BURKINA FASO

  • Burkina Faso : 11 terroristes présumés neutralisés au Sahel

    Imprimer

    L’armée burkinabè a affirmé, jeudi, avoir "neutralisé" 11 terroristes et capturé un autre dans la province de l’Oudalan, dans la région du Sahel (nord-est), lors d’une opération menée du mardi au mercredi.

    Selon un communiqué de l’état-major général des armées du Burkina Faso, l’armée burkinabè a mené des opérations combinées contre des groupes terroristes armés (GAT) du 23 au 24 février 2021 dans les localités de Tasmakat, Bidy et Fourkoussou et dans la forêt de Bangao dans le Sahel.

    L’objectif était de retrouver les assaillants auteurs des récentes attaques contre les populations civiles dans la zone, indique l’armée, qui n’a pas communiqué sur le nombre de civils et de militaires tués par les terroristes.

    Ces opérations ont permis de "neutraliser 11 terroristes et d'en capturer un", ainsi que de récupérer du matériel des mains des assaillants, souligne le communiqué.

    La situation sécuritaire s’est dégradée depuis la semaine dernière dans le Sahel burkinabè.

    Deux femmes ont été tuées mardi soir, par l’explosion d'un engin improvisé dans la localité de Mansila dans la région du Sahel.

    Dans cette même région, jeudi dernier, huit civils ont été tués, dans une embuscade contre un véhicule de transport dans la localité de Tokabangou dans la commune de Markoye, selon un communiqué du gouvernement burkinabè.

    Depuis 2015, le Burkina Faso fait face dans plusieurs de ses régions à des attaques terroristes qui ont fait de nombreuses victimes parmi les civils et les militaires, et des milliers de déplacés confrontés à une grave crise humanitaire.

    EvEMaS4XMAUTCTB.jpeg

  • Burkina Faso : deux femmes tuées dans l’explosion d’une mine artisanale au Sahel

    Imprimer

    Deux femmes ont été tuées mardi soir 23 février, dans l’explosion d'un engin improvisé dans la localité de Mansila dans la région du Sahel au nord-est du Burkina Faso, a-t-on appris de sources concordantes.

    "Aux environs de 17 heures, une mine a explosé au passage d’une charrette transportant des femmes. Deux femmes ont perdu la vie, selon le constat de nos services", a déclaré une source policière.

    Les médias locaux ont précisé qu’il s’agissait de l’explosion de deux mines, mais le second engin n’a pas fait de victimes.

    Les autorités burkinabè n’ont pas encore communiqué sur l’incident qui, du reste, n’avait pas encore été revendiqué mercredi à 8 heures (locale).

    Dans cette même région, jeudi dernier, huit civils avaient été tués, dans une embuscade contre un véhicule de transport dans la localité de Tokabangou dans la commune de Markoye, selon le gouvernement burkinabè dans un communiqué.

    Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d'attaques terroristes ayant fait de nombreuses victimes et plus d'un million de déplacés internes.

    Lien permanent Catégories : Mansila, Markoye, Tokabangou 0 commentaire
  • Sahel : Carte des incidents sécuritaires au Burkina Faso, Mali, Niger en Janvier 2021

    Imprimer

    Lien permanent Catégories : BURKINA FASO, MALI, NIGER 0 commentaire
  • Burkina Faso : 9 morts dans une embuscade dans le Sahel

    Imprimer

    Neuf personnes ont été tuées, dont un volontaire, et dix autres blessées, jeudi, dans une embuscade contre un véhicule de transport dans la localité de Tokabangou dans la commune de Markoye dans la région du Sahel, a annoncé dans la soirée le gouvernement burkinabè dans un communiqué.

    " L'attaque survenue à 4km de Tokabangou alors que les passagers se rendaient au marché de Dolbel, a fait 9 morts et 10 blessés selon un bilan provisoire", lit-on dans le communiqué.

    Les blessés ont tous été pris en charge par les services de santé, selon la même source.

    Selon la communiqué, dans la matinée du jeudi 18 février 2021, des individus armés non identifiés ont tendu une embuscade à des véhicules de transport de civils entre Markoye et Tokabangou dans la région du Sahel. Les victimes appartiennent en majorité à la même famille. Selon les survivants, les propos tenus par les assaillants menaçaient directement un groupe ethnique. 

    L'attaque n'a pas été revendiquée.

    EumTnq7XMAMkMId.jpeg

    Une opération de ratissage a été lancée aussitôt pour retrouver "les auteurs de ces actes barbares", informe le gouvernement qui "réaffirme sa ferme détermination à poursuivre sans relâche la sécurisation de l’ensemble du territoire national".

    Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d'attaques terroristes ayant fait de nombreuses victimes et plus d'un million de déplacés internes.
    EugZdgqXEAADcRD.jpeg

  • Burkina Faso: le prêtre enlevé mardi retrouvé mort

    Imprimer

    Le corps sans vie, de l'abbé Rodrigue Sanon, disparu mardi 19 janvier 2021 sur l'axe Soubagayedougou-Banfora, province de la Comoé (Ouest) à la frontière avec la Côte d'Ivoire, a été retrouvé jeudi dans la même localité, a annoncé l'église catholique dans un communiqué.
     
    "C'est avec une profonde douleur que je porte à la connaissance de tous que le corps sans vie de l'Abbé Rodrigue Sanon a été retrouvé ce 21 janvier 2021 dans la forêt classée de Toumousseni à une vingtaine de kilomètres de Banfora", a déclaré Lucas Kalfa Sanou Évêque de Banfora sans donner plus de détails sur les circonstances du meurtre et ses éventuels auteurs.
     
    Mardi, alors qu'il avait quitté le village de Soubakagnyedougou, pour une rencontre à Banfora, à une vingtaine de kilomètres, le prélat a disparu.
     
    Son véhicule a été retrouvé le lendemain par les forces de défense et de sécurité burkinabè.
     
    Depuis 2015, le Burkina Faso est en proie aux attaques terroristes qui ont fait de nombreuses victimes et des milliers de déplacés.
     
    En plus des civils et des membres des forces de défense et de sécurité, ces attaques visent les lieux de cultes et les leaders religieux de tout bord.
     
    En mars 2019, un prêtre espagnol et quatre douaniers avaient été tués lors d'une attaque attribuée à des djihadistes contre un poste mobile de douane.
     
    Le 12 mai de la même année, six personnes, dont un prêtre, avaient également été tuées lors d’une attaque contre une église catholique à Dablo, commune de la province du Sanmatenga, dans le centre-nord du Burkina Faso.

  • Burkina Faso : Une vingtaine de jihadistes récemment tués dans le Nord du pays, selon Paris

    Imprimer

    Une vingtaine de jihadistes ont été tués mi-janvier par les militaires français et leurs partenaires locaux dans le Nord du Burkina Faso, dans la zone dite des "trois frontières" (Burkina, Mali, Niger), a annoncé jeudi 21 janvier l'état-major français.
     
    "Le 16 janvier, le déplacement suspect d'un groupe d'une trentaine de motos a été identifié par les moyens de renseignement de la force Barkhane au Burkina Faso", au sud de la localité malienne de Boulikessi. Une patrouille d'hélicoptères Tigre a "neutralisé" une dizaine de jihadistes et détruit une vingtaine de motos, a détaillé le porte-parole de l'état-major français, le colonel Frédéric Barbry. Le même jour, un drone Reaper français a frappé un pick-up de jihadistes faisant route vers N'Daki, au Mali. Puis dimanche, au Burkina Faso, un groupe de plus de quarante motos appartenant à des groupes armés a été de nouveau ciblé par un patrouille de Tigre, "permettant d'arrêter la colonne, de neutraliser plus d'une dizaine de (membres de) GAT (groupes armés terroristes) et de détruire une dizaine de motos", a-t-il poursuivi.
     
    Depuis quelques semaines, Barkhane et ses partenaires locaux mènent une vaste opération baptisée "Eclipse" dans cette région des "trois frontières", zone d'entraînement et de refuge de plusieurs katibas affiliées à el-Qaëda et l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS). Selon une source proche du dossier, le bilan humain de cette opération dépasse pour l'heure la centaine de jihadistes tués.
     
    Cette offensive intervient alors que la France et les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) doivent se réunir lors d'un sommet mi-février à N'Djamena, où sera fait un point sur les résultats obtenus sur le terrain et le devenir de l'opération Barkhane.
     
    Le président français Emmanuel Macron a d'ores et déjà prévenu mardi qu'il comptait "ajuster les efforts" français dans la région.

  • Burkina Faso : un militaire tué et 11 terroristes neutralisés

    Imprimer
    Un militaire burkinabè a été tué et 11 terroristes neutralisés, dans un accrochage avec "des individus armés non identifiés", dans la commune de Kombori, province du Yatenga, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé mardi 12 janvier, l’armée burkinabè dans un communiqué.
     
    Selon le texte, le 9 janvier 2021, alors qu’une unité de l’armée partait pour appuyer des volontaires pour la défense de la patrie (VDP, les civils armés par les autorités pour épauler l’armée), à Kombori (nord), elle a été accrochée par "des individus armés non identifiés".
     
    "Un militaire a été tué et six ont été blessés. 11 assaillants ont été tués au cours du combat", souligne l’armée.
     
    Le 5 janvier courant, dans la même localité, au moins six personnes avaient été tuées, dans un affrontement entre des terroristes présumés et les membres du groupe d’auto-défense "Koglweogo".
     
    Le Burkina Faso est en proie à des attaques terroristes, depuis plus de cinq ans dans plusieurs de ses régions, occasionnant de nombreuses victimes et des milliers de déplacés confrontés à une grave crise humanitaire, selon les organisations humanitaires installées dans le pays.