Bira

  • Cisjordanie : Une journaliste d'al-Jazeera tuée lors d'affrontements entre Palestiniens et l'armée israélienne à Jénine

    Imprimer

    Shireen Abu Aqleh.jpegMercredi matin 11 mai, dans le camp de réfugiés de Jénine, des militants palestiniens ont tiré sur l'armée israélienne, qui menait une opération pour arrêter des terroristes présumés. Les soldats israéliens ont riposté. C'est au cours de cet échange de tirs que la correspondante d'Al-Jazeera, Shirin Abu Akla (photo) a été tuée. Les affrontements armés ont fait plusieurs autres blessés, dont des journalistes. Le ministère de la Santé de l'Autorité Palestinienne (AP) a déclaré qu'un autre journaliste palestinien, Ali Thamoudi (du journal Quds), avait été atteint dans le dos,

    Palestiniens et Israéliens s'accusent mutuellement d'être responsable de la mort de madame Shirin Abu Akla. Tsahal a déclaré qu'une enquête était en cours pour déterminer les responsabilités.

    L' agence de presse Maan affirme qu'après avoir encerclé une maison dans le camp de réfugiés de Jénine, l'armée israélienne a tiré "sans discernement", ce qui a entraîné la mort du journaliste d'Al Jazeera.

    Selon les médias arabes, Shirin Abu Akla a été touchée par une balle à la tête et a été emmenée dans un état critique à l'hôpital Ibn Sina de Jénine, où les médecins ont été contraints de déclarer sa mort.

    Shirin Abu Akla est née en 1971 à Jérusalem de parents arabes chrétiens qui vivaient auparavant à Beit Lehem (Bethléem). Elle a étudié l'architecture à l'Université des sciences et technologies de Jordanie, puis à l'Université de Yarmouk (Jordanie), où elle a obtenu un diplôme en journalisme. Après avoir obtenu son diplôme, elle est retournée à Jérusalem. Elle a collaboré avec l'UNRWA, a travaillé à la station de radio Kul Falyastin, a été correspondante pour la télévision par satellite jordanienne. Elle a collaboré avec la Fondation Muftah et a travaillé à Radio Monte Carlo. Depuis 1997, elle était employée de la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera. Les autorités américaines disent qu'elle avait la nationalité américaine.

    La mort de Shirin Abu Akla est devenue le sujet principal de la chaîne de télévision Al-Jazeera et d'autres grands médias arabes. Pour Al-Jazeera, il ne fait aucun doute que la journaliste a été tuée par l'armée israélienne. Cependant, Nida Ibrahim (correspondante d'Al-Jazeera à Ramallah) affirme : "Les circonstances de sa mort n'ont pas été clarifiées. 

    Shirin Abu Akle couvrait les événements qui se déroulaient à Jénine... lorsqu'elle a été frappée par une balle dans la tête." 

    Réactions
    La direction du Hamas a publié une déclaration à propos de la mort à Jénine de la journaliste : "Le meurtre de la journaliste d'Al Jazeera Shirin Abu Akla est le dernier crime à s'ajouter à la série de crimes commis par Israël contre les médias palestiniens".

    Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a publié une déclaration sur la mort de Shirin Abu Akla. "Nous avons proposé aux Palestiniens une enquête conjointe avec un examen médical sur la mort tragique de la journaliste Shirin Abu Akla. Les journalistes dans les zones de conflit doivent être protégés et nous avons tous l'obligation de découvrir la vérité. Les forces de sécurité israéliennes continueront d'agir chaque fois que nécessaire pour empêcher le terrorisme et le meurtre d'Israéliens », a déclaré Lapid.

    Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a réagi à la déclaration du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a accusé l'armée israélienne de la mort à Jénine de Shirin Abu Akla. Bennett a déclaré : « Le président de l'AP porte des accusations contre Israël sans fondement. Selon les informations dont nous disposons pour le moment, il y a une forte possibilité que les militants palestiniens armés qui ont ouvert le feu sans discrimination soient ceux impliqués dans la mort malheureuse de la journaliste. Des militants palestiniens ont même été documentés disant : « Nous avons frappé un soldat, il est allongé par terre », mais les soldats n'ont pas été blessés, ce qui laisse penser que ce sont les militants qui ont tiré et atteint la journaliste. Le chef du gouvernement a souligné qu'Israël a demandé à l'AP de mener une autopsie conjointe et une enquête conjointe pour établir les circonstances de la mort de Shirin Abu Akla. Cependant, selon Bennett, la partie palestinienne a refusé.

    Le porte-parole de l'Autorité palestinienne, Hussein al-Sheikh, qui est en charge des relations avec Israël, a déclaré que l'AP n'avait pas encore reçu de proposition formelle pour mener une enquête conjointe.

    Témoignages
    Le correspondant de Quds, Ali Samoudi, qui a reçu une balle dans le dos à Jénine, accuse l'armée israélienne d'avoir tué sa collègue d'Al Jazeera, Shirin Abu Akla, a rapporté l'agence de presse Maan . Selon Ali Samoudi, qui a été transporté à l'hôpital Ibn Sina de Jénine, un groupe de journalistes se trouvait près de l'école de l'UNRWA dans le camp de réfugiés de Jénine. Tous les travailleurs des médias portaient des casques et des gilets pare-balles avec l'inscription "Presse". Dans son récit, les événements se sont déroulés comme suit : l'armée israélienne a tiré avec précision sur des journalistes, à la suite de quoi il a reçu une balle dans le dos, et son collègue a été mortellement blessé à la tête. Ali Samoudi affirme qu'il n'y avait pas de militants armés dans la zone où ces événements ont eu lieu, et qu'il n'y a pas eu d'affrontements ni d'échanges de tirs.

    Le blogueur israélien Abu Ali, qui couvre les événements au Moyen-Orient, a publié deux vidéos de l'incident de Jénine, lorsque la journaliste d'Al-Jazeera Shirin Abu Akla a été tuée La première vidéo montre comment l'un des militants tire (il croit tirer en direction de l'armée israélienne). Puis quelqu'un crie "Nous avons touché un soldat !" (mais aucun des soldats israéliens n'a été blessé lors de cet incident). Dans la deuxième vidéo, un cri se fait entendre en arabe "Prends-ça!". Celui qui a crié croit clairement qu'un homme a été blessé. Abu Ali note que les journalistes portaient des casques de protection et des gilets pare-balles. Les militants pourraient les avoir pris pour des soldats israéliens. Vidéo 1.

    La direction des Brigades Al-Quds (l'aile militante du Jihad islamique) a déclaré que dans le camp de réfugiés de Jénine, les militants de ce groupe ont tiré sur les militaires israéliens, venus perquisitionner la maison du "shahid" Abdullah al- Husari. Selon le blogueur israélien Abu Ali, qui couvre les événements au Moyen-Orient, des militants des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa (FATAH) ont également annoncé leur participation à la fusillade, bien qu'al-Husari soit un militant du Jihad islamique. Nous parlons de la même fusillade qui a entraîné la mort de la journaliste d'Al-Jazeera Shirin Abu Akle. Ainsi, le "Djihad islamique" et le Fatah confirment que dans la zone spécifiée (non loin de l'école de l'UNRWA) il y a eu une fusillade entre des militants et l'armée israélienne.

    Un autre Palestinien tué à al-Bire
    Tsahal rapporte que le 11 mai, des opérations ont également été menées la nuit dernière près du village de Burkin et dans d'autres régions de Cisjordanie. Le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne rapporte que l'armée israélienne a mortellement blessé un garçon de 18 ans à Al-Bire (nord-est de Ramallah). Maan a identifié la personne décédée sous le nom de Taer Khalil Musalt al-Yazuri. La balle l'aurait atteint au cœur. Les circonstances de cet incident sont en cours d'éclaircissement.

    Ces dernières semaines, Tsahal a mené une opération anti-terroriste "Breakwater" en Cisjordanie, dont le but est d'empêcher de nouvelles attaques terroristes. En mars-mai 2022, des militants palestiniens ont perpétré 19 attentats qui ont fait 19 victimes (16 Israéliens, deux citoyens ukrainiens et un citoyen moldave).

     

     

     

  • Cisjordanie: 46 Palestiniens blessés par les balles de l'armée israélienne

    Imprimer

    Vendredi 17 septembre 2021, 46 Palestiniens ont été asphyxiés ou touchés par balles par les forces israéliennes qui essayaient de disperser les marches condamnant la colonisation en Cisjordanie.

    L'association du Croissant-Rouge palestinien a indiqué, dans un communiqué que ses équipes avaient pris en charge 46 blessés, lors des affrontements qui ont éclaté dans les villes de Beita et Beit Dajan, dans le gouvernorat de Naplouse (nord).

    Cinq manifestants ont été touchés par des balles métalliques et quarante et un autres ont été asphyxiés suite à l'inhalation de gaz lacrymogène à Kafr Qaddum, à l'est de Qalqilya (nord), à al-Mughayyir, à l'est de Ramallah et al-Bireh (centre) et à al-Tawana, au sud d'Hébron, selon le communiqué.

    Les Palestiniens organisaient vendredi des rassemblements dans plusieurs endroits de la Cisjordanie, pour protester contre les "colonies israéliennes".

    Les estimations israéliennes et palestiniennes indiquent qu'il y a environ 650 000 "colons" en Cisjordanie, y compris à Jérusalem.

  • Cisjordanie : Deux Palestiniens tués, tirs sur des soldats israéliens

    Imprimer

    Deux soldats israéliens ont été blessés par balles lors de heurts avec des manifestants palestiniens rassemblés par centaines en Cisjordanie, a annoncé l'armée qui a tué deux Palestiniens lors d'affrontements séparés, selon les autorités palestiniennes.

    Plusieurs rassemblements, qui ont dégénéré en affrontements avec l'armée, ont eu lieu à travers la Cisjordanie dans le cadre d'une journée de grève générale et de "manifestations de colère" contre l'occupation israélienne et en solidarité avec les habitants de Gaza.

    Près de Ramallah, des centaines de jeunes ont jeté pierres et cocktails molotov sur les soldats présents qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des tirs de balles en caoutchouc, selon des journalistes de l'AFP.

    "Plusieurs émeutiers ont tiré de nombreuses balles en direction de soldats ainsi que sur un commandant déployés en marge du rassemblement, blessant deux soldats aux jambes" a indiqué l'armée, ajoutant "avoir ouvert le feu en retour". Peu de temps après, le ministère de la Santé palestinien a annoncé la mort d'un Palestinien de 25 ans, Mohammad Hamid, à Al Bireh au nord-est de Ramallah.

    Ces différents affrontements ont fait mardi 70 blessés, dont cinq dans un état grave selon le ministère de la Santé palestinien. Dans le reste de la Cisjordanie, après un appel à la grève générale par le parti Fatah de Mahmoud Abbas, les commerces et les écoles de Ramallah et d'autres localités sont restés entièrement fermées mardi. 

    Plus tôt dans la journée, l'armée avait annoncé avoir "neutralisé" un Palestinien qui avait tenté d'attaquer des soldats près d'Hébron et des sources médicales palestiniennes ont confirmé à l'AFP que l'homme était mort. 

    Ces nouveaux morts s'ajoutent aux 20 Palestiniens tués par l'armée en Cisjordanie depuis le 10 mai, date à laquelle ont débuté les échanges de tirs entre Israël et le mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza, d'après des sources palestiniennes.

     

     

    Lien permanent Catégories : Bira, CISJORDANIE, Ramallah 0 commentaire