Brigade Al-Qods (palestinienne - pro-Assad)

  • Syrie : La brigade palestinienne al-Quds (pro régime syrien) détruit des caches de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie

    Imprimer

    Vendredi 20 août, la brigade al-Quds, une faction palestinienne qui soutient le gouvernement de Damas depuis sa formation en 2013, a mis en ligne une vidéo documentant l'une de ses récentes opérations de ratissage dans le centre de la Syrie.

    La vidéo montre des combattants de la brigade al-Qods découvrant et détruisant plusieurs caches de l'Etat islamique dans une partie non précisée de la région centrale syrienne. Plusieurs véhicules du groupe islamiste radical ont également été détruits.

    La brigade al-Quds, qui serait soutenue par la Russie, opère contre les cellules de l'Etat islamique dans la région centrale aux côtés des forces gouvernementales syriennes depuis plus de deux ans maintenant. Le groupe a subi de lourdes pertes aux mains du groupe islamiste.

    Au cours des derniers jours, les cellules de l'Etat islamique ont lancé plusieurs attaques dans le centre de la Syrie au cours desquelles un officier de l'armée arabe syrienne et un combattant irakien ont été tués.

    Les forces aérospatiales russes ont également soutenu les opérations en cours contre l'Etat islamique dans le centre de la Syrie. Les avions de combat russes mènent régulièrement des opérations de reconnaissance et de combat dans la région. La semaine dernière, un drone russe s'est écrasé dans la région.

    La situation dans le centre de la Syrie s'est améliorée au cours de l'année dernière. Néanmoins, davantage d'efforts et de temps sont encore nécessaires pour mettre fin à la présence de l'Etat islamique dans la région.

     

  • Syrie : 5 soldats syriens et combattants alliés  tués dans une attaque de l'Etat islamique dans la province de Raqqa

    Imprimer

    E6L_ckpVEAAhUDq.pngAu moins cinq membres de l'armée syrienne et combattants alliés ont été tués et huit autres blessés dans une attaque lancée par des jihadistes de l'État islamique  dans la province de Raqqa, dans le nord de la Syrie, a rapporté, mardi 13 juillet 2021,  l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Les soldats tués étaient originaires des régions de Masyaf de la province de Hama et de Tartous. Ci-contre, photo d'un des soldats décédés.

    L'OSDH a indiqué que « des affrontements violents ont lieu dans le désert de Rusafa dans la province de Raqqa, entre les forces du régime et des milices qui leur sont fidèles d'une part, et l'État islamique retranché dans la région, d'autre part. Les jihadistes ont lancé une attaque  sur les positions du régime.

    L'OSDH a ajouté que des avions de combat russes ont décollé pour aider à repousser l'attaque.

    L'OSDH a indiqué que "les affrontements continus depuis l'aube ont occasionné des pertes. 5 membres des forces du régime et des miliciens alliés ont été tués et 8 autres blessés". Elle a ajouté qu'il n'était en mesure de "confirmer l'étendue des pertes de l'Etat islamique.

    Lundi 12 juillet, l'observatoire avait rapporté la mort d'un commandant de la « brigade Al-Quds », une brigade palestinienne alliée au régime, et de trois autres membres qui l'accompagnaient. Il ont été tués par l'explosion d'une mine terrestre posée par l'État islamique dans le désert de Palmyre, dans l'est de la province de Homs.

    D'autre part, l'observatoire a déclaré que les forces gouvernementales syriennes avaient lancé mardi une attaque au missile, ciblant des sites dans la zone de désescalade de Hama. 

    Les bombardements ont visé « les zones d'Al-Ankawi dans la plaine d'Al-Ghab, au nord-ouest de Hama, Felifel, Bénin, la périphérie d'Al-Fatirah, d'Al-Bara et de Kansafra à Jabal Al-Zawiya dans la campagne sud d'Edleb. 

