Boko Haram au Tchad

  • Tchad : libération de 12 otages et neutralisation de 20 combattants de Boko Haram

    Imprimer

    (Attention E.B.)

    Des accrochages de l’armée tchadienne avec des djihadistes de Boko Haram, à Barkalam et à Bilabrim non loin de la frontière nigérienne, se sont soldés par la neutralisation de 20 islamistes et la libération de 12 otages, a-t-on appris de sources concordantes, dimanche. Trois soldats tchadiens ont été blessés dans ces opérations.

    L’information a été communiquée à la presse locale samedi 26 septembre par Chérif Mahamat Zène, porte-parole du gouvernement.

    « Deux accrochages entre l'armée tchadienne et des éléments terroristes de Boko Haram ont eu lieu » jeudi 24 septembre « à 11 heures et 12 h 40 dans le Lac Tchad, respectivement à Barkalam près de la frontière nigériane et à Bilabrim non loin de la frontière nigérienne », a annoncé à la presse, le ministre tchadien de la Cmmunication, porte-parole du gouvernement, Chérif Mahamat Zène.

    « A Barkalam, l'armée a enregistré un blessé, neutralisé 15 terroristes, détruits 3 hors-bords, et a récupéré plusieurs armes individuelles. 12 civils dont 3 femmes, 2 filles et 7 enfants ont été libérés », a-t-il précisé.

    D’après le porte-parole du gouvernement tchadien, « à Bilabrim, deux soldats ont été blessés et cinq terroristes tués ». Les blessés ont été transportés à N'Djaména.

    Chérif Mahamat Zène a, par ailleurs, annoncé que les femmes et les enfants seront officiellement remis au ministère en charge de la Femme et de la Petite enfance « pour leur réinsertion » dans la société.

    Pour rappel l’armée tchadienne a été la cible, fin mars, d’une violente attaque terroriste menée contre un camp militaire à Boma dans le Lac Tchad. 100 militaires tchadiens avaient été tués lors de cette attaque.

    « Pendant que nous sommes en lutte contre le coronavirus, les illuminés de Boko Haram ont attaqué nos forces armées dans le lac Tchad », avait tweeté le 24 mars le président tchadien, Idriss Deby Itno, au lendemain de cette attaque menée par le mouvement insurrectionnel terroriste à Boma, dans la province du lac Tchad.

    En réaction à cette attaque, le président Deby a lancé et cordonné, du 24 mars au 9 avril, l’opération « Colère de Boma », une offensive contre Boko Haram au Lac Tchad.

    Le bilan de cette offensive faisait état de 52 morts et 196 blessés du côté de l’armée tchadienne et « 1000 terroristes de Boko Haram neutralisés » selon l’Etat-major de l’armée tchadienne.

  • Tchad : dix soldats tchadiens tués dans une embuscade tendue par les jihadistes dans la région du lac Tchad

    Imprimer

    Dix militaires de l’armée tchadienne ont été tués et sept autres blessés dans la région du Lac Tchad, a indiqué dimanche le gouverneur de la province du Lac, le général de division Abadi Saïr Fadoul.

    « Ces militaires sont tombés, le jeudi 17 septembre, au cours d’une offensive des forces tchadiennes de la Force Mixte Multinationale( FMM) contre un camp de Boko Haram dans la zone du lac Tchad », a-t-il ajouté.

    « Lors de cette offensive, les forces qui menaient l’opération sont malheureusement tombées dans une embuscade tendue par des terroristes de Boko Haram », a précisé le gouverneur Abadi.

    La région du Lac Tchad est régulièrement le théâtre d'attaques du groupe terroriste islamiste nigérian.

    Fin mars dernier, les combattants de Boko Haram ont infligé de lourdes pertes à l’armée tchadienne lors de combats dans la région des lacs, à Boma, près des frontières communes entre le Nigeria, le Niger et le Cameroun.

    Selon le gouvernement tchadien, Boko Haram a tué près de 100 militaires tchadiens dans cette attaque à Boma, dans la province du Lac.

