Brigade des Géants (pro-gouvenrementale)

  • Yémen : Violents affrontements dans le secteur d'Ataq entre les forces du sud et des pro-Frères musulmans

    Imprimer

    Ataq, la capitale de la province de Shabwa, a été le théâtre de violents affrontements pendant deux jours entre les Forces du Sud et des hommes armés des Forces spéciales de sécurité et de l'axe militaire d'Ataq. Vidéo.

    Les affrontements ont éclaté dans la ville d'Ataq après la décision de limoger le commandant pro-Islah (pro-Frères musulmans) des Forces spéciales de sécurité.

    Des unités des Forces de défense de Shabwa (anciennement Shabwani Elite force) et des soldats des Brigades des Géants du Sud se sont affrontés avec des hommes armés des Forces spéciales et de l'axe militaire Ataq avec des armes lourdes, moyennes et légères.

    Les affrontements ont entraîné la mort du major Ahmed Lashqum Al-Awlaki, commandant de la Brigade d'urgence et d'intervention rapide de l'axe Ataq, selon des sources officielles. 

    Lashqum était l'un des plus importants commandants militaires affiliés à l'Islah dans le gouvernorat.

    Selon les sources, les forces militaires pro-Islah sont actuellement retranchées dans un certain nombre de bâtiments gouvernementaux à Ataq, après avoir déployé des tireurs d'élite sur les toits et les balcons des bâtiments gouvernementaux et civils.

    Les forces de défense de Shabwa et les brigades des géants contrôlent l'aéroport international d'Ataq et la majeure partie de la ville, à l'exception de l'entrée sud et de certains camps militaires à proximité où des membres des forces spéciales sont déployés. Les Brigades des Géants du Sud et les Forces de défense de Shabwah tentent notamment de capturer le camp militaire de Shuhdaa à l'ouest d'Ataq. C'est le camp le plus stratégique d'Ataq où les forces pro-Frères musulmans sont retranchées avec la plupart de leurs armes. Vidéo des Brigades des Géants du Sud.

    Jusqu'à présent, aucune des parties n'a pris le dessus avec une reprise intermittente des affrontements, avec des rapports d'efforts de médiation.

    Les affrontements ont entraîné la mort du major Ahmed Lashqum Al-Awlaki, commandant de la Brigade d'urgence et d'intervention rapide dans l'axe Ataq, selon des sources officielles. 

    Lashqum est l'un des plus importants commandants militaires affiliés à l'Islah dans le gouvernorat.

    Selon les sources, les forces militaires pro-Islah sont actuellement retranchées dans un certain nombre de bâtiments gouvernementaux à Ataq, après avoir déployé des tireurs d'élite sur les toits et les balcons des bâtiments gouvernementaux et civils.

    Les forces de défense de Shabwa et les brigades des géants contrôlent l'aéroport international d'Ataq et la majeure partie de la ville, à l'exception de l'entrée sud et de certains camps militaires à proximité où des membres des forces spéciales sont déployés.

    Jusqu'à présent, aucune des parties n'a résolu la bataille avec une reprise intermittente des affrontements, avec des rapports d'efforts de médiation.

  • Yémen : Violents bombardements de la coalition à Sanaa

    Imprimer

    De violentes explosions ont secoué la capitale, Sanaa, qui est sous le contrôle des rebelles chiites Houthis, résultats des frappes aériennes lancées par les avions de la coalition dirigée par les Saoudiens.

    Les résidents locaux ont déclaré que les bombardiers de la coalition ont lancé plus de neuf raids aériens sur les environs de Tabat Al-Tafsun, le camp de maintenance et la région de Jarban, au nord de Sanaa.et le site de la télévision dans le district d'Al-Thawra dans  la région d'Al-Hasaba.

    Les habitants ont expliqué que des flammes ont été vues depuis les sites ciblés, mais ignore le bilan des bombardements.

    Les habitants ont rapporté que les avions de la coalition survolaient toujours Sanaa de manière intensive et à basse altitude.

    Ces raids interviennent au lendemain de l'annonce par les Houthis de l'exécution d'une troisième opération offensive avec des missiles balistiques et des drones, contre les Émirats arabes unis. Les Houthis ont affirmé avoir tiré plusieurs missiles balistiques sur Abu Dhabi et des drones sur Dubaï.
    Les Emirats Arabes Unis ont confirmé lundi matin 31 janvier 2022 l'interception et la destruction d'un missile balistique lancé par les Houthis vers leur territoire.

