Brigades Abou Fadel al-Abbas

  • Liban : Des camions citernes chargés de pétrole iranien traversent l'Irak et la Syrie jusqu'au Liban, sous la protection des gardiens de la révolution

    Imprimer

    Une quarantaine de camions citernes chargés de pétrole iranien ont traversé la frontière irako-syrienne sous la protection du corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) et des milices qui lui sont fidèles, se dirigeant vers le territoire libanais, tandis que deux pétroliers sont arrivés dans les ports syriens transportant du pétrole brut à transporter vers le Liban. 

    Des sources locales dans la région orientale ont confirmé qu'environ 39 camions citernes sont entrés par les points de passage sous le contrôle des milices affiliées à l'Iran à Mayadin et Bukamal dans la province orientale de Deir Ezzor et se sont dirigés vers le territoire libanais.

    Elles ont expliqué que les camions citernes étaient accompagnés de véhicules militaires de la milice "Abu al-Fadl al-Abbas" affiliée à Qais al-Khazali, qui combat en Syrie sous prétexte de protéger des sanctuaires chiites. Les camions citernes ont pris la route allant de Deir ezZor vers Homs et de là vers le Liban.

    Il est à noter que ce convoi de camions citernes constitue le deuxième envoi de dérivés de carburant à destination du Liban, qui souffre d'une crise pétrolière aiguë.

    Pendant ce temps, le service Tanker Trackers, qui suit le mouvement des pétroliers, a déclaré que deux pétroliers étaient arrivés, lundi 6 septembre, d'Iran vers la Syrie, et que les deux pétroliers transportaient du pétrole brut vers la Syrie, et non pas du carburant vers le Liban.

    Le service Tanker Trackers a déclaré via "Twitter": "Les pétroliers DARAN et GOLROO sont arrivés à Baniyas en Syrie aujourd'hui, comme prévu. Ils transportent du pétrole brut vers la Syrie, pas de carburant pour le Liban.

    Tanker Tracks avait précédemment signalé que ces deux pétroliers, battant pavillon iranien et transportant du pétrole brut, avaient récemment traversé le canal de Suez et se dirigeaient vers la Syrie et non le Liban. 

    Le pétrolier, a rapporté le journal Guardian, devrait arriver au port syrien de Banias au début de la semaine prochaine, au mépris des sanctions américaines qui empêchent les exportations de pétrole d'Iran et les importations vers la Syrie, qui sont tous deux soumis à de strictes restrictions américaines sur le commerce. .

    La dernière étape du voyage est un test critique de la détermination des États-Unis à maintenir l'embargo.

    Selon le journal, les États-Unis n'ont pas révélé ce qu'ils ont l'intention de faire une fois que le cargo franchira le canal de Suez et se dirigera vers le nord en direction de la Syrie. Il devrait être déchargé au port syrien de Banias, et le carburant acheminé par camion de l'autre côté de la frontière vers le Liban.

    Le secrétaire général du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a annoncé le départ des premiers navires iraniens chargés de dérivés du pétrole vers le Liban, ajoutant qu'ils les considérait comme "territoire libanais" dès l'instant où ils quittaient le port iranien.  

    Le Liban souffre d'une pénurie de carburant nécessaire au fonctionnement des centrales de production d'électricité, et de diesel utilisé pour faire fonctionner les générateurs privés, alors que l'épuisement des réserves en dollars de la Banque centrale du Liban l'empêche de financer les importations.

     

  • L'Etat islamique perd du terrain mais se battra jusqu'au bout

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 24 juin 2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard hier,  jeudi 23 juin, sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • 10 décembre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

    Imprimer

    Les Iraniens de la force al-Qods, les forces spéciales iraniennes, les brigades chiites irakiennes et le Hezbollah libanais se retrouvent de plus en plus côte à côte sur les champs de bataille du Moyen Orient.

    Lire la suite