Brigades Ezzedine al-Qassam

  • Cisjordanie :  Trois Palestiniens armés tués au cours d'affrontements avec des soldats israéliens à Jénine

    Imprimer

    Trois Palestiniens armés ont été tués dans le secteur de Jénine, vendredi matin 17 juin 2022 au cours d'affrontements avec les forces israéliennes qui menaient une opération baptisée "Breakwater" destinée à interpeller des personnes soupçonnées de terrorisme. .  Dix autres Palestiniens ont été blessés. Le secteur de Jénine concerné est un bastion des factions armées palestiniennes en Cisjordanie, ont indiqué des responsables israéliens. Au cours des affrontements, les militants palestiniens ont utilisé des armes à feu et des engins explosifs. 

    L'opération Breakwater impliquait des militaires de la brigade Golani, des membres de la police des frontières (MAGAV)et du Service général de sécurité (SHABAK).
    2073284.jpeg

    Selon l'agence officielle palestinienne, les trois Palestiniens, tous âgés dans la vingtaine, ont été tués par des tirs de riposte alors qu'ils venaient d'ouvrir le feu sur les soldats israéliens à partir de leur voiture Mazda blanche.
    FVb3k23XwAEy7Ro.jpeg

    Dans la voiture, ont été retrouvés deux fusils M-16, une mitraillette "Carlo" ("Karl Gustav"), un gilet pare-balles et des munitions.
    2073283.jpeg

    Les trois hommes tués sont Baraa Kamal Lahlouh (24 ans), Youssef Nasser Salah (23 ans) et Laith Salah Abou Srour (24 ans), ces deux derniers ayant chacun un frère ayant été tué par le passé dans des affrontements avec les forces israéliennes à Jénine, selon des responsables locaux et l'agence Wafa.

    Certaines sources rapportent qu'une autre personne est décédée des suites de ses blessures. Les informations sont en cours de spécification.

    La direction du mouvement de résistance islamique Hamas a confirmé que trois de ses militants avaient été tués lors de l'échange de tirs avec l'armée israélienne à Jénine : le commandant de terrain des Brigades Ezzedine al-Qassam, Baraa Lahlouh (surnommé "le Tchétchène" ) et deux de ses subordonnés Yusuf Salah et Laith Abu Surur. 

    Dans le même temps, le "Djihad islamique" a déclaré que Lahluh - "le Tchétchène" était un militant de cette organisation. Pour preuve, un instantané de la casquette tchétchène avec les symboles des Brigades Al-Qods, la branche militaire du Dhihad islamique, est fourni.

    Les trois militants étaient recherchés non seulement par les services secrets israéliens, mais aussi par les services spéciaux de l'Autorité palestinienne.

  • Israël/Gaza : Représailles israéliennes à un tir de roquette de Gaza

    Imprimer

    Dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 avril, des avions de Tsahal ont attaqué plusieurs cibles du mouvement palestinien Hamas dans la bande de Gaza. Les frappes ont été menées en réponse au tir d'une roquette sur le territoire israélien.

    Les Palestiniens tirent un missile anti-aérien (Manpad) contre un avion israélien
    Une source des Brigades Ezzedine al-Qassam (la branche militaire du Hamas) a déclaré à la chaîne de télévision libanaise Al-Mayadeen que des militants des Brigades Ezzedine al-Qassam avaient tiré pour la première fois sur des avions israéliens à l'aide de MANPADS Strela de fabrication soviétique. .

    La source n'a pas précisé comment cette arme était arrivée entre les mains des combattants palestiniens.

    Auparavant, le "Centre d'information palestinien" du Hamas avait rapporté que les militants des Brigades Ezzedine al-Qassam avaient tiré un missile sol-air sur un avion israélien. A en juger par les informations disponibles, l'avion n'a pas été endommagé. Dans le même temps, le type de missiles n'a pas été précisé par le Centre d'Information Palestinien.

  • Gaza : Un agent israélien arrêté à Gaza pour avoir tenté de mettre sur écoute le domicile du "général de brigade" du Hamas

    Imprimer

    Dans la soirée du 19 février, des médias associés à l'organisation palestinienne Hamas ont rapporté qu'un agent des renseignements israéliens avait été arrêté à Dir al-Balah (la partie centrale de la bande de Gaza) alors qu'il tentait d'installer un dispositif d'écoute clandestine dans la maison du Hamas le général de brigade Ghazi Abu Tamaa.

