Brigade Badr

  • Irak : Attaque de drones contre la résidence du premier ministre au coeur de la zone verte ultra-protégée de Bagdad

    Imprimer

    Une roquette s'est abattue à 02H15 dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 novembre 2021 sur la résidence du Premier ministre irakien dans la Zone verte à Bagdad, sans que ce dernier ne soit blessé dans l'attaque, a-t-on appris auprès de deux sources sécuritaires. Vidéo.

    al-Kazimi 2.jpeg"Une roquette est tombée sur la maison" du premier ministre Moustafa al-Kazimi (photo ci-contre) a déclaré une source, sous couvert de l'anonymat, tandis qu'une autre a indiqué que ce dernier était "indemne" après l'attaque.

    Le premier ministre indemne
    Le Premier irakien Moustafa al-Kazimi "n'a pas été blessé" lors d'une "tentative d'assassinat ratée" commise dans la nuit de samedi à dimanche au moyen d'un "drone piégé" qui a visé sa résidence dans la Zone verte à Bagdad, a indiqué son bureau.

    Le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi a confirmé aller "bien" et a appelé "au calme et à la retenue'" dimanche après l'attaque au "drone piégé" contre sa résidence dans la Zone verte à Bagdad. "Je vais bien, Dieu soit loué, et j'appelle au calme et à la retenue de la part de tous pour le bien de l'Irak", a écrit M. Kazimi sur Twitter. Rappelons qu'en novembre 2020, un de ses conseillers avait révélé que « Kazimi était certain qu'il serait assassiné »

    L'attaque a été menée par trois drones kamikazes, dont deux ont été abattus
    La tentative d'assassinat contre le Premier ministre irakien dimanche à Bagdad a été menée par "trois drones, dont deux ont été abattus" par la garde rapprochée de Moustafa al-Kazimi, a-t-on appris auprès de deux sources de sécurité.

    Les trois appareils "ont été lancés depuis un site proche du pont de la République", sur la rive orientale du fleuve Tigre. Ils se sont ensuite dirigés vers la Zone verte, sur la rive occidentale, où se trouve la résidence du Premier ministre, a indiqué l'une de ces sources. "Deux drones ont été abattus" en vol, a précisé ce responsable qui a requis l'anonymat. Le troisième a pu faire exploser sa charge contre la maison, blessant deux gardes du corps de M. Kazimi qui s'en est, lui, sorti indemne. La source sécuritaire a affirmé que les batteries de défense C-RAM de l'ambassade américaine, également située dans la Zone verte, n'étaient "pas entrées en action", sans pouvoir expliquer pourquoi.

    L'opération n'a pas été revendiquée dans l'immédiat.

    Les attaques au drone piégé se sont multipliées ces derniers mois en Irak, notamment contre des sites abritant des intérêts américains. Ces opérations sont rarement revendiquées mais très souvent saluées par les pro-Iran en Irak.

    L'attaque contre Moustafa al-Kazimi, condamnée par les Etats-Unis et plusieurs pays voisins de l'Irak, est la première à viser la résidence du Premier ministre. Elle survient au moment où les partis mènent des tractations en vue de former des coalitions parlementaires sur la base des résultats préliminaires des législatives du 10 octobre. L'Alliance de la conquête, vitrine politique du Hachd al-Chaabi, une influente coalition d'anciens paramilitaires pro-Iraniens, a vu son nombre de sièges fondre à l'issue du vote et dénonce une "fraude" électorale. Certains partisans du Hachd accusent M. Kazimi d'être "complice" de cette "escroquerie". Plusieurs d'entre eux ont entamé des sit-in à proximité de deux entrées de la Zone verte pour protester contre les résultats des élections. Des heurts ont eu lieu vendredi avec les forces de sécurité près de l'une des entrées de la Zone verte. Selon une source sécuritaire, un manifestant a été tué, tandis qu'une source au sein du Hachd al-Chaabi a évoqué "deux morts".

    L'affrontement entre les forces de sécurité irakiennes et les milices pro-iraniennes est inévitable
    La confrontation entre les forces irakiennes et les milices pro-iraniennes est inévitable. Si le Premier ministre ne prend pas la décision de les affronter, les milices, elles, prendront la décision. La survie des milices pro-iraniennes en Irak dépend du résultat de cet affrontement armé.

