BULGARIE

  • Болгария высылает 70 сотрудников российского посольства

    Imprimer

    Petkov Kirill.jpegБолгария высылает из страны 70 сотрудников посольства России в Софии. Об этом заявил журналистам в кулуарах Национального собрания ушедший в отставку премьер-министр Кирил Петков, сообщает Novinite.bg.

    "Я хочу сказать всем зарубежным государствам, не только российскому, что все те, кто работает против интересов Болгарии, будут отозваны, чтобы вернуться в страну, из которой они прибыли", — сказал Петков.

    Он отказался сообщить более подробную информацию о деятельности дипломатов, поскольку она является конфиденциальной.

    "Могу сказать, что большинство из них работали на внешнеполитические ведомства, и их дипломатическая роль была лишь прикрытием", — пояснил Петков.

    Он добавил, что эти 70 человек занимали различные должности в российском посольстве. Они вели необычную для этих дипломатических должностей деятельность, сказал Петков.

    "Это ни в коем случае не агрессия против российского народа — мы ничего против него не имеем. Просто, когда иностранные правительства пытаются работать и вмешиваться во внутренние дела Болгарии, у нас есть четкие институты, которые будут противодействовать такого рода действиям. А в воскресенье ожидаем обратно в Москву полный самолет на 70 мест", — добавил Петков.

    Петков назвал Россию и организованную преступность причиной того, что его правительство получило 22 июня вотум недоверия.

  • La Bulgarie expulse 70 membres du personnel de l'ambassade de Russie

    Imprimer

    Petkov Kirill.jpegLa Bulgarie expulse 70 employés de l'ambassade de Russie à Sofia du pays. Cela a été annoncé aux journalistes en marge de l'Assemblée nationale par le Premier ministre démissionnaire Kiril Petkov (photo), rapporte Novinite.bg .

    "Je veux dire à tous les États étrangers, pas seulement à la Russie, que tous ceux qui travaillent contre les intérêts de la Bulgarie seront rappelés pour retourner dans le pays d'où ils viennent", a déclaré Petkov.

    Il a refusé de fournir plus de détails sur les activités des diplomates, car elles sont confidentielles.

    "Je peux dire que la plupart d'entre eux travaillaient pour des agences des affaires étrangères et que leur rôle diplomatique n'était qu'une couverture", a expliqué Petkov.

    Il a ajouté que ces 70 personnes occupaient divers postes à l'ambassade de Russie. Ils étaient engagés dans des activités inhabituelles pour ces postes diplomatiques, a déclaré Petkov.

    "Ce n'est en aucun cas une agression contre le peuple russe - nous n'avons rien contre eux. C'est juste que lorsque des gouvernements étrangers essaient de travailler et de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Bulgarie, nous avons des institutions claires qui contrecarreront de telles actions. Et dimanche nous attendons de retour à Moscou, un avion complet de 70 sièges", a ajouté Petkov.

    Petkov a cité la Russie et le crime organisé comme raisons pour lesquelles son gouvernement a reçu un vote de défiance le 22 juin.

  • Belgique/Bulgarie : Le jihadiste Yassine Lachiri, condamné par contumace en Belgique, vient d’être arrêté en Bulgarie. Il est un proche d’Abdelhamid Abaaoud, organisateur des attentats du 13-Novembre

    Imprimer

    Yassine Lachiri.jpegUn homme condamnée pour terrorisme en Belgique a été arrêté en Bulgarie alors qu’il entrait dans le pays via sa frontière avec la Turquie, ont annoncé jeudi les autorités bulgares.

    Selon ce communiqué, il était recherché “en lien avec une peine de 20 ans de prison pour terrorisme reçue d’un tribunal d’un pays européen” et une autre peine de neuf ans et cinq mois reçue en Turquie.

    Les médias bulgares ont présenté l’homme comme Yassine Lachiri (photo ci-contre), présumé proche d’Abdelhamid Abaaoud, le coordinateur des attentats du 13-Novembre à Paris en 2015.

    Une source proche de l’enquête a confirmé à l’AFP qu’il s’agissait bien de M. Lachiri.

    Yassine Lachiri a été condamné en 2015 à 20 ans de prison par contumace par un tribunal de Bruxelles, dans le cadre du procès d’un réseau de recrutement jihadiste en Belgique.

  • France : Un Tunisien recherché par la France arrêté en Bulgarie

    Imprimer

    Un Tunisien "recherché par la France pour un crime grave" a été arrêté vendredi en Bulgarie, a annoncé le parquet bulgare samedi.