    En riposte à cette attaque, l’armée tchadienne a mené une large offensive tuant au moins 1000 combattants de Boko Haram, selon un bilan établi par la présidence tchadienne.

    Depuis plusieurs mois, le groupe Boko Haram, dont l’insurrection est née au Nigeria en 2009, multiplie les actions dans la région du lac Tchad.

    Lakechad_map-800x450_center_center.png

    Fin janvier, une autre attaque terroriste avait déjà fait une demi-douzaine de morts dans les rangs de l’armée tchadienne.

    Depuis 2015, les pays de la région luttent contre Boko Haram au sein de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition régionale engagée dans la région du Lac Tchad avec l'aide de comités de vigilance composés de citoyens locaux.

  • Tchad : six militaires tués dans deux attaques

    Imprimer

    (Attention E.B.)

    Six militaires tchadiens ont été tués et plusieurs autres blessés, dans deux attaques distinctes, vendredi et samedi, respectivement au Lac Tchad et près des frontières libyennes, a-t-on appris de sources sécuritaires, dimanche.

    « Samedi, l’un des véhicules de l’armée tchadienne qui effectuait des patrouilles entre les départements de Fouli et Kaya, a sauté sur une mine de Boko Haram à Fouli », a indiqué le gouverneur de la province du Lac, le général de division Abadi Saïr Fadoul.

    « Trois militaires ont été tués et huit autres blessés dans l’explosion », a précisé le gouverneur Abadi.

    Une deuxième attaque avait eu lieu, la veille, au nord du Tchad. Trois agents des renseignements ont été tués par un autre groupe armé selon les autorités locales tchadiennes.

    « Vendredi vers 14 heures, des hommes armés ont ouvert le feu sur un véhicule qui avait à bord des agents des renseignements, en mission de reconnaissance à Kouri près de la frontière avec la Libye », a indiqué le gouverneur de Tibesti, Ali Maidé Kébir.

    « Le bilan fait état de trois militaires tués et deux blessés. Pour l’heure, les terroristes qui ont ouvert le feu sur nos forces n’ont pas été identifiés. Dans cette localité, les forces tchadiennes font souvent face aux rebelles tchadiens, soudanais, libyens et des orpailleurs », a souligné le gouverneur.

    Depuis la découverte des mines d'or dans le massif du Tibesti dans les années 2012-2013, de nombreux Tchadiens et étrangers tentent leur chance dans les sites d'orpaillage du nord tchadien. Il y a souvent des affrontements très violents dans cette localité aurifère du Tibesti.

    En décembre 2018, des combats meurtriers entre des groupes armés venus de Libye et des orpailleurs ont eu lieu dans la zone aurifère de Kouri Bougoudi.

    Selon la Convention tchadienne des droits de l'homme (CTDH), plus de 30 personnes avaient trouvé la mort et de plus de 200 blessés parmi les orpailleurs dans ces affrontements.

  • Tchad : dix morts dans une attaque de Boko Haram dans la province du Lac Tchad

    Imprimer

    Au moins dix personnes ont trouvé la mort et plusieurs autres ont été blessées dans une attaque perpétrée par des éléments du groupe terroriste Boko Haram dans la nuit de jeudi à vendredi à Tinana, localité située dans la province du Lac Tchad.
    « Dans la nuit de jeudi à vendredi vers minuit, des combattants de Boko Haram lourdement armés ont attaqué la localité de Tinana, située à une vingtaine de kilomètre de Kaïga Kindjiria, dans le département de Kaya, province du Lac », a précisé le gouverneur de la province du Lac, Abadi Saïr Fadoul.
    Deux femmes ont également été enlevées et des biens pillés par les assaillants qui on pris la fuite.
    L’Armée nationale tchadienne (Ant), mène depuis vendredi une opération de ratissage dans le Lac Tchad « pour retrouver et neutraliser les terroristes », a poursuivi le gouverneur.
    Le gouverneur estime que cette attaque qui a eu lieu à la veille de la fête de Tabaski, était mûrement planifiée par les assaillants qui cherchaient à s'approvisionner en denrées alimentaires.
    Les attaques terroristes se sont intensifiées, durant les derniers mois, autour du lac Tchad vaste étendue d'eau partagée par le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Nigeria.
    Le 23 mars dernier, au moins 92 soldats tchadiens avaient été tués au cours d'affrontements avec les jihadistes de Boko Haram à Boma, dans la province du Lac.