    Lundi 12 juillet, l'observatoire avait indiqué qu'une fille avait été tuée par des tirs d'artillerie des forces gouvernementales sur le village de Hmeimat dans la plaine d'Al-Ghab dans la campagne nord-ouest de Hama.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme a également documenté la mort de deux membres de Jeich al-Ahrar, tués par un obus d'artillerie tiré sur leur position défensive dans le village d'Arbekh, à l'est de la ville de Taftanaz dans la campagne d'Edleb.

    Les forces gouvernementales ont également bombardé à l'artillerie lourde les villages de Hmeimat, Qastoun, Qalidin, Zaqqum et Al-Ankawi à Sahel al-Ghab dans le nord-ouest de la province de Hama, provoquant d'importants dégâts.

    Des obus d'artillerie sont tombés pendant plusieurs heures, la nuit du lundi au mardi, jusqu'au matin, sur les villages d'Al-Sarmaniyah et d'Al-Ziyara dans le nord-ouest de la province de Hama, et Kansafra, Al-Ruwaiha, Al-Fatirah et les sites de Jabal Al-Zawiya dans la province d'Edleb, sans informations sur d'éventuelles victimes.

     

     

  • Syrie : Des frappes russes détruisent un poste de commandement souterrain de Daech dans le centre de la Syrie

    Imprimer

    Les Forces aérospatiales russes (VKS) ont détruit un important poste de commandement souterrain de l' Etat islamique dans le centre de la Syrie, a rapporté RusVesna.SU le 15 mai.

    Selon le média, les avions de combat Su-24M et Su-34 de l'armée de l'air russe (VKS) ont effectué une série de frappes ponctuelles sur le poste dans l'est de la province de Homs. Les frappes aériennes ont provoqué l'explosion d'environ dix tonnes d'explosifs TNT, qui étaient stockés dans le poste.

    Au moins 20 terroristes, dont un certain nombre de commandants de terrain de l'Etat islamique, ont été tués à l'intérieur du poste souterrain, qui a été complètement détruit.

    Le VKS a intensifié ses opérations de combat contre les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie au cours des derniers mois afin de soutenir les forces gouvernementales, qui font face à des attaques répétées des terroristes.

    Le 13 mai, plus de 40 frappes aériennes russes contre des repaires de l'Etat islamique ont été menées dans plusieurs parties de la région centrale. Deux terroristes ont été tués.

    Le même jour, des terroristes de l'Etat islamique ont tué 12 combattants pro-gouvernementaux et en ont blessé 12 autres lors de deux attaques distinctes contre la brigade palestinienne al-Quds à côté de l'ancienne ville de Palmyre et de la ville de Sukhnah dans l'est de Homs.

    Le soutien du VKS a été essentiel au succès de toutes les récentes opérations antit-jihadistes dans la région centrale de la Syrie. Néanmoins, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour neutraliser complètement les cellules de Daech dans la région.

  • Syrie : 24 membres de la brigade palestinienne al-Qods,  pro-régime, tués ou blessés dans une attaque de l'Etat islamique au centre de la Syrie

    Imprimer

    Jeudi 13 mai, au moins 24 combattants de la brigade palestinienne al-Qods ont été tués ou blessés lors de deux attaques distinctes menées par des membres de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie.

    La première attaque a visé deux postes de la brigade sur une route menant au camp militaire d'al-Talila à l'est de l'ancienne ville de Palmyre dans l'est de la province de Homs. Les postes ont été attaqués par un groupe important de jihadistes se déplaçant à bord de sept pick-ups, dont certains étaient armés de mitrailleuses lourdes.

    «L'attaque de l'Etat islamique n'a pas duré plus d'une heure. Au cours de l'attaque les jihadistes ont pu détruire deux véhicules, dont un blindé, et s'emparer d'un pick-up équipé d'une mitrailleuse de 23 mm avec des armes et des munitions».

    Sept combattants de la brigade al-Qods ont été tués et au moins dix autres ont été blessés lors de l'attaque. Trois des blessés sont dans un état critique.