    Les menaces des miliciens pro-iraniens ont été faites publiquement comme en témoigne cette vidéo montrant le chef de la milice pro-iranienne Asa’ib Ahl al-Haq proférant des menaces contre le Premier ministre irakien Mustafa al-Kazimi, quelques heures avant l'attaque de drone.

    Principaux leaders des milices pro-iraniennes liées à Ismaïl Qa'ani, le chef du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) :
    FDjxs_IXEAE8rvC.jpeg

     

  • Irak : Bras de fer entre le premier ministre Kazami et la milice chiite pro-iranienne Asaib Ahl al-Haq

    Imprimer
    Le mouvement chiite pro-iranien "Asaib Ahl al-Haq" a annoncé vendredi 25 décembre sa "préparation" à la "confrontation" après avoir menacé le Premier ministre Mustafa Al-Kazemi, tandis que ce dernier a répondu en disant: "Nous sommes prêts si nécessaire".
     
    Un document des services de renseignement irakiens, publié le 25 décembre, indique qu'Asaib Ahl al-Haq a l'intention d'attaquer le siège de l'Agence de renseignement à Bagdad, pour libérer un de ses membres  arrêté il y a deux jours pour son implication dans le bombardement de la Zone verte.

    EqGqt4qXUAEb-ZN.jpeg

    Un groupe appartenant à la milice Asa'ib est apparu dans des clips vidéo, portant des armes, menaçant Al-Kazemi. Il a lancé un ultimatum exigeant qu'il libère dans les 48 heures les membres du mouvement. Il menace de prendre le contrôle de la Zone verte en cas de refus du gouvernement.
     
    Suite à cette annonce, le premier ministre  Al-Kazemi a répondu sur son compte Twitter: "Nous ne nous soumettrons pas aux aventures ou à la menace. Nous avons travaillé silencieusement et calmement pour restaurer la confiance du peuple, des services de sécurité et de l'armée dans l'État après qu'il a été ébranlé par les aventures des hors-la-loi".
     
    Il a ajouté: "Nous avons appelé à une trêve pour éviter que notre pays ne soit jeté dans une autre aventure absurde, mais nous sommes prêts pour une confrontation décisive si nécessaire".
     
    Face à la montée des tensions, le leader chiite Muqtada al-Sadr a publié une déclaration, appelant les Etats-Unis et l'Iran à maintenir l'Irak en dehors de leur guerre. Les Kataeb Hezbollah et la Brigade Badr, deux milices chiites pro-iraniennes, négocient également avec Asaib Ahl Al-Haq pour calmer la situation.
    Asaib Ahl AlHaq a toujours été connu comme le groupe le plus virulent et le plus incontrôlable parmi les groupes liés à l'Iran. Le comportement d'Asaib Ahl Al-Haq pourrait signifier qu'il existe un conflit au sein de la mouvance pro-iranienne en Irak.
     
    En attendant, on a observé des colonnes de voitures de membres d'Asaib Ahl al-Haq parcourant certaines rues de Bagdad.
     
    De leur côté, les forces de sécurité irakiennes ont renforcé leur présence dans les rues et notamment aux alentours de la zone verte. Par crainte des attaques que pourraient mener les milices pro-iraniennes, les forces spéciales chargée de protéger la zone verte ont rendu à sens unique l'avenue menant à l'ambassade américaine et contrôlent tous les passants.
  • Irak : Des manifestants mettent le feu aux bureaux du Parlement à Bassora et à des sièges de milices pro-iraniennes à Nasiriya

    Imprimer

    Les manifestants ont lancé des cocktail molotov sur le bâtiment du parlement de Bassora pour dénoncer l'inaction du gouvernement après l'assassinat de deux manifestants. C'est l'incident le plus violent dans la ville du sud depuis que les manifestations ont éclaté en octobre.

    Les manifestants ont incendié le bureau local du parlement et se sont heurtés aux forces de sécurité dans la ville de Bassora, dans le sud du pays, vendredi 21 août.

    Les manifestants s'étaient rassemblés devant le bâtiment pour exiger la démission du gouverneur de Bassorah, Asad al-Eidani, après que deux célèbres manifestants aient été abattus dans la ville la semaine dernière.

    Les manifestants ont brûlé la porte extérieure de l'entrée du complexe pour dénoncer l'inaction du gouvernement.

    Les manifestants ont jeté des cocktail Molotov et des pierres sur la police. Au moins huit membres du personnel de sécurité ont été blessés lors des affrontements, a déclaré un porte-parole de la Haute Commission indépendante des droits de l'homme, un organe semi-officiel.