  • Tchad : huit soldats tués dans l’explosion d’une mine dans la région du Lac Tchad

    Imprimer

    Au moins huit militaires tchadiens ont été tués et une dizaine d'autres blessés lors du passage de leur véhicule sur une mine dans la région du Lac Tchad.
    "Le 8 juillet, huit de nos soldats sont tombés et une dizaine d’autres ont été blessés lorsque l’un des véhicules de leur contingent a sauté sur une mine de Boko Haram à Kalam, localité située dans la zone du Lac Tchad", a expliqué le gouverneur de la province du Lac, Abadi Saïr Fadoul.
    La zone du Lac Tchad est, depuis 2015, la cible d’attaques récurrentes perpétrées par le groupe terroriste nigérian Boko Haram.
    Les pays riverains du Lac Tchad ( Cameroun, Niger, Tchad et Nigeria) luttent depuis près de cinq ans contre ces terroristes au sein de la Force Mixte Multinationale (FMM), une coalition militaire régionale appuyée par des comités de vigilance locaux.
    "Mais leur engagement discontinu et des problèmes de financement combinés à une planification désordonnée ont nui à l'efficacité de cette force", a récemment déclaré l’ONG International Crisis Group.
    Pour mieux faire face aux terroristes de Boko Haram, l’ONG estime que la FMM doit renforcer ses capacités de planification, de coordination et d’échange de renseignements.

  • Frontlive-Chrono : Principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel

    Imprimer

    La Syrie affirme que ses oléoducs offshore ont encore été la cible d’un sabotage

    Le gouvernement syrien a affirmé lundi que des explosifs avaient été placés sur les oléoducs offshore de la raffinerie de Banias, précisant que les dommages n’avaient toutefois pas interrompu les opérations. Des hommes-grenouilles ont placé des « engins explosifs » pour endommager les infrastructures destinées aux navires qui déchargent leur cargaison par des pipelines sous-marins, a déclaré…

    Syrie : Les lignes de défense des rebelles dans le sud-est d’Idlib se sont effondrées – Maaret an-Numan est au bord de la chute

    L’armée progresse rapidement vers la ville de Maaret al-Numan, dans le sud-est de la province, où les rebelles battent en retraite. Cette ville est très importante d’un point de vue stratégique. Elle est encore occupée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Sham » qui constituent une force rebelle importante. L’opération offensive de la SAA a été…

    Tchad : six soldats tchadiens tués dans l’attaque de Boko Haram

    La dernière en date d’une vague d’attaques djihadistes qui s’intensifie a eu lieu dans l’après-midi du 27 janvier près de l’île de Tetewa, dans le lac Tchad. Six soldats tchadiens ont été tués et dix autres blessés au cours d’une embuscade attribuée au groupe djihadiste Boko Haram dans la région instable du lac Tchad lundi,…

    Lien permanent Catégories : 25ème Division des Forces de Mission Speciale, Abugrein, Armée Arabe Syrienne (AAS), Armée de l'air russe en Syrie, Armée Nationale Libyenne, Armée tchadienne, Banyas, Boko Haram au Tchad, Forces Tiger, Ghanem Ali (ministre du pétrole), Gouvernement d'unité nationale (GNA), Haftar Khalifa, Hayat Tahrir ash-Sham (HTS), Intervention militaire turque en Libye, ISWAP au Tchad, Kaiga Kindjiria, LIBYE, Mandrari, Ma’aret al-Nu’man, Milices de Misrata, Misrata, Nombre de déplacés, Oléoduc sous-marin, Politique des Emirats Arabes Unis en Libye, Postes d'observation turcs en Syrie, Raffinerie de Banyas, Sabotage des oléoducs sous-marins, Saraqeb, SYRIE, Taher Erda (chef d'état-major tchadien), TCHAD, Tetewa (île du lac Tchad) 0 commentaire