes massacrent une cinquantaine de pêcheurs sur une île du lac Tchad

    Imprimer

    Lire la suite