    A en juger par les informations publiées, l'homme arrêté est lui-même un militant des Brigades Ezzedine al-Qassam (la branche armée du Hamas). Apparemment, il était l'un des subordonnés d'Abu Tamaa et avait accès à sa maison.

    Rappelons qu'en mai 2021, lors de l'opération israélienne « Gardien des murs », l'armée de l'air israélienne avait détruit la maison de Ghazi Abu Tamaa à Dir al-Balah. Mais la maison avait été restaurée. En 2012, lors de l'opération "Pillar of Cloud", Tsahal avait également détruit cette maison.

    Ghazi Abu Tamaa, qui a survécu à plusieurs tentatives d'assassinat, est le chef des militants du Hamas dans la partie centrale de la bande de Gaza.

  • Israël/gaza : Frappes israéliennes sur Gaza après des tirs de roquettes - Les Palestiniens tirent des missiles anti-aériens contre les hélicoptères israéliens

    Imprimer

    Dans la nuit du dimanche 2 janvier, l'armée de l'air et des chars de Tsahal ont lancé une série d'attaques contre des cibles dans la bande de Gaza en réponse aux récentes attaques à la roquette sur Tel-Aviv. Des avions et des hélicoptères ont tiré des roquettes sur des positions de missiles contre des positions du Hamas dans le sud de la bande de Gaza. Des chars ont tiré sur des positions de militants du Hamas à la frontière de la bande de Gaza.

    L' armée israélienne a lancé une attaque peu après minuit, selon Safa , une agence basée à Gaza. Premièrement, des avions israéliens ont attaqué une installation militante à l'ouest de Khan Younis, dans la partie sud du secteur. Au moins 10 roquettes ont été tirées sur l'installation d'Al-Qadisiyah à l'ouest de Khan Younis. Après cela, de l'artillerie ou des chars ont tiré sur les positions des militants à l'ouest de Beit Lahiya et près de Beit Hanoun, au nord du secteur. Des dégâts importants ont été causés, il n'y a aucune information sur les personnes tuées ou blessées.

    Samedi matin, deux roquettes tirées depuis la bande de Gaza étaient tombées en mer Méditerranée, au large de la métropole israélienne de Tel-Aviv. Les sirènes d'alarme n'avaient pas été déclenchées et le système d'interception des roquettes n'avait pas été actionné, avait précisé l'armée israélienne dans un communiqué.

    Les combattants du Hamas utilisent des MANPADS contre des hélicoptères israéliens lors de l'attaque de nuit
    La chaîne de télévision Al-Aqsa, propriété du Hamas, rapporte que lors de l'attaque nocturne de l'armée de l'air israélienne dans la bande de Gaza, des combattants du Hamas ont utilisé des MANPADS (système anti-missile portable) pour tirer deux missiles sur des hélicoptères israéliens.

    L'agence Safa, dont le bureau est situé à Gaza, écrit que le bombardement a été effectué à partir de MANPADS SAM-7 . Apparemment, cela fait référence au système de missile anti-aérien soviétique portable "Strela-2" ou à son analogue (peut-être les MANPADS Sakr de fabrication égyptienne ou les MANPADS chinois Hunying-5).

    Sur la base des informations disponibles, les tirs de MANPADS n'ont pas atteint les hélicoptères israéliens.

    Les combattants du Hamas ont testé de nouveaux missiles à l'occasion de l'attaque de Tsahal
    Le journal Al-Risala, l'organe de presse du Hamas, écrit que dans la nuit du 2 janvier, lors des frappes de Tsahal sur des cibles dans la bande de Gaza, des militants des Brigades Ezzedine al-Qassam ont testé de nouveaux missiles, les tirant vers la mer. Ainsi, note la publication, le Hamas a démontré sa volonté d'escalade.

     

     

  • Israël/Gaza : Un Israélien blessé par balle et riposte israélienne

    Imprimer

    L'armée israélienne a riposté par des tirs d'artillerie, ce mercredi 29 décembre 2021 dans l'après-midi, après qu'un Israélien ait été blessé par les tirs d'un tireur d'élite palestinien à la frontière orientale de la bande de Gaza.