    La deuxième attaque a eu lieu à peu après la première. Des combattants de l'Etat islamique ont tendu une embuscade à un convoi de la brigade al-Qods près de la ville de Sukhnah, dans l'est de la province de Homs. Les Palestiniens se dirigeaient vers la chaîne de montagnes baptisée "Amour Range" lorsque deux de leurs véhicules ont été touchés par des grenades propulsées par roquettes (RPG).

    Cinq combattants de la brigade al-Qods ont été tués et deux autres ont été blessés lors de cette embuscade. Les jihadistes ont pu s'échapper.

    Les attaques ont eu lieu au milieu d'une intense campagne de bombardements sur le centre de la Syrie par les forces aérospatiales russes. Le 13 mai, huit avions de combat russes ont effectué plus de 40 frappes aériennes sur des caches de l'Etat islamique dans les zones suivantes.
    - La périphérie de Palmyre et d'al-Sukhnah dans l'est de Homs;
    - La périphérie de Shulah, Ghabagheb et Jebel Bishri dans l'ouest et le nord-ouest de Deir Ezzor;
    - La périphérie de Resafa et Sufyan dans le sud de Raqqa.
    L'une des frappes aériennes russes qui visait la périphérie de Sukhnah a détruit un véhicule de l'Etat islamique et tué au moins deux jihadistes.

    Les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ont récemment intensifié leurs attaques. Néanmoins, les islamistes sont toujours confinés loin des principaux centres urbains et des routes vitales de la région.

     

     

     

  • Syrie : 15 membres d'une brigade palestinienne pro-régime tués et blessés par Daech

    Imprimer

    Mercredi 5 mai, au moins 15 combattants de la Brigade al-Qods, une unité palestinienne pro-gouvernementale, ont été tués ou blessés à la suite d'une attaque des jihadistes de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'attaque a eu lieu dans la banlieue de la ville de Sukhnah, dans l'est de la province de Homs.

    Trois membres de la brigade al-Qods ont été tués et 12 autres blessés lors d'une attaque menée par des membres de l'Etat islamique alors que fedayin de la brigade al-Qods ratissaient la zone montagneuse al-Amour, à l'est. de Sukhnah, à la recherche des membres de l'Etat islamique.

    Dans un message publié sur l'une de leurs pages Facebook officielles, la Brigade al-Qods a reconnu que deux de ses combattants avaient été tués par l'Etat islamique. Les combattants ont été identifiés comme étant «Walid Sh'alan al-Dali» et «Maher Ibrahim al-Dahir».

    Les cellules de l'Etat islamique sont très actives autour de Sukhnah depuis quelques mois maintenant. Une série d'opérations menées par l'armée syrienne et ses alliés ont contraint les jihadistes à quitter d'autres zones du triangle Hama-Alep-Raqqa et à l'ouest de Deir Ezzor.

    L'attaque contre les combattants de la brigade al-Qods confirme que la menace de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie est toujours présente. Une opération à grande échelle pour sécuriser la zone serait en cours de préparation.

     

  • Syrie : 20 combattants prorégime tués dans une attaque de l'Etat islamique

    Imprimer

    Au moins 20 combattants du régime syrien ont été tués mercredi 3 février 2021 dans une attaque imputée à l'Etat islamique menée dans le vaste désert central du pays, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    L'attaque a eu lieu aux petites heures du matin. Les jihadistes ont attaqué les troupes gouvernementales déployées le long d'une route reliant la ville de Sukhnah dans l'est de Homs à la ville d'Ithriyah dans l'est de Hama.

    Malgré sa mise en déroute en mars 2019 avec la chute de son "califat", l'Etat islamique continue de lancer des attaques meurtrières notamment dans le désert de la Badiya qui s'étend des provinces centrales de Homs et Hama, jusqu'à celle de Deir ez-Zor, dans l'extrême Est.

    Une attaque imputée aux jihadistes dans la province de Hama a tué "20 combattants des forces du régime et des groupes alliés", a indiqué l'OSDH. Parmi les victimes figurent 12 combattants d'une milice locale appelée "brigade Baqer. Les membres de la brigade Baqer décédés (photo) étaient tous originaires d'Alep. Fondée en 2012 à Alep, la Brigade Baqer est l'un des plus grands groupes soutenus par l'Iran en Syrie. Le groupe compte plus de 3000 combattants. Il opère sur plusieurs lignes de front, principalement contre les cellules de l'Etat islamique dans la région centrale.

    463-768x802.jpg

    Les jihadistes ont également essuyé des pertes, a ajouté l'OSDH, sans fournir de bilan exact.

    Après avoir autoproclamé en 2014 un "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, l'Etat islamique a enchaîné les défaites dans les deux pays avant de s'écrouler en mars 2019 en Syrie. Ces derniers mois, la Badiya a été le théâtre de combats réguliers entre les jihadistes qui ont renoué avec la clandestinité et les forces du régime, appuyées par des frappes aériennes de l'allié russe.

    Fin décembre, au moins 37 soldats du régime ont été tués dans une attaque revendiquée par l'Etat islamique et visant un bus qui les ramenait chez eux pour une permission, selon l'OSDH. Il s'agissait d'un des assauts les plus meurtriers depuis la chute du "califat".

    Les forces pro-russes du Cinquième Corps d'assaut et la Brigade palestinienne al-Quds, continuent d'essayer de sécuriser la route Deir Ezzor-Homs avec l'appui des avions de combat russes. Mais cette route stratégique reste extrêmement dangereuse en raison des nombreuses embuscades tendues par les jihadistes de Daech.

    L'OSDH a rapporté que les affrontements entre les forces du régime et l'Etat islamique se poursuivaient toujours ce mercredi matin sur plusieurs axes au sein du triangle Alep-Hama-Raqqa et dans les deux provinces de Homs et Deir ez-Zor.

    Le nombre de pertes humaines pendant la période allant du 24 mars 2019 à nos jours a atteint 1270 morts dans les rangs des forces du régime et des militants qui leur sont fidèles de nationalités syrienne et non syrienne, dont au moins deux russes, en plus à 145 miliciens pro-iraniens de nationalités non syriennes, Ils ont tous été tués lors d'attaques, d'attentats et d'embuscades de l'Etat islamique dans l'ouest de l'Euphrate, le désert de Deir ez-Zor, Raqqa, Homs et As-Soueida.

    L'OSDH a également documenté le meurtre de 4 civils travaillant dans les champs de gaz et de 11 bergers en plus d'une citoyenne, d'une jeune fille et de deux hommes dans les attaques de l'Etat islamique. Les pertes de l'Etat islamique sont estimées par l'OSDH à 703 jihadistes tués au cours de la même période au cours d'attaques et de bombardements aériens.

  • Syrie : Sept fedayin de la brigade palestinienne al-Qods tués et blessés par une frappe de missile tiré par les rebelles du Grand Edleb

    Imprimer

    Saad Edina.jpgJeudi 21 janvier, sept membres de la brigade palestinienne al-Qods ont été tués ou blessés lorsque leur véhicule a été pris pour cible par des rebelles retranchés dans la région du nord-ouest syrien du Grand Edleb.
     
    Les rebelles ont ciblé le véhicule à l'aide d'un missile guidé antichar (ATGM) alors qu'il passait dans la périphérie de la ville de Bsartun à l'ouest de la province d'Alep.
     
    Des sources de l'opposition ont affirmé que trois membres de la brigade al-Qods avaient été tués et quatre autres blessés à la suite de cette attaque. L'une des victimes a été identifiée comme étant le major Moayad Saad Eddina (photo), un commandant de terrain de la brigade al-Qods.
     
    La brigade palestinienne al-Qods, qui compte plus de 1 000 fedayin, soutient le gouvernement syrien depuis 2013. Le groupe est principalement actif à Alep et dans la région centrale du pays.
     
    L'attaque de Bsartun a très probablement été menée par la salle d'opération d'al-Fateh al-Mubin, dirigée par Hay'at Tahrir al-Sham, l'ex branche syrienne d'al-Qaïda.