    L'homme a traversé en voiture le poste-frontière bulgaro-roumain de Kardam (nord-est) en forçant la barrière de contrôle policier.

    "Nous avons des informations indiquant que son passeport tunisien délivré en Suisse est faux et qu'il ne dispose pas de documents lui permettant de voyager sur le territoire de l'UE", a déclaré la procureure régionale Yordanka Tchaneva.

    Elle n'a pas précisé la nature du crime pour lequel l'homme est recherché.

    Selon le chef du parquet départemental Radoslav Bouhtchev, "il n'y a pas de données à cette étape" indiquant que l'homme arrêté en Bulgarie soit lié à l'attentat perpétré à Nice jeudi où un Tunisien, Brahim Issaoui, a tué trois personnes dans une basilique.

    "Nous attendons de recevoir via Interpol son mandat d'arrêt européen pour pouvoir fournir plus d'informations", a déclaré Mme Tchaneva.

    L'homme a été inculpé pour avoir traversé la frontière sans autorisation, et de hooliganisme.

    Il n'a été arrêté que dans le centre départemental de Dobritch, à 30 km du poste-frontière, après avoir percuté une voiture policière.

    Située dans le sud-est de l'Europe, la Bulgarie se trouve sur l'itinéraire terrestre qu'avaient emprunté de nombreux jihadistes tentant de rejoindre la Syrie via le territoire turc par la route.

    En août 2016 la Bulgarie avait remis à la France Mourad Hamyd, beau-frère de l'un des auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo à Paris, Chérif Kouachi. Hamyd avait été interpellé à la frontière bulgaro-turque, sur le soupçon de vouloir rejoindre les rangs de l'organisation Etat islamique.

    Lien permanent Catégories : BULGARIE, FRANCE 0 commentaire
  • Grèce/Turquie : Quelle est la position de Donald Trump et Angela Merkel face à la crise entre la Grèce et la Turquie ?

    Imprimer

    On connaît la position de la France qui s'est résolument rangée du côté de la Grèce. La position des Etats-Unis et de l'Allemagne est moins claire. Pourtant, le rôle du président américain Donald Trump et de la chancelière allemande Angela Merkel est crucial alors qu'Athènes se prépare à faire face à la poursuite des provocations turques, la semaine prochaine, en raison de la tenue par la Turquie de grandes manœuvres militaires. Il est clair que tout incident en Méditerranée orientale coûtera aux deux parties un coût élevé et alourdira le fardeau sur l'économie turque déjà épuisée. La Turquie a commencé à sentir le prix de son intervention en Libye. À la lumière de cela, Athènes compte sur l'intervention diplomatique de Washington et de Berlin pour tenter de désamorcer les tensions avec la Turquie.

    Ni Trump ni Merkel ne veulent d'un conflit armé en Méditerranée
    La Grèce ne sous-estime pas les liens étroits que le président américain Trump a développés avec le président turc Erdogan. Néanmoins, Athènes a été encouragée par la volonté dont Trump a fait preuve en réponse à la crise de la Méditerranée orientale, puisqu'il a appelé Mitsotakis, le premier ministre grec, à deux reprises, lorsque les tensions ont atteint leur apogée et a proposé d'aider à calmer la situation.

    Trump est confronté à des élections présidentielles difficiles dans les deux mois et le soutien de la diaspora grecque aux États-Unis est également important. Il est peu probable que Trump soit prêt à risquer sa réélection en raison d'un conflit militaire entre deux pays de l'OTAN.

    Il en va de même pour la chancelière allemande Merkel, qui ne veut pas d'un conflit gréco-turc à un moment où son pays détient la présidence tournante de l'Union européenne pour une période de 6 mois. Malheureusement, Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, n'a obtenu aucun résultat tangible au cours de sa récente visite à Ankara; Et lors de sa visite à Athènes, Maas a clairement laissé entendre que des sanctions seraient inévitables à la fin du mois de septembre si la Turquie continue ses violations de l'espace maritime grec

    La Grèce manoeuvre bien jusqu'à maintenant
    Athènes estime avoir marqué deux points alors qu'Erdogan tente d'opérer un changement de statut des eaux territoriales en Méditerranée orientale et en mer Égée: l'acceptation d'un accord avec l'Égypte qui définit en partie des zones économiques exclusives, et l'annonce par la Grèce d'une extension de ses eaux territoriales dans la mer Ionienne de 6 milles à 12 milles marins.

    Quel est l'objectif du bellicisme d'Erdogan ?
    Quel est l'objectif d'Erdogan ? Essaye-t-il de préserver l'adhésion sans faille de ses partisans, de les détourner des problèmes les plus urgents, ou encore de se préparer à des élections anticipées ? Et s'il décide de prendre le risque d'une guerre, quel bénéfice espère-t-il obtenir ? Ecraser les Grecs, étendre le territoire turc et gagner en influence dans la région ?

    Même si la Turquie parvenait à réaliser des gains territoriaux au détriment des Grecs, ces gains resteraient illégaux et auraient un coût politique et économique énorme pour Ankara.

    Erdogan se trouve dans une impasse : exécuter ses menaces ou reculer piteusement
    Malheureusement, Erdogan se trouve maintenant dans une impasse. S'il recule, cela signifiera que les menaces de la Turquie ne sont qu'un canular. C'est peut être pour cela que le bureau d'information de la présidence turque a fait une déclaration affirmant que «La Turquie continue d'être (la Turquie pour la paix), aux quatre coins du monde, avec des solutions pacifiques et à long terme qu'elle propose aux problèmes internationaux.»

    Erdogan : le nouveau sultan islamiste
    Mais il y a un autre aspect du "problème Erdogan" et c'est une erreur que font beaucoup de critiques internationaux: Erdogan est obnubilé par son idéologie "frères musulmans" ainsi que par le mythe de la résurrection  de l'empire ottoman. Et on aurait tort de croire qu'Erdogan joue sur les nerfs de la communauté internationale et n'a pas vraiment l'intention de passer à l'acte, quelle qu'en soit la conséquence. Il ambitionne de devenir le leader incontesté des Frères musulmans et le sultan d'un nouvel empire ottoman dont l'influence s'étendrait du Moyen Orient, à l'Afrique du nord, à l'Asie centrale et même aux confins sud de l'Europe.

    Sous la bannière des Frères Musulmans, il a le soutien du Qatar, le financier de la cause, du gouvernement libyen de Tripoli, seul reconnu par l'ONU et des sympathies en Tunisie. Il compte également des "proxies" au Yémen au sein du parti al-Islah, représentant local des Frères, et en Somalie.

    Sous la bannière ottomane, on trouve l'Azerbaïdjan (qui parle une langue turque), les Turkmènes syriens, la Bulgarie, et des sympathies dans un certain nombre de pays d'Asie centrale et dans les Balkans.

    Un axe anti-Ottoman ?
    Les manoeuvres d'Erdogan sont en train de redéfinir la carte géopolitique de toute la région et c'est sans doute pour cela que la Serbie, ennemie héréditaire de la Turquie, a décidé de transférer son ambassade à Jérusalem, un nouvel allié de la coalition déjà formée par la Grèce, Israël, l'Egypte et la France, l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis, sans compter la Libye du maréchal Khalifa Haftar. On pourrait rajouter l'Autriche, qui se souvient sans doute de la menace ottomane, et qui semble soutenir la Grèce dans son conflit avec la Turquie.

  • Frontlive-Chrono – Dimanche 9 juin 2019

    Imprimer

    Liste des articles publié sur Frontlive-Chrono le dimanche 9 juin 2019

    • Bulgarie: La police déjoue un attentat à la bombe dans la capitale culturelle de Plovdiv – Abonnés
    • L’Égypte affirme que 4 djihadistes ont été tués dans le nord du Sinaï en proie à une rébellion islamiste – Abonnés
    • Soudan: quatre morts au premier jour d’un mouvement de « désobéissance civile » – Abonnés
    • Syrie : 83 personnes ont été tuées dans les combats dans la province d’Idlib – Abonnés
  • Newsletter du site Frontlive-Chrono du vendredi 18 janvier 2019

    Imprimer

    Bulgarie: 43 personnes arrêtées au cours d’une opération antiterroriste

     

    Gaza : 30 Palestiniens blessés par des tirs israéliens

     

    Libye: La « Force de protection de Tripoli » désobéira au Conseil présidentiel libyen

     

    Libye: un dirigeant libyen d’el-Qaëda tué dans le Sud

     

    Mali: 15 jihadistes tués dans des frappes aériennes françaises

     

    Norvège : la police enquête sur un possible « acte de terrorisme »

     

    Syrie : 11 morts dans un attentat visant un groupe jihadiste à Idleb

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois