bloc Fattah (pro-iranien)

  • Irak : Le leader chiite Al-Sadr crie victoire aux élections législatives

    Imprimer

    Sadr Moqtada.jpgLe théologien nationaliste chiite Moqtada al-Sadr (photo ci-contre) a annoncé sa victoire aux élections législatives qui ont eu lieu le 10 octobre, malgré le fait que les résultats officiels du vote n'aient pas encore été publiés.

    Dans une allocution télévisée, al-Sadr a déclaré que le gouvernement qui devrait être formé avec sa participation chercherait le retrait de toutes les troupes étrangères d'Irak. "Nous accueillons toutes les ambassades qui n'interfèrent pas dans les affaires intérieures de l'Irak", a-t-il ajouté, exhortant ses partisans à s'abstenir de tirer lors de la célébration de la victoire.

    Selon des données non officielles, les sadristes ont remporté 73 des 329 sièges du parlement irakien. Par rapport aux élections de 2018, leur représentation a augmenté de 19 mandats. En deuxième position se trouve le mouvement dirigé par l'ancien Premier ministre Nouri al-Maliki. Le bloc pro-iranien "Fattah" arrive en troisième position.

    Le boycott l'emporte
    Seuls 41 % des Irakiens ayant le droit de vote ont participé aux élections législatives en Irak. Le faible taux de participation record était le résultat d'un boycott par de nombreux mouvements politiques.

    Dans la capitale irakienne Bagdad, un peu plus de 30% des électeurs ont participé au vote. La passivité est une manifestation de la méfiance à l'égard de l'ensemble du système politique, la conviction que les élections ne sont pas capables de changer la situation dans un pays en proie à la corruption.

    Les résultats des élections devraient être annoncés dans les prochaines heures. Alors l'une des principales interrogations du scrutin sera résolue : qui deviendra la principale force politique de la rue chiite où les partisans nationalistes de Moqtada Sadr s'opposent au bloc pro-iranien du Fattah.

    Les pro-Iraniens parlent de fraude
    Parallèlement, d'éminents représentants des forces chiites fidèles à l'Iran ont une"manipulation" et des "fraudes" dans les résultats du processus électoral, ce qui augure de négociations difficiles entre les blocs politiques cherchant à dominer un parlement fragmenté.

    Abu Ali al-Askari, porte-parole du Kata'ib Hezbollah, l'une des factions chiites pro-iraniennes les plus influentes, a annoncé lundi dans un communiqué que "ce qui s'est passé lors des élections représente la plus grande fraude et tromperie du peuple irakien dans l'histoire moderne."

    L'alliance al-Fattah a annoncé, mardi soir 12 octobre, qu'elle rejetait les résultats préliminaires annoncés par la Commission électorale.

    Cependant, malgré leur défaite, le courant politique allié à l'Iran reste un acteur incontournable de la scène politique irakienne. Dans un pays où une forte division politique caractérise la scène, le jeu politique ne se limite pas aux couloirs du Parlement, mais la rue a son mot à dire, les grands partis détenant une carte de pression représentée par leurs factions armées.

    La défaite des pro-iraniens n'est pas une surprise
    La baisse de popularité des forces fidèles à l'Iran ne surprend pas les observateurs. La colère contre les forces pro-iraniennes s'était intensifiée, notamment après la répression sanglante des manifestations de "Tishreen" en 2019. Les manifestants ont accusé les "groupes armés" chiites pro-iraniens d'être intervenus pour mater les manifestations.