    Les forces de sécurité ont éteint les incendies et ont pu disperser la foule en tirant à balles réelles en l'air, selon les rapports.

    2020:08:21-2.jpg

    Bassora, qui produit une part importante du pétrole irakien, a été secouée par des protestations anti-gouvernementales de grande envergure sur la corruption depuis octobre 2019.

    Reham Yacoub.jpegReham Yacoub (photo), une militante respectée qui avait participé aux marches d'octobre, a été abattue par des hommes armés non identifiés à Bassora mercredi 19 août. Sa mort est survenue quelques jours seulement après que le militant Tahseen Oussama ait été abattu, provoquant des manifestations de rue.

    Suite à ces meurtres, le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi a licencié le chef de la police de Bassora et les chefs de la sécurité nationale et a lancé une enquête sur ces violences.

    A noter que l'agence officielle iranienne Mehr avait qualifié Reham Yacoub d'"agent américain contre l'Axe de la résistance" .

    Manifestations violentes à Nasiriyah
    Des manifestations ont également eu lieu dans la ville de Nasiriyah, la capitale de la province de Dhi Qar.

    jeudi soir, une explosion s'était produite au milieu des manifestants sur la place Haboubi de la ville. Deux manifestants ont été blessés. En réponse, le vendredi matin, les manifestants ont mis le feu et détruit les locaux du parti Dawa et ceux du parti chiite Hikma. Ils ont également utilisé des «bulldozers» pour démolir le siège de partis pro-iraniens, le QG de la brigade "Badr" et la milice chiite "Asa'ib Ahl al-Haq.

    Les manifestants ont expliqué "nous utiliserons la violence" aussi longtemps que le Premier ministre Kadhimi ne trouvera pas les tueurs comme nous l'avons fait pour le gouvernement d'Abdul Mahdi (ancien premier ministre).

    EgBFKPXXoAASz2Z.jpeg

    EgA-hDaWoAAph40.jpeg

     

  • Frontlive-Chrono du mardi 14 janvier 2020 - Blog spécialisé sur les évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel

    Imprimer

    Irak : tir de roquettes près d’une base abritant des troupes américaines

    Des roquettes sont tombées mardi près d’une base abritant des troupes américaines au nord de Bagdad, blessant deux Irakiens, a indiqué l’armée irakienne, après plusieurs attaques similaires ces derniers jours. L’armée n’a pas indiqué, dans son communiqué, combien de roquettes Katioucha avaient été tirées sur la base de Taji. Deux Irakiens ont été blessés dans…


    Iran : « Désolé d’avoir menti » : Des présentateurs quittent la télévision iranienne

    Au moins trois des animateurs de la télévision d’État iranienne ont déclaré qu’ils démissionnaient pour protester contre la tentative des autorités de dissimuler la vérité sur le crash de l’avion ukrainien abattu par la défense aérienne iranienne. « Merci aux téléspectateurs de m’avoir suivi. Aujourd’hui, c’est fini. Je ne retournerai jamais à la télévision « , a…

    Iran : Les arrestations ont commencé sur l’affaire de la destruction de l’avion ukrainien

    Gholam-Hosein Esmaili, porte-parole de la justice iranienne, a déclaré lors d’une conférence de presse que les premières arrestations de suspects impliqués dans la destruction d’un avion de ligne ukrainien avaient eu lieu. Il n’a pas donné de détails supplémentaires, mais noté que la commission d’enquête impliquait le « Corps des gardiens de la révolution islamique » et…

    Libye: Hatfar a quitté Moscou sans signer l’accord de cessez-le-feu – Haftar exige le retrait des mercenaires syriens et turcs

    L’homme fort de l’est de la Libye Khalifa Haftar, qui combat le gouvernement libyen reconnu par l’ONU (GNA), a quitté Moscou sans signer la trêve paraphée par son rival, a indiqué mardi la diplomatie russe. Le maréchal Haftar avait demandé lundi soir un délai de réflexion jusqu’à mardi matin avant de signer l’accord formel de…

  • Après le 1er jour de la bataille de Mossoul - 18 octobre 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 18 octobre  2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • La bataille de Mossoul a commencé - 17 octobre 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 17 octobre  2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Le nord de l'Irak en morceaux - 24 mai 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 24 mai   2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le lundi 23 mai sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite