Brigade Al-Qods (palestinienne - pro-Assad)

  • Syrie : 20 combattants prorégime tués dans une attaque de l'Etat islamique

    Imprimer

    Au moins 20 combattants du régime syrien ont été tués mercredi 3 février 2021 dans une attaque imputée à l'Etat islamique menée dans le vaste désert central du pays, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    L'attaque a eu lieu aux petites heures du matin. Les jihadistes ont attaqué les troupes gouvernementales déployées le long d'une route reliant la ville de Sukhnah dans l'est de Homs à la ville d'Ithriyah dans l'est de Hama.

    Malgré sa mise en déroute en mars 2019 avec la chute de son "califat", l'Etat islamique continue de lancer des attaques meurtrières notamment dans le désert de la Badiya qui s'étend des provinces centrales de Homs et Hama, jusqu'à celle de Deir ez-Zor, dans l'extrême Est.

    Une attaque imputée aux jihadistes dans la province de Hama a tué "20 combattants des forces du régime et des groupes alliés", a indiqué l'OSDH. Parmi les victimes figurent 12 combattants d'une milice locale appelée "brigade Baqer. Les membres de la brigade Baqer décédés (photo) étaient tous originaires d'Alep. Fondée en 2012 à Alep, la Brigade Baqer est l'un des plus grands groupes soutenus par l'Iran en Syrie. Le groupe compte plus de 3000 combattants. Il opère sur plusieurs lignes de front, principalement contre les cellules de l'Etat islamique dans la région centrale.

    463-768x802.jpg

    Les jihadistes ont également essuyé des pertes, a ajouté l'OSDH, sans fournir de bilan exact.

    Après avoir autoproclamé en 2014 un "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, l'Etat islamique a enchaîné les défaites dans les deux pays avant de s'écrouler en mars 2019 en Syrie. Ces derniers mois, la Badiya a été le théâtre de combats réguliers entre les jihadistes qui ont renoué avec la clandestinité et les forces du régime, appuyées par des frappes aériennes de l'allié russe.

    Fin décembre, au moins 37 soldats du régime ont été tués dans une attaque revendiquée par l'Etat islamique et visant un bus qui les ramenait chez eux pour une permission, selon l'OSDH. Il s'agissait d'un des assauts les plus meurtriers depuis la chute du "califat".

    Les forces pro-russes du Cinquième Corps d'assaut et la Brigade palestinienne al-Quds, continuent d'essayer de sécuriser la route Deir Ezzor-Homs avec l'appui des avions de combat russes. Mais cette route stratégique reste extrêmement dangereuse en raison des nombreuses embuscades tendues par les jihadistes de Daech.

    L'OSDH a rapporté que les affrontements entre les forces du régime et l'Etat islamique se poursuivaient toujours ce mercredi matin sur plusieurs axes au sein du triangle Alep-Hama-Raqqa et dans les deux provinces de Homs et Deir ez-Zor.

    Le nombre de pertes humaines pendant la période allant du 24 mars 2019 à nos jours a atteint 1270 morts dans les rangs des forces du régime et des militants qui leur sont fidèles de nationalités syrienne et non syrienne, dont au moins deux russes, en plus à 145 miliciens pro-iraniens de nationalités non syriennes, Ils ont tous été tués lors d'attaques, d'attentats et d'embuscades de l'Etat islamique dans l'ouest de l'Euphrate, le désert de Deir ez-Zor, Raqqa, Homs et As-Soueida.

    L'OSDH a également documenté le meurtre de 4 civils travaillant dans les champs de gaz et de 11 bergers en plus d'une citoyenne, d'une jeune fille et de deux hommes dans les attaques de l'Etat islamique. Les pertes de l'Etat islamique sont estimées par l'OSDH à 703 jihadistes tués au cours de la même période au cours d'attaques et de bombardements aériens.

  • Syrie : Sept fedayin de la brigade palestinienne al-Qods tués et blessés par une frappe de missile tiré par les rebelles du Grand Edleb

    Imprimer

    Saad Edina.jpgJeudi 21 janvier, sept membres de la brigade palestinienne al-Qods ont été tués ou blessés lorsque leur véhicule a été pris pour cible par des rebelles retranchés dans la région du nord-ouest syrien du Grand Edleb.
     
    Les rebelles ont ciblé le véhicule à l'aide d'un missile guidé antichar (ATGM) alors qu'il passait dans la périphérie de la ville de Bsartun à l'ouest de la province d'Alep.
     
    Des sources de l'opposition ont affirmé que trois membres de la brigade al-Qods avaient été tués et quatre autres blessés à la suite de cette attaque. L'une des victimes a été identifiée comme étant le major Moayad Saad Eddina (photo), un commandant de terrain de la brigade al-Qods.
     
    La brigade palestinienne al-Qods, qui compte plus de 1 000 fedayin, soutient le gouvernement syrien depuis 2013. Le groupe est principalement actif à Alep et dans la région centrale du pays.
     
    L'attaque de Bsartun a très probablement été menée par la salle d'opération d'al-Fateh al-Mubin, dirigée par Hay'at Tahrir al-Sham, l'ex branche syrienne d'al-Qaïda.
     

  • Syrie : Cinq membres de la brigade palestinienne pro-régime al-Qods tués par l'Etat islamique dans le centre syrien

    Imprimer

    Une nouvelle attaque de l'Etat islamique a coûté la vie à cinq fedayin de la Brigade palestinienne al-Qods, qui soutient les forces gouvernementales dans le centre de la Syrie.
     
    Dans un bref communiqué publié le 16 janvier, la brigade al-Qods a déclaré que les cinq combattants avaient été tués alors qu'ils menaient une opération dans la région d'al-Taiybah, à proximité de la ville d'al-Sukhnah, dans la partie orientale de la province de Homs. Le groupe n'a fourni aucun détail supplémentaire.
     
    Les victimes ont été identifiées comme étant Muhammad Zakaria al-Qahit, Shams El Din Essam Hajj Hassan, Muhammad Yusuf Yahya, Mahmoud Muhammad al-Alaiwi et Muhammad Nour Yasser Abu Amsha (photo ci-dessus).
     
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté le 17 janvier une deuxième attaque contre des combattants de la Brigade al-Qods dans la région centrale.
     
    Selon le groupe de surveillance, des terroristes de l'Etat islamique ont visé un véhicule de la brigade al-Qods près de la ville de Madan, dans la campagne du sud de Raqqa. Plusieurs combattants ont été blessés.
     
    Plus tôt cette semaine, des unités de la brigade al-Qods, et du 5 e corps d'assaut de l' armée arabe syrienne et des forces de défense nationale ont lancé une opération de ratissage le long de l'autoroute M20, qui relie Homs à Deir Ezzor. L'opération est soutenue par les forces aérospatiales russes.
     
    Malgré les opérations répétées des forces gouvernementales, les jihadistes de l'Etat islamique dans la région centrale ne reculent pas. Le groupe islamiste pourrait bientôt tenter à nouveau d'attaquer les centres urbains de la région, en particulier dans les provinces de Hama et Homs.
     

  • Syrie : Plusieurs combattants pro-gouvernementaux tués par l'Etat islamique dans le centre du pays

    Imprimer
    Les jihadistes de l'Etat islamique ont mené deux attaques distinctes contre les troupes gouvernementales  dans la vaste région centrale du pays.
     
    La première attaque a eu lieu le 7 janvier. Les jihadistes de Daech ont détruit à l'aide d'un engin explosif improvisé (IED) un véhicule de l'armée arabe syrienne (AAS) sur la route Ithriyah dans l'est de la province de Hama. Un officier de la 25 e Division des missions spéciales de la Direction du renseignement de l'armée de l'air a été tué au cours de  l'attaque.
     
    ErSIOmNW4AESst_.jpegLa deuxième attaque a eu lieu dans l'ouest de la province de Deir Ezzor le lendemain. Un véhicule (photo ci-dessous) de la brigade pro-gouvernementale palestinienne al-Qods a été frappé par un engin piégé posé par  l'Etat islamique près de la ville de Kobajjep. Un commandant de terrain (photo) et deux fedayin ont été tués sur le coup.

    ErSy8iTXIAEYHLN.jpeg

    Les cellules de l'Etat islamique dans la région centrale ont lancé au cours des derniers mois des dizaines d'attaques contre l'AAS et ses alliés depuis le désert de Homs où ils sont retranchés .
     
    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'AAS et les forces pro-gouvernementales ratissent sans relâche le désert de la région centrale à la recherche des groupes de l'Etat islamique.
     
    Des avions de combat et des hélicoptères d'attaque des forces aérospatiales russes fournissent aux troupes syriennes opérant dans la région centrale un appui aérien rapproché.
     
    "Les avions russes ont intensifié leurs frappes, ciblant des positions dans les déserts de Raqqa, Hama et Homs, exécutant près de 70 frappes aériennes depuis la nuit dernière", a déclaré l'OSDH.
     
    Malgré ces efforts, l'influence de l'Etat islamique continue de croître dans la région centrale de la Syrie. 
  • Syrie : Cinq combattants de la brigade palestinienne al-Quds, pro-Assad, tués par l'Etat islamique dans la province de Deir ez-Zor

    Imprimer

    Samedi 19 septembre, cinq combattants de la brigade al-Quds, un groupe pro-gouvernemental palestino-syrien, ont été tués par l'explosion d'une mine terrestre (IED) à Deir Ezzor.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'attaque a eu lieu dans la ville d'al-Shumaitiyah, dans le nord-ouest de la province de Deir Ezzor. L'Etat islamique est très actif dans la région, et est probablement à l'origine de l'attentat.

    La Brigade palestinienne Al-Quds est alliée du régime de Bachar al-Assad. Cette brigade a été créée en 2013. Elle est formée des descendants de palestiniens vivant dans le camp de réfugiés de Khandarat dans la banlieue d'Alep. Le personnel du groupe est connu pour son haut niveau d'entraînement au combat. La brigade est l'une des unités les plus efficaces du côté d'Assad.

    L'agence de presse de Daech, Amaq, a annoncé le 20 septembre un second attentat à Deir Ezzor. Les jihadistes ont pris pour cible un camion de l'armée arabe syrienne (AAS) dans la banlieue de la ville de Mayadin, dans le sud de la province de Deir ez-Zor. L'attentat a fait des victimes.

    Par ailleurs, les forces de défense nationale (FDN) ont déclaré qu'un de leurs commandants de terrain, "Fayez Ghadban al-Qisum" (photo ci-dessous), a été tué alors qu'il participait à une opération de ratissage dans l'ouest de la province de Deir Ezzor.

    EiV81VTWsAAYebo.jpeg