Boulkessy

  • Mali : Un soldat tchadien de la force conjointe G5-Sahel tué par l’explosion d’une mine

    Imprimer

    Un soldat tchadien de l’unité du 8è bataillon de la Force Conjointe du G5 Sahel a été tué et quatre autres blessés, jeudi 15 avril 2021, au passage de leur véhicule sur un engin explosif improvisé dans les environs de Boulkessy, localité située au nord du Mali dans la zone dite des "trois frontières" entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, a-t-on appris vendredi, d’un communiqué du G5 Sahel.

    Un autre communiqué publié jeudi, par la Force sous régionale indique qu'une cinquantaine de terroristes ont été arrêtés par ses hommes lors d’opérations menées au Burkina Faso et au Mali depuis le début du mois d'avril.

    Dimanche 11 avril 2021, le 8ème bataillon de la Force Conjointe G5 Sahel (FC-G5S) a réussi à démanteler un camp d'entrainement de terroristes aux environs de la localité de Torela à quelques kilomètres de la frontière nord du Burkina Faso et capturé 33 terroristes.

    Face aux défis sécuritaires qui freinent leur développement, cinq États du Sahel : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad ont créé en 2014 un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale, dénommé G5 Sahel.

    Ils ont mis en place en 2017 une Force Conjointe régionale qui a pour mission de lutter contre les terroristes dans les régions frontalières communes en étroite coordination avec toutes les forces nationales et la force Barkhane.

    Cette force, composée d'unités provenant du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, est mandatée pour pouvoir intervenir au-delà des frontières de ces pays dans le cadre d'une règlementation paraphée par les cinq Chefs d'Etat du G5 Sahel.

  • Mali : La Task Force Takuba et l'armée malienne neutralisent un Groupe Armé Terroriste

    Imprimer

    ATT.E.B

    Les forces spéciales "Drapeau de la France" et "Drapeau de l'Estonie" du TG n°1 de la Task Force Takuba et les FAMa_DIRPA (armée malienne) de l’ULRI n°1 ont surpris et neutralisé un groupe armé terroriste (GAT) en pleine progression.
     
    Cette action a notamment permis la libération d’un civil malien capturé le matin même. 

    Attaque de deux camps de l'armée malienne près de la frontière du Burkina Faso
    Par ailleurs, on a appris des sources de sécurité que les camps de l'armée malienne de Mondoro et Boulkessy, près de la frontière avec le Burkina Faso avaient été la cible d'attaques terroristes simultanées au cours de la nuit du samedi 23 au dimanche 34 janvier. Les affrontements ont duré jusqu'à 6 heures du matin.

    Le bilan pour le camp de Mondoro est de deux militaires tués et neuf autres blessés. Le camp a subi des dégâts matériels mais il a tenu bon et les assaillants ont été repoussés. Ils ont pris la fuite non sans avoir emmené avec eux des équipements militaires.

    Ce dimanche 24 janvier 2021, que les camps de  Mondoro et Boulikessi ont fait l’objet d’attaques terroristes simultanées. Selon les sources, des coups de feu ont été entendus jusqu’aux environs de 06H.
     
    A Boulkessi, on déplore morts parmi les militaires tandis que 5 corps des assaillants sont visibles sur le terrain. Les terroristes ont pris la fuite, abandonnant sur place une trentaine de motos. 

  • Mali : 15 éléments armés tués par l'armée française

    Imprimer

    Des rapports ont dévoilé, vendredi 15 janvier, que l'armée française avait lancé, il y a plusieurs jours, une opération militaire au Mali tuant 15 membres de Groupements Terroristes Armés (GAT).
     
    La même source a déclaré que l’opération avait, le 9 janvier, pris pour cible un groupe affilié à Al-Qaïda dans la région de "Boulkessy" à la frontière du Mali avec le Burkina Faso.
     
    Les rapports ont indiqué que l'attaque avait entraîné la mort de 15 éléments armés et la saisie de grandes quantités de munitions.
     
    Les forces armées françaises ont annoncé, le 8 janvier, que 6 soldats français avaient été blessés, lors d'un attentat-suicide au véhicule piégé à Gourma dans le centre du Mali.
     
    Il s'agit de la troisième attaque en moins de deux semaines, après le meurtre de 5 soldats lors de deux opérations armées, début janvier, dans une escalade soudaine ayant coïncidé avec l'annonce de la volonté de Paris relative à la négociation avec les groupes armés locaux, à l'exclusion d'Al-Qaïda et de l'État islamique.
     
    Paris entend réduire le nombre de ses forces militaires dans la région du Sahel de l'Afrique connues sous le nom de l'Opération Barkhane. Cette dernière est intervenue au Mali pour la première fois début août 2014 pour lutter contre le terrorisme.

  • Mali : Affrontements entre jihadistes du JNIM et chasseurs Donzo

    Imprimer

    Selon des sources locales, des affrontements ont eu lieu, ce jeudi matin 31 décembre, entre des hommes armés présumés du Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM ou JNIM en anglais) et des Donzo (chasseurs traditionnels), dans la zone de Gouma Koura. Le bilan provisoire fait état d'un blessé côté Donzo.

    Dans un autre incident, un engin explosif a visé ce matin, un véhicule de l'armée malienne, à Boulkessy près de la frontière avec le BurkinaFaso, sans faire de victimes.

  • Mali : trois militaires tués dans une embuscade à Boulkessy (centre)

    Imprimer

    Trois soldats maliens ont été tués et quatre autres ont été blessés, mercredi 23 septembre, dans une embuscade à boulkessy près de la frontière avec le Burkina Faso, dans le centre du Mali, a annoncé le ministère malien de la Défense et des anciens combattants dans un communiqué.

    "Le 23 septembre aux environs de 12h45 une mission de patrouille des forces armées maliennes (FAMa) du poste du G5 Sahel est tombée dans une embuscade au sud de Boulkessy", précise le ministère dans le communiqué.

    Le bilan provisoire est de trois morts et quatre blessés côté FAMa et d'une quinzaine de blessés du côté de l'ennemi, précise la même source sans donner plus de détails sur l'identité des assaillants. Les militaires blessés ont été évacués vers Sévaré avec le soutien de la Minusma (Mission onusienne au Mali), ajoute le communiqué.

    Condamnant "avec fermeté cette attaque lâche des terroristes", le ministère "salue la bravoure et la déterminations des soldats qui se sont battus pour repousser l’ennemi et maintenir leur position'.

    Lien permanent Catégories : Boulkessy, MALI, Minusma, Sévaré 0 commentaire