    L'agence Safa, basée à Gaza, rapporte que des chars israéliens ont tiré sur les « postes de commandement de terrain de Hama al-Tugur » : trois cibles ont été attaquées à l'est des zones d'Al-Zaytun, Hajar al-Dik et Beit Lahia (partie nord du secteur).

    Le correspondant de "Amad Media" a indiqué que 3 agriculteurs ont été blessés par les bombardements d'artillerie israéliens sur des points militaires au nord de Beit Lahia et Beit Hanoun.

    Les médias palestiniens ont rapporté que la marine israélienne avait tiré des bombes assourdissantes et des balles réelles dans le nord de la bande de Gaza, mais aucun blessé n'a été signalé.

    L'armée israélienne a déclaré que son artillerie avait bombardé un poste appartenant aux Brigades Ezzedine Al-Qassam, la branche armée du Hamas, au sud-ouest de la ville de Gaza, en réponse au tir d'un tireur d'élite palestinien en direction d'un Israélien sous contrat avec l'armée. Le blessé est un employé civil du ministère de la Défense qui répare les barrières à la frontière de Gaza.

    L'armée a confirmé qu'un sous-traitant Israélien  avait reçu une balle dans le pied tirée par un tireur d'élite palestinien à l'ouest du kibboutz Alumim, dans le nord de la bande de Gaza. Le blessé a été transporté à l'hôpital Barzilai d'Ashkelon.

     

     

  • Turquie : Les Arabes disparus en Turquie étaient membres d'une cellule du Hamas, dont un commandant des Brigades Ezzdine al-Qassam, travaillant pour le Mossad

    Imprimer

    L'activiste des médias sociaux Muhammad Munther al-Batta a révélé, avec des preuves, que les Palestiniens disparus en Turquie étaient détenus par les services de renseignement turcs. Ils sont accusés d'espionnage des industries militaires turques pour le compte du Mossad israélien. 

    Al-Batta a réfuté les allégations et les mensonges des médias du Hamas selon lesquels les services de sécurité officiels palestiniens, en particulier le directeur du renseignement, le major Majid Faraj, étaient impliqués dans l'affaire.

    L'affaire a commencé en septembre dernier avec la disparition d'un certain nombre de Palestiniens en Turquie. L'ambassade palestinienne a contacté le ministère des Affaires étrangères, de la Sécurité et le ministère de la Santé, mais elle n'a pas reçu de réponses satisfaisantes sur leur sort ou leur liquidation 

    L'activiste al-Batta, citant le journal turc Al-Sabah, a déclaré que les services de renseignement avaient surveillé un groupe d'Arabes pendant une année entière (sans mentionner qu'ils étaient Palestiniens). Ils ont démantelé un réseau de 5 cellules, chaque cellule contenant 3 individus, dont la mission était d'espionner les industries de défense turques, ainsi que les associations turques qui fournissent de l'aide aux Palestiniens.Les membres du groupe avaient rencontré les dirigeants du Mossad en Europe et en Afrique.

    La presse a révélé le travail des espions et l'argent qu'ils ont reçu. Ankara a fourni au ministère palestinien des Affaires étrangères des photos, des informations, des passeports et des documents turcs des espions palestiniens, précisant qu'ils étaient affiliés au Hamas.

    La plupart des membres du réseau d'espionnage sont membres du Hamas et sont originaires de Cisjordanie et de Gaza. L'un des espions est un des chefs des Brigades Al-Qassam, la branche armée du Hamas dans la bande de Gaza. Il s'agit de  Raed Awad Ashour (Abu Ahmed)(photo ci-dessus), le fils de l'imam de la mosquée Al-Hedaya à Beit Hanoun.

    Le mouvement palestinien Hamas  a révélé les noms des espions membres du Hamas, les attribuant à l'Autorité palestinienne. L'affaire est grave car elle va altérer l'image des Palestiniens en Turquie et notamment les sentiments populaires turcs de solidarité avec le peuple palestinien.

    Pour Muhammad Munther al-Batta, le Hamas est l'organisation palestinienne la plus infiltrée par le Mossad, ce qui explique le grand nombre de dirigeants et de membres  assassinés, vraisemblablement par le Mossad. 