    Les Houthis ont juré de lancer davantage d'attaques contre les Émirats arabes unis, jusqu'à ce que "l'agression prenne fin et que le siège du Yémen soit levé", les Émirats arabes unis ont confirmé que les attaques des Houthis "ne resteront pas sans réponse". Les Houthis faisaient référence à l'offensive menée depuis plusieurs semaines par les "Brigades des Géants", soutenues par les Emirats, dans les provinces de Chabwa et Marib au Yémen.

    Depuis plus de sept ans, le Yémen est le théâtre d'un conflit armé entre les forces armées gouvernementales soutenues par les forces de la coalition d'une part, et les milices houthies qui reçoivent le soutien de l'Iran d'autre part, après le coup d'État de ce dernier contre l'État et ses contrôle de la plupart des régions du nord du pays par la force des armes.

  • Yémen : Les Forces soutenues par les Emirats Arabes Unis mettent fin à leur offensive dans le centre du pays suite aux menaces des rebelles houthis

    Imprimer

    Vendredi 28 janvier 2022, l'offensive terrestre de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite contre les rebelles chiites Houthis dans le centre du Yémen a pris fin de manière surprenante lorsque les "Brigades des Géants" soutenues par les Émirats arabes unis (EAU) ont conclu leur opération dans la région.

    "Après la fin de l'opération "Tempête du Sud", les "brigades des Géants", une force sudiste, se son redéployées dans la province de Chabwa et transféré leurs forces dans leur base principale. L'information a été donnée par les "Brigades des Géants" dans un bref communiqué.

    L'opération "Tempête du Sud", qui a débuté le 1er janvier 2022, couvrait les provinces de Chabwa et de Ma'rib. Au cours de l'opération, les "Brigades des Géants" et d'autres forces pro-gouvernementales ont capturé les districts d'Usaylan, Bayhan et Ain dans la province de Chabwa et la ville de Harib dans la province de  Marib.

    Une source yéménite a déclaré à la télévision al-Mayadeen que la décision de mettre fin à l'opération "Tempête du Sud" a été prise par les Émirats arabes unis suite aux menaces des Houthis.

    "Les attaques contre les profondeurs des Emirats et les menaces de Sanaa de les répéter ont forcé les Émirats Arabes Unis à arrêter leurs opérations militaires au Yémen", a déclaré la source yéménite.

    Les Houthis ont attaqué les Émirats arabes unis à deux reprises en moins de dix jours. Le 17 janvier, les Houthis ont lancé plusieurs drones et missiles contre Abu Dhabi. L'attaque a tué trois personnes et causé quelques pertes matérielles. Le 24 janvier, les Houthis ont lancé une deuxième attaque avec des drones et des missiles. Cette fois cependant, l'attaque a été repoussée.

    Après la deuxième attaque, le groupe a menacé les investissements étrangers et les principales attractions des Émirats arabes unis, notamment l'Expo Dubaï et le Burj Khalifa.

    La fin de l'opération "Tempête du Sud" est en quelque sorte un succès pour les Houthis. Cependant, les "Brigades des Géants" pourraient revenir sur leur annonce et poursuivre leur offensive dans la province de Marib dans les prochains jours. Une telle décision provoquerait immanquablement une réponse violente des Houthis.

    Les Brigades des Géants affirment ne pas avoir quitté le front mais pris des positions défensives
    Les "Brigades des géants", composées de milices pro-gouvernementales yéménites soutenues par les Emirats arabes unis, affirment maintenir ses forces dans des secteurs clés du front au Yémen contre les rebelles houthis. Les Brigades des Géants avaient annoncé la veille avoir regagné leurs bases.

    Celles-ci "n'ont pas quitté le front mais ont pris des positions défensives pour repousser toute attaque des houthis", a déclaré à l'AFP un responsable de la Brigade des géants sous couvert d'anonymat.

    Les Brigades des Géants, formées de militaires de l'ancienne armée yéménite et de volontaires, avaient indiqué vendredi se retirer de la province clé de Chabwa (centre) après l'avoir reprise le 10 janvier aux insurgés chiites. Cette zone est située au sud de la ville stratégique de Ma'rib, dernier fief du pouvoir dans le nord, dont les rebelles tentent de s'emparer depuis des mois.

    C'est au tour des forces pro-gouvernementales de libérer la province de Marib
    Les Brigades des Géants ont "rempli leur mission en libérant le district de Chabwa, en le sécurisant et en repoussant les houthis hors du district de Harib, au sud de Ma'rib", selon la même source. "C'est au tour du gouvernement (yéménite), qui a des centaines de milliers de soldats, de libérer les zones de la province de Ma'rib encore aux mains des houthis", a déclaré ce responsable.

    Les Houthis revendiquent un tir de missile balistique sur Chabwa - Une quarantaine de tués et blessés parmi les Brigades des Géants
    Tôt samedi 29 janvier, les Houthis ont annoncé avoir ciblé les Brigades des Géants soutenues par les Émirats arabes unis (EAU) dans le district d'Usaylan dans la province yéménite de Chabwa avec un missile balistique.

    Dans une brève déclaration, le Brigadier général Yahya Sari, porte-parole du groupe, a déclaré que la frappe de missiles avait tué ou blessé 40 combattants et commandants des Brigades des Géants. Plusieurs véhicules militaires ont également été détruits.

    Ces affirmations ont été rejetées par certaines sources d'information yéménites, qui ont déclaré que le missile des Houthis avait frappé la mosquée Abdullah bin Masoud dans le village d'al-Safha. Selon les sources, un civil et deux combattants des Brigades des Géants ont été tués à la suite de la frappe.

    Il s'agit de la deuxième frappe de missiles des Houthis sur des forces pro-gouvernementales en moins d'une semaine. Le 26 janvier, un missile balistique lancé par le groupe rebelle chiite avait frappé la capitale provinciale de Ma'rib. À l'époque, le brigadier général Sari avait affirmé que des dizaines de combattants pro-gouvernementaux avaient été tués. Cependant, des sources pro-saoudiennes ont déclaré que l'attaque avait coûté la vie à cinq civils et en avait blessé 23 autres.

    La nouvelle frappe de missiles des Houthis est intervenue quelques heures seulement après que les Brigades des Géants aient annoncé la fin de leur opération militaire, baptisée "Tempête du Sud", dans le centre du Yémen. La décision de mettre fin à l'opération aurait été motivée par les récentes menaces des Houthis contre les Émirats arabes unis.

    Malgré l'annonce de la fin de leur offensive, les Brigades des Géants ont continué à avancer à Ma'rib. Ceci est probablement la raison de la décision des Houthis de frapper Usaylan.

     

  • Yémen : Victimes civiles après une attaque de missile balistique contre les forces pro-gouvernementales à Marib

    Imprimer

    Tard mercredi 26 janvier, les Houthis ont annoncé avoir frappé à l'aide d'un missile balistique les forces pro-gouvernementales dans le 3 e district militaire de la province centrale de Ma'rib avec un missile balistique.

    Le général Yahya Sari, porte-parole du groupe yéménite, a déclaré que la frappe du missile avait été un succès. Des dizaines de combattants pro-régime soutenus par les Saoudiens auraient été tués ou blessés.

    Les affirmations des Houthis ont été démenties par des sources d'information pro-saoudiennes, qui ont affirmé que la frappe du missile n'avait fait que des victimes civiles. Selon la télévision al-Arabiya, la frappe a tué cinq civils, dont une femme. Au moins 23 autres ont été blessés. Ces affirmations doivent encore être vérifiées.

    La frappe du missile était probablement une réponse des Houthis à une récente attaque au sol par le forces pro-gouvernementales à Ma'rib. L'attaque, qui a été menée par les "Brigades des Géants" soutenues par les Émirats arabes unis (EAU), a contraint les Houthis à abandonner la ville de Harib, dans la province de Marib.

    Les Brigades des Géants et d'autres mandataires de la coalition progressent toujours à Ma'rib. Leur prochaine cible sera probablement le quartier d'al-Jubah.

    Les Houthis avaient fait preuve d'une farouche résistance. Cependant, leurs lignes de front dans la province de Ma'rib pourraient bientôt se fissurer en raison des intenses bombardements aériens de la coalition dirigée par les Saoudiens.

  • Yémen : Les rebelles chiites chassés d'un secteur clé près de Ma'rib

    Imprimer

    (légende de la carte ci-dessus : Points rouges : position des forces gouvernementales et points verts, positions des rebelles chiites houthis)

    Les rebelles houthis du Yémen ont été chassés de la localité de Harib, au sud de la ville de Ma'rib, dans le nord du pays, par la "Brigade des géants", a annoncé mardi 25 janvier 2022 cette force soutenue par les Emirats arabes unis. La chaîne de télévision al-Hadath a publié une vidéo montrant des scènes de liesse populaire après la victoire des Brigades des Géants.

    Les rebelles ont perdu un secteur au sud de Ma'rib. Cette province est le dernier fief du pouvoir dans le Nord. Elle est située dans une région riche en pétrole et dont les rebelles tentent de s'emparer depuis des mois. Les combats dans le secteur ont fait "des centaines de morts et de blessés dans les deux camps". 



    Après s'être retirés de Harib, les rebelles Houthis ont fait sauter Aqabat Mal'a, une route montagneuse qui relie Harib au district d'al-Jawba, ceci pour empêcher les Brigades des Géants et d'autres forces pro-gouvernementales de poursuivre leur offensive terrestre vers Ma'rib et al-Jawba.



    A l'issue d'affrontements qui ont duré plus de deux semaines, les forces pro-gouvernementales ont repris, le 10 janvier, la province voisine de Chabwa (centre). La "Brigade des géants", formée de militaires de l'ancienne armée yéménite et de volontaires et soutenue par les Emirats arabes unis et l'Arabie saoudite, ont été en pointe de l'offensive pour reprendre la province de Chabwa.

    Les houthis, qui contrôlent la capitale Sanaa et de vastes régions dans le pays, n'ont pas fait de commentaire dans l'immédiat. "Nous remercions la coalition arabe pour leur soutien à nos opérations à Chabwa, qui ont été couronnées de succès", a ajouté la brigade.

    Ce développement survient au lendemain de nouvelles attaques des insurgés yéménites, appuyés par l'Iran, contre les Emirats arabes unis, marquant une escalade dans la guerre au Yémen, qui dure depuis plus de sept ans. Les houthis ont également tiré des missiles contre l'Arabie saoudite, qui dirige depuis 2015 la coalition militaire apportant son soutien aux forces gouvernementales yéménites, et dont les Emirats sont également membres.

    L'ONU tente en vain depuis plusieurs années de mettre fin à ce conflit dévastateur qui a fait, selon elle, 377.000 morts et poussé une population de 30 millions d'habitants au bord d'une famine à grande échelle.

    Forces spéciales américaines
    Le journal Al-Akhbar affirme que des membres des forces spéciales américaines seraient désormais entrés directement sur le champ de bataille. une conséquence des tirs de missiles balistiques par les rebelles chiites houthis contre leur allié émirati ?

    FJU0eYSXoAQCf9I.jpeg

    Menace de représailles
    Le 17 janvier, les insurgés ont mené une attaque meurtrière aux Emirats, la première à faire des morts sur le sol émirati. L'attaque, condamnée à l'étranger, a été suivie par une série de frappes aériennes de la coalition et par des offensives au sol des forces gouvernementales yéménites. 

    Les rebelles au Yémen ont de nouveau tiré, lundi 24 janvier 2022, coup sur coup des missiles balistiques contre les Emirats arabes unis qui les ont interceptés et l'Arabie saoudite où deux personnes ont été blessées. Les Emirats arabes unis, qui ont retiré la plupart de leurs troupes du Yémen en 2019 mais continuent de soutenir et entraîné les forces pro-gouvernementales, ont promis une "réponse forte" à ces dernières attaques.

     

  • Yémen : La Coalition sunnite et l'armée yéménite lancent une opération militaire d'envergure contre les rebelles chiites Houthis

    Imprimer

    Jeudi 20 janvier 2022, d'importants dispositifs militaires de l'armée yéménite et des forces de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite sont en préparation pour avancer vers le district d'Al-Juba, au sud de Marib.

    À l'aube du jeudi 20 janvier, la coalition a annoncé qu'elle avait lancé une opération militaire à grande échelle contre le groupe « Ansar Ullah » (Houthis), dans plusieurs gouvernorats yéménites.

    L'information fait suite à la révélation de la coalition, publié dans un communiqué de l'agence de presse officielle saoudienne (SPA), qu'elle viserait désormais les "chefs terroristes" responsables de cibler des civils, ajoutant qu'ils ne seront plus à l'abri désormais.

    La coalition a ajouté que cette dernière opération répond à la menace et au principe de nécessité militaire pour protéger les civils des attaques.

    Actuellement, environ trois millions de personnes vivent dans la ville de Marib, dont environ un million ont fui d'autres régions du Yémen.

    Il y a quelques jours, l'armée gouvernementale a annoncé que l'artillerie et l'aviation avait détruit 80% du total des armes et équipements des rebelles chiites à Marib.

    Les forces gouvernementales yéménites, avec le soutien de la coalition, ont lancé des opérations militaires simultanées il y a plus d'une semaine dans le but de regagner toutes les zones des provinces de Marib et d'Al-Bayda, aprèsla libération complète du gouvernorat de Chabwah.

    Les forces armées et les "brigades des géants", assistées par les forces de la résistance populaire, ont réalisé des progrès remarquables dans le sud de Marib comme à al-Bayda, suite aux combats acharnés contre les Houthis.

    Rappelons que les rebelles chiites ont lancé à partir de février 2021, une vaste offensive contre la province de Marib, riche en pétrole et en gaz, malgré tous les appels au calme internationaux et onusiens sur les dangers qui menacent la vie de milliers de personnes déplacées.

     

     

  • Yémen : La coalition poursuit ses frappes intensives contre les bastions houthis à Sanaa

    Imprimer

    Mardi 18 janvier 2022, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a poursuivi ses frappes aériennes intensives sur les bastions et les camps des Houthi à Sanaa, dans le cadre d'opérations aériennes qu'elle a déclaré mener 24 heures sur 24 au-dessus de la capitale yéménite.

    Lundi 17 janvier, la coalition a annoncé le début de frappes aériennes à Sanaa, au lendemain de la destruction de huit drones kamikazes lancés vers l'Arabie saoudite, et après l'attaque d'installations civiles aux Émirats arabes unis.

    Dans un communiqué, la coalition a indiqué que les frappes lancées lundi visaient les dirigeants houthi au nord de la capitale, Sanaa, et qu'un avion d'attaque F-15 avait détruit deux plates-formes de lancement de missiles balistiques.

    La coalition a appelé les habitants de Sanaa, au lendemain du début des frappes, à rester à l'écart des camps et des rassemblements des milices houthi, afin d'assurer leur sécurité.

    Le porte-parole des forces de la coalition, le général de brigade Turki Al-Maliki, a confirmé que « la milice houthi ciblant délibérément des civils, des biens civils et des installations économiques, à la fois en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, commettait des crimes de guerre et représentait une menace pour la sécurité régionale et internationale. "

    Al-Maliki a expliqué que "l'attaque hostile contre les Émirats arabes unis est un acte d'hostilité lâche et une violation flagrante du droit international humanitaire et de ses règles coutumières.

    Il a également souligné que la coalition a pris « les mesures opérationnelles nécessaires pour dissuader ces comportements hostiles de la milice Houthi ».

    Batailles de la province de Marib
    Yemen_Politics_Jamal_pic_1-768x490.jpeg

    En outre, la coalition a annoncé mardi 18 janvier 2022 avoir mené 17 frappes contre la milice Houthi à Marib en 24 heures. Elles ont eu pour résultat la destruction de 9 véhicules de la milice et l'élimination de 80 combattants houthi.

    L'armée yéménite a déclaré plus tard que "les frappes avaient visé des rassemblements houthi, à l'ouest et au sud de Ma'rib, le long du théâtre des opérations, et avaient infligé de lourdes pertes aux Houthi".

    Le front de Harib, au sud du gouvernorat de Ma'rib, est témoin d'affrontements intermittents et d'échanges de tirs d'artillerie entre les "Brigades des Géants" d'un côté et les milices Houthi de l'autre. Les Brigades des Géants ont encerclé les restes de la milice Houthi dans certains zones de Harib.

    Pendant ce temps, le front de Numan, à l'est du gouvernorat d'Al-Bayda, est témoin d'affrontements. Les forces gouvernementales tentent d'empêcher les renforts houthis en provenance de la province d'Al-Bayda vers le front de Harib, au sud du gouvernorat de Ma'rib.

    Par ailleurs, les forces pro-gouvernementales ont lancé une série de raids contre les renforts et les centres d'approvisionnement des miliciens houthi dans les districts d'Al-Malajim, d'Al-Sawadiyah et de Nati' dans le gouvernorat d'Al-Bayda. Les Houthi utilisent également ces centres pour lancer des missiles.