Blinken Antony

  • L'Afghanistan deviendrait un "Etat paria" si les talibans s'imposent par la force, selon Blinken, chef de la diplomatie américaine

    Imprimer

    Blinen.jpegL'Afghanistan deviendrait un "Etat paria" si les talibans devaient prendre le pouvoir par la force et "commettre des atrocités contre leur peuple", a prévenu mercredi 28 juillet à New Delhi le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken (photo). Il a jugé "profondément préoccupantes" les informations faisant état d'atrocités perpétrées par les insurgés au cours de leur offensive généralisée dans les régions dont ils ont pris le contrôle.

    La conquête-éclair par les talibans de vastes pans du territoire afghan en moins de trois mois, lors d'une offensive tous azimuts, inquiète l'Inde et les autres voisins de l'Afghanistan, alors que le retrait définitif des forces internationales, présentes depuis 20 ans dans le pays, est désormais quasiment achevé. "Un Afghanistan qui ne respecterait pas les droits de son peuple, un Afghanistan qui commettrait des atrocités contre son propre peuple deviendrait un Etat paria", a déclaré Antony Blinken.

    "Les talibans disent vouloir la reconnaissance internationale, le soutien international pour l'Afghanistan, ils veulent probablement que leurs dirigeants puissent voyager librement à travers le monde, la levée des sanctions, etc. Et bien, prendre le pouvoir par la force et violer les droits de leur peuple n'est pas la bonne manière d'y parvenir", a-t-il martelé lors d'une conférence de presse avec son homologue indien.

    Lien permanent Catégories : AFGHANISTAN, Blinken Antony, TALIBAN 0 commentaire
  • Arabie saoudite : L'assassinat de Khashoggi approuvé par le prince héritier Mohammad Ben Salmane, selon les renseignements américains

    Imprimer

    salman-mhamad-salman-sodyah-elrttjrkejt655 (1).jpgLe prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (photo) est responsable du meurtre de Jamal Khashoggi, a révélé l'administration américaine dans un rapport très attendu détaillant les conclusions de la communauté du renseignement américain sur le meurtre.

    Le rapport modifiera probablement les liens des décideurs politiques américains avec l'Arabie saoudite et le prince héritier, connu sous les initiales de MBS, en particulier. 

    "Nous estimons que le prince héritier d'Arabie saoudite Muhammad bin Salman a approuvé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi", indique le rapport, publié vendredi.

    Le président Joe Biden a déjà suggéré qu'il renoncerait à avoir des relations avec le prince héritier et traiterait directement avec le vieillissant roi Salman. Cette décision risque d'entraîner des difficultés de relations entre les deux alliés car le prince Ben Salmane est  le dirigeant de facto du royaume.

    Le rapport indique que les responsables du renseignement américain ont conclu que MBS avait ordonné l'assassinat, sur la base de son contrôle des décisions majeures dans le royaume.

    "Nous basons cette évaluation sur le contrôle du prince héritier sur la prise de décision dans le Royaume depuis 2017, l'implication directe d'un conseiller clé et des membres du service de protection de Muhammad bin Salman dans l'opération, et le soutien du prince héritier à l'utilisation de mesures violentes pour faire taire les dissidents à l'étranger , y compris Khashoggi", indique le document du renseignement américain.

    Biden s'est entretenu au téléphone avec le roi Salman moins de 24 heures avant de publier le rapport, mais une déclaration de la Maison Blanche décrivant leur conversation ne mentionnait pas Khashoggi.

    "Le président a dit au roi Salman qu'il travaillerait pour rendre la relation bilatérale aussi solide et transparente que possible", a-t-il déclaré." Les deux dirigeants ont affirmé la nature historique de la relation et ont convenu de travailler ensemble sur des questions d'intérêt et de préoccupation mutuels.

    Khashoggi, un ancien initié du gouvernement saoudien, était devenu un défenseur de la démocratie et un critique influent du prince héritier avant son assassinat en octobre 2018. 

    Des agents du gouvernement saoudien l'ont tué et démembré au consulat du royaume à Istanbul. Les responsables saoudiens ont insisté pendant 17 jours après le meurtre sur le fait que Khashoggi avait laissé le bâtiment vivant avant de finalement reconnaître qu'il avait été tué. Cependant, Riyad affirme toujours que l'assassinat était une opération non autorisée qui s'est déroulée sans l'approbation des hauts dirigeants.

    Khashoggi était un résident américain qui écrivait pour le Washington Post et Middle East Eye. Son assassinat a provoqué une réaction massive de la part des législateurs des deux principaux partis, qui ont exigé des comptes pour le meurtre.

    Mais l'ancien président Donald Trump a tenté de protéger les dirigeants saoudiens de la colère qui se préparait à Washington, citant souvent le rôle géopolitique de Riyad dans la lutte contre l'Iran et les accords d'armement avec les fabricants d'armes américains. 

    À la fin de 2019, le Congrès a adopté une loi ordonnant au chef du renseignement américain de soumettre aux législateurs dans les 30 jours un rapport non classifié décrivant «les connaissances et le rôle avancés» de tout responsable saoudien dans «la direction, l'ordre ou la falsification des preuves dans le meurtre de Khashoggi ". 

    L'administration Trump a tout simplement ignoré la demande juridiquement contraignante. Il a publié une déclaration au Congrès affirmant que la publication d'un tel rapport compromettrait les sources et les méthodes de la communauté du renseignement américain.

    On a longtemps supposé qu'une opération de l'ampleur de l'assassinat de Khashoggi - où l'équipe de frappe a utilisé les ressources de l'État saoudien et de la diplomatie - n'aurait pas pu avoir lieu sans l'approbation de MBS. 

    Les médias américains ont indiqué à la fin de 2018 que la CIA avait conclu que MBS était responsable du meurtre. Les législateurs qui ont reçu des séances d'information confidentielles sur la question sont également arrivés à la même conclusion.

    "Si le prince héritier se présentait devant un jury, il serait condamné en 30 minutes", a déclaré à la presse le sénateur républicain Bob Corker en décembre 2018, après une réunion avec des responsables du renseignement à huis clos.

    Les défenseurs de la justice pour le journaliste assassiné soutiennent depuis longtemps que la publication du rapport des services de renseignement américains au public est une étape importante pour garantir la responsabilité du meurtre.
     
    Agnes Callamard, la rapporteure de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires qui a découvert dans une enquête de 2019 que le meurtre était un crime sanctionné par l'État, a appelé Washington à partager ses conclusions sur le meurtre.

    "D'un point de vue juridique international et d'un point de vue politique international, la publication publique d'un document avec l'évaluation de la CIA - un document qui pourrait être sondé par d'autres - rendra beaucoup plus difficile pour le reste du monde, en particulier les gouvernements, d'ignorer L'implication personnelle de Mohammad ben Salmane dans l'opération qui a conduit au meurtre et au démembrement de Jamal Khashoggi », a déclaré Callamard  l'année dernière. 

    Le prince héritier a personnellement nié toute implication dans l'assassinat. Lorsqu'on lui a demandé s'il avait ordonné l'opération, bin Salman a déclaré à CBS News en 2019: "Absolument pas".

    Lors de son audition de confirmation en janvier, la directrice du renseignement national Avril Haines s'est engagée à publier le rapport. 

    Le document non classé intervient alors que l'administration Biden dit qu'elle réévalue les relations américano-saoudiennes. Mercredi, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a réaffirmé que le président américain contournera MBS lorsqu'il traitera avec l'Arabie saoudite, et correspondra plutôt avec le roi Salman - "homologue à homologue".

    Début février, Biden a mis fin au soutien américain aux «opérations offensives» saoudiennes au Yémen, mais a réaffirmé l'engagement de Washington en faveur de la sécurité du royaume.

    "Cette confirmation du rôle de ben Salmane souligne le besoin urgent d'une nouvelle approche de la relation américano-saoudienne", a déclaré William Hartung, directeur du projet Arms and Security au Center for International Policy, dans un communiqué. 

    "Le régime saoudien doit être tenu pour responsable de ses crimes au pays et à l'étranger, y compris non seulement le meurtre de Khashoggi, mais aussi dans son rôle central dans la création de la pire catastrophe humanitaire au monde au Yémen."

    Ryad "rejette totalement" le rapport américain
    L'Arabie saoudite a "totalement rejeté" vendredi le rapport des services de renseignement américains qui ont accusé le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane d'avoir "validé" l'assassinat du journaliste et critique saoudien Jamal Khashoggi en 2018.

    "Le gouvernement d'Arabie saoudite rejette totalement les conclusions fausses et préjudiciables contenues dans le rapport concernant la direction du royaume et ne peut les accepter en aucun cas (...)", a affirmé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

    Sanctions contre 76 personnalités saoudiennes considérées comme des menaces pour les dissidents
    Dans la soirée du vendredi 26 février, on apprenait que le secrétaire d'État américain Tony Blinken avait imposé des restrictions de voyage à 76 individus saoudiens représentant des menaces envers les dissidents. Parmi les personnalités saoudiennes sanctionnées, on trouve le chef adjoint des renseignements généraux #d'Arabie saoudite pour son rôle dans l'assassinat de Khashoggi.
    sanctions américaines.jpeg

    Les Etats-Unis ne veulent pas de "rupture" avec l'Arabie saoudite (Blinken)
    Le gouvernement américain de Joe Biden veut "recalibrer" les relations avec l'Arabie saoudite mais ne veut pas de "rupture", a déclaré vendredi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken pour justifier l'absence de sanctions contre le prince héritier saoudien.

    Texte de l'accusation des services de renseignement américains :
    - Nous sommes parvenus à la conclusion que le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a donné son aval à une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

    - Nous basons cette conclusion [sur le fait] que le prince héritier contrôle la prise de décision dans le royaume, l'implication directe d'un conseiller clé [du prince] et des membres de l'équipe de protection de Mohammed ben Salmane dans l'opération, ainsi que sur [le fait que] le prince héritier appuie l'utilisation de mesures violentes pour réduire au silence les dissidents à l'étranger, dont Khashoggi.

    - Mohammed ben Salmane disposait depuis l'année 2017 d'un contrôle absolu des services de renseignement et de sécurité du royaume, rendant très improbable l'hypothèse que des responsables saoudiens aient pu conduire une telle opération sans son feu vert.

    - A l'époque de l'assassinat de Jamal Khashoggi, Mohammed ben Salmane faisait régner un climat tel que ses collaborateurs n'osaient vraisemblablement pas remettre en question les ordres reçus ou prendre des décisions critiques sans son autorisation par crainte d'être renvoyés ou arrêtés.

    - L'équipe saoudienne qui a commis l'assassinat est arrivée à Istanbul le 2 octobre 2018. Elle comprenait des responsables travaillant ou qui étaient en relation avec le Centre d'études et des affaires médiatiques de la Cour royale saoudienne (CSMARC) .

    - Lors de l'assassinat de Khashoggi, le "CSMARC" était sous la direction de Saoud Al-Qahtani, le proche conseiller de Ben Salmane, qui a déclaré publiquement, à la mi-2018, qu'il n'avait pris aucune décision sans l'autorisation du prince héritier.

    - Cette équipe comprenait également 7 membres des meilleurs gardes du corps de Ben Salmane, connue sous le nom de «Force d'intervention rapide» qui relève de la Garde royale saoudienne. Elle a pour mission de protéger le prince héritier, et de ne recevoir d'ordres que de lui, et a participé auparavant à des opérations de répression des dissidents à l'intérieur du Royaume et à l'étranger, sur ordre du prince héritier.

    - Le prince héritier considérait Khashoggi comme une menace pour le royaume et plus largement soutenait le recours à des mesures violentes si nécessaire pour le faire taire.

    * 21 complices du crime:

    Nous concluons avec "une grande certitude" que les personnes suivantes ont participé, ordonné ou étaient complices ou responsables de l'assassinat de Khashoggi au nom de Ben Salmane. Sans avoir une confirmation que ces individus étaient au courant
    que l'opération conduirait ou pas l'assassinat de Khashoggi :

    1- Saoud Al-Qahtani

    2 - Maher Motreb

    3- Nayef Al-Arifi

    4 - Mohammad Al-Zahrani

    5 - Mansour Aba Hussain

    6- Bader Al-Otaiba

    7- Abdulaziz Al-Hassawi

    8- Walid Abdallah Al-Chehri

    9- Khaled Al-Otaiba

    10- Zaar Al-Harbi

    11- Fahd Shihab Al-Balawi

    12- Mechaal Al-Bostani

    13 - Turki Al-Chehri

    14- Mustapha Al-Madani

    15- Saif Saad

    16- Ahmed Asiri

    17- Abdallah Mohammad Al-Huwairini

    18- Yasser Khaled Al-Salem

    19- Ibrahim Al-Salem

    20- Salah al-Tabiqi

    21- Mohammad Al-Otaibi



  • Arabie saoudite : Biden veut écarter le prince héritier Mohammad Ben Salmane dans ses relations avec le royaume

    Imprimer

    Le nouveau président américain Joe Biden entend "re-calibrer" la relation avec l'Arabie saoudite et communiquera désormais avec le roi Salmane, plutôt qu'avec le prince héritier Mohammad ben Salmane (MBS), a indiqué mardi la Maison Blanche.
    "Nous avons clairement dit depuis le début que nous allions re-calibrer notre relation avec l'Arabie saoudite", a souligné Jen Psaki, porte-parole de l'exécutif américain, marquant sa différence avec Donald Trump, soutien indéfectible de Riyad.

    Interrogée sur un éventuel échange téléphonique à venir entre le président et "MBS", qui était l'interlocuteur privilégié sous la présidence Trump, Mme Psaki a clairement indiqué que cela n'était pas à l'ordre du jour. "L'homologue du président est le roi Salmane et il aura un échange avec lui le moment venu", a-t-elle expliqué.

    Depuis son arrivée au pouvoir, le 20 janvier, Joe Biden a, par petites touches, pris ses distances avec l'Arabie saoudite. Deux semaines après sa prestation de serment, il a annoncé la fin du soutien américain à la campagne militaire saoudienne au Yémen, affirmant qu'elle avait "créé une catastrophe humanitaire et stratégique".

    Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a par ailleurs décidé de retirer les rebelles yéménites houthis de la liste noire américaine des "organisations terroristes". Ces rebelles, appuyés par l'Iran, combattent le gouvernement yéménite soutenu par l'Arabie saoudite.

    La désignation sur la liste noire, décidée in extremis par l'administration Trump, était décriée par les organisations humanitaires car elle risquait d'entraver l'acheminement de l'aide dans les vastes territoires contrôlés par les houthis.

    Interrogé une nouvelle fois sur les raisons pour lesquelles M. Biden n'avait toujours pas appelé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, près d'un mois après son arrivée au pouvoir, Mme Psaki a assuré que cet échange interviendrait "bientôt". "Son premier appel avec un dirigeant de la région sera avec le Premier ministre Netanyahu", a-t-elle souligné.

    Nikki Haley, ex-ambassadrice aux Nations unies sous Donald Trump, a accusé le gouvernement Biden de "snober" un "ami comme Israël".

  • Yémen : Nouvelle offensive des rebelles vers le bastion loyaliste de Marib

    Imprimer

    Les rebelles Houthis ont repris leur offensive vers la ville de Marib, bastion du gouvernement à l'est de Sanaa, capitale du Yémen en guerre sous contrôle rebelle, ont affirmé lundi des responsables loyalistes, faisant état de dizaines de morts dans les deux camps.

    Les opérations ont repris après plusieurs semaines de calme, à la faveur de l'arrivée de renforts des Houthis dans la région, selon ces responsables.

    Le conflit au Yémen oppose depuis plus de six ans les Houthis, soutenus par l'Iran, aux forces du gouvernement, appuyées depuis 2015 par une coalition menée par l'Arabie saoudite. Les rebelles contrôlent une grande partie de l'ouest et du nord du pays, dont Sanaa depuis 2014.

    Cette nouvelle offensive intervient au moment où l'administration du nouveau président américain Joe Biden revoit sa politique au Yémen, avec l'arrêt du soutien aux opérations militaires de l'Arabie saoudite et le retrait des rebelles de la liste des "organisations terroristes".

    Quelque soit la politique menée par Joe Biden " à propos du conflit yéménite, une solution au conflit est peu probable sur le terrain dans l'immédiat. Une des lignes de front se trouve à "quelque 10 km à l'ouest de Marib", chef-lieu de la province éponyme situé à 140 km à l'est de Sanaa.

    Ces dernières années, les rebelles ont tenté plusieurs fois de conquérir cette province dont de larges parties restent sous contrôle du gouvernement. 

    Au cours des dernières 24 heures, les forces loyalistes ont repoussé "cinq tentatives d'incursion des Houthis en direction de Marib", a indiqué ce responsable, déplorant la perte d'environ 20 soldats gouvernementaux et faisant état de 24 blessés dans leurs rangs. Le bilan côté rebelle n'est pas connu. Dimanche, trois soldats du gouvernement ont été tués et quatre autre blessés dans leur camp à Marib par un missile tiré par les Houthis, selon d'autres responsables gouvernementaux.

    La guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés, selon des organisations internationales, et provoqué la pire crise humanitaire au monde, d'après l'ONU.

    L'Arabie saoudite intercepte quatre drones kamikazes lancés par les Houthis vers l'Arabie saoudite
    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a annoncé qu'elle avait intercepté, dimanche 7 février,  quatre drones kamikazes chargés d'explosifs lancés par les Houthis, alliés de l'Iran, vers le Royaume.

    Le site Internet Al-Arabiya a déclaré que la coalition avait intercepté, dimanche soir, deux drones kamikazes  houthis ciblant l'Arabie saoudite.

    Quelques heures plus tôt, le porte-parole des forces de la coalition, Turki Al-Maliki, avait déclaré que les forces de la coalition avaient pu, dimanche, intercepter et détruire un drone piégé "lancé par la milice yéménite houthie pour cibler des biens civils. et les civils dans la région du sud. " Et à l'aube de dimanche, la coalition a également annoncé qu'elle avait intercepté et détruit un autre drone explosif lancé par la milice houthie vers le Royaume.

    Les rebelles yéménites Houthis ont intensifié l'utilisation de drones kamikazes, qui, selon le Comité d'experts des Nations Unies, sont presque identiques en termes de conception, de dimensions et de capacités aux drones de fabrication iranienne. Ces drones sont assemblés à partir de composants  expédiés au Yémen.

    Washington appelle les Houthis à mettre fin à leurs actions militaires contre l'Arabie saoudite et à l'intérieur du Yémen
    Le département d'État américain a appelé le groupe yéménite «Ansarullah» (le bras armé des rebelles Houthis) à arrêter immédiatement leurs attaques contre l'Arabie saoudite et à s'abstenir de mener des actions militaires à l'intérieur du Yémen.

    Le département d'État américain a déclaré dans un communiqué : "Les États-Unis sont profondément troublés par les attaques incessantes des Houthis et les appellent à cesser immédiatement leurs attaques contre des installations civiles en Arabie saoudite et à s'abstenir de mener de nouvelles actions militaires à l'intérieur du Yémen, qui ne font qu'aggraver les souffrances du peuple yéménite. "

    Dans sa déclaration, le ministère du Département d'Etat a appelé les Houthis à s'abstenir de tout acte de déstabilisation et à démontrer leur engagement dans le cadre des efforts de l'envoyé de l'ONU, Martin Griffiths, pour parvenir à la paix, soulignant que le moment est venu de trouver une fin au conflit.

    Vendredi dernier, le département d'État américain avait informé le Congrès de l'intention du secrétaire d'État Anthony Blinken de retirer le nom «Ansarullah» et ses dirigeants de la liste du terrorisme.

    Cette étape, qui entrera en vigueur prochainement, intervient au lendemain de l'annonce par Biden de la fin du soutien américain aux opérations militaires de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen

     

  • Yémen : Biden va annoncer la fin du soutien américain aux opérations sur le terrain

    Imprimer

    Le président des Etats-Unis Joe Biden va annoncer jeudi la fin du soutien américain aux "opérations" sur le terrain dans la guerre au Yémen, a déclaré son conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan. "Aujourd'hui, il va annoncer la fin du soutien américain aux opérations offensives au Yémen", a-t-il dit devant la presse à la Maison Blanche, avant le premier discours de politique étrangère du nouveau président prévu en début d'après-midi au département d'Etat. 

    Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait déjà promis de mettre fin au soutien de Washington à la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite qui intervient auprès du gouvernement yéménite contre les rebelles houthis.