     

     

  • Cisjordanie : Affrontements nocturnes près de Jénine et Ramallah entre forces israéliennes  et Palestiniens : 5 Palestiniens tués

    Imprimer

    Cinq Palestiniens auraient été tués lors d'un affrontement nocturne avec les troupes israéliennes à Burqin près de Jénine. Vidéo.

    La radio publique israélienne a fait état, dimanche matin 26 septembre 2021, d'affrontements armés entre des soldats israéliens et des Palestiniens dans le nord de la Cisjordanie suite à une opération militaire destinée à arrêter des suspects du Hamas dans la zone proche de Jénine.

    Il y a une grande contradiction sur les évènements et le nombre des victimes, d'autant plus que plusieurs événements ont eu lieu à des endroits séparés.

    Dimanche matin, les forces israéliennes ont lancé une campagne d'arrestations dans les villes de Biddou et Beit 'Anan, à l'ouest de Ramallah, ce qui a conduit à des affrontements avec les Palestiniens, en plus d'incursions et d'affrontements nocturnes à Burqin, à l'ouest de Jénine.

    Des sources locales à Burqin ont confirmé que l'armée israélienne avait encerclé une maison et exigé que ceux qui s'y trouvaient se rendent sans résistance, mais les occupants de la maison ont ouvert le feu sur les soldats. Des tirs ont également eu lieu depuis le maisons voisines. Des renforts de Tsahal sont vite arrivés sur place et ont riposté sur les tireurs.

    Dans le même temps, les forces spéciales de l'armée israélienne ont arrêté deux suspects dans la ville de Jénine. Un autre suspect a été détenu à Kafr Dan, où un résident local a été blessé alors qu'il résistait.

    Tsahal a confirmé qu'une opération de grande envergure avait été menée dans les régions de Ramallah et de Jénine, dont le but était de neutraliser l'infrastructure de l'organisation Hamas, qui était surveillée depuis plusieurs jours.

    Le rapport de Tsahal a indiqué que cinq combattants palestiniens ont été tués et un quatrième blessé lors d'opérations dans la région de Jénine et le village de Biddou (sud de Ramallah) menées par les forces spéciales de Tsahal Duvdevan et les forces spéciales de la police des frontières YAMAM.

    Les opérations sont terminées, les forces spéciales se sont retirées du territoire de l'Autorité palestinienne. Au total, des opérations simultanées ont été menées dans cinq endroits différents.

    Oussama Sabah 2.jpegLes médias palestiniens ont publié les noms de militants de l'organisation Hamas, mis hors de combat par l'armée israélienne lors de l'opération spéciale des forces israéliennes. Il s'agit de :
    1) Ahmad Zahran - l'un des commandants des "Brigades Ezzedine al-Qassam (la branche armée du Hamas). Il a été tué lors d'un échange de tirs avec des militaires dans la région de Beit 'Anan, près du village de Biddou (sud de Ramallah).
    2) Oussama Sabah (22 ans) (photo ci-dessus et ci-contre) est un combattant du Jihad islamique (pas du Hamas, comme on le pensait auparavant). Tué à Burkin (ouest de Jénine).
    3) Ahmad Adnan Abd (30 ans) est un combattant du Hamas. Abattu près du village de Kafr Dan, à l'ouest de Jénine, alors qu'il tentait de s'enfuir en voiture après une fusillade.
    4) Mahmoud Hamidan est un militant du Hamas qui a passé six ans dans une prison israélienne pour activités terroristes (il avait été libéré il y a trois mois). Il se trouvait avec Zahran lorsqu'il a été tué dans la région de Beit Anan.
    5) Zakaria Baduan est un combattant du Hamas. Il a été tué dans la région de Beit Anan.
    Muhammad al-Zaraini a également été blessé à Burkin.
    Deux combattants palestiniens ont également été capturés : Ahmad Abu Ramila et Mazen Saadi.

    Deux militaires israéliens blessés lors des affrontements à Burkin
    Dimanche vers midi, le service de presse des Forces de défense israéliennes a rapporté que lors des affrontements dans le village de Burkin, deux militaires israéliens ont été blessés. Il s'agit d'un officier et d'un soldat. Les blessés ont été transportés par hélicoptère à l'hôpital. Les informations sur leur état n'ont pas encore été publiées.