Boukadoum Sabri

  • Libye: L'Algérie est prête à jouer un rôle plus important dans la crise libyenne

    Imprimer

    Le ministre algérien des Affaires étrangères , Sabri Boukadoum, s'est rendu à Tripoli le 27 janvier pour une rencontre avec son homologue de Tripoli, Mohamed Sayala, et le Premier ministre du gouvernement de Tripoli, Fayez al-Sarraj. Au centre des discussions, le rôle de l'Algérie dans la crise libyenne.

    La visite fait partie d'une tournée plus large, qui a vu le ministre algérien se rendre également en Angola, en Afrique du Sud et au Kenya. Lors de la rencontre bilatérale avec al-Sarraj, toujours Premier ministre du gouvernement libyen d'accord national (GNA) et chef du Conseil présidentiel libyen, Boukadoum a réitéré le soutien de son pays à la trajectoire politique libyenne vers les élections législatives et présidentielles prévues le 24 décembre 2021 et a déclaré que l'Algérie était prête à jouer un plus grand rôle dans les pourparlers visant à résoudre la crise libyenne et à apporter une plus grande stabilité au pays d'Afrique du Nord.

    Des déclarations similaires sont également intervenues au cours de conversations avec son homologue de Tripoli, Sayala. Le ministre algérien, lors des réunions qui ont également vu la présence d'autres responsables et représentants libyens, dont le chef du Haut Conseil d'Etat, Khaled al-Mishri, a ensuite déclaré que l'Algérie comptait "sur l'unité de la population libyenne" pour faire face avec l'ingérence d'acteurs extérieurs, mais qui, en tout cas, ne laissera pas la Libye seule. Au contraire, Alger est prête à soutenir la Libye, sur la base d'expériences similaires vécues par l'Algérie elle-même et à la lumière des bonnes relations établies avec toutes les parties libyennes impliquées dans la crise.

    Dans le même temps, les derniers développements sur la scène libyenne et les moyens de renforcer les liens de coopération bilatérale entre la Libye et l'Algérie dans des domaines définis comme "vitaux" ont été examinés. Par ailleurs, Alger s'est dit prête à rouvrir son ambassade à Tripoli, après une fermeture qui a duré sept ans, pour des raisons de sécurité. Al-Sarraj, pour sa part, a salué la visite du ministre algérien et les intentions du pays voisin, avec lequel il partage une frontière d'environ 1000 kilomètres.

    Dans ce contexte, le président de la Chambre des représentants de Tripoli, Hammouda Siyala, a remercié l'Algérie pour le rôle qu'elle continue de jouer en Libye, sur la base des relations de bon voisinage qui lient les deux pays, tout en soulignant la nécessité de tenir des élections capables de rétablir un rôle décisionnel pour le peuple libyen. A cet égard, Boukadoum a souligné que l'Algérie est favorable à une solution à la crise "intra-libyenne ", sans l'ingérence des parties extérieures, et a souligné la nécessité de parvenir à un accord politique précisément par le biais d'un dialogue intra-libyen., Capable de favoriser l'unification des institutions libyennes légitimes et, par conséquent, la garantie de l'unité du peuple libyen et de sa souveraineté sur les territoires libyens.

    L'Algérie, avec la Tunisie, a promu à plusieurs reprises une solution politique à la crise libyenne. À cet égard, une conversation téléphonique entre le  Premier ministre de Tripoli, al-Sarraj, et le chef de l'Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune , remonte au 30 septembre, dans laquelle la nécessité de mettre fin à toute forme d '"ingérence extérieure négative" dans les affaires internes libyennes et de favoriser un dialogue entre les différentes composantes libyennes, qui pourrait conduire à des élections législatives et présidentielles dans les plus brefs délais. De plus, c'est le président Tebboune lui-même qui a annoncé le  20 juillet 2020, le lancement d'une nouvelle initiative en collaboration avec la Tunisie, visant à tenter de résoudre le conflit libyen par la médiation de pays africains neutres. Selon la perspective algéro-tunisienne, la résolution de la guerre en Libye devait passer exclusivement par le dialogue. En ce sens, le président d'Alger avait souligné que l'avantage des deux pays porteurs de l'initiative était d'être à égale distance des parties en conflit.

    À ce jour, la Libye semble s'être engagée sur la voie de la transition démocratique souhaitée, sous l'égide des Nations Unies et de la Mission d'appui de la MANUL. Tout cela a été favorisé par l'accord de cessez-le-feu conclu le 23 octobre 2020 à Genève, lors d'une réunion du Comité militaire mixte 5 + 5, en présence de délégués des deux parties belligérantes, le GNA et l'Armée Nationale Libyenne  (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar. A court terme, il sera nécessaire de déterminer les membres des nouveaux organes exécutifs temporaires, le gouvernement unitaire et le conseil présidentiel, qui dirigeront la Libye jusqu'aux élections de décembre, ainsi que les «positions souveraines». 

  • Algérie: le président nomme Abdelaziz Djerad Premier ministre

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a nommé vendredi Abdelaziz Djerad (photo) au poste de Premier ministre, a annoncé la télévision publique, citant un communiqué de la présidence.
    Peu connu sur la scène politique, il a « été chargé de constituer un nouveau gouvernement », selon la même source.
    Né en 1954 à Khenchela, il est diplômé de la faculté des sciences politiques d’Alger et docteur d’État de l’université Paris-Nanterre. Professeur de relations internationales à la faculté des sciences politiques et à l’École nationale d’administration (ENA), il a aussi dirigé cette prestigieuse école pendant cinq ans.
    Djerad a également exercé les fonctions de secrétaire général de la présidence de la République sous Liamine Zeroual et de secrétaire général du ministère des Affaires étrangères. Membre du bureau politique du FLN, il a été écarté en 2003 à cause, semble-t-il, de sa proximité avec Ali Benflis. C’est aussi à cette période qu’il a quitté le ministère des Affaires étrangères. Par la suite, il subira, selon des comptes rendus de la presse de l’époque, les représailles du cercle présidentiel.
    À l’époque déjà, il disait que « les commis de l’État ne doivent pas déshonorer leur fonction » et appelait à ce que « les serviteurs de l’État soient mis à l’abri des abus du pouvoir politique » (Liberté du 10 novembre 2003).
    Il a fait son retour au FLN en 2016 en tant que membre du comité central, mais il se retirera lorsque Djamel Ould Abbès est nommé secrétaire général du parti. Depuis quelques années, Abdelaziz Djerad est surtout connu pour ses ouvrages, ses articles et ses interventions dans les médias.
    Des déclarations favorables au Hirak (mouvement de contestation)
    Ces derniers mois, il n’a pas cessé d’éclairer l’opinion sur la situation politique du pays et les voies d’une sortie de crise rapide. Globalement, il s’est montré favorable au Hirak populaire dès le début et s’est toujours exprimé en faveur d’un changement des pratiques du système en place et du mode de gouvernance.
    En avril dernier, sur la Chaîne III, il proposait de « mettre en veilleuse l’article 102 » et déclarait sans ambiguïté que « la crise est politique, il faut une solution politique », en réponse à ceux qui privilégiaient de s’en tenir à la lettre de la Constitution.
    « Si un président est élu dans le cadre du dispositif actuel qui est imposé au peuple algérien, il y aura une autre crise plus importante et une rupture totale entre les gouvernants et les gouvernés », estimait-il encore.
    Dans un entretien à TSA en juin dernier, il a qualifié l’ANP de détenteur du pouvoir réel, et appelé au départ des fameux trois B. « Dans toute négociation ou dialogue, il y a des signaux qu’on doit envoyer au vis-à-vis avec qui on dialogue. Le pouvoir réel, en d’autres termes l’institution militaire, pourrait envoyer des signaux en faisant partir le Premier ministre et peut-être aussi le président de l’État, d’autant plus que le départ de ces deux personnages ne coûtera absolument rien politiquement. De mon point de vue, ce sera un avantage que de se débarrasser de ces verrous. Ensuite désigner soit une personnalité ou un groupe de personnes en vue de définir les termes d’un véritable dialogue. Il est clair qu’avec le Premier ministre et le chef d’État la confiance ne pourra pas être établie. Or, dans tout dialogue ou négociation il faut qu’il y ait une confiance entre les partenaires. Même s’ils ne sont pas d’accord sur la forme et le fond, le fait de se réunir autour d’une table n’a pas un coût politique pour l’institution militaire. C’est pour cela que les analystes ne comprennent pas le pourquoi de cette résistance. Personnellement je persiste à dire qu’il n’y a pas de coût politique en faisant partir Bedoui et Bensalah », disait-il.
    Quand il a été interviewé, toujours par TSA, en juillet, sur la situation des droits de l’Homme et la répression du hirak, ses propos ont été moins tranchés. « Quand vous constatez qu’il y a des slogans qui remettent en cause la direction de l’armée et l’institution militaire ou encore ceux qui essayent d’aborder les problèmes politiques, notamment l’opposition, en tentant de trouver une plateforme de dialogue, etc. Quand on constate la violence extraordinaire qu’il y a sur les réseaux sociaux sans qu’il y ait aucune proposition pour trouver une solution à la crise, tout cela suscite des réactions négatives », avait-il analysé.
    La nomination d’Abdelaziz Djerad s’apparente à un message envoyé au Hirak populaire. L’option de l’ouverture d’un dialogue avec ce dernier ne semble donc pas avoir été abandonnée. Ses proches le présentent même comme un « démocrate ». Il lui appartient de le confirmer maintenant qu’il est aux commandes de l’Exécutif. Ses premières décisions sont très attendues.
    Il succède à Sabri Boukadoum, ministre des Affaires étrangères qui avait été nommé Premier ministre par intérim après la démission de Noureddine Bedoui le 19 décembre, jour de l’intronisation de M. Tebboune comme nouveau chef de l